HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      

RECHERCHE PAR MOTS-CLÉS      RECHERCHE PAR MOTS DISPERSÉS      RECHERCHE PAR MOTS CONSÉCUTIFS


TITRE
La subordonnée participiale absolue (647)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
La subordonnée participiale absolue (647)

SOMMAIRE
Introduction
Type adverbial et type nominal
Participe absolu et réduction prédicative
Regrammaticalisation en préposition
Le participe présent absolu
Le participe présent absolu adverbial
Participe présent invariable
Participe présent accordé
Le participe présent absolu nominal
Le participe passé absolu
Le participe passé absolu adverbial
Les circonstances
Les voix
Exemples actifs
Exemples passifs
Exemples pronominaux
Une fois, à peine, aussitôt, sitôt
Inversion du sujet
Locutions figées
Le participe passé absolu nominal
Régi - cas objet direct ou cas prépositionnel
Libre - cas prépositionnel
Le participe absolu sans participe

Introduction

Type adverbial et type nominal

Le participe présent absolu et le participe passé absolu ont, l'un et l'autre, deux types : le type adverbial et le type nominal. Normalement, ce qu'on entend par participe absolu tout court est le participe absolu adverbial. Le participe absolu nominal est un latinisme recherché.

Le participe absolu adverbial

le marché conclu

Le participe absolu adverbial exprime une relation temporelle ou causale sans recours à quelque préposition que ce soit. (C'est l'ablatif latin qui se cache derrière cette construction aprépositionnelle.)

Le syntagme

[conjonction * nom * verbe-fléchi]

est remplacé par le syntagme

[nom * participe]

Le participe absolu nominal

après le marché conclu

Le participe absolu nominal équivaut à une subordonnée fléchie nominalisée. Il occupe la position d'objet direct ou d'argument de préposition. Il explicite la circonstance au moyen d'une préposition.

Le syntagme

[marque-de-cas * nominalisateur * nom * verbe-fléchi]

est remplacé par le syntagme

[marque-de-cas * nom * participe].

Participe absolu et réduction prédicative

Le participe absolu est un premier pas dans le sens de la réduction prédicative. Voir la page connexe Les subordonnées réduites - la réduction prédicative.

Pour le participe présent, comparer son foie étant fragile, Pierre ne boit que trois litres de vin par jour avec (étant) fragile, le foie de Pierre ne supporte que trois litres de vin par jour.

Pour le participe passé, comparer la ville évacuée par les troupes ennemies, ce sont les peuplades avoisinantes et les rats qui l'envahirent avec évacuée par les troupes ennemies, la ville fut pillée et brûlée.

Cette observation s'étend à l'emploi des adverbes temporels une fois, à peine, aussitôt, sitôt. On verra plus loin le rôle que jouent ces adverbes dans le participe passé absolu. Ils expriment les mêmes nuances temporelles dans les subordonnées réduites prédicatives et nomino-prédicatives.

Regrammaticalisation en préposition

Voir l'examen détaillé des participes absolus regrammaticalisés en prépositions à la page connexe Le participe passé - rubrique Prépositions formant un participe absolu avec l'argument.

Le participe présent absolu

Le participe présent absolu adverbial

Le participe présent absolu adverbial exprime la simultanéité ou la cause sans recours à quelque préposition que ce soit.

Participe présent invariable

En règle générale, le participe présent n'est pas accordé.

Participe présent actif

bouche-à-oreille aidant
c'étant un mardi
cela étant
critiques acerbes pleuvant de toutes parts
De Gaulle vivant
Dieu aidant
et bientôt Paris disparaissant, il poussa un grand soupir (Flaubert)
il regardait dans le noir, ses yeux vitreux ne voyant rien (Dorgelès)
ils exigeaient une double traduction, beaucoup de Georgiens ne parlant pas le russe et Lena ignorant le georgien (Beauvoir)
je marchais peureusement, le dos rond, la tête basse, me semblant que chacun des passants reconnût en moi un homme qui sortait de prison (Aymé)
l'âge aidant
l'alcool aidant
l'avion descendant et tournoyant, j'ai distingué le Grand Canal (Beauvoir)
l'ennemi la menaçant, la ville fut incendiée par les habitants
la colère l'étouffant, il ne pouvait plus dire un mot
la fatigue venant il s'endormit
la nuit tombant
la patience aidant
la pluie tombant toujours, ils décidèrent de rester
la saison avançant
la soixantaine approchant
le beau temps aidant
le beau temps revenant, nous pourrons reprendre nos sorties
le cachet de la poste faisant foi
le cas échéant
le cœur battant
le soir tombant, le berger ramène le troupeau à la bergerie
le spectacle étant interrompu, il nous fallait quitter les lieux
le temps passant
les choses étant ce qu'elles sont
les choses ne s'arrangeant pas à son gré, il fut forcé de quitter la France
les circonstances aidant
les enfants étant au collège
les sirènes se mettant à hurler, les gens se précipitèrent vers les abris
Marie étant souffrante
moi ayant huit ans
moi vivant (dit par un homme ou une femme)
personne n'y voyant rien d'extraordinaire
Pierre étant malade
sa nièce arrivant, c'était le feu dans la maison
son état s'aggravant
toutes autres choses étant égales
une curiosité hardie me poussant tout à coup
une loi l'interdisant
Vitellius...tardant à venir, [Antipas] se rongeait d'inquiétude (Flaubert)

L'omission du sujet impersonnel il est obligatoire. Cette construction appartient surtout à la langue écrite.

n'y ayant pas de
neigeant de plus en plus fort
s'agissant d'une erreur d'écriture
s'agissant de
s'étant arrêté de pleuvoir
s'étant produit dix accidents sur cette route cette année
y ayant avantage à ce que

Participe composé actif

l'hiver étant venu, les troupes se retirèrent
la nuit étant venue, il fallait allumer les phares
le député ayant démissionné
le destin ne lui ayant donné que ce visage, l'affamée s'en est saisie (Mauriac)
le mobilier étant arrivé
le père étant mort
le train n'étant pas arrivé à l'heure
le vent s'étant apaisé et la pluie tombant moins serrée, le cochon se remit en marche (Aymé)
les enfants s'étant endormis, elle ferma la porte
personne ne s'étant présenté, l'élection n'a pas eu lieu
Pierre ayant épousé Marie
Pierre ayant eu un accident
Pierre n'ayant pas encore fini son travail
son chapeau étant perdu, il s'en alla nu-tête

Participe présent passif

ceci étant dit
cette affaire étant réglée
étant entendu que
les parts étant faites, on se mit à manger

Participe composé passif

la question ayant été correctement posée
le cavalier ayant été désarçonné
les dossiers ayant été complétés, la décision fut prise
les formalités ayant été facilitées par l'administration du tripot, il pénétra dans la salle de jeu (Apollinaire)

Participe présent accordé

L'invariabilité du participe présent connaît des exceptions dans la langue juridique, dans la langue littéraire et dans quelques locutions :

cause pendante
cour séante
moi vivante (Colette)
séance tenante
tous empêchements cessants
toutes affaires cessantes
toute plaisanterie cessante
toutes injures cessantes
les motos de police, toutes sirènes hurlantes, fraient dans la foule un chemin

Accord facultatif

Les participes

sonnant
tapant
toquant
battant
pétant

employés dans l'indication de l'heure sont invariables ou accordés.

dix heures tapant(es)

Le participe présent absolu nominal

On peut faire précéder le participe absolu d'une préposition pour exprimer la circonstance voulue. Le cas objet direct est rare. Le participe présent est accordé.

à la nuit tombante
pendant le siège vacant (Stendhal, orthographe vieillie)

À son corps défendant est un ancien gérondif bien qu'il ait l'air d'être un participe absolu nominal. Autrefois, en n'était pas la seule préposition admise dans les gérondifs.

Le participe passé absolu

Le participe passé absolu adverbial

Les circonstances

Le participe passé absolu adverbial exprime le plus souvent la postériorité, mais parfois aussi la condition, la cause, la manière ou même la concession, sans recours à quelque préposition que ce soit.

Les voix

La subordonnée peut être active, passive ou pronominale. Autrement dit, le participe passé peut servir à passiver un verbe passivable, à exprimer le passé d'un verbe se conjuguant avec l'auxiliaire être ou à exprimer le passé d'un verbe pronominal.

Exemples actifs

elle partie, on n'avait qu'à dissoudre l'association
l'hiver venu, les troupes se retirèrent
la nuit venue, il soupaient à la lueur d'une lampe (B. de Saint-Pierre)
le chat parti, les souris dansent
le dictateur mort, la dictature s'est écroulée
le jour venu
le matin venu
le moment venu
le père mort, les fils se disputent les biens
le premier moment de stupeur passé
le soir tombé, nous avons fermé les volets
les convives partis
lui mort, elle vendit le commerce
vous partie, j'ai perdu le soleil, la gaîté (Hugo)

Exemples passifs

abstraction faite de
ce cas écarté
ce renseignement donné, Gavroche ajouta (Hugo)
cette affaire terminée
cette erreur évitée, l'accident ne devait pas arriver
compte tenu de
épuisés les sortilèges des faux-semblants
enquête menée
eu égard à
eux partis, nous avons pu enfin respirer
exception faite de
gauche et droite confondues
humbles et grands confondus
la caisse une fois forcée
la censure abolie, la radio jouissant d'une totale liberté
la circulation rétablie, tout rentra dans l'ordre
la leçon terminée, ils descendaient dans le jardin (Flaubert)
la pierre ôtée, on vit le dedans de la tombe
la première crête franchie
la salle à manger encombrée par les travaux de couture, nous dinâmes dans la cuisine (Duhamel)
la salle vidée, on éteignit les bougies
la tombe creusée et le mort en terre (Merle)
la ville prise on signa la paix
la ville prise, elle fut incendiée par les soldats
le café bu, il se leva
le dictateur assassiné par le chef de la garde prétorienne, la dictature s'est écroulée
le marché conclu, ils prirent un verre
le procès gagné
le repas fini
le reportage terminé, le journaliste quitte la ville
le seuil une fois franchi
le spectacle terminé, les comédiens saluent le public
les lois une fois votées
les oies saignées, on les ouvre
les premiers verres vidés
ma vocation ainsi déterminée, je fus mis en apprentissage chez un graveur (Rousseau)
moi effacé, moi oublié, qu'arrive-t-il de tout ceci (Hugo)
passé le danger on se moque du saint
réflexion faite
renseignement pris
ses dettes payées
ses erreurs cependant démontrées, il s'abstinait dans son opinion
son bréviaire lu
son travail terminé, il est sorti
tous feux éteints
tous frais payés
tout bien considéré
tout bien réfléchi
toute honte bue
toute mesure gardée
toutes catégories confondues
toutes choses considérées
toutes lumières éteintes
toutes proportions gardées
toutes réflexions faites
une fois cette pilule avalée, le reste n'était plus rien
une fois ses main lavées, il passa à table
vérification faite

Exemples pronominaux

aussitôt les prisonniers évadés, les gardiens eux aussi se sont dispersés
éteinte la chaleur du combat
l'aigle envolé, le berger se crut libre
les enfants endormis, elle ferma la porte
l'illusion évanouie
la dictature écroulée, la garde prétorienne s'est reconstituée en cabinet de marketing
parfois, à peine ma bougie éteinte, mes yeux se fermaient (Proust)

Une fois, à peine, aussitôt, sitôt

On peut faire précéder le participe passé absolu adverbial des adverbes une fois, à peine, aussitôt et sitôt pour exprimer certains aspects temporels.

Une fois

je reviendrai une fois fortune faite
une fois éclairée la nature du stalinisme
une fois la crise passée, le régime se consolidera
une fois le contrat signé
une fois le film achevé, on se rend compte que
une fois les crises de l'heure actuelle passées
une fois posés les deux critères
une fois son travail fini, il a donné sa démission
une fois tous les obstacles franchis

Les trois constructions de une fois

une fois cette affaire réglée
une fois réglée cette affaire
cette affaire une fois réglée

À peine

à peine institué cet ordre
à peine l'enceinte franchie
à peine la marquise sortie, Clélia appela (Stendhal)
à peine la première neige tombée
à peine la soutane blanche revêtue
à peine le cabriolet dételé
à peine le seuil franchi
à peine ma bougie éteinte, mes yeux se fermaient (Proust)
à peine maman embarquée

Aussitôt

aussitôt achevé le défilé au cimetière
aussitôt célébrées les obsèques
aussitôt la lettre reçue
aussitôt le jour levé
aussitôt le train arrêté
aussitôt les prisonniers évadés, les gardiens se sont dispersés
aussitôt passée la cause du désarroi
aussitôt sa réponse reçue
aussitôt surmonté l'engourdissement du sommeil
aussitôt votre réponse reçue

Sitôt

sitôt cette affaire réglée
sitôt fini le brouillon
sitôt la paix signée
sitôt la soupe avalée
sitôt le papier signé
sitôt pensé cela, elle en eut honte
sitôt ta sœur mariée

Inversion du sujet

Autrefois, le participe passé antéposé était souvent laissé invariable. De nos jours, l'invariabilité ne se maintient que dans certaines locutions ou lorsque le participe passé peut être pensé comme étant regrammaticalisé en préposition.

la ville évacuée = évacué la ville
ces réserves faites = faites ces réserves
sa futilité constatée = constaté sa futilité
le divorce prononcé = prononcé le divorce
la crémaillère pendue = pendue la crémaillère
une fois déduits la nourriture, le téléphone, les douches et le coût du logement chez l'employeur
franchi le cap de la cinquantaine
morte la bête, mort le venin
dépassé la limite
oublié les offres
venu la fin de l'hiver
passées les grandes épreuves

Locutions figées

ceci dit
cela dit
tous comptes faits
tout compte fait
tout bien considéré
ces réserves faites
eu égard à
compte tenu de
exception faite
abstraction faite

Le participe passé absolu nominal

Le participe passé absolu nominal appartient à la langue littéraire. On le trouve dans les positions régies et libres les plus variées. Le participe passé est accordé avec le nom.

Régi - cas objet direct ou cas prépositionnel

elle rendait grâce au Seigneur de la mésalliance évitée (Aragon)
les musulmans qui ne pardonnent pas l'islamisme écroulé (Barrès)
les cloches annonçaient les classes finies (Estaunié)
il se plaint à bon droit des impôts augmentés

Libre - cas prépositionnel

à l'instant de l'ancre levée, de la dernière amarre rompue (Mauriac)
après ces mesures prises
après la classe finie
après le portrait déchiré du président
après les Phéniciens défaits
après les mensonges avoués
après ma lampe éteinte
après ma lettre écrite
cinq minutes avant l'heure achevée (Siegfried)
dès ce travail fini, je voyagerai
dès l'attentat connu
dès la nuit tombée s'installe un étrange silence
dès la porte refermée
dès la thèse soutenue
dès la troisième ligne lue, l'auteur affirme (Gourmont)
dès le boulevard traversé
dès le seuil franchi
dès les noces célébrées
dès leur première culotte usée sur le banc du collège (Zola)
depuis ma lettre reçue
il revient d'Amérique après fortune faite
jusqu'à son adolescence formée (La Varende)
tous les soirs après lumière soufflée

Une construction énigmatique

il était déjà dix heures passées

La préposition passée serait antéposée. Donc nous avons affaire à un participe absolu nominal occupant la position de complément prédicatif.

Le participe absolu sans participe

Subordonnée réduite à [nom * adverbe]

l'ennemi dehors, on respira
lui absent
Mitterrand à l'Élysée
une fois son diplôme en poche

Nous étudions ce phénomène sous l'étiquette de réduction nomino-prédicative. Voir la page connexe Les subordonnées réduites - la réduction nomino-prédicative.

Subordonnée réduite à [conjonction * nom d'action]

Le syntagme que nous abordons ici est archaïque. Les conjonctions temporelles sitôt, aussitôt, une fois et à peine peuvent être suivies d'un nom exprimant une action ou un évènement. Ces adverbes deviennent donc de véritables prépositions. On notera que même l'infinitif est admis dans ce syntagme.

aussitôt l'entrée des Allemands dans Paris
aussitôt l'ouverture de la salle
aussitôt la mort du prince
aussitôt le déjeuner
aussitôt le repas
aussitôt sa guérison
aussitôt son lever
sitôt ces tristes paroles, elle aurait voulu les retenir (A. Daudet)
sitôt la nuit
sitôt le serrement de mains
sitôt le voir entrer (infinitif)
sitôt mon retour
sitôt son dernier souffle
sitôt votre départ
une fois le départ des premiers convois

RETOUR EN HAUT DE PAGE