La relativation à antécédent phrastique
HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      INDEX


TITRE
La relativation à antécédent phrastique (626)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
La relativation à antécédent phrastique (626)

SOMMAIRE

Exemples liminaires

je sortais chaque soir après le dîner, ce qui agaçait ma mère
il me demanda de lui montrer mes croquis, ce que je fis

Valeurs sémantiques

Nuance coordinative

Sur le plan formel, la subordonnée relative à antécédent phrastique est une épithète de la superordonnée. Sur le plan sémantique, on peut considérer la relativation à antécédent phrastique comme une espèce de coordination.

je sortais chaque soir après le dîner et cela agaçait ma mère
je sortais chaque soir après le dîner, ce qui agaçait ma mère

il me demanda de lui montrer mes croquis et je le fis
il me demanda de lui montrer mes croquis, ce que je fis

Autres valeurs sémantiques

La subordonnée à antécédent phrastique peut avoir une valeur circonstancielle, en particulier temporelle, causale ou consécutive. La relative peut servir de simple remarque sur la principale.

Cas liés et prépositions du pivot


Pivot = sujet avec antécédent tampon pronominal

ce qu'à Dieu ne plaise (sujet archaïque)
ce qui est la seule approche correcte du problème
ce qui est le sens même de la vie
ce qui est mieux
ce qui est pire
ce qui est pis
ce qui est plus
ce qui fait que
ce qui fut à démontrer
ce qui fut fait
ce qui m'a bien embêté
ce qui ne lui était jamais arrivé
ce qui prouve que
elle est toujours en retard, ce qui m'énerve beaucoup
il est venu à Paris sans me prévenir, ce qui m'a étonné de lui
il n'est pas brillant, mais, en plus, il se croit un génie, ce qui est pire
je sortais chaque soir après le dîner, ce qui agaçait ma mère

Pivot = sujet sans antécédent tampon pronominal

qui est essentiel
qui mieux est
qui pis est
qui plus est

Pivot objet direct

il m'a demandé de lui montrer mes croquis, ce que je fis
ce que j'ai trouvé désagréable
ce que je n'aurais pas imaginé
ce que je trouve bizarre
ce que n'ont pas confirmé les autorités

Pivot = préposition avec antécédent tampon pronominal

ce à quoi certains répondaient que
ce à quoi ils sont peu enclin
ce à quoi je m'accoutumai bien
ce à quoi je peine à m'habituer
ce à quoi on pouvait s'attendre
ce à quoi s'est toujours refusé le ministre

ce dont je ne me plains pas
ce dont je ne me suis aperçu que beaucoup plus tard

ils pensent que le parcours sera aussi facile que l'année dernière, ce en quoi ils se trompent lourdement

Pivot = préposition sans antécédent tampon pronominal

après quoi
comme quoi
contre quoi
de quoi
de tout quoi (tour juridique)
malgré quoi
moyennant quoi
sans quoi
sur quoi
à quoi s'ajoute
après le déjeuner, il reste allongé plusieurs minutes, sans quoi il est épuisé
contre quoi la presse de gauche pestait
auquel cas
dont je doute
en quoi il se différencie de son prédécesseur
il dîna, après quoi il s'en alla tranquillement
il faut signer la carte, sans quoi elle n'est pas valable
j'écrivis à ma fiancée que...,à quoi elle répondit que...
je croyais que tu dormais, sans quoi j'aurais été t'embrasser (Maupassant)
ma voiture est tombée en panne, sans quoi je serais arrivé à l'heure
nous traversâmes un bois, après quoi nous arrivâmes en vue du lac

Pivot = locution prépositionnelle

à la suite de quoi
au bout de quoi
au lieu de quoi
en conséquence de quoi
en dépit de quoi
en raison de quoi
en témoignage de quoi
faute de quoi
grâce à quoi

Pivot adverbial

ils ont refusé, d'où il résulte maintenant que
ils ne nous ont pas invités, d'où il est naturel de conclure que
d'où il suit
nous nous sommes à peine mis à table, quand un orage éclata
elle était à peine remise de la frayeur que Swann lui avait causée quand un obstacle fit faire un écart au cheval (Proust)


Pivot = objet direct enchâssé dans un gérondif

en quoi disant
en quoi faisant
en quoi voyant

Détails, variantes

Subordonnée phrastique d'une subordonnée énonciative

elle sentira peu à peu ce qu'elle avait d'ailleurs toujours senti, que notre amour n'est pas un amour menant quelque part (Butor)

Cette construction présente la particularité que la subordonnée phrastique précède physiquement son antécédent.

Antécédent tampon pronominal

La subordonnée relative à antécédent phrastique est souvent précédée d'un antécédent tampon pronominal. L'emploi de l'antécédent tampon pronominal dépend de plusieurs facteurs.

L'antécédent tampon pronominal est obligatoire avec l'objet direct.

L'antécédent tampon pronominal est courant avec la préposition à.

L'antécédent tampon pronominal est obligatoire avec la préposition de (ce dont). Les exceptions sont des locutions figées : dont je doute, Dans l'exemple qui suit, dont sans ce serait incorrect.

ils se replongèrent dans leurs occupations, non sans dormir de temps à autre, ce dont ils s'accusaient réciproquement (Flaubert)

L'antécédent tampon pronominal est très rare avec certaines prépositions : *ce sans quoi, *ce moyennant quoi, *ce malgré quoi, *ce sur quoi, *ce en quoi, etc.

Les locutions prépositives ne sont jamais précédées de l'antécédent tampon pronominal : *ce à la suite de quoi, *ce grâce à quoi, *ce faute de quoi.

Ce est possible mais rare devant après, avant, contre.

L'emploi de l'antécédent tampon pronominal avec qui sujet est le plus difficile à cerner. Ce qui à quelque chose de bien spécifique et précis ; qui est plus général, plus abstrait, plus vague, outre le fait qu'il est archaïque.

Il y a une construction, peu courante et peu logique, qui permet de remplacer ce par c'est devant une préposition : c'est à quoi je n'avais pas songé. Au fond, il s'agit d'un amalgame de la relativation à antécédent phrastique et de la mise en relief.

Antécédent tampon nominal

Exemples

il faut activer la carte, sans quoi elle n'est pas valable
il faut activer la carte, opération sans laquelle elle n'est pas valable ou
il faut activer la carte, sans laquelle opération elle n'est pas valable

ce à quoi s'est toujours refusé le ministre
aveu auquel s'est toujours refusé le ministre ou
auquel aveu s'est toujours refusé le ministre

Pierre n'était pas invité au dîner, à quoi il réagit en
Pierre n'était pas invité au dîner, avanie à laquelle il réagit en ou
Pierre n'était pas invité au dîner, à laquelle avanie il réagit en

au bout de laquelle période
auquel cas

il se leva et, chose qu'il n'avait pas faite depuis longtemps, il alla l'embrasser (Chateaubriand)

Dans les exemples autres que celui de Chateaubriand, on voit que le nom est précédé ou suivi d'un membre de la famille lequel.

Analyse

Dans ces exemples, opération, aveu et avanie sont des appositions prédicatives phrastiques, c'est-à-dire des appositions prédicatives qui caractérisent des propositions, plutôt que des noms.

Omission du verbe

La relativation à antécédent phrastique a une variante dans laquelle le verbe de la relative est omis.

le parlement a voté contre le gouvernement, d'où la crise
d'où la nécessité de
dont acte

Subordonnée phrastique enchâssée dans l'antécédent

il est intelligent et, qui plus est, travailleur
il est grand et, qui plus est, très fort


Montée du pivot

ma voiture est tombée en panne, mais je suis persuadé que sans cela je serais arrivé à l'heure
ma voiture est tombée en panne, sans quoi je suis persuadé que je serais arrivé à l'heure

Sans quoi monte du niveau de la subordonnée cognitive au niveau du verbe cognitif. Sans quoi nous pensons que le verbe cognitif ne serait pas capable de se rattacher à la superordonnée. On pourrait aussi dire qu'il s'agit d'une extraction profonde.

Relativation métalinguistique

je l'ai vu, ce qui s'appelle vu
si j'avais voulu, ce qui s'appelle voulu, est-ce que je n'aurais pas pu ? (Romains)

Cette construction bien française pourrait être étiquetée relativation métalinguistique à antécédent phrastique.

RETOUR EN HAUT DE PAGE