HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      

RECHERCHE PAR MOTS-CLÉS      RECHERCHE PAR MOTS DISPERSÉS      RECHERCHE PAR MOTS CONSÉCUTIFS


TITRE
La concession partielle - nominalisation (612)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
La concession partielle - nominalisation (612)

SOMMAIRE
Introduction
Nominalisation - définition
Les deux parcours nominalisables
L'application des parcours nominalisés
Nominalisation - [quelque * nom * que]
Exemples - [quelque * nom * que]
Le cas interne et le cas externe du parcours interrogatif
Cas interne et cas externe - définition
Cas interne et cas externe - exemples
Limitation du cas externe
Limitation du cas interne
Nominalisation - [(quoi + qui) * que]
Exemples - [(quoi + qui) * que]
Le cas prépositionnel interne bloque la nominalisation
L'haplologie est permise
Nominalisation - phénomènes divers
Fût-ce que, ne fût-ce que, ne serait-ce que
Ambigüité structurelle
Analogie avec la subordonnée relative autonome
La concession nominalisée et le pronom nominal qualifié

Introduction

§ Nominalisation - définition

La nominalisation d'une subordonnée concessive partielle est sa transformation d'adverbe en nom.

§ Les deux parcours nominalisables

Il y a deux parcours qui se prêtent à la nominalisation :

[quelque * nom * que]

[(quoi + qui) * que]

Dans les deux parcours, la variable parcourue est l'identité d'une personne ou d'une chose.

§ L'application des parcours nominalisés

Cette page a pour seule tâche d'étudier les mécanismes formels de la nominalisation des subordonnées concessives partielles. La question de l'application des parcours nominalisés fait l'objet de la page connexe La négation verbale - conégateurs - les conégateurs concessifs. La nominalisation des subordonnées concessives est la clé des conégateurs concessifs et des pronoms indéterminés concessifs.

Nominalisation - [quelque * nom * que]

§ Exemples - [quelque * nom * que]

Exemple comparatif - 1

$ Dans la proposition jamais nous ne composerons avec eux, quelques conditions qu'ils stipulent l'expression quelques conditions qu'ils stipulent est adverbiale.

$ Dans la proposition jamais nous n'accepterons quelques conditions qu'ils stipulent, l'expression quelques conditions qu'ils stipulent est nominale et, en l'occurrence, l'objet direct du verbe accepter.

Exemple comparatif - 2

$ Dans la proposition il guérira, quelque médecin qui le soigne, l'expression quelque médecin qui le soigne est adverbiale.

$ Dans la proposition il médira de quelque médecin qui le soigne, l'expression quelque médecin qui le soigne est nominale et, en l'occurrence, l'argument d'une préposition régie par médire.

Autres exemples

à quelque distance qui me séparât de toi, je te verrais partout
en quelque livre que j'ouvre, je ne trouve que bêtises
est-il nécessaire de convaince qui que ce soit (Duhamel)
il ne fait que rabâcher ses petites théories pour analyser quelques problèmes que nous rencontrions
je n'ai jamais été jalouse de qui que ce soit (Salacrou)
je n'ai rien à dire dont qui que ce soit puisse avoir peur
je ne vendrai ce tableau à quelque prix que ce soit
nous sommes opposés fermement à quelques importations qui viennent des pays de l'Est
on n'a qu'à s'adresser à lui quand on veut quelques détails que ce soient sur ce sujet
plus au courant que qui que ce soit
sans en aviser qui que ce soit

§ Le cas interne et le cas externe du parcours interrogatif

Cas interne et cas externe - définition

Il est important de comprendre la différence entre le cas de l'élément extrait, qui représente une fonction à l'intérieur de la subordonnée, et le cas représenté par la totalité de la subordonnée nominalisée. Nous appellerons ces deux cas le cas interne et le cas externe du parcours interrogatif. Les deux cas peuvent être différents.

Cas interne et cas externe - exemples

$ 1

£ Cas interne

Le cas de pression à l'intérieur de la subordonnée quelque pression qu'ils exercent est le cas objet direct régi par exercer.

£ Cas externe

Le cas externe est le cas régi par le verbe de la principale. Dans la proposition jamais nous n'accepterons quelque pression qu'ils exercent, l'expression nominale quelque pression qu'ils exercent est le complément du verbe accepter. Donc le cas externe est le cas objet direct. L'égalité des deux cas est fortuite, témoin le second exemple.

$ 2

£ Cas interne

Le cas de médecin à l'intérieur de la subordonnée nominalisée quelque médecin qui le soigne est le cas sujet.

£ Cas externe

Le cas externe est le cas régi par le verbe de la principale. Dans la proposition il médira de quelque médecin qui le soigne, l'expression nominale quelque médecin qui le soigne, précédée de de, est le complément du verbe médire. Donc le cas externe est le « cas » de. Les deux cas sont différents.

Limitation du cas externe

En principe, la subordonnée nominalisée peut occuper n'importe quelle position nominale dans la superordonnée, mais seuls le cas objet direct et le cas prépositionnel sont naturels. Les autres cas (le cas sujet, le cas complément prédicatif ou le cas sujet existentiel) tiendraient de l'acrobatie.

Limitation du cas interne

Le cas de l'élément extrait a une limitation importante : il ne peut pas être prépositionnel. On verra tout à l'heure que cette règle peut être légèrement relâchée dans certains cas.

Les subordonnées concessives partielles sur quelques promesses de Pierre que tu comptes, de quelques mérites que tu te prévales et vers quelque philosophie que tu sois porté comportent des éléments extraits prépositionnels. Ces subordonnées n'ont rien d'anormal en tant qu'expressions adverbiales, mais le cas prépositionnel extrait leur barre l'accès à certaines positions nominales de la superordonnée.

$ La préposition régie et la préposition extraite sont différentes

*je connais bien de quelques mérites que tu te prévales
*je m'intéresse à de quelques mérites que tu te prévales

$ La préposition régie et la préposition extraite sont identiques

La seule combinaison grammaticale d'un cas prépositionnel interne et d'un cas prépositionnel externe est celle où les deux prépositions sont identiques. Plus exactement, ce conflit peut être résolu au moyen de l'haplologie, étudiée à la page connexe L'haplologie - renvois.

*je me fiche de de quelques mérites que tu te prévales
je me fiche de quelques mérites que tu te prévales,

*Pierre raconte sa vie à à quelque personne qu'il s'adresse
Pierre raconte sa vie à quelque personne qu'il s'adresse,

il vocifère contre quelques problèmes qu'il bute,

je l'achète à quelque prix que tu le vendes

Nominalisation - [(quoi + qui) * que]

La nominalisation de la subordonnée libre du type [(quoi + qui) * que] est analogue à celle de la subordonnée libre du type [quelque * nom * que] à tous égards, y compris les questions du cas interne, du cas externe et des limitations.

§ Exemple comparatif

Dans je vais démentir Pierre quoi qu'il dise, la subordonnée quoi qu'il dise est adverbiale.

Dans je vais démentir quoi que Pierre dise, la subordonnée quoi que Pierre dise est nominale.

§ Exemples - [(quoi + qui) * que]

Nous présentons deux groupes d'exemples : ceux où le tronc comprend c'est (à la morphologie près) et ceux où le tronc comprend un autre verbe. Les subordonnées nominalisées du type que ce soit sont plus courants.

La partie verbale de la subordonnée est c'est

$ Quoi

cette plaisanterie n'a quoi que ce soit de désobligeant
comment voulez-vous que je réussisse quoi que ce soit dans ces conditions ?
donne-moi ta montre ou quoi que ce soit de même valeur
il était incapable de mener quoi que ce fût à bien
il est trop tard pour espérer quoi que ce soit
s'ils avaient quoi que ce soit à me communiquer
si tu as besoin de quoi que ce soit

$ Qui

je ne vendrai ce tableau à qui que ce soit
il agit sans consulter qui que ce soit
je ne veux pas que tu le dises à qui que ce soit

$ Quelque

il lui offrit quelque cadeau que ce fût

La partie verbale de la subordonnée est autre que c'est

$ Quoi

je vote pour quoi que tu proposes
il tourne en dérision quoi qu'on en écrive
il refusera quoi que vous puissiez lui demander

$ Qui

je veux inviter qui que tu fréquentes
je veux mieux connaître qui que soit cet homme

§ Le cas prépositionnel interne bloque la nominalisation

*je veux comprendre à quoi que tu penses
*j'accepte à quoi que vous vous décidiez
*je vais t'expliquer de quoi qu'on parle

§ L'haplologie est permise

je me rabats sur qui que tu comptes

Nominalisation - phénomènes divers

§ Fût-ce que, ne fût-ce que, ne serait-ce que

La locution semi-concessive fût-ce / ne fût-ce que / ne serait-ce-que présente un comportement qui ressemble étrangement à celui des deux parcours concessifs que nous venons d'examiner : elle se mue d'adverbial en nominale. Cette locution semi-concessive fait partie du système conditionnel. Voir la page connexe Le subjonctif dans la prémisse. Même si l'on préfèrait ranger les constructions semi-concessives dans le système concessif, plutôt que dans le système conditionnel, elles constitueraient un cas à part, puisqu'elles relèveraient de la concession totale.

je refuse de nouer avec lui ne fût-ce que la plus simple relation de politesse
pour que nul ne soit tenté de faire fût-ce la moindre pause
ils refusent d'emblée que l'on mène ne serait-ce que des travaux d'exploration

§ Ambigüité structurelle

Si la transitivité du verbe de la principale est facultative, le statut de la subordonnée du type [quelque * nom * que] ou [quoi * que] est indécidable. Dans la phrase il refusera quoi que vous puissiez lui demander, la subordonnée est nominale si refuser est pris transitivement et adverbiale si refuser est pris intransitivement.

§ Analogie avec la subordonnée relative autonome

Voir l'examen de la subordonnée relative autonome à la page connexe La relativation à pronom relatif autonome. La subordonnée concessive nominalisée et la subordonnée relative autonome offrent une ressemblance frappante :

Elles sont des expressions nominales résultant d'une extraction.

Par suite de l'extraction, elles peuvent commencer par une préposition extraite. Le cas interne, représenté par la préposition extraite antéposée, n'est pas le cas externe de l'expression nominale. L'expression nominale assume le cas externe régi par le verbe de la principale.

Les cas internes sujet et objet direct sont compatibles avec tous les cas externes régis par la principale.

Le cas interne prépositionnel est en conflit avec tous les cas externes sauf avec le cas prépositionnel identique.

Si les deux prépositions sont identiques, le conflit peut, et doit, être résolu à l'aide de l'haplologie.

§ La concession nominalisée et le pronom nominal qualifié

La subordonnée concessive partielle nominalisée entre dans le syntagme pronom nominal qualifié. Voir l'étude détaillée du pronom nominal qualifié à la page connexe Le pronom nominal qualifié.

quoi qu'il fasse d'important
quoi qu'il dise d'intéressant
quoi qu'il crée de beau

RETOUR EN HAUT DE PAGE