PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      

RECHERCHE PAR MOTS-CLÉS      RECHERCHE PAR MOTS DISPERSÉS      RECHERCHE PAR MOTS CONSÉCUTIFS


TITRE
Les subordonnées adverbiales inclassables (651)

ASCENDANCE
Manuel de la grammaire française (0)
Le syntagme proposition (445)
La subordination et les subordonnées (521)
Les subordonnées adverbiales (596)

PAGES SŒURS
Les subordonnées adverbiales inclassables (651)

SOMMAIRE
Introduction
La classification des subordonnées adverbiales
Version fléchie et version infinitive
Les subordonnées adverbiales inclassables infinitives
À
À - néogérondif - introduction
À - néogérondif - fondement de jugement
À - néogérondif - cause, condition, moyen, manière
À - néogérondif - action prolongée
À - néogérondif - adverbe métadiscursif
À - néogérondif - préposition, conjonction
À - effort
À - manière
De là à...
À - cause métadiscursive
À force de
À moins de, à moins que de
À part
Après
Au lieu de
Avec
Contre
De - néogérondif métadiscursif
Depuis
Entre
Faute de
Hors
Jusque
Loin de
Moyennant
Par
Pour
Près de
Quant à
Quitte à
Sans
Sauf à
Tant qu'à
Vers
Les subordonnées infinitives de thématisation
Les infinitifs à faible verbalité

Les subordonnées adverbiales inclassables fléchies
Subordonnées fléchies - introduction
À mesure que
À moins que
À part que
À proportion que
Au fur et à mesure que
Au lieu que
D'autant plus que
De crainte que, par crainte que, crainte que
De peur que
Faute que
Le peu que
Loin que
Outre que
Que signifiant sans que
Que signifiant tandis que, alors que
Que signifiant autant que, dans la mesure où
Quitte à ce que
Sans que
Sauf que
Selon que
Suivant que

Introduction

§ La classification des subordonnées adverbiales

Les deux dimensions de la classification des subordonnées adverbiales sont la dimension fonctionnelle (la dimension thématique, la dimension des circonstances) et la dimension formelle (la dimension des jonctions et des conjonctions). Les deux dimensions sont indépendantes. Les types fonctionnels et les types formels se combinent librement.

Pour les difficultés de la classification formelle (de la classification des jonctions et des conjonctions), voir les remarques

à la page connexe La subordination - mécanismes, jonctions, conjonctions - rubrique Les conjonctions - conclusions et

à la page connexe Les subordonnées adverbiales - introduction - rubrique Les circonstances - détails

La classification fonctionnelle (thématique) est, elle aussi, problématique, notamment en ce que le nombre de thèmes adverbiaux est beaucoup plus grand que le nombre de systèmes thématiques plus ou moins cohésifs. Les systèmes thématiques majeurs sont les systèmes temporel, causal, final, concessif et conditionnel. (La subordonnée consécutives et la subordonnée comparative ne sont pas considérées comme adverbiales dans ce travail.) Au-delà des systèmes thématiques bien connus, il y a une énorme nébuleuse de subordonnées adverbiales fragmentaires, hautement spécialisées, anonymes, inclassables. La classe de subordonnées adverbiales inclassables est une classe dépotoir arbitraire, mais pas beaucoup plus arbitraire que les « vraies » classes fonctionnelles.

§ Version fléchie et version infinitive

Certaines conjonctions inclassables ont une version fléchie et une version infinitive :

à moins de / à moins que
loin de / loin que
faute de / faute que

Ces conjonctions sont des prépositions composées qui perdent leur de devant le nominalisateur que.

§ Prépositions qui n'admettent pas l'infinitif

Certaines prépositions qu'on pourrait aisément imaginer fonctionnant comme conjonctions n'admettent pas l'infinitif : dès, depuis, outre.

Les subordonnées adverbiales inclassables infinitives

§ À

À - néogérondif - introduction

$ Exemples liminaires

à bien y réfléchir
il nous fait peur à conduire si vite

Historiquement, le gérondif est un syntagme prépositionnel dont l'argument est un infinitif décliné. Le syntagme [à * infinitif] que nous examinons ici est un doublet, un remake en quelque sorte, du gérondif originel. Le syntagme [à * infinitif] néogérondival peut être remplacé par un gérondif : à bien y réfléchir, on a l'impression que en bien y réfléchissant, on a l'impression que. Le gérondif et le néogérondif ont en commun le flou des circonstances qu'ils expriment. Dans les deux subordonnées, il se mélange souvent des nuances causales, conditionnelles, temporelles et de manière.

On évitera de confondre la subordonnée que nous étudions ici avec la subordonnée infinitive à couplage lâche. Voir la page connexe Les subordonnées infinitives à couplage lâche. Nous y montrons que la subordonnée infinitive à couplage lâche constitue un type majeur indépendant.

À - néogérondif - fondement de jugement

La subordonnée exprime un indice, un critère, un fondement de jugement, une référence, un témoin. Le verbe de la subordonnée est un verbe de perception ou de pensée. La principale exprime la conséquence, psychologique elle aussi, du processus exprimé par la subordonnée. La subordonnée est souvent thématisée.

à bien considérer les choses
à bien peser les choses
à bien y réfléchir
à considérer froidement la chose
à écouter le moteur, on a l'impression que
à en juger par
à entendre sa voix
à examiner ce chant de près
à l'en croire
à l'entendre, on dirait qu'il est ivre
à le fréquenter, on se rend compte que
à le lire attentivement
à le regarder on se rend compte que
à le voir on pourrait penser
à le voir si maigre, j'ai eu pitié
à lire son visage
à lui voir une si pitoyable mine, elle avait envie de rire (France)
à relire tout ce qui précède
à supposer que
à tout bien considérer
à tout peser
à tout prendre
à vous voir si pâle, j'ai pensé que vous étiez un des blessés de la grande bataille (Stendhal)
à y bien réfléchir
à y bien songer
à y regarder de plus près
rien qu'à le regarder

À - néogérondif - cause, condition, moyen, manière

La subordonnée exprime des circonstances vagues, amalgames de cause, condition, moyen, manière, élément définitoire.

à approfondir cette idée
à causer plus longuement, nous finirions par
à cultiver une terre ingrate
à demeurer ainsi figé dans la contemplation
à être souvent dupé
à feuilleter ce glossaire, on se rend compte que
à fréquenter cette fille, tu as pris son vice (Descaves)
à l'exprimer, cela devient banal
à le retrouver sans cesse là
à lire dans le noir, tu vas t'user les yeux
à lui voir une si pitoyable mine, elle avait envie de rire (France)
à manifester trop haut ses craintes
à me retrouver dans la cuisine chaude
à ne jamais écouter les autres, voilà ce qui arrive
à ne plus boire de café, je m'endors souvent
à parler si fort
à raconter ses maux, souvent on les soulage
à rappeler nettement mes souvenirs
à relire ce qui précède
à se sentir suivi
à te fatiguer ainsi, tu vas tomber malade
à trop vouloir se dépêcher on risque de
à vivre de cette façon sur le dos les uns des autres
j'éprouve d'ailleurs quelque horreur à me remémorer ces préambules (Sagan)
je souffrais trop à rester ainsi en face de lui (Daudet)

agacer
amuser
apporter de l'empressement
apporter du soin
attacher de l'importance
attacher un prix
avoir avantage
avoir beaucoup de mal
avoir beaucoup de peine
avoir bonne grâce
avoir de la difficulté
avoir de la facilité
avoir de la joie
avoir de la peine
avoir de la pudeur
avoir des difficultés
avoir du mal
avoir du plaisir
avoir grand-peine
avoir intérêt
avoir le cœur
avoir le goût
avoir mauvaise grâce
avoir peine
avoir plaisir
avoir scrupule
blémir de fureur
courir des risques
dissiper sa fortune
distraire
divertir
éclater de rire
éprouver de l'angoisse
éprouver de l'assurance
éprouver de l'embarras
éprouver de la honte
éprouver de la joie
éprouver de la jouissance
éprouver de la rage
éprouver de la satisfaction
éprouver de la volupté
éprouver du dégoût
éprouver du plaisir
éprouver une certaine satisfaction
éprouver une joie
être mal venu
être rassuré à le savoir
être un pleutre à
effrayer à passer toute seule
faire attention
faire du mal à
gagner quelque sous
gagner sa vie
il a perdu du temps à bavasser avec la voisine
il aurait mauvaise grâce à refuser
il frissonna à voir que
il gagne sa vie à peindre des portraits
il m'agace à toujours nous traiter de
il n'a rien à gagner
il nous fait peur à conduire si vite
il s'aigrit à rester enfermé
il s'épouvante à l'entendre
il s'excite à le regarder
je le taquine à lui dire
je m'ennuierais à ne rien faire
je ne serais pas très rassuré
je ne suis pas comme toi, à vouloir
jouer un jeu dangereux
l'esprit s'aère à voyager
mettre du zèle
mettre sa bonne volonté
mettre sa patience
mettre son élégance
mon cœur se gonfle de joie
montrer un réel plaisir
n'éprouver aucune difficulté
occuper
on hasarde de perdre à trop vouloir gagner
on n'a rien à perdre à le connaître
on ne perdrait rien
on ne risque rien à le consulter
perdre du temps
porter du zèle
porter sur les nerfs
prendre de l'aplomb à être riche
prendre du risque
prendre garde
prendre goût
prendre plaisir
ressentir de la haine
s'aigrir
s'amuser
s'attrister
s'égayer
s'égosiller
s'émouvoir
s'époumoner
s'épouvanter
s'épuiser
s'éreinter
s'étonner
s'ennuyer
s'enrhumer à courir la nuit
s'enrouer
s'escrimer
s'esquinter
s'essouffler
s'exciter
s'offenser
se consoler
se crever la cervelle
se crever les yeux
se délecter
se dépenser
se distraire
se divertir
se fatiguer
se lasser
se proposer une tâche surhumaine
se réserver du plaisir
se salir les mains
se satisfaire
se sentir ému à découvrir
se tuer
sentir de la gêne
trembler
trouver de la joie
trouver du plaisir
tu m'amuses trop à continuellement faire semblant de
tu me fais du mal à toujours me contrarier
tu me portes sur les nerfs à me regarder ainsi
vous le buterez à le punir ainsi
vous me gênez à être toujours là
vous ne savez pas de quoi vous vous privez
vous souffrez plus à lui résister qu'à lui céder

À - néogérondif - action prolongée

Être

Le rôle d'un adverbe de lieu ou de manière peut être ambigu : il peut qualifier le verbe être ou l'infinitif.

dire qu'ils sont là tous à me persécuter pour que je fasse opérer mon enfant (A. Daudet)
elle était devant la porte à l'attendre
elles étaient à veiller une voisine qui allait mourir (Arland)
il était à dormir dans sa voiture
il était perché sur le toit à regarder attentievement l'horizon
il est là-haut à travailler
il fut longtemps à revenir
il fut un bon moment à chercher le commutateur électrique (Simenon)
ils étaient à casser la croûte
ils étaient à s'embrasser au milieu de la route
ils étaient fatigués de rester à grelotter, à battre la semelle (A. Daudet)
ils sont à flâner sur les grands boulevards
ils sont toujours à grignoter quelque chose comme des rats (Duhamel)
ils sont toujours à se chamailler
j'ai été avec toi sous le feu de l'ennemi, à recevoir des balles pour le même drapeau (Hervieu)
je ne voudrais pas penser qu'ils sont égarés ou à traîner n'importe où (Hervieu)
le linge est à sécher au soleil
les enfants sont dans leur chambre à se reposer
les paysans étaient à moissonner
nous étions à faire la cuisine
nous étions là en fraude, à voler des gâteaux et de la liqueur (Alain-Fournier)
nous sommes au grenier à trier de vieilles lettres
on dirait qu'il est toujours à défendre quelque chose contre moi (Lacretelle)
tu est toujours à vivre sur des idées d'autrefois (Clavel)

En être

j'en suis encore à me chercher
je n'en étais pas à me laisser prendre aux apparences (Chamson)
nous n'en étions plus à feindre entre nous

Autres verbes intransitifs - rester, se tenir, faire

accroupie dans le potager à arracher les mauvaises herbes
allongé à ne rien faire
étendus à fumer des cogarettes
elle est restée seule dans le verger à se morfondre, inquiète (Dubuis)
elle restait des heures devant la glace à se lisser, à se regarder (A. Daudet)
elle restait vingt minutes aux lavabos, à lire Nietzsche (Montherlant)
il passa l'après-midi au jardin à fumer sa pipe
il passe son temp à
il s'était tenu longtemps tranquille à
ils restaient là, figés à la regarder
je demeure tranquille à regarder et à écouter la flamme (Mauriac)
je me trouvais, un matin, à jouer avec deux nouveaux(Bourget)
je restais un moment debout, à la regrder (Borel)
je reste à vous écouter
je reste ici à respirer
qu'est-ce que tu fais à perdre ton temps ici
se tenir debout près du feu à
se tenir tranquille à
tranquillement assis à
vivre à

Verbes transitifs prédicatifs

je l'ai surpris à consulter son agenda
je l'ai surpris par hasard à ne rien faire
je l'ai trouvé à écrire une lettre
je me suis surpris à caresser des rêves de divorce
je me suis surpris à éprouver un certain orgueil (T. Bernard)
le voilà à me raconter les dernières nouvelles
me voici à trembler comme une pensionnaire (Bourget)
nous voilà à rire
vous me trouverez sur le quai de la gare à vous attendre (Gide)

Voir aussi la page connexe Verbes multistructurels - être - rubrique Verbe à rection semi-prédicative.

Réduction

ce ne fut plus l'enfant précoce, toujours à gambader par l'hôtel (A. Daudet)

À - néogérondif - adverbe métadiscursif

La subordonnée peut servir d'adverbe métadiscursif.

à parler franchement
à franchement parler
à proprement parler
à vrai dire
à commencer par moi

À - néogérondif - préposition, conjonction

Le syntagme [à * infinitif * préposition] est une locution prépositive ou une conjonction composée.

à partir de
à compter de
à commencer par
à supposer que

À - effort

La principale exprime l'effort, la concentration, la patience, le soin, l'investissement. La subordonnée exprime l'objectif.

Cet emploi du syntagme [à * infinitif] est un cas limite entre l'emploi régi et l'emploi non régi (adverbial). Les verbes sont employer, utiliser, dépenser, mettre. Voir aussi la page connexe Emplois généraux de à - [nom-1 * à * nom-2].

dépenser son existence à faire fortune
dépenser une partie de son argent à décorer
elle mettait tout son orgueil à faire reconnaître
employer cette demi-heure à visiter
il mit pareille patience à parfaire
il mit plus de vingt ans à retrouver
il mit quelques instants à comprendre
il mit tous ses efforts à me maintenir
il mit une semaine à mourir
il ne mettait donc aucune bonne volonté à fournir
ils mettaient bien du temps à pousser
ils mettent leur élégance à ne pas se montrer
mettre de l'empressement à
mettre de l'ingéniosité à
mettre de la hâte à
mettre sa générosité à
mettre sa sincérité à
mettre son art à
mettre son soin à
se tuer à expliquer
utiliser ses connaissances à

À - manière

La principale exprime la manière de l'action de la subordonnée. L'élément clé de la principale est un nom qui exprime une caractéristique psychologique.

Cet emploi du syntagme [à * infinitif] est un cas limite entre l'emploi régi et l'emploi non régi (adverbial). Voir aussi la page connexe Emplois généraux de à - [nom-1 * à * nom-2].

adresse à calmer l'enfant
ardeur à vivre
attention à l'écouter
chaleur à accepter
démence à jouir
élégance à accepter
facilité à s'adapter
frénésie à jouir
impétuosité à se porter volontaire
indolence à se préparer
orgueil à refuser
paresse à sortir
pudeur à se produire en public
rapidité à répondre
rigueur à tirer
rudesse à le rabrouer
souplesse à se réconcilier
spontanéité à expliquer
témérité à riposter
tiédeur à défendre
timidité à réprimer
tranquillité à oser
vanité à se mettre à leur disposition
vigueur à défendre

elle était si jolie à marcher qu'elle donnait envie de courir après elle (Lavedan)
ils étaient silencieux à monter l'escalier

De là à...

de là à conclure que
de là à dire qu'il est fou, il n'y a qu'un pas
de là à dire qu'il ment il y a loin
elle était un peu pâle, mais de là à appeler le docteur
oui, mais de là à prétendre qu'il mente

À - cause métadiscursive

Voir la page connexe La subordonnée causale non fléchie - rubrique Type 3 - avoir - à.

est-ce qu'ils se fichent de nous, à sonner quand il n'y a rien ? (Zola)
qu'avaient-ils, tous deux, à parler de toutes les choses dont on ne parle pas ?
qu'avez vous à crier et à danser ? (Anouilh)
qu'est-ce que je fais là, moi, à donner des conseils et à montrer ma grandeur d'âme ? (Colette)
qu'est-ce que tu fais à bouder là-bas ?
qu'est-ce que vous avez à me ragarder comme ça ?
qu'est-ce que vous faites là à bâiller comme des huîtres ? (Courteline)
que faisait-il, ce galopin, à courir les foires ?
que veulent-ils de nous, à nous supplier ainsi ? (Zola)

§ À force de

à force de chercher on va bien trouver
il s'est cassé la voix à force de crier
à force de mentir, il perdra la confiance de tout le monde

§ À moins de, à moins que de

§ À part

à part vendre la voiture, il ne semblait pas y avoir de solution

§ Après

Après = outre

après lire, ce que j'aime le mieux, c'est la musique
après boire et dormir, je n'ai pas d'autres occupations (Musset)

Après = en train de

Être après et être après à ont la valeur de être en train de dans certaines régions.

§ Au lieu de

tu peux téléphoner au lieu d'écrire

§ Avec

les servantes étaient, en effet, avec boire et fumer, son autre consolation contre les misères du temps (Régnier)
je ne crois pas aux choses mortes, et confonds n'être plus avec n'avoir jamais été (Gide)

§ Contre

je n'ai rien contre aller et venir à n'importe quelle heure

§ De - néogérondif métadiscursif

Dans les exemples qui suivent, la valeur du syntagme [de * infinitif] est proche de celle du gérondif. En même temps, il a aussi une nuance de causalité métadiscursive.

il eût cru manquer de respect d'en agir autrement
ils sont ennuyeux, de nous donner toujours leurs gosses à garder (C. Mauriac)
je suis un àne de n'avoir pas tout de suite deviné (Benoit)
tu as eu de la chance d'avoir choisi une semaine sans pluie
tu devais me prendre pour un imbécile, de me mettre la tête à l'envers pour un type comme Paul (Le Clézio)
tu es une sotte de le répéter (Zola)

Cette construction est proche de celle du type tu aurais mieux fait de, que nous examinons à la page connexe Verbes multistructurels - faire - rubrique Faire * adverbe * de * infinitif.

§ Depuis

Le sens temporel de [depuis * infinitif] n'appartient pas à la langue moderne. Voir jusque pour un autre emploi de depuis.

§ Entre

entre acheter une voiture et retaper la maison, nous avons choisi ce qui était plus urgent pour le bien des enfants
entre jeter la pièce au feu et la refaire, mon frère balançait (Duhamel)
entre voler et faire ça, elle aimait mieux faire ça (Zola)
il faut faire la différence entre se connaître et se connaître (Duras)
il y a loin entre souhaiter et pouvoir
j'hésite entre l'aimer et le haïr
la différence entre être et paraître
le choix entre rêver et pleurer
qu'est-ce qui est le plus grave entre détruire une maison et couper un olivier qui repoussera ?
un fauteuil inconfortable qui lui donnait le choix entre se crisper ou se vautrer (Sagan)

§ Faute de

faute d'avoir mis de l'huile, la voiture est tombée en panne
ce n'est pas faute d'avoir essayé

§ Hors

tout dans le monde est vanité, hors aimer Dieu et le servir

§ Jusque

Jusque transparent

il est capable de tout, depuis mettre le feu à la maison jusqu'à tuer son meilleur ami
il était bon à tout, depuis vider le pot de chambre de Son Altesse, jusqu'à reconquérir le duché (Bourges)

Conséquence, degré

courir jusqu'à perdre haleine
danser jusqu'à ne plus pouvoir tenir debout
diminuer jusqu'à
être plein jusqu'à éclater
il boivent jusqu'à perdre la tête
il s'est énervé jusqu'à lancer des insultes
je travaillais jusqu'à me crever les yeux (Morand)
pousser l'audace jusqu'à
s'approcher de lui jusqu'à le toucher
s'enhardir jusqu'à
sa curiosité s'accrut alors jusqu'à la faire souffrir (Zola)

Aller, être (au sens de aller)

aller jusqu'au point de
aller jusqu'à dire/nier/prétendre/soutenir que
il est jusqu'à avancer que
il est jusqu'à se persuader
j'ai même été jusqu'à penser que

§ Loin de

bien loin d'en rougir, j'en suis très fier (Romains)
loin d'aimer sa femme, il la bat
loin d'avoir marqué deux buts, ils ont perdu le match
loin de se décourager

§ Moyennant

La préposition moyennant n'est pas suivie de de si son argument est un nom. Le de qu'on trouve entre moyennant et l'infinitif est donc un introducteur d'infinitif.

moyennant de se conformer aux dispositions de la présente loi

§ Par

Le syntagme [par * infinitif] exprimait le moyen dans l'ancienne langue. Ce sont le gérondif, [à * infinitif] et par le fait de qui ont pris sa place dans la langue moderne.

§ Pour

Voir les pages connexes Emplois spécialisés de pour - subordination infinitive, Détachement et thématisation - rubrique Thématisation lexicale explicite.

§ Près de

ce malentendu n'est pas près de finir
il était près d'arriver à ses fins
je ne suis pas près de l'oublier
le soleil est près de se lever
les démarches étaient près d'aboutir

§ Quant à

quant à dire une chose pareille, je n'oserais pas
quant à m'abaisser à ce point, pas question

§ Quitte à

disons la vérité, quitte à faire de la peine
quitte à s'ennuyer, ils préfèrent rester chez eux
nous voulons un barrage, quitte à inonder quelques fermes

§ Sans

Voir la page connexe Les emplois de sans.

§ Sauf à

Sauf à, suivi de l'infinitif, signifie sans exclure l'éventualité de, en se réservant le droit de, en acceptant l'obligation de, en prenant le risque de.

ce prince aimait à se servir de ses intrigants, sauf à les loger ensuite dans une cage de fer (Michelet)
elle semblait ignorer la profession de son fils, sauf à geindre le jour des comptes (Elder)
il accepte de nous aider, sauf à nous critiquer si nous échouons
il continuera à jouer, sauf à la rendre malheureuse
il était homme à provoquer sans motif un carabinier dans la rue, sauf - si le carabinier prenait mal la plaisanterie - à se précipiter sur les genoux et demander grâce (A. Daudet)
la vérité s'impose, sauf à être de mauvaise foi
les enfants iraient volontiers tout nus, sauf à garder un couvre-chef de leur goût (Duhamel)

On se gardera de confondre le syntagme insécable [sauf à * infinitif] avec la préposition sauf suivie d'un à qui est régi par un autre élement de la proposition : elle ne se sentait bonne à rien, sauf à se promener (Farrère).

§ Tant qu'à

Tant qu'à veut dire pour profiter de ce qui est déjà joué, les choses étant ce qu'elles sont.

tant qu'à acheter un ordinateur, autant en acheter un qui soit performant
tant qu'à être simple soldat, j'aime mieux être dans l'aviation que dans l'infanterie
tant qu'à faire, faites-le bien
tant qu'à faire, je préfère payer tout de suite
tant qu'à faire, nous inviteron aussi sa concubine Sarah
tant qu'à faire, tu aurais pu ranger la vaisselle
tant qu'à l'inviter, nous inviterons aussi sa concubine Sarah
tant qu'à lui pardonner, pardonne-lui de bon cœur
tant qu'à prendre la voiture, faisons le détour pour visiter la tante Amélie
tant qu'à tout chambouler, tu aurais pu
tant qu'à vendre à perte, fermons la boutique

§ Vers

son emportement naturel va le faire basculer vers ne plus rien croire (Roy)

§ Les subordonnées infinitives de thématisation

Subordonnée formelle de thématisation

Voir la page connexe Détachement et thématisation - rubrique Thématisation du verbe.

pour tomber mal, ça tombe mal

Subordonnée relâchée de thématisation

Tout ce qu'on peut dire est que la subordonnée infinitive est un thème. Aucun lien formel ou lexical ne révèle le rapport précis entre principale et subordonnée.

aller au bagne en France ou mourir de faim en Amérique, il aimait mieux le bagne ici (Bourdet)
descendre, me mêler à tous ces garçons, non, j'aimais mieux dîner par cœur (Green)
et puis voyager, pensez donc, on n'avait pas d'argent (Arland)
or, pour un prêtre, gagner des âmes à Dieu, tout est là (Richepin)
promener Andrée dans les réunions, plutôt mourir (Montherlant)
réfléchir, j'avais fini (Rochefort)
s'balader quand on cherche, on ne trouve pas (Carco)
se marier à des fins sociales, non (Montherlant)
vivre à Paris, mais y être prisonnière dans ce stupide bureau, avoir tout ce qu'elle aimait à portée de main, mais n'en pouvoir jouir, mieux valait encore sa province (Montherlant)

§ Les infinitifs à faible verbalité

L'infinitif est un nom verbal - fait bien connu depuis les grammairiens de l'Antiquité. Comme nom, il peut servir de sujet, d'objet direct, d'argument de préposition, etc. À travers sa facette verbale, il a un sujet corrélé, des compléments régis ou non régis, un temps, parfois un aspect, etc. Il peut même être substitué à une forme fléchie dans certain contextes (infinitif narratif, infinitif jussif). À moins d'apparaître dans la principale, l'infinitif est le noyau d'une subordonnée, présentant une assise verbale nette et caractéristique.

D'autre part, il y a des infinitifs pleinement nominalisés, vidés de leur verbalité et lexicalisés comme tels : le devoir, le pouvoir, le dîner, le coucher de soleil, etc. Leur verbalité n'est pas faible, elle est nulle. Nous les examinons à la page connexe L'infinitif - les emplois non subordinatifs des temps - rubrique L'infinitif lexicalisé. Ils ne font pas l'objet de la page présente.

Ce que nous allons explorer ici est un emploi curieux de l'infinitif comme argument de certaines prépositions. Ce n'est pas le verbe qui présente la particularité en question, mais la préposition. Étant donné certaines prépositions spécifiques, l'infitif de n'importe quel verbe présentera une « faible verbalité » comme argument de ces prépositions. Reste à définir cette mystérieuse « faible verbalité ».

Le hasard a voulu qu'il y ait des prépositions (après, pour) qui peuvent avoir pour argument soit un infinitif pleinement verbal, soit un infinitif à faible verbalité. Deux paires d'exemples comparatifs nous permettront de prendre la mesure du degré de verbalité.

après avoir bu son café, il se leva et sortit du bureau (pleine verbalité)
après boire et dormir, je n'ai pas d'autres occupations (Musset - faible verbalité)

nous avons économisé un peu d'argent pour faire le Canada cet été (pleine verbalité)
je suis 100 % pour faire le Canada plutôt que de retaper la cuisine (faible verbalité)

La définition de la faible verbalité de l'infinitif après certaines prépositions dans certains contextes n'est ni formelle ni absolue, mais nous pensons pouvoir en offrir quelques vagues indices ou critères.

l'infinitif « fait » plutôt nom que subordonnée

l'infinitif n'a pas l'air d'avoir un sujet corrélé

l'infinitif ne suggère ni temps ni aspect

l'infinitif est tout à fait abstrait et pourrait être remplacé par un nom déverbal (après boire et dormir après la boisson et le sommeil, pour faire le Canada en faveur d'un voyage au Canada)

la préposition elle-même peut souvent être remplacée par un synonyme (après = outre, pour = en faveur de)

Les prépositions qui peuvent entraîner la faible verbalité de l'argument infinitif sont après, avec, contre, depuis, entre, jusqu'à, pour, quant à, tant qu'à, vers. Nous les avons déjà vues plus haut dans l'examen des subordonnées infinitives inclassables.

à part vendre la voiture, il ne semblait pas y avoir de solution
après lire, ce que j'aime le mieux, c'est la musique
après boire et dormir, je n'ai pas d'autres occupations (Musset)
les servantes étaient, en effet, avec boire et fumer, son autre consolation contre les misères du temps (Régnier)
je ne crois pas aux choses mortes, et confonds n'être plus avec n'avoir jamais été (Gide)
je n'ai rien contre aller et venir à n'importe quelle heure
entre acheter une voiture et retaper la maison, nous avons choisi ce qui était plus urgent pour le bien des enfants
entre jeter la pièce au feu et la refaire, mon frère balançait (Duhamel)
entre voler et faire ça, elle aimait mieux faire ça (Zola)
il faut faire la différence entre se connaître et se connaître (Duras)
il parle de travailler
il y a loin entre souhaiter et pouvoir
j'hésite entre l'aimer et le haïr
la différence entre être et paraître
le choix entre rêver et pleurer
qu'est-ce qui est le plus grave entre détruire une maison et couper un olivier qui repoussera ?
un fauteuil inconfortable qui lui donnait le choix entre se crisper ou se vautrer (Sagan)
tout dans le monde est vanité, hors aimer Dieu et le servir
il est capable de tout, depuis mettre le feu à la maison jusqu'à tuer son meilleur ami
il était bon à tout, depuis vider le pot de chambre de Son Altesse, jusqu'à reconquérir le duché (Bourges)
quant à dire une chose pareille, je n'oserais pas
quant à m'abaisser à ce point, pas question
tant qu'à acheter un ordinateur, autant en acheter un qui soit performant
tant qu'à lui pardonner, pardonne-lui de bon cœur
tant qu'à prendre la voiture, faisons le détour pour visiter la tante Amélie
tant qu'à être simple soldat, j'aime mieux être dans l'aviation que dans l'infanterie
tant qu'à vendre à perte, fermons la boutique
son emportement naturel va le faire basculer vers ne plus rien croire (Roy)

Ce n'est pas uniquement dans l'environnement prépositionnel que se développent les symptômes de faible verbalité de l'infinitif : il ne faut pas confondre rationaliser et uniformiser. Nous discutons cet emploi de l'infinitif à la page connexe L'infinitif - les emplois non subordinatifs des temps.

Les subordonnées adverbiales inclassables fléchies

§ Subordonnées fléchies - introduction

L'analyse de ces conjonctions composées varie.

Que peut être un simple nominalisateur

-outre que
-sans que
-selon que
-même que

Que peut représenter de ce que

-à mesure que
-à moins que
-à proportion que
-au fur et à mesure que
-au lieu que
-faute que
-loin que

Que peut introduire une subordonnée sujet d'apposition prédicative

de crainte que

§ À mesure que

Se construit avec l'indicatif.

on s'aime à mesure qu'on se connaît mieux

§ À moins que

Se construit avec la négation redondante et le subjonctif.

à moins que Pierre n'ait oublié d'arrêter le moteur
à moins qu'il ne pleuve demain
il n'accepterait pas à moins qu'il reçoive une augmentation

À moins que peut être employé métadiscursivement :

je suis étonné que vous, un scientifique, vous ayez laissé passer ce fait-là, à moins que vous ne l'ayez pas connu de tout (Romains)
l'assassin s'est peut-être contenté de prendre l'argent liquide, à moins encore qu'il n'ait été dérangé (Romains)

§ À part que

Se construit avec l'indicatif.

§ À proportion que

Se construit avec l'indicatif.

§ Au fur et à mesure que

Se construit avec l'indicatif.

au fur et à mesure que la soirée avançait, il devenait de plus en plus animé

§ Au lieu que

Si au lieu que a la valeur de par contre, tandis que, alors que, il est construit avec l'indicatif :

Pierre boit du vin, au lieu que Paul boit de la bière
une paix injuste peut, momentanément du moins, produire des fruits utiles, au lieu qu'une paix honteuse restera toujours par définition une paix stérile (Bernanos)
cet élan des pensées qui semble dépasser le but, au lieu qu'il l'atteint à peine (Alain)
il ne songe qu'à ses plaisir, au lieu qu'il devrait veiller à ses affaires

Si au lieu que a la valeur de plutôt que, il est construit avec le subjonctif :

au lieu que son histoire l'ait calmé, on dirait plutôt qu'il s'est aigri (Romains)
je visiterai mes parents au lieu qu'ils aient à se déplacer
en voyant Gilberte, au lieu qu'elle ne vînt aux Champs-Élysées, aller à une matinée (Proust)
au lieu qu'il aille de mieux en mieux, le traitement l'affaiblissait de plus en plus

§ D'autant plus que

il a d'autant plus travaillé que

§ De crainte que, par crainte que, crainte que

Les trois versions se construisent avec la négation redondante et le subjonctif.

§ De peur que

Se construit avec la négation redondante et le subjonctif.

§ Faute que

faute qu'il ait jamais osé sauter le pas
faute que l'État mît les choses en ordre, il payait les déficit (de Gaulle)

§ Le peu que

le peu que je l'ai connu, c'était un type qui

Le peu que a une valeur proche de dans la mesure où.

§ Loin que

Se construit avec le subjonctif.

bien loin qu'elle soit venue à l'heure, elle n'est même pas arrivée
bien loin qu'il se repente, il s'obstine dans sa rébellion
bien loin qu'il vous pardonne, il est toujours fâché
bien loin que cette mort t'en ait donné l'horreur, tu attaches à la chambre où elle a souffert un caractère sacré (Mauriac)
bien loin que nous déplorions ce départ
loin qu'il te demande des comptes, il te félicite
loin qu'un tel avertissement lui fît enfin ouvrir les yeux sur le péril de sa position, il s'imagina que, s'il avait mal réussi auprès de la reine, c'était pour avoir manqué d'adresse (Thierry)
loin que cette idée lui fasse peur

§ Outre que

Se construit avec l'indicatif.

outre qu'il écrit, il illustre ses livres
outre qu'elles sont illégales, ces activités ne sont pas rentables

§ Que signifiant sans que

il ne mange pas des moules qu'elles ne lui donnent la nausée
il ne se passait guère de dimanche que le curé ne démontrât aux enfants de chœur les attouchements immoraux à éviter
il ne se passait pas de jour qu'une bagarre n'éclatât entre les étudiants et les jeunes citadins
il ne se passait pas de semaine qu'il ne fût terrassé par une migraine atroce (France)
il ne se passait pas de soir que ne s'allumât un nouvel abreuvoir d'argent (Zola)
il ne se passe pas de jour qu'il ne pleuve
il ne se passe pas de jour qu'on ne lise dans les journaux que
il ne voit pas un brin d'herbe à terre, qu'il ne vous dise comment cela s'appelle en latin (Musset)
les Orgel ne donnaient plus de dîner que François n'y vînt (Radiguet)
on ne s'asseyait sur un pouf, que le pouf accablé ne gémît quelque politesse (Valéry)

À la page connexe La subordonnée temporelle fléchie - jonctions diverses nous examinons une construction structurellement identique à celle-ci, mais ayant la valeur tant que, à moins que.

§ Que signifiant tandis que, alors que

Ce phénomène intéressant de la langue parlée est présenté dans Frontier(1997) :

quand tu prends ta voiture, tu sais jamais où t'garer ; qu'avec le métro, t'es tranquille

§ Que signifiant autant que, dans la mesure où

que je sache
au moins que je crois
pas que je me rappelle

§ Quitte à ce que

allons le voir, quitte à ce qu'il nous dise des injures

§ Sans que

Se construit avec le subjonctif. Voir la page connexe Les emplois de sans.

pars sans qu'on te voie
sans qu'on s'en aperçût

§ Sauf que

Se construit avec l'indicatif.

Sauf que signifie à cette différence près.

sauf qu'il avait tellement grossi, il avait gardé bien des choses d'autrefois (Proust)
tout va bien sauf que Pierre n'a pas été prévenu

§ Selon que

Selon se construit avec l'indicatif. Les deux sens de la conjonction selon que correspondent aux deux sens de la préposition selon.

le prix des fraises n'est pas le même selon qu'on les achète en juin ou en décembre

Selon est suivi d'une subordonnée interrogative disjonctive.

l'heure de l'épreuve est venue de Babylone, selon qu'il est dit dans les prophètes (France)

Dans selon qu'il est dit/écrit, selon est synonyme de comme. Voir la page connexe Les pronoms relatifs - comme - rubrique Les pronoms relatifs - comme - valeur métadiscursive.

Voir aussi la page connexe La subordonnée interrogative - interrogativité innée et acquise - rubrique Prépositions interrogatives.

§ Suivant que

la brise m'apporte le chant des cloches, tantôt plus fort et tantôt plus affaibli, suivant qu'elle s'éveille ou s'assoupit (Maupassant)
suivant que l'organisme est robuste ou débile
suivant que c'est le fruit du crime ou de la légitimité

Suivant est suivi d'une subordonnée interrogative disjonctive.

(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)