PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      

RECHERCHE PAR MOTS-CLÉS      RECHERCHE PAR MOTS DISPERSÉS      RECHERCHE PAR MOTS CONSÉCUTIFS


TITRE
La subordonnée relative infinitive de besoin et recherche (678)

ASCENDANCE
Manuel de la grammaire française (0)
Le syntagme proposition (445)
La subordination et les subordonnées (521)
Le système relatif (652)
Le verbe dans la subordonnée relative (676)

PAGES SŒURS
La subordonnée relative infinitive de besoin et recherche (678)

SOMMAIRE
Introduction
Limitations
Cas sujet
Cas objet direct
Dont
Pronoms relatifs adverbiaux
Environnements syntaxiques
Verbes de recherche et de découverte
Adverbes exprimant la rareté, l'attente, l'espoir
Existence, avoir, y avoir
Verbes existentiels - interrogation
Verbes existentiels - hypothèse
L'impératif des verbes exprimant le besoin ou le souhait
Sans, avec
Adjectifs sélecteurs
Besoin sous-entendu
De quoi - circonstance vague
Versions normale et autonome
Subordonnée relative et subordonnée finale
Subordonnée relative et subordonnée interrogative

Introduction

§ Exemples liminaires

il n'y a personne à qui parler
je voudrais trouver quelqu'un avec qui partager mes problèmes
je cherche un endroit où me cacher

§ Renvois

Pour l'examen de la subordonnée relative fléchie de besoin et de recherche, voir la page connexe Le verbe dans la subordonnée relative - le subjonctif.

Limitations

§ Cas sujet

La subordonnée relative infinitive est agrammaticale si le cas lié est le cas sujet :

*je cherche quelqu'un qui accepter de me parler

§ Cas objet direct

La subordonnée relative infinitive est agrammaticale si le cas lié est le cas objet direct, qu'il soit exprimé par qui, que ou quoi.

*je cherche une fille qui inviter à la fête
*il a acheté que boire
*il a obtenu que faire
*il a apporté quoi lire
*il m'a donné quoi manger
*donnez-moi que manger

Exceptions

N'avoir que faire est une exception spécifique : je n'ai que faire de ceci est grammatical.

Certains locuteurs acceptent le cas lié objet direct dans le contexte d'un besoin très aigu ou d'une recherche très intense :

?il a enfin rencontré qui aimer
?il cherche qui photographier

Si le cas lié est le cas objet direct, la subordonnée infinitive relative peut être remplacée par la subordonnée infinitive à couplage lâche :

*il cherche une fille qui/laquelle inviter à la fête
il cherche une fille à inviter à la fête.

Voir la page connexe Les subordonnées infinitives à couplage lâche.

§ Dont

Dont équivaut à de qui et de quoi, donc le pivot dont devrait être accepté comme n'importe quel autre pivot prépositionnel. Or il est rejeté par certains locuteurs.

??je cherche une personne dont recueillir le témoignage (de qui, de laquelle)
??j'ai trouvé quelque chose dont occuper mes soirées (de quoi, de laquelle)
??voilà une petite phrase dont se souvenir (de laquelle)

§ Pronoms relatifs adverbiaux

Le seul pronom relatif adverbial admis dans la subordonnée relative infinitive est au sens locatif. au sens temporel, quand et comme ne sont pas admis.

La proposition il a trouvé un endroit où passer les vacances est grammaticale. La proposition *c'est le moment où partir en vacances est rejetée par la plupart des locuteurs.

Environnements syntaxiques

La subordonnée relative infinitive est induite par des environnements syntaxiques variés.

§ Verbes de recherche et de découverte

il cherche où se cacher
il cherche quelqu'un à qui s'ouvrir
il cherche toujours une victime de qui se plaindre auprès de ses proches
il cherche un endroit où s'asseoir
il cherche un endroit où se cacher
il cherche un prêtre à qui se confesser
il cherche un sac dans lequel mettre ses affaires
il cherche une fille avec qui aller à la fête
il cherche une main à quoi s'accrocher
il cherche une ville idéale où s'établir
il cherche une ville où partir pour préparer son diplôme

ce n'est pas tous les jours qu'on rencontre à qui causer (Colette)
donnez-moi un plume avec laquelle je puisse écrire cette lettre
il a trouvé un coin de pelouse où s'allonger
il a trouvé un endroit où passer les vacances
il n'a pas trouvé de couturier pour qui travailler les week-ends
il n'a pas trouvé une seule occasion dont user
il a trouvé à qui parler
il indique l'endroit où pratiquer la greffe
il ne trouvait aucun visage sur qui reposer ses yeux
il ne trouve pas d'endroit où se cacher
il trouvera à qui parler
j'ai quelques amis à qui parler

ce n'est pas tous les jours qu'on rencontre ici à qui parler
il rencontrera une âme sœur avec qui partager ses émotions

j'ai besoin de quelqu'un sur qui me reposer entièrement
il lui fallait une victime à servir à la foule et sur qui déverser sa moquerie (Gide)

Salonique...est par excellence le lieu où éprouver cette évidence prodigieusement méconnue (Butor)

§ Adverbes exprimant la rareté, l'attente, l'espoir

il avait enfin à qui parler
il a rarement à qui parler
il gagne à peine de quoi manger

§ Existence, avoir, y avoir

De quoi

Voir l'examen de la circonstance vague exprimée par de quoi sous la rubrique majeure suivante.

Autres pronoms

il n'y a nulle part où se reposer
il n'y a que lui à qui se confier
il n'a nulle part où se cacher
je n'ai pas où passer la nuit
il n'avait plus que les pensées de sa tête à qui parler et à qui répondre (Romains)
il perdait pied, il n'avait plus où se prendre (Rolland)
pour l'intelligence, elle a de qui tenir du côté maternel

§ Verbes existentiels - interrogation

y avait-il personne à qui s'ouvrir ?
y a-t-il aucun endroit où se cacher ?

Le conégateur peut être normal ou exhaustif. Voir la page connexe La négation verbale - introduction.

§ Verbes existentiels - hypothèse

s'il y avait un autre globe où trouver refuge contre l'obscurantisme de celui-ci

§ L'impératif des verbes exprimant le besoin ou le souhait

apportez-moi de quoi écrire

§ Sans, avec

sans nul à qui s'ouvrir

§ Adjectifs sélecteurs

il était le seul à qui demander le chemin
il était le plus sympathique à qui demander le chemin
il était le premier à qui demander le chemin

Comparons les deux propositions il était le seul à qui demander le chemin et il était le seul à demander le chemin. Dans la première, la subordonnée à qui demander le chemin est une relative infinitive. Dans la deuxième, la subordonnée à demander le chemin est régie par le sélecteur seul. La préposition à est régie par le verbe de la subordonnée dans le premier cas et par l'adjectif de la principale dans le second.

§ Besoin sous-entendu

ah ! quelqu'un à qui parler, à qui se confier (Mauriac)
c'est un miroir où se contempler
l'homme qu'elle aime n'est le plus souvent, pour elle, qu'une sorte de patère à quoi suspendre son amour (Gide)
le plus haut type d'humanité sur lequel se modéler
les règles d'après lesquelles vivre
toujours la maladie lui avait paru un opium, un autre monde où se perdre, un acheminement au repos sans fin (Mauriac)

De quoi - circonstance vague

Le pronom de quoi que nous examinons ici s'emploie surtout avec les verbes existentiels avoir et y avoir. Donc cette rubrique majeure est un prolongement de la précédente, consacrée aux environnements syntaxiques de la relative infinitive.

De quoi a deux types :

§ De quoi régi

Lorsque de est régi, de quoi ne présente aucune originalité. Les exemples qui suivent ont une structure banale.

avoir de quoi vivre
il avait à quoi s'accrocher
il est réduit à ramasser dans les détritus de quoi se nourrir
il n'a pas de quoi se nourrir
il n'a pas de quoi se plaindre
il n'y a pas là de quoi nous puissions nous réjouir
il n'y avait pas de quoi rire
il n'y avait pas de quoi s'alarmer
il y a de quoi être étonné
il y a de quoi être fier
il y a de quoi se méfier
il y a là de quoi alimenter le chroniques
il y a là de quoi remplir des volumes
il y a là de quoi se fâcher
j'ai de quoi écrire (un bon sujet)
nous avons de quoi parler
pas de quoi s'affoler

§ De quoi non régi

L'originalité et la complexité de de quoi se manifestent dans les emplois où il représente des circonstances qui ne seraient pas marquées par de dans d'autres contextes grammaticaux. Dans certains cas, de quoi est imprécis, lâche, inanalysable.

Moyens financiers

avoir de quoi payer
avoir de quoi se marier
c'est un homme qui a de quoi
de quoi ne pas manquer de pain
de quoi passer une année
de quoi réaliser ses grands projets
elle avait voulu seulement s'assurer de quoi ne pas manquer de pain en sa vieillesse
il a tout juste de quoi subsister
il y vivait en sage, d'une petite rente modique, de quoi vivre et cultiver quelques fleurs (Zola)
je gagnerai toujours bien de quoi fumer ma pipe et boire mes bocks (Bourget)
ma mère n'avait pas de quoi me faire poursuivre des études

Causes psychologiques ou physiologiques

c'était de quoi lui geler la moelle dans les os
ça avait de quoi me remplir de stupeur
ce redressement a de quoi surprendre
cela a de quoi inquiéter
cela a de quoi surprendre
cela avait de quoi dérouter
de quoi douter de l'avenir du réseau
de quoi faire frémir
de quoi faire rêver même Bill Gates
de quoi rassurer la population inquiète de la montée de la délinquance
il a de quoi impressionner
il a dormi dix heures, largement de quoi récupérer des fatigues du voyage
il n'y a pas de quoi
il y a de quoi être secoué par ces résultats
il y a de quoi s'interroger
il y a de quoi semer le trouble
il y a de quoi tomber à la renverse
il y a là de quoi irriter le Premier ministre
l'image de la génération de 68 a de quoi être ternie
la télé nous offre de quoi nous gorger de haine
pareil succès a de quoi enivrer
pas de quoi en faire une jaunisse

Cas divers atypiques ou inanalysables

avoir de quoi manger
elle avait toujours sur elle de quoi être fusillée dix fois si les Allemends l'avaient arrêtée (Clavel)
elle entr'ouvre la porte, de quoi passer un pourboire (Colette)
garçon, de quoi écrire
il cherchait de quoi fumer
il entrouvrit la porte de quoi y glisser le pied
il n'y a pas là de quoi fouetter un chat
il ne s'ennuie pas, il a de quoi penser
il reste de quoi boire
les oiseaux s'égosillaient avec des arpèges de virtuoses nés, de quoi désespérer tous les violonistes (Chevallier)
les vitre vibraient, juste de quoi rappeler aux habitants que le monde moderne les cerne (Bourget)
nous commandâmes de quoi souper (Carco)
voilà de quoi relancer le débat

§ De quoi lexicalisé

vous avez le temps et le de quoi
il a du de quoi
il suffisait de jeter un coup d'œil autour de soi pour se rendre compte qu'il y avait de quoi dans la maison (T. Bernard)

Versions normale et autonome

Nous disons que la relative infinitive est autonome si le pronom relatif n'a aucun antécédent tangible.

§ Exemples comparatifs

Version normale (non autonome)

je cherche quelqu'un / un ami à qui parler
j'ai trouvé une place où m'asseoir

Si l'antécédent est un pronom indéterminé ou un nom sémantiquement vide (chose, place), la subordonnée n'est normale qu'au sens formel.

Version autonome

je cherche à qui parler
j'ai trouvé où m'asseoir

§ Autres exemples non autonomes

cette simplification fournit la base sur laquelle construire
comme un nid où se coucher voluptueusement (Dutourd)
il n'avait donc plus qu'une seule porte où frapper
ils savent la direction dans laquelle chercher

Analyse

La subordonnée relative infinitive de besoin et recherche a deux analyses possibles :

§ C'est une construction relative elliptique. Le verbe pouvoir est supprimé devant l'infinitif :

il cherche un endroit où il puisse se cacher
il cherche un endroit où se cacher

§ C'est une construction interrogative elliptique. Le verbe demander est supprimé devant l'infinitif :

il cherche un endroit en se demandant où se cacher
il cherche un endroit où se cacher

Nous trouvons les deux analyses aussi plausibles l'une que l'autre. D'ailleurs, les deux analyses ne s'excluent pas mutuellement, puisqu'il y a un lien étroit entre la subordonnée relative et la subordonnée interrogative. Voir la page connexe Les syntagmes pronominaux - introduction.

Dans la proposition n'ayant plus de maison où habiter ni gens qui consentissent à la saluer (Proust), une subordonnée infinitive de besoin et recherche est coordonnée avec une subordonnée fléchie de besoin et recherche. Ce phénomène nous fait pencher pour la première hypothèse.

On notera aussi le parallélisme entre les mécanismes qui induisent la subordonnée infinitive relative et ceux qui induisent la négation implicite. Voir la page connexe La négation verbale - le négateur implicite.

Subordonnée relative et subordonnée finale

Il y a une analogie entre la subordonnée relative infinitive de besoin et recherche et la subordonnée finale infinitive adnominale. L'une et l'autre est une subordonnée à couplage bidirectionnel. (Toute relative est bidirectionnelle, mais il y a des phénomènes à couplage bidiriectionnel autres que la relativation.)

Voir la page connexe Les subordonnées adverbiales - noyaux atypiques - rubrique Complément = subordonnée adverbiale infinitive - 1.

Voir la page connexe Emplois spécialisés de pour - subordination infinitive - rubrique Subordonnée adnominale finale.

Voir la page connexe Emplois spécialisés de pour - subordination infinitive - rubrique Construction existentielle quasi-relative.

Comparer

je cherche une boîte dans laquelle mettre ces jouets (relative) et
je cherche une boîte pour mettre ces jouets dedans (finale)

Subordonnée relative et subordonnée interrogative

Il y a une analogie entre la relative infinitive de besoin et recherche et la subordonnée interrogative infinitive. Voir la page connexe La subordonnée interrogative infinitive.

Comparer

je cherche à qui parler (relative) et
je me demande à qui parler (interrogative).

(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)