PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      

RECHERCHE PAR MOTS-CLÉS      RECHERCHE PAR MOTS DISPERSÉS      RECHERCHE PAR MOTS CONSÉCUTIFS


TITRE
Relativation primaire - le mécanisme de base (654)

ASCENDANCE
Manuel de la grammaire française (0)
Le syntagme proposition (445)
La subordination et les subordonnées (521)
Le système relatif (652)
Le type primaire de relativation (653)

PAGES SŒURS
Relativation primaire - le mécanisme de base (654)

SOMMAIRE
Renvoi
Forme de surface et forme sous-jacente
Pivot
Extraction
La double représentation du pivot dans la forme de surface
Le cas lié
Le cas de l'antécédent
Cas interne et cas externe
L'autoenchâssement

Renvoi

Pour l'étude du modèle paratactique de la subordination relative, voir la page connexe La subordination - modèles, dimensions, types.

Forme de surface et forme sous-jacente

La forme de surface

le livre que j'ai oublié dans le train

est le produit de la relativation par rapport à X de la forme sous-jacente

j'ai oublié livre X dans le train

La forme sous-jacente (imaginaire, virtuelle) sert de base pour certaines définitions.

Pivot

Dans l'exemple, livre X est appelé le pivot de relativation. Le pivot est un élément de la forme sous-jacente. Nous disons que la forme de surface est relativée par rapport au pivot de la forme sous-jacente. Dans la forme de surface, le pivot est un nom et la subordonnée relative est une épithète de ce nom.

Extraction

La relativation est une transformation d'extraction. Le pivot est l'élément extrait.

La double représentation du pivot dans la forme de surface

Le pivot de la forme sous-jacente a deux représentations dans la forme de surface : le pronom relatif en tête de la subordonnée (que dans l'exemple) et l'antécédent dans la principale (le livre dans l'exemple).

Le cas lié

Dans la forme de surface, le cas du pronom relatif est le même que le cas du pivot dans la forme sous-jacente. Ce cas est appelé le cas lié.

§ Le cas de livre X dans la forme sous-jacente j'ai oublié livre X dans le train est le cas objet direct. Donc le cas du pronom relatif que dans la forme de surface le livre que j'ai oublié dans le train est également le cas objet direct.

§ Le cas de livre X dans la forme sous-jacente livre X est resté dans le train est le cas sujet. Donc le cas du pronom relatif qui dans la forme de surface le livre qui est resté dans le train est également le cas sujet.

§ On verra plus loin que le cas lié est un cas au sens large (ou fonctionnel). Les trois cas au sens étroit (ou formel) sont le cas sujet, le cas objet direct et le cas objet indirect. L'ensemble des cas au sens large est composé du cas sujet, du cas objet direct, du cas prédicatif, du cas sujet existentiel, du cas objet indirect et du cas prépositionnel (un cas pour chaque préposition). Par exemple, avec Pierre est le cas avec de Pierre, chez Pierre est le cas chez de Pierre, etc. Le cas fonctionnel prédicatif et le cas fonctionnel sujet existentiel ont toujours la même forme que le cas objet direct.

Le cas de l'antécédent

Le cas de l'antécédent est déterminé uniquement par les besoins de la principale. Il n'y a aucun rapport entre le cas de l'antécédent et le cas lié. Le cas du pivot n'influe aucunement sur le cas de l'antécédent.

§ Dans la proposition le livre que j'ai oublié dans le train était un Simenon, le livre est le sujet de la principale. Dans la proposition j'avais emprunté à Pierre le livre que j'ai oublié dans le train, le livre est l'objet direct de la principale. Dans les deux cas, que est l'objet direct de la subordonnée.

§ Dans la proposition le livre qui est resté dans le train était un Simenon, le livre est le sujet de la principale. Dans la proposition j'avais emprunté à Pierre le livre qui est resté dans le train, le livre est l'objet direct de la principale. Dans les deux cas, qui est le sujet de la subordonnée.

Cas interne et cas externe

Le cas lié est aussi appelé le cas interne. Le cas de l'antécédent et aussi appelé le cas externe.

L'autoenchâssement

L'autoenchâssement est un petit phénomène linguistique amusant dont il serait impossible de ne pas parler dans l'étude de la subordonnée relative, bien que son apport à la grammaire descriptive soit nulle. Considérons la phrase

le chat que le chien que le vétérinaire que tu m'avais conseillé a vacciné a poursuivi appartient au voisin

À première vue, cette chaîne est du charabia, mais en réalité c'est une phrase française parfaitement grammaticale. La phrase comprend quatre propositions, dont chacune a la forme [nom * épithète * verbe]. Chaque épithète, à son tour, est une subordonnée relative ayant la forme [nom * épithète * verbe]. On peut visualiser la structure de la phrase en alignant chaque prédicat avec son sujet :

le chat
que le chien
que le vétérinaire
que tu m'avais conseillé
a vacciné
a poursuivi
appartient au voisin.

L'autoenchâssement intéresse principalement le psycholinguiste qui étudie le rôle de la mémoire dans le traitement d'information. Mais il y a aussi une leçon à tirer de l'autoenchâssement par le grammairien : n'est pas agrammatical tout ce qui est difficile à interpréter.

(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)