HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      

RECHERCHE PAR MOTS-CLÉS      RECHERCHE PAR MOTS DISPERSÉS      RECHERCHE PAR MOTS CONSÉCUTIFS


TITRE
Les emplois de si - la comparaison irréelle (630)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
Les emplois de si - la comparaison irréelle (630)

SOMMAIRE
Introduction
Renvois
Analyse
La prémisse comme pôle de comparaison
plus que si, moins que si, mieux que si, etc.
comme si
comme si - adverbe
comme si - prédicat
comme si - épithète
comme si - objet direct
Aspects divers de comme si
comme si - subordonnée sans principale
comme si - temps et modes dans la langue littéraire
comme si - coordination
comme si - locutions

Introduction

Renvois

Pour l'étude de la comparaison à second pôle non nominal, voir la page connexe La comparaison à second pôle non nominal.

Pour l'analyse du comparateur comme et de son « connecteur encastré », voir la page connexe Le connecteur de comparaison.

Le conflit que que (le conflit du connecteur de comparaison et du nominalisateur) peut être résolu au moyen de l'haplologie ou de la substitution que que que si. Voir la page connexe La comparaison à second pôle nominal - rubrique Comparaison propositionnelle à second pôle nominal - fléchie. La comparaison irréelle qui est produite par cette substitution a la particularité qu'elle admet le conditionnel.

Analyse

La paraphrase de faire comme si est faire comme on ferait si. Par exemple, en restituant la conclusion sous-entendue de la proposition j'ai plus de souvenirs que si j'avais mille ans, nous obtenons (n'en déplaise à Baudelaire) quelque chose comme j'ai plus de souvenirs que je n'en aurais si j'avais mille ans.

La prémisse comme pôle de comparaison

plus que si, moins que si, mieux que si, etc.

c'était bien plus grave que s'ils l'avaient vu fusiller (Vailland)
il me traite avec le même mépris que si j'avais tué père et mère
il se retira d'un pas aussi léger que si ses semelles eussent été doublées de feutre
il travaille avec autant d'acharnment que s'il n'était pas doué (Romains)
j'ai plus de souvenirs que si j'avais mille ans (Baudelaire)
le dépaysement était aussi total que si on s'était trouvé transporté en Afrique (Simenon)
sa résolution semblait aussi tranquille que s'il se fût agi de prendre l'autobus (Aymé)
tu ne fais pas plus attention à moi que si je n'existais pas

comme si

comme si - adverbe

elle attendit, comme si elle eût senti le besoin d'une pause
elle s'est mise à sourire, comme si elle m'avait trouvé ridicule
il regardait la feuille comme s'il n'avait pas fini (Sartre)
ils y inventorièrent tout, comme si elle était morte
je me contemplai comme si j'eusse été un autre, ou plutôt comme si j'étais redevenu moi-même (Mauriac)
le mois suivant, il est gras et replet comme s'il n'avait pas quitté la table d'un financier, ou qu'il eût été renfermé dans un couvent de bernardins (Balzac)
regarde le soir comme si le jour y devait mourir et le matin comme si toute chose y naissait (Gide)

comme si - prédicat

Le verbe être admet comme complément prédicatif une subordonnée relative adverbiale introduite par comme si.

avec moi ce sera comme si vous étiez seul (Sartre)
c'est comme s'il le faisait exprès
c'est comme si on m'avait tiré deux coups de fusil dans la poitrine (Maupassant)
c'est un peu comme si je lui tenais la main (Duvernois)
ce n'est pas comme si on ne l'avait pas prévenu
ce sera comme s'il chantait (locution exprimant l'indifférence)
ce sera comme s'il n'avait rien dit

comme si - épithète

ça me fait un peu l'effet comme s'il nous criait (Romains)
il en sortit un bruit comme si on avait cassé un brindille en marchant dessus
il s'est mis à marcher d'un pas comme s'il voulait nous échapper (A. Daudet)

comme si - objet direct

j'ai comme si on me coupait chaque nerf avec un canif

Aspects divers de comme si

comme si - subordonnée sans principale

L'emploi elliptique de comme si permet d'exprimer l'ironie, la surprise, l'indignation.

Le verbe peut être soit à l'imparfait, soit, fait surprenant, au conditionnel.

Voir l'étude détaillée de la proposition exclamative à la page connexe La proposition exclamative.

Imparfait ou plus-que-parfait

comme s'il y avait eu réconciliation
comme si à vingt ans on n'était pas un homme (Mauriac)
comme si cela ne suffisait pas
comme si j'avais besoin de tout cela
comme si je n'avais pas été capable de répondre
comme si je n'avais que ça à faire
comme si je n'étais pas assez grand pour me tirer d'affaire
comme si la raison pouvait mépriser aucun fait d'expérience (Barrès)
comme si nous ne savions pas
comme si tu l'ignorais
comme si tu ne savais pas
comme si une jolie femme n'était pas toujours impatiente (Romains)

Conditionnel présent ou passé

comme s'il se réconcilierait jamais avant d'avoir vaincu (Troyat)
comme si j'aurais besoin de tout cela
comme si je me réconcilierai jamais avant d'avoir vaincu
comme si je n'aurais pas été capable de répondre
comme si je n'aurais pas été capable de me défendre (Schlumberger)
comme si je n'aurais pas pu rester encore quelques jours
comme si je n'aurais que ça à faire
comme si le gouvernement n'aurait pas dû éviter cette humiliation à l'immortel chantre d'Elvire (Henriot)
comme si le père Octave n'aurait pas pu me prêter son auto (Montherlant)
comme si nous ne saurions pas
comme si tout désormais aurait dû lui paraître fade (Mauriac)
comme si tu ne devrais pas donner l'exemple

comme si - temps et modes dans la langue littéraire

Les temps et les modes qu'on trouve normalement dans la proposition introduite par comme si sont ceux de la prémisse irréelle, donc l'indicatif imparfait et l'indicatif plus-que-parfait. Cependant, dans la langue littéraire, on trouve aussi des formes telles que le subjonctif imparfait, le subjonctif plus-que-parfait, l'indicatif présent, le passé composé, le futur, le conditionnel.

Plus-que-parfait du subjonctif

ils discutaient maintenant comme si la vieille femme n'eût pas été présente (Mauriac)

Imparfait du subjonctif

Dans les exemples qui suivent, l'emploi de l'imparfait du subjonctif est une infraction à la concordance des temps. Le plus-que-parfait du subjonctif serait, en principe, plus logique.

c'était comme si ce regard que le docteur avait jeté sur elle la suivît partout (Green)
tout se passait à Tokyo comme si Berlin fût à l'infini (Valéry)
la cendre pour les pommes de terre reposait comme si ce fût celle d'un héros dans une urne (Colette)
elle poussait un soupir comme si cette vérité non seulement lui fût cruelle, mais aussi témoignât de tout un ensemble de phénomènes dangereusement organisés (J. Laurent)

Présent de l'indicatif

[les événements] jetèrent les sociologues les uns contre les autres, comme si à des moments cruciaux...la personne parle plus haut que le savant (Aron)
devant cet étranger qui croyait posséder Anna, comme si l'on possède une femme tant qu'on ignore ses raisons de pleurer (Yourcenar)

Conditionnel

On a déjà vu plus haut l'emploi du conditionnel dans l'exclamation introduite par comme si.

certains paraissent presque les regretter, comme si tout serait plus simple si les Français n'avaient pas à se décider (Giscard d'Estaing)
sa gorge est trop serrée pour qu'elle puisse parler...c'est comme si elle ne pourrait plus jamais parler (Le Clézio)

comme si - coordination

Voir la page connexe La subordination - la coordination des subordonnées.

comme si - locutions

Faire comme si

tu n'es pas gai, mais tu peux faire comme si

C'est tout comme si

RETOUR EN HAUT DE PAGE