Terminologie
HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      INDEX


TITRE
Terminologie (661)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
Terminologie (661)

SOMMAIRE

Les catégories verbales


actant


adnominal

Ce qui qualifie un nom.

adverbal

Ce qui qualifie un verbe. Ne pas confondre adverbal et adverbial.

adverbe accordé

Dans une excuse toute trouvée, l'adjectif tout est accordé avec le nom excuse, bien que son sens soit adverbial (complètement).

antécédent

Voir la page connexe Les syntagmes pronominaux - introduction. L'antécédent du pronom est la chose ou la personne nommée à laquelle se rapporte le pronom. L'antécédent joue un rôle important dans l'étude de la subordonnée relative.

affirmation

L'affirmation est l'opposé de la négation. Ne pas confondre l'affirmation avec l'énonciation. Cette dernière est une modalité propositionnelle en contraste avec l'interrogation, l'injonction et l'exclamation. Nous n'utilisons pas le terme « assertion ».

apposition prédicative


argument

Un argument est soit un complément soit un quasi-complément.

Les syntagmes exocentriques n'ont ni noyau ni complément, mais ils peuvent avoir un quasi-noyau et un quasi-complément. Le quasi-noyau d'un syntagme exocentrique doit avoir un comportement proche de celui de la sortie du syntagme. Si l'une des entrées est un quasi-noyau, l'autre est le quasi-complément. Le quasi-noyau du syntagme prépositionnel est la préposition, donc son quasi-complément (son argument) est l'autre constituant, le plus souvent un nom. Le quasi-noyau du syntagme proposition est le verbe, donc son quasi-complèment (son argument) est le sujet.


aspect

Sont appelés aspectuels les verbes et locutions qui expriment un aspect temporel de l'action, tels que venir de, être en train de, être au point de, continuer, commencer.

atténuation

On se sert de certains temps (imparfait, conditionnel) pour atténuer le verbe logiquement ou psychologiquement. Exemple de l'atténuation logique : le ministre aurait donné sa démission. Exemples de l'atténuation psychologique : je voudrais vous demander une faveur, je voulais vous demander si.

attraction

Par attraction on entend un réflexe de répétition qui produit la propagation d'une forme, souvent à travers une frontière de propositions. Dans la proposition bien que Pierre prétende qu'il ait prévenu Paul, le deuxième subjonctif (ait) est dû à l'attraction par le premier (prétende).

attracteur de négation

Il y a des mots et des syntagmes qui ne peuvent être employés que dans une proposition négative : il ne sortira pas de prison de sitôt, je n'entends pas donner ma démission pour autant, il n'est pas si bête que ça

attribut


autonome

Nous employons le terme « autonome » dans plusieurs contextes.


Considérons la proposition qui dort dîne : qui dort est une subordonnée relative autonome et qui est un pronom relatif autonome (à antécédent nul). Voir la page connexe La relativation à pronom relatif autonome.

Les participes peuvent être lexicalisés comme adjectifs ou comme noms. Ce sont des emplois non verbaux, donc autonomes.

câblage du verbe

Les actants du verbe sont codifiés dans l'entrée lexicale du verbe. Les constituants du syntagme sont codifiés dans la grammaire syntagmatique. Certains actants sont branchés sur certains constituants conformément aux règles du câblage. Il y a deux câblages équivalents : le câblage actif et le câblage passif.

cas

Voir la page connexe Les cas et les « cas » du pronom personnel. Nous y définissons les trois cas formels (sujet, objet direct, objet indirect) et les cinq cas fonctionnels (sujet, objet direct, objet indirect, sujet existentiel, complément prédicatif). Le cas fonctionnel sujet existentiel et le cas fonctionnel complément prédicatif ont toujours la même forme que l'objet direct.

Nous nous servons aussi du terme « cas prépositionnel ». Le syntagme prépositionnel constitue une extension de la déclinaison. Chaque préposition peut être considérée comme un cas au sens large. Ce terme s'avère utile dans l'étude des pronoms interrogatifs, relatifs et prépositionnels.

Le « cas aprépositionnel » est un cas purement fonctionnel, comme les cas complèment prédicatif et sujet existentiel. Il est régi par certains groupes limités de verbes, tels que les verbes métrologiques, les verbes olfactifs ou encore les verbes duratifs.

catégorie grammaticale

Nous désignons par ce terme les « parties du discours » ou « éléments terminaux » traditionnels : le verbe, le nom, l'adjectif, l'adverbe, la préposition, etc.

champ de référence

Le champ de référence s'exprime surtout par les locutions prépositives telles que quant à ou en ce qui concerne. D'autres prépositions peuvent également exprimer cette circonstance : difficile d'accès, ils diffèrent par bien des côtés, pour le reste du plan ça va.

cible

Nous utilisons ce terme très librement. En général, la cible d'un complément est le noyau du syntagme. Dans beaucoup d'argent, la cible de beaucoup de est argent.

circonscriptif

Dans beaucoup de livres, beaucoup est un délimiteur quantificatif ; Dans beaucoup des livres, beaucoup est un délimiteur circonscriptif.

circonstance

Ce terme est ambigu. Les subordonnées libres se divisent en un petit nombre de groupes (ou systèmes) circonstanciels très spécifiques. En revanche, dans l'étude des adverbes nous introduisons un plus grand nombre de circonstances sémantiquement plus différenciées. La manière est une circonstance en ce qui concerne les adverbes, mais il n'y a pas de subordonnée de manière.

clivée

Nous employons le terme « mise en relief ».

clitique

Nous employons le terme « pronom conjoint ».

comparateur

Voir la page connexe Les comparateurs. Exemples : plus, ainsi, tel, même.

complément

Voir la page connexe Le modèle. Si la sortie d'un syntagme est du même type que l'une de ses entrées, nous disons que l'entrée dont le type est transmis à la sortie est le noyau et que l'autre entrée est le complément.

complément prédicatif

La plupart des grammaires emploient le terme « attribut ».

conclusion


conégateur


pas, rien, personne, jamais

conjoint

Les mots conjoints sont les pronoms personnels conjoints, y, en ne et ce. Les pronoms personnel conjoints (ou clitiques ou atones) sont je, tu, il, elle, nous, vous, ils, elles et se.

Les formes conjointes du verbe sont celles qu'on emploie avec les mots conjoints postposés : vas-y, aime-t-il, puissé-je.

connecteur

Les connecteurs de comparaison sont que et de.

convivial

Datif convivial

Voir la page connexe Les fonctions de l'objet indirect libre - datif convivial. Le datif que nous appelons convivial est connu sous le nom de « datif éthique » dans la plupart des grammaires.

il me s'est déculotté devant le président de la République

Adverbe convivial, aussi appelé adverbe affectif

Voir la page connexe L'adverbe affectif.

devine un peu
entrez seulement

corrélation

Voir la page connexe La corrélation. Dans la proposition ils sont tous arrivés, tous est corrélé avec le sujet.

corrélatif


définiteur / indéfiniteur

Le groupe nominal est défini s'il est accompagné d'un définiteur. Il est indéfini s'il est accompagné d'un indéfiniteur. La catégorie des définiteurs comprend l'article défini, le pronom démonstratif adjectival (ce, cet, cette, ces) et les pronoms possessifs. La catégorie des indéfiniteurs comprend l'article indéfini, l'article partitif, l'article prélévatif et certains délimiteurs (plusieurs, certains, quelques, etc.) La définitude et l'indéfinitude jouent un rôle important dans plusieurs domaines, par exemple dans le comportement du pronom en et dans l'inversion existentielle.

délimiteur


beaucoup de, plusieurs, un kilo de

dénombrable

Nous ne nous servons pas des termes « nombrables », « comptable » et « massif ». Nous nous servons uniquement des termes « dénombrable » et « non dénombrable ».

descriptif


déséquilibre


détachement

Nous appelons détachement la transformation du type

Pierre a lu la lettre de Marie la lettre de Marie, Pierre l'a lue

ou du type

Pierre a lu la lettre de Marie Pierre l'a lue, la lettre de Marie


Le terme anglais est « dislocation ». Nous l'évitons.

différence

Dans Pierre est plus grand que Paul de deux centimètres, de deux centimètres est le complément de différence du comparateur plus. Certains verbes, tels que raccourcir ou grossir, peuvent également avoir un complément de différence.

discontinuité


Dans il a beaucoup mangé d'ortolans, le syntagme continu sous-jacent beaucoup d'ortolans apparaît sous une forme discontinue. Une hypothèse de discontinuité n'est recevable que si la forme continue correspondante est aisément restituable.

disjonctif

« Disjonctif » a deux sens indépendants.

En phonétique

La disjonction bloque l'enchaînement, la liaison et l'élision. Par exemple, l'ache aspiré est un type de disjonction.

Dans la syntaxe de l'interrogation et de la concession

L'interrogation disjonctive est la généralisation de l'interrogation totale : est-il malade ou est-il un simulateur ?. Inversement, toute interrogation totale pourrait, en principe, être rendue sous la forme disjonctive : veux-tu jouer ? veux-tu ou ne veux-tu pas jouer ?.

dislocation

Nous employons le terme « détachement ».

distribution

Ce terme est employé dans deux contextes :

Les adverbes numéraux distributifs : tous les six mois

La distribution corrélée : ils iront l'un à Berlin, l'autre à Londres

endocentrique / exocentrique

Si la sortie d'un syntagme est du même type que l'une de ses entrées, le syntagme est dit endocentrique. Autrement il est dit exocentrique. La sortie du syntagme [préposition * nom] n'est ni préposition ni nom, donc c'est un syntagme exocentrique.

énonciation

Les modalités propositionnelles sont l'énonciation, l'interrogation, l'injonction et l'exclamation. Les modalités propositionnelles s'excluent mutuellement. Ne pas confondre énonciation et affirmation. Cette dernière est l'opposé de la négation.

épithète

L'adjectif remplit les fonctions d'épithète et de prédicat. L'épithète est un complément du nom. Le prédicat est le complément du verbe prédicatif.

exhausteur

Voir exhaustif.

exhaustif

Les mots tels que tout, tous, chacun, chaque sont appelés exhausteurs ou pronoms exhaustifs dans ce travail.

Les mots tels que rien, personne, jamais et aucun sont appelés conégateurs exhaustifs dans ce travail.

existentiel

Voir les pages connexes L'article indéfini, L'inversion existentielle. L'existentialité joue un rôle important dans l'inversion du sujet. Les sources de l'existentialité sont le verbe existentiel (y avoir, falloir, survenir) et l'article indéfini.

exocentrique


expression

Une expression est une matérialisation ou un exemple d'un syntagme : [nom * adjectif] est un syntagme nominal, chien méchant est une expression nominale.

extraction

Voir la page connexe La subordination - le système relatif. L'analyse de certaines subordonnées (par exemple, celle de la relative) fait appel au déplacement d'un élément de la subordonnée par rapport à une position sous-jacente.

extraction profonde

L'extraction profonde est l'extraction d'un élément d'une subordonnée. L'interrogation profonde, la relativation profonde, la mise en relief profonde et le détachement profond sont quatre types d'extraction profonde.

à quelle heure penses-tu que Pierre arrivera ? (interrogation)
un livre que je pense que Pierre voudrait lire (relativation)
c'est à Pierre que je pense que nous avons prêté le livre (mise en relief)
Pierre, je crois qu'il a raison (détachement)

factitif


fléchi

Les formes du verbe autres que les infinitifs et les participes sont appelées les formes fléchies.

flottant (objet direct, adverbe)

Nous employons le terme « flottant » dans deux contextes :

La catégorie « objet direct flottant » comprend les mots suivants :

assez
autant
beaucoup
combien
moins
peu
plus
rien
tant
tout
trop


La catégorie « adverbe flottant » comprend les mots suivants :

assez
autant
beaucoup
combien
bien
mal
mieux
moins
peu
plus
tant
tout
trop

Les adverbes flottants peuvent être incorporés dans le verbe composé et ils peuvent précéder l'infinitif. Voir la page connexe Le groupe adverbial - la place de l'adverbe.

haplologie


La forme sous-jacente se munir d'informations utiles est se munir de des informations utiles. Le conflit de / des se résout au moyen de l'haplologie.

hypochoristique


îlot prépositionnel



passé postérieur


Nous employons les termes « passé postérieur », « passé postérieur intermédiaire » et « passé postérieur intermédiaire surcomposé » au lieu des trois conditionnels correspondants lorsque nous parlons des emplois temporels de ces formes.

passivation intransitive

il a été recouru à une nouvelle méthode par les chirurgiens

Dans la passivation normale (ou transitive), l'objet direct de la version active devient sujet et le sujet de la version active devient agent passif. Dans la passivation intransitive, la version active ne comporte pas d'objet direct. La place du sujet de la version passivée est occupée par le sujet postiche il.

impersonnel


L'impersonnalité pronominale (on, soi)

Le pronom impersonnel on représente des sujets généraux (on ne dit pas ça) ou anonymes (on vous attend).

L'impersonnalité verbale (il, ça)

L'impersonnalité verbale, aussi appelée impersonnalité essentielle, est l'impersonnalité des constructions purement impersonnelles : il pleut, il est midi, ça va barder, ça sent le brûlé. L'impersonnalité verbale ne représente rien. Elle a pour seule fonction de satisfaire « l'esprit de la langue », qui exige que toute proposition ait un sujet.

La non-impersonnalité du sujet postiche

Nous ne considérons pas comme impersonnel le sujet postiche il corrélé avec un sujet réel existentiel ou un sujet réel propositionnel (il semble que, il en résulte que, il s'est produit un accident, il surgit un homme de derrière le camion).

imprécision

Si l'antécédent d'un pronom n'est pas identifiable au moyen d'un indice formel, nous disons qu'il est imprécis.

incise


incidente

Voir « incise ».

indéfiniteur


informationnel


injonction


introducteur

Nous employons le terme « introducteur » dans plusieurs contextes. Les différents emplois du terme n'ont rien en commun.

De dans vous plairait-il de venir dîner ce soir ? est un introducteur d'infinitif.

Est-ce que est un introducteur d'interrogation.

Voici et voilà sont des introducteurs des subordonnées relatives présentatives.

Dans c'est Pierre qui s'en occupe, c'est est un introducteur de mise en relief.

jonction


léger / lourd

Nous employons les termes « léger » et « lourd » dans trois contextes :


Voir la catégorie adverbiale léger / lourd à la page connexe Le groupe adverbial - la place de l'adverbe.

Nous disons aussi qu'il y a des conégateurs légers et lourds : plus, guère, jamais sont légers, aucun, nullement, nulle part sont lourds.

libre

Employé dans deux contextes :

L'usage traditionnel a trait aux perspectives du discours et à l'incise.

Cet usage est limité à deux pages.

L'usage propre à notre ouvrage : « libre » = « non régi ».

C'est l'usage dominant.

locution verbale

Voir la page connexe La locution verbale. Exemples : avoir faim, tenir compte, porter bonheur.

lourd


métadiscursif

Les adverbes et les subordonnées qui concernent le discours lui-même sont appelés métadiscursifs.

Primo, littéralement, autrement dit, brièvement sont des adverbes métadiscursifs.

Puisque est une conjonction causale métadiscursive : il ne concerne pas la cause du fait exprimé par la principale, mais la cause de l'acte de parole qui produit la principale.

mignard

qu'il était joli le petit chien-chien
regardez-moi ça, comme j'étais une gentille petite fille

Dans le style mignard, l'imparfait peut remplacer le présent. De même, la première personne et la troisième personne peuvent remplacer la deuxième personne.

minoritaire

En parlant des classes morphologiques (verbes, noms, adjectifs), nous remplaçons les termes « régulier » et « irrégulier » par les termes « majoritaire » et « minoritaire ».

Les phénomènes linguistiques ne sont ni complètement réguliers ni complètement irréguliers. Il n'y a que des règles en demi-teinte. Toute règle met en jeu des catégories ; or la population des catégories varie. La classe aimer est vaste ; la classe gésir est minuscule.

mise en relief

Voir la page connexe La mise en relief. Ce que nous appelons la mise en relief est appelé la clivée par les adeptes de la linguistique anglocentrique.

modal

Nous employons ce terme dans quatre contextes.

Est modal ce qui a trait à la nécessité, à la possibilité, à la probabilité, à la volonté, à l'obligation. Certains verbes et certains adverbes sont modaux. C'est un sens emprunté à la logique.

Les modalités propositionnelles sont l'énonciation, l'interrogation, l'injonction et l'exclamation.

Est modal ce qui a trait aux modes du verbe. Le conditionnel, certains temps de l'indicatif et certains temps du subjonctif ont des emplois temporels et des emplois modaux.

« Adverbe modal » est synonyme d'« adverbe phrastique ».

négateur


noyau

Voir la page connexe Le modèle. Dans un syntagme endocentrique, l'entrée dont le comportement est transmis à la sortie est le noyau. Par exemple, le noyau du syntagme [nom * adjectif] est le nom. Certaines grammaires préfèrent le terme « tête ».

partiel / total

L'interrogation partielle et la concession partielle concernent un élément spécifique de la proposition : à quelle heure vient-il ?, pour quelque raison qu'il vienne. L'interrogation totale et la concession totale concernent le fait de la proposition dans sa totalité : vient-il ?, quoiqu'il vienne.

partitif

Ne pas confondre «partitif» et «circonscriptif».

Voir la page connexe L'article partitif pour le terme « partitif ».

Voir la page connexe Les délimiteurs - caractéristiques générales pour le terme « circonscriptif».

perspective


juste, même, seulement, aussi

phrase

Pour désigner le syntagme sommet, nous utilisons le terme « proposition ».

Le mot « phrase » a deux sens :

« Phrase » est un terme qui relève de la théorie du discours. Le discours ne fait pas l'objet de ce travail.

Nous employons parfois le terme « phrase » au sens de proposition composée.

phrastique


Exemple de la relativation à antécédent phrastique : il sortait chaque soir après le dîner, ce qui agaçait sa mère

Exemples de l'adverbe phrastique : malheureusement, probablement. Ces adverbes représentent une superordonnée : il est malheureux que, il est probable que.

pivot

Voir la page connexe La relativation - le mécanisme de base. Dans la relativation, le pivot est l'élément extrait de la subordonnée sous-jacente. Dans le livre que j'ai oublié dans le train, le livre est extrait de la proposition sous-jacente j'ai oublié le livre X dans le train.

polymorphie

Voir la page connexe Le modèle. Par exemple, la comparaison est polymorphe, puisqu'elle est applicable aux noms, aux adjectifs, aux adverbes et même aux prépositions et aux verbes.

postiche

Voir la page connexe Le sujet. Il est un sujet postiche dans il est probable que et dans il s'est vendu un million d'exemplaires. Le sujet postiche est corrélé avec un sujet réel existentiel ou propositionnel. Nous ne considérons pas le sujet postiche comme impersonnel.

prélévatif


bois de ce vin, je ne veux pas de ce fromage

présentatif

Voir la page connexe La relativation prédicative. Certaines constructions permettent d'attirer l'attention sur un événement, et de produire un effet de surprise, d'urgence ou de vivacité.

il y a Pierre qui vient d'arriver

pronom prépositionnel

en, y, dessus, dedans, autour, après, avec, pour

Ces adverbes, et quelques autres, constituent une « déclinaison » étendue des pronoms personnels de la troisième personne..

pronominalisation partielle

L'omission du noyau d'un groupe nominal est possible dans certains cas. Nous disons que le groupe nominal peut être pronominalisé partiellement par certains pronoms, par certains délimiteurs et par certains adjectifs.

ma voiture la mienne
le premier candidat le premier
quelques clients quelques-uns
ce livre celui-ci
beaucoup se sont présentés, peu ont été reçus

proportionnel - comparaison

plus ça change, plus c'est la même chose
tel père, tel fils

prémisse / conclusion

Ce sont des termes que nous utilisons dans l'étude du système conditionnel. Voir la page connexe Le système conditionnel. Dans s'il ne pleut pas demain, nous irons au zoo, la prémisse est s'il ne pleut pas demain et la conclusion est nous irons au zoo.

proposition

Voir la page connexe Le modèle. La proposition est le syntagme sommet dans la grammaire syntagmatique. Nous employons ce terme au lieu du terme « phrase ».

pro-conjonction

Voir la page connexe La subordination - la coordination des subordonnées. Que est une pro-conjonction dans s'il fait beau et que tu aies le temps.

pro-verbe

Voir la page connexe Le pro-verbe. Par exemple, faire est un pro-verbe dans il sort plus que je ne faisais à son âge.

qualifier

Nous disons que le complément qualifie le noyau. Les mots « qualificateur » et « qualification » ont un sens analogue.

quantificateur

C'est le terme que nous utilisons pour désigner la sous-catégorie la plus importante des délimiteurs, notamment le groupe qui comprend beaucoup de, plusieurs, tellement de, combien de.

quasi-délimiteur

Un quasi-délimiteur est un mot dont le comportement est analogue à celui des délimiteurs du point de vue de l'emploi de en et de dont. Plusieurs et les numéraux cardinaux sont des quasi-délimiteurs.

quasi-prédicatif

Dans arriver sain et sauf, le lien entre arriver et sain et sauf est analogue au lien entre un vrai verbe prédicatif et son complément prédicatif. Nous disons que sain et sauf est le complément quasi-prédicatif du verbe arriver et que le verbe arriver peut avoir un comportement quasi-prédicatif.

rection

Voir la page connexe La rection. C'est un terme de première importance. Il concerne la force du lien grammatical entre deux mots. Dans il a répondu à ma question, le complément à ma question est régi par répondre. Dans il a répondu dans une longue lettre, le complément dans une longue lettre n'est pas régi par répondre.

réduction


réel

Sujet réel


Hypothèse réelle et irréelle

Voir la page connexe Le système conditionnel.

registre

Nous indiquons de temps en temps le registre de certains phénomènes, mais nous ne prétendons pas gérer méthodiquement la classification selon le registre. Quelques régistres que nous adoptons : archaïsant, commun, écrit, littéraire, parlé, populaire, relâché, régional, soigné.

restrictif / descriptif

Voir la page connexe L'épithète adjectivale - types d'emploi. Une épithète qui définit un sous-ensemble de l'ensemble désigné par le nom se dit restrictive (ou déterminative). Une épithète qui attache une propriété à un nom sans en définir un sous-ensemble se dit descriptive (ou appositive ou encore explicative).

résomption

« Résomption » veut dire « reprise » ou « rappel ». Nous employons ce terme dans plusieurs contextes.

Dans l'exemple qui suit, le si de la prémisse est rappelé par alors dans la conclusion. Le rappel au moyen de alors est utile après une prémisse d'une certaine longueur.

si vraiment il était écrit qu'une femme devait être dans ma vie, alors autant ne pas changer, alors autant elle (Giraudoux)


Un pronom démonstratif situé dans la principale rappelle le pronom relatif. Voir la page connexe La résomption. Exemples :

comme le berger mène ses moutons, ainsi le pasteur guide ses ouailles
il faut fermer autant de parenthèses qu'on en a ouvertes
de même que le feu éprouve l'or, de même l'adversité éprouve l'homme courageux

Dans la relativation multiple, c'est-à-dire lorsque la pronom relatif dont lie plusieurs possessions à un seul possesseur, les possessions éloignées de dont peuvent être qualifiées par un pronom possessif résomptif. Exemple : les vrais grands écrivains sont ceux dont la pensée occupe tous les recoins de leur style (Hugo).

Dans la relativation populaire, le pronom relatif que neutralise le cas du pivot, mais ce cas est réintroduit à sa place initiale sous forme d'un pronom personnel ou prépositionnel résomptif. Exemple : un lac où on peut se baigner un lac qu'on peut s'y baigner.

rhème


Correspond à l'anglais « focus ». S'appelle aussi « commentaire » et « propos ».

satellite de conégation


scindé

Nous disons qu'un sytagme est scindé s'il est coupé en deux par une frontière de subordination, Il n'accepte de recevoir personne est un exemple de la négation scindée.

sélecteur


seul
premier
dernier
précédent
suivant
les numéraux ordinaux
les superlatifs

semi-auxiliaire

Voir la page connexe Les verbes semi-auxiliaires. Les verbes semi-auxiliaires (pouvoir, devoir, venir de) sont liés plus étroitement à l'infinitif qu'ils régissent que les verbes supports (essayer, commencer, etc.)

semi-concessif

Voir la page connexe Le sens semi-concessif. La semi-concession se situe dans une zone d'ombre entre l'hypothèse et la concession. Même si est une conjonction semi-concessive.

statut biologique

Le statut biologique (c'est-à-dire l'opposition personne/chose ou humain/non humain ou animé/inanimé) joue un rôle important dans la syntaxe des pronoms personnels, prépositionnels, interrogatifs et relatifs.

subordinatif

Nous employons ce terme dans plusieurs contextes.

Les formes du verbe ont des emplois subordinatifs et non subordinatifs. Sont subordinatifs les emplois liés à certaines subordonnées spécifiques.

L'inversion du sujet est subordinative ou non subordinative. Sont subordinatives les inversions liées à certaines subordonnées spécifiques.

Les conjonctions sont subordinatives ou coordinatives.

supplétif


syntagme


thème


Correspond à l'anglais « topic ».

total


trace

La trace représente l'élément périphérique (l'élément détaché) dans la partie centrale de la proposition. Dans la lettre de Marie, Pierre l'a lue et relue, l'élément détaché la lettre de Marie est représenté par la trace l'.

Notre emploi du mot « trace » est limité au contexte du détachement. Il est sans rapport avec l'idée de trace qu'on recontre dans certains modèles linguistiques.

transformation

Voir la page connexe Le modèle. Transformation veut dire manipulation de l'arborescence syntagmatique. Les manipulations d'arborescence consistent à insérer, effacer ou déplacer des nœuds ou des feuilles. L'arborescence syntagmatique est engendrée par l'analyse conformément aux règles de définition syntagmatique. On fait appel aux transformations pour expliquer des phénomènes qui échappent à toute tentative d'analyse purement syntagmatique.

transparence

Voir la page connexe Le syntagme prépositionnel - transparence. La structure de la proposition ils ont massacré jusqu'aux nouveau-nés est identique à celle de la proposition ils ont massacré les nouveau-nés. Bien sûr, les deux propositions n'ont pas le même sens, mais la préposition jusqu'à ne bloque pas le comportement objet direct de les nouveau-nés. Normalement, la sortie du syntagme prépositionnel est adverbial, mais la sortie du syntagme [jusqu'à * nom] peut aussi être nominal. Jusqu'à est une des prépositions transparentes.

RETOUR EN HAUT DE PAGE