HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      

RECHERCHE PAR MOTS-CLÉS      RECHERCHE PAR MOTS DISPERSÉS      RECHERCHE PAR MOTS CONSÉCUTIFS


TITRE
Les subordonnées réduites - la réduction nomino-prédicative (652)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
Les subordonnées réduites - la réduction nomino-prédicative (652)

SOMMAIRE
Exemples liminaires
Forme générale de la réduction nomino-prédicative
Diversité des structures nomino-prédicatives
Les structures nomino-prédicatives - détails
Type 1 - verbes locatifs transitifs
Type 2 - verbes existentiels
Type 3 - verbes copulatifs
Type 4 - avec A pour B, avec A comme B
Remarque sur en plus / en moins
La fonction externe de la réduction nomino-prédicative
À peine dans la réduction nomino-prédicative
Réduction nomino-prédicative et participe absolu
La réduction nomino-prédicative - exemples

Exemples liminaires

les mains dans les poches
croquis à l'appui
avec le président à bord
Pierre une fois professeur
une fois veuve
une fois à la Maison Blanche

Forme générale de la réduction nomino-prédicative

[(avec + sans + 0) * nom * prédicat]

Le prédicat est un adjectif (souvent un participe passé) ou un adverbe (souvent une expression prépositionnelle).

Diversité des structures nomino-prédicatives

La façade de cette simple formule recèle une grande diversité de structures. La réduction nomino-prédicative est aussi énigmatique que souple.

On se rappelle que la forme sous-jacente de la subordonnée réduite prédicative contient le verbe être. La forme sous-jacente de la subordonnée réduite nomino-prédicative contient d'autres verbes légers.

Cette différence entre la réduction prédicative et la réduction nomino-prédicative en entraîne d'autres.

La réduction prédicative a une seule structure homogène, tandis que la réduction nomino-prédicative est une famille de structures. Dans la forme sous-jacente de la réduction prédicative, l'élément non supprimé est toujours le complément prédicatif du verbe être supprimé, tandis que dans la forme sous-jacente de la réduction nomino-prédicative, l'élément non supprimé peut remplir plusieurs fonctions par rapport au verbe léger supprimé.

L'élément non supprimé peut être l'objet direct ou le sujet existentiel du verbe supprimé et il peut aussi former un couple sujet-prédicat encadrant le verbe supprimé. On verra des exemples tout à l'heure.

Le verbe sous-jacent de la réduction nomino-prédicative n'est pas aussi aisément restituable que le verbe être de la forme sous-jacente de la réduction prédicative. Les verbes sous-jacents de la réduction nomino-prédicative sont imaginaires, virtuels.

La corrélation du sujet de la subordonnée réduite nomino-prédicative est moins uniforme que celle du sujet de la subordonnée réduite prédicative. On verra les cas tout à l'heure.

Les structures nomino-prédicatives - détails

Type 1 - verbes locatifs transitifs

Dans la plupart des cas de la réduction nomino-prédicative, le verbe supprimé est un membre de la famille locative transitive

ayant
tenant
portant
affichant
contenant
gardant

il se balade les mains dans les poches =
il se balade tenant / fourrant ses mains dans les poches

La partie non supprimée est objet direct.

Le sujet du verbe sous-jacent est facile à corréler avec un élément de la principale. La cible de corrélation est presque toujours le sujet de la principale.

Type 2 - verbes existentiels

Souvent le verbe supprimé est existentiel :

étant présent
se trouvant

avec le président à bord =
le président se trouvant à bord

La partie non supprimée est sujet existentiel.

Le sujet du verbe sous-jacent est indépendant, non corrélable.

Type 3 - verbes copulatifs

Plus rarement, le verbe supprimé est copulatif : étant, devenu, restant. Seul le verbe sous-jacent est supprimé. La partie non supprimée est un couple sujet-prédicat encadrant le verbe supprimé.

toutes choses égales par ailleurs =
toutes choses étant / restant égales par ailleurs,

Pierre une fois professeur, toute la famille se détendit =
Pierre une fois devenu professeur, toute la famille se détendit,

son café une fois chaud, Pierre l'avala d'un trait =
son café une fois devenu chaud, Pierre l'avala d'un trait

Mitterrand à l'Élysée =
Mitterrand étant parvenu à l'Élysée

l'ennemi en fuite =
une fois l'ennemi mis en fuite

Giscard président =
Giscard étant président

Pierre malade, nous avons dû annuler le voyage =
Pierre étant tombé malade, nous avons dû anuler le voyage

lui absent, toi seul pourras terminer le travail =
lui étant absent

Il n'y a pas de corrélation entre la subordonnée et la principale. Le sujet sous-jacent fait partie du matériel non supprimé.

Cette construction peut être considérée comme une subordonnée participiale absolue sans participe. Voir l'étude détaillée du participe absolu à la page connexe La subordonnée participiale absolue.

Type 4 - avec A pour B, avec A comme B

Les syntagmes avec A pour B et avec A comme B s'inscrivent dans le cadre de la réduction nomino-prédicative. Voir l'étude détaillée de ces syntagmes à la page connexe Emplois spécialisés de pour - prédication généralisée et à la page connexe Les emplois de comme - rubrique Rôle, position, responsabilité. La place de la subordonnée réduite est libre.

avec Pierre comme chef d'équipe =
avec, comme chef d'équipe, Pierre

avec un million d'euros pour objectif =
avec, pour objectif, un million d'euros

avec la conquête du marché américain pour mission =
avec, pour mission, la conquête du marché américain

Le type 4 est un cas particulier du type 1.

La fonction externe de la réduction nomino-prédicative

La fonction externe de la subordonnée réduite nomino-prédicative est la fonction d'adjectif : la subordonnée réduite nomino-prédicative peut occuper les mêmes positions que l'adjectif.

Épithète

le tableau représentait un garçon rieur, les joues rouges, les cheveux en brosse

Complément prédicatif

il a été pris la main dans le sac
je l'ai photographié les mains dans les poches
ne reste pas les bras croisés

Quasi-prédication

Dans la plupart des cas, on a l'impression que la subordonnée réduite nomino-prédicative est un adverbe modifiant un verbe. La relation entre un verbe et un adjectif adverbal est la relation quasi-prédicative. Voir l'étude détaillée de la quasi-prédication à la page connexe Le complément prédicatif - la quasi-prédication.

Coordination avec un adjectif

Dans pauvre et pieds nus, la nuit, j'errais sous tes palais (Musset), la coordination d'un adjectif et d'une subordonnée réduite nomino-prédicative montre leur équivalence.

À peine dans la réduction nomino-prédicative

à peine çà et là une chandelle allumée aux fenêtres
à peine un souffle frais dans les rues

À peine est un vulgaire adverbe de degré dans la réduction nomino-prédicative. En revanche, il exprime un aspect temporel dans la réduction prédicative. (Une fois, aussitôt et sitôt expriment des aspects temporels dans la réduction prédicative et ne jouent aucun rôle dans la réduction nomino-prédicative.)

Réduction nomino-prédicative et participe absolu

Il peut y avoir ambigüité structurelle entre la réduction nomino-prédicative et le participe absolu. Voir l'examen du participe absolu à la page connexe La subordonnée participiale absolue. Dans chacune des paires d'exemples, la première proposition comprend une réduction nomino-prédicative et la seconde, un participe absolu.

il se met au travail la chemise déboutonnée (la chemise déboutonnée est celle qu'il porte)
il se met au travail une fois la chemise déboutonnée (la chemise déboutonnée est celle qu'il raccomode ou n'importe quelle chemise)

bouche ouverte, le dentiste s'est mis au travail (la bouche ouverte est celle du dentiste)
la bouche ouverte, le dentiste s'est mis au travail (la bouche ouverte est celle du patient)

chaussures bien cirées (ayant mis des chaussures bien cirées)
ses chaussures bien cirées (ayant bien ciré ses chaussures)

Remarque sur en plus / en moins

Le syntagme [avec * N * en plus] (par exemple avec bonus en plus) n'a rien d'extraordinaire : en plus est un adverbe qualifiant un autre adverbe, notamment avec bonus. Vu que cet exemple a la même structure que avec les mains dans la poche ou avec le président à bord, exemples que nous avons cités plus haut, on pourrait aussi dire que avec bonus en plus est un cas de réduction nomino-prédicative. Mais l'emploi de en plus se complique lorsque nous omettons avec, ce qui est permis dans la réduction nomino-prédicative et illustré par de nombreux exemples. L'analyse de bonus en plus (sans avec) ne laisse aucun doute. Dans sa paye est tant bonus en plus, l'analyse de bonus en plus donne forcément une réduction nomino-prédicative. L'hypothèse de deux adverbes est exclue.

La réduction nomino-prédicative - exemples


Type 1

Pour l'étude détaillée de la concurrence de l'article défini et du pronom possessif, voir la page connexe Article défini - actions dirigées sur des caractéristiques ou des possessions.

Article défini

à quelques pas de là, des paysans hongrois dans leurs habits d'été, la culotte de toile blanche découvrant les jambes nues, la veste courte aux manches comme des fanons de bœufs, et sur la tête un chapeau galammant orné d'une fleur, contemplaient ce noir troupeau de Juifs. (Tharaud)
ce roman ne peut se lire que les larmes aux yeux
certains jours il allait et venait avec précipitaton dans sa chambre, les deux mains à la poitrine, les jambes flageolantes, la bouche ouverte
elle était toute confuse et les joues en feu
elle mangeait délicatement, le petit doigt écarté (Simenon)
elle restait pensive, la tête appuyée sur son éventail (Stendhal)
elle se tait, le regard dans le vague
il a été pris la main dans le sac
il a gagné les doigts dans le nez
il avançait le dos bossu, l'oreille inquiète
il avance la mine triste, l'allure incertaine
il errait l'air d'un fou
il est entré dans la cuisine le chapeau sur la tête et la pipe à la bouche
il est reparti les mains vides
il est tombé le cul dans l'eau
il mourut la plume à la main
il s'est laissé prendre la main dans le sac
il se promène dans le jardin les yeux fermés
il se roulait dans l'herbe, les quatre fers en l'air (Aymé)
il tomba la tête la première
ils allaient comme les yeux fermés et dans la nuit (Michelet)
j'étais étendu dans mon lit, les yeux levés, l'oreille anxieuse, la narine rétive, le cœur battant (Proust)
j'errais donc, l'œil rivé sur le pavé vieilli (Mallarmé)
je restais les bras étendus et les yeux perdus dans l'espace (Musset)
l'air furieux
l'air hagard
l'air perplexe
l'air souriant
l'écume à la bouche
l'esprit libre de tout souci, il pouvait enfin se reposer
l'œil en feu
l'œil rivé sur le pavé
l'oreille inquiète
la conscience tranquille
la gorge serrée
la joie au cœur
la main dans la main
la main dans le sac
la main sur le cœur
la mine triste
la pipe aux dents
la preuve en main
la rage au cœur
la tête appuyée dans ses mains
la tête baissée
la tête basse
la tête dans les nuages
la tête découverte
la tête haute
la tête la première
la tête penchée
la veste sur le bras
la voix tremblante d'émotion
le béret sur l'oreille
le café bu, il avait fui, allègre, l'oreille rouge, les narines ouvertes (Mauriac)
le chapeau à la main
le cocher, la face rougie par le grand air des champs, les pluies, les bourrasques et les petits verres, les yeux devenus clignotants, sous les coups de vent et de grêle, apparut sur la porte de l'hôtel (Maupassant)
le cœur battant
le cul dans l'eau
le désespoir dans le cœur
le dos bossu
le fusil sur l'épaule
le gilet déboutonné
le moral en berne
le nez en l'air
le pas sûr
le permis en poche
le plus grand, vêtu de toile, marchait le chapeau en arrière, le gilet déboutonné et sa cravate à la main (Flaubert)
le poignard au côté
le sabre au clair
le sourire aux lèvres
le stylo au poing
le torse nu
les bras ballants
les bras chargés de cadeaux
les bras en l'air
les cheveux en désordre
les doigts dans le nez
les fesses rondes, les seins hauts, tous les regards des hommes finissait par se poser sur elle
les joues blêmes
les larmes aux yeux
les main jointes, il priait
les mains dans les poches
les mains vides
les papiers en règle
les petits passaient, la démarche vive (Larbaud)
les yeux au ciel
les yeux au plafond, elle rêvassait
les yeux baissés
les yeux battus, la mine triste, les joues blêmes, tu ne dors plus
les yeux dans les yeux
les yeux fermés
les yeux grands ouverts
les yeux noyés par la sueur, les membres tremblant de l'effort brutal que j'avais fourni, la poitrine soulevée par la respiration, et si découragé que (Merle)
les yeux écarquillés
on ne parle pas la bouche pleine
Poil de Carotte, les talons plantés, se met à trembler dans la pénombre (Renard)
un vieux mendiant, tout loqueteux et marmiteux, l'échine cassée, l'air d'un chien battu (Lemaître)
vêtus de leur seule barbe et de leurs papillotes, étiques, les épaules voûtées, d'une blancheur de linge ou plutôt de bougie, les ventres ballonés et hernieux sur des jambes trop maigres, ils offraient le plus affligeant spectacle d'anatomies sans proportions (Tharaud)

Pronom possessif

il les écouta, ses yeux dans mes yeux (M. Prévost)
sa chemise déboutonnée
sa jolie tête inclinée sur son épaule
ses cheveux longs sur l'épaule
ses manches retroussées
son chapeau entre ses genoux
son diplôme en poche

Article indéfini

je l'ai vue passer un sac à provisions à la main
il se promenait un livre à la main
il vint vers moi, un étrange sourire aux lèvres
on vit glisser, une flamme à sa proue, quelque barque attardée (Balzac)
un couteau à la main
un foulard sur les épaules

Sans article

arme au poing
badine en main
bouche bée
capuches rabattues sur les visages
cigare au bec
clés en main
croquis à l'appui
exemples à l'appui
face contre terre
front contre front
il dormait fenêtre ouverte
il le salua chapeau bas
il marchait pieds nus
il vivait tous volets fermés
ils étaient pieds nus et en haillons (Hugo)
je la croyais pieds nus
joue contre jous
jouer cartes sur la table
la cavalerie avance, sabre au clair, musique en tête
les gardiens se trouvèrent pieds et poings liés
main dans la main
mains derrière le dos, il était debout au milieu de la route
papiers en règle
pare-choc contre pare-choc
permis en poche
photographier seins nus
pieds nus
preuve en main
rage au cœur
rouler feux éteints
sabre au clair
sabres aux poings
sac au dos
tête baissée
tête basse
tête nue
torse nu
toutes voiles dehors
ulcère à l'estomac

Type 2

à peine çà et là une chandelle (allumée) aux fenêtres
à peine un souffle frais dans les rues
avec le président à bord
les philosophes analytiques d'Oxford, Bertrand Russell en tête
toujours une bonne bouteille en réserve
jouer cartes sur table
avec tes saletés d'amis, tas de bohémiens répugnants, qui se gobergent à ton compte et se fichent de toi le dos tourné (Courteline)

Type 3

Pierre une fois professeur, toute la famille se détendit
son café une fois chaud, Pierre l'avala d'un trait
toutes choses égales par ailleurs

Exemples de l'emploi de avec

avec Europe 1 en fond sonore
avec diplôme en poche
avec les pieds nus et sales
avec leurs phares allumés
avec son éternel chapeau de paille sur la tête
avec une bêche à l'épaule
avec une pierre au cou
avec une serviette sous le bras
avec, à l'épaule, des roses
avec, à la lèvre, un doux chant, avec, à l'âme, un grand courage (Brassens)
avec, dans les yeux, une étrange lueur
avec, en arrière-pensée, l'obsession de
je me suis promené ainsi, avec uns sorte de monologue sans fin dans ma tête (Kemal Daoud)

L'expression prépositionnelle qui indique la position de l'argument de avec peut être intercalée entre avec et son argument. Avec, à l'épaule, des roses et avec des roses à l'épaule sont synonymes à une légère différence de perspective près.

RETOUR EN HAUT DE PAGE