HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      INDEX


TITRE
Le participe présent adverbial (610)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
Le participe présent adverbial (610)

SOMMAIRE
Le participe présent adverbial sans en
Le participe présent adverbial concessif
Le participe présent adverbial progressif

Le participe présent adverbial avec en
Le gérondif - introduction
Source
Approche et terminologie
Les deux formes du gérondif - en et tout en
Le gérondif - valeurs circonstancielles
Les valeurs circonstancielles du gérondif - introduction
Valeurs circonstancielles de la forme en du gérondif
La simultanéité
Mélange de simultanéité et de manière
La manière pure
Le moyen choisi
Le moyen définitoire
La cause
La condition
Valeurs circonstancielles de la forme tout en du gérondif
Simultanéité étroite
Opposition
Le gérondif - comparaison avec le participe présent adverbial
La concurrence entre le participe présent adverbial et le gérondif
L'agentivité du gérondif
Postériorité, conséquence, coordination sous-entendue
Antériorité, préparatifs, coordination sous-entendue
Causalité faible
Participe présent explicatif
Adverbe métadiscursif
La netteté de l'interprétation circonstancielle du gérondif
Quelques exemples expliqués de l'application (ou non) du gérondif
Le gérondif - la corrélation du sujet
La corrélation du sujet du gérondif - deux positions
La position normative
La loi de la clarté
Coréférence avec un complément explicite autre que le sujet
Coréférence avec un complément implicite
Coréférence indirecte
Constructions elliptiques mineures
Gérondifs lexicalisés
Indication du chemin
Ellipse littéraire
Ellipse publicitaire, panneaux
La forme tout en
Le gérondif - détails et limitations syntaxiques
Le gérondif composé
La négation du gérondif
La répétition de en
Les mots intercalables entre en et le participe
Le gérondif comme noyau
Le gérondif comme complément
Les éléments corrélés
Coordination
Adverbes de perspective et de degré
Comparaison
Mise en relief
Syntagmes incompatibles avec la forme tout en
Dès en
En en

Les règles de l'accord du participe présent

Le participe présent adverbial sans en

aimant l'œuvre de Wilde, il était normal que, déchiffrée à travers ses lettres, son histoire me prenne (Beauvoir)
ajoutant que
après dîner, je reste un moment sur la terrasse, regardant le soleil se coucher (C. Mauriac)
ayant lu cette lettre, elle la déchira très doucement (France)
ayant reçu sa lettre, j'ai décidé de partir tout de suite
ayant reconnu ses torts, Pierre est devenu plus sympathique
ayant salué tout le monde, il sortit
ayant terminé leurs études, ils rentrent chez eux
blessant gravement un étudiant
ce disant
ce faisant
ce qu'entendant
ce que constatant
ce que voyant
chemins faisant
comme se parlant à elle-même, égarée, elle dit
craignant que
donnant donnant
étant lycéen
étant innocents, ils n'ont pas peur du juge (Hugo)
étant parti tard de chez lui, il a raté son train
étant satisfaites de nos réponses, elle sont parties
étant soldat, il lui était arrivé de dormir dans une salle d'attente (Clavel)
elle alla à grands pas, moissonnant et fauchant (Hugo)
elle avait toujours été pauvre, toujours empruntant,toujours dépensant (Alain-Fournier)
elles marchaient chantant et riant
ensuite, faut-il s'étonner qu'ayant subi la prison par amour de Bosie, aussitôt libéré il retombe amoureux de lui (Beauvoir)
et partout circulait, dominant tous les parfums, une odeur de friture (Baudelaire)
fuyant sa ville natale, il se réfugia dans
généralement parlant
il a beaucoup voyagé étant jeune
il a failli, trompant tous les électeurs
il entrait, déposant son chapeau
il est mort croyant toujours que
il eut un sommeil agité, comme quand, étant enfant, on attend un grand événement (Simenon)
il poussa un cri d'horreur, baissant les yeux, dressant ses mains épouvantées (Hugo)
il resta immobile, le visage préoccupé, promenant l'aiguille du transistor le long des stations (Merle)
il tomba de l'arbre, s'écrasant sur le sol
il va par les prés, à petits pas, butant aux cailloux (France)
ils allaient criant par les rues
ils avançaient dans la foule, poussant et cognant
ils continuèrent leur route, allant toujours sans savoir où ils allaient, trompant l'ennui et la fatigue par le silence et le bavardage (Diderot)
ils étaient restés fâchés, étant rancuniers tous les deux (Maupassant)
ils partirent côte à côte, souriant et causant
impassible, immobile, muet, soutenant sa mâchoire
j'ai acheté ce dictionnaire ne sachant pas qu'il était mauvais
je la suivis, montant rapidement l'escalier de bois qui conduisait à la chambre (Nerval)
jouer gagnant
jouer perdant
le garçon, croyant qu'on l'appelait, accourut
n'ayant jamais de ruse, il n'eut jamais de crainte (Hugo)
ne voulant pas offenser son père
notant que
plus âgés que de mon temps, suivant depuis des années les émissions de télévision, et lisant les journaux, les lycéens des classes terminales croient tout savoir (Beauvoir)
puis venaient, précédant les statues de dieux, une troupe de harpistes (Dumas)
réfléchissant à cette question, elle décida de lui écrire
rendant l'âme, il s'écroula
saluant tout le monde, il sortit
sur le chemin de l'école et traversant les prés, Delphine et Marinette virent un petit coq noir (Aymé)
tambour battant
tournant le dos au brasier, le charretier était debout, un vieillard vêtu d'un tricot de laine violette (Zola)
tressautant, essouflés sur de grands chevaux
un Anglais, s'étant enivré, se rend au bordel (Beckett)
un muletier passa, chantant, fouettant quelques bêtes de somme (Hugo)
vers le Nord avance, se poussant, un long bouillon de nuages gris mauve (Pourrat)
vous remerciant de votre intérêt
voyant cela

Le participe présent adverbial sans en peut exprimer la cause, la manière, la condition, la relation temporelle, le résultat et la concession, ou encore un mélange de ces circonstances.

Pour l'examen de la différence entre le participe présent adverbial avec et sans la préposition en, voir la rubrique Le gérondif - comparaison avec le participe présent adverbial.

Causalité métadiscursive

La construction du type généralement parlant / mathématiquement parlant est métadiscursive.

La paraphrase de comment serais-je une pie russe, étant né dans le Marais ? est comment serais-je une pie russe ? je pose cette question puisque je suis né dans le Marais.

La paraphrase de les connaissant, ils sont amoureux est comme je les connais, je peux affirmer qu'ils sont amoureux.

Pour l'examen du rôle du participe actif dans la relativation à antécédent phrastique, voir la page connexe La relativation à antécédent phrastique. Exemple : ce que voyant.

La place du participe présent adverbial n'est pas un problème indépendant. La position qu'il occupe par rapport au verbe, comme celle de tout adverbe, dépend de la circonstance et de la valeur informationnelle (thème ou rhème). Par exemple, ne voulant pas offenser son père ou se promenant dans le parc peuvent être antéposés comme thèmes et postposés comme rhèmes. Il est très difficile d'imaginer un participe présent adverbial qui se comporte en adverbe léger et se faufile entre les deux parties d'un verbe composé.

Le sujet du participe présent adverbial est le plus souvent corrélé avec le sujet de la principale. La corrélation avec un autre élément de la principale est critiquée par les puristes, mais elle est acceptable à condition que la clarté ne soit pas mise en péril.

connaissant votre générosité, ma demande ne saurait être mal reçue
étant tombé sur la tête, le médecin m'a donné un certificat (ambigu)
les connaissant, Pierre et Marie sont amoureux
sachant votre intérêt, ce livre pourrait vous être utile

Locutions

chemin faisant
tambour battant

[tout * participe-présent]

Voir l'examen de ce syntagme à la page connexe Tout - adverbe invariable - rubrique Cible = participe présent.

Le participe présent adverbial concessif

bien qu'ayant cessé de pratiquer depuis son mariage, elle n'y était, certes, pas indifférente (H. Bazin)
bien qu'ayant vécu au Japon pendant dix ans, il n'a pas rencontré un seul intouchable
bien qu'ayant vécu chez eux, tu connais mal ces ennemis du genre humain (France)
bien qu'écrivant un latin élégant et sachant orner son discours d'agréables citations de ses auteurs (Sainte-Beuve)
bien que n'augurant pas grand succès (Gautier)
bien que sachant à n'en point douter que Thérèse avait été laide (France)
bien que sachant que Sartre faisait l'objet d'une surveillance policière, je ne voulais pas le croire (Beauvoir)
Élizabeth, bien qu'ayant déjà vu la pièce avant-hier, m'accompagna (Gide)
et quoique les aimant, elle multiplie les occasions de leur nuire
il frappa aux échoppes, quoique sachant très bien qu'elles étaient inhabitées (Hugo)
quoique étonnante, la chose est vraie
quoique n'ayant besoin de rien prendre, Frédéric avala un verre de rhum (Flaubert)
quoique participant à (et participant de) cette mêlée voluptueuse, multiplicité impudique, fornicante, transpirante, gémissante, et y prenant plaisir quoique donc, Sabine restait inapaisée et l'âme appétente (M. Aymé)
quoique sachant qu'il n'était pas scrupuleux

Définition

Si le sujet d'une subordonnée concessive active est identique au sujet de la principale, on peut omettre le sujet de la subordonnée, en réduisant le verbe de la subordonnée à un participe actif (au participe présent, au participe composé ou au participe surcomposé).

Remarques

La réduction d'une subordonnée active à un participe présent est un mécanisme limité à la concession. La réduction je suis éreinté parce que j'ai travaillé toute la nuit *je suis éreinté parce qu'ayant travaillé toute la nuit n'est pas possible. L'exemple suivant semble être un caprice de Proust : dès qu'écoutant quelque chose de vrai, on entend quelque chose qui est seulement vraisemblable.

Ne pas confondre le participe présent concessif avec la réduction à conjonction concessive. Voir la page connexe Les subordonnées réduites - la réduction avec conjonction.

Le participe présent adverbial progressif

Remarque historique

Le participe présent adverbial progressif est un gérondif cristallisé à l'époque où la préposition en n'accompagnait pas encore obligatoirement le gérondif. Comme notre approche est purement synchronique, nous traitons du participe présent adverbial progressif à la page consacrée aux participes présents adverbiaux sans en.

Règles de base

Le syntagme du participe présent progressif a la forme

[aller * participe-présent].

Toutes les formes du verbe aller sont permises. Ce sont le présent et l'imparfait de l'indicatif qu'on rencontre le plus souvent.

Ce syntagme exprime la durée, la continuité, la progression.

Le participe présent est invariable.

Le verbe de la subordonnée exprime un changement, un processus : *aller se souvenant, *aller surgissant, *aller s'esclaffant ne sont pas possibles.

aller augmentant
aller croissant
aller déclinant
aller diminuant
aller grandissant
aller mourant
aller proclamant
aller s'accentuant
aller s'affaiblissant
aller s'aggravant
aller s'amplifiant
aller s'apaisant
aller s'approfondissant
aller s'élargissant
aller s'effaçant
aller s'empirant
aller se décolorant
aller se gâtant
aller se perdant
aller se renforçant
aller se retrécissant
aller se ternissant

Le participe présent adverbial progressif peut être appuyé par ne...que.... Cette construction exprime une très forte tendance.

cette tendance ne va que croissant
vous n'allez fréquentant que spadassins infâmes (Hugo)

Le participe présent ne peut pas être mis en relief par c'est...que... : *c'est croissant que cela va.

Variantes

Les variantes que nous présentons ici sont rares. Elles sont plus fréquentes dans la langue écrite que dans la langue parlée.

On rencontre parfois la préposition en devant le participe présent. Voir notre remarque historique plus haut.

la tempête va en s'apaisant
le monde va en se gâtant
le succès allait en s'affirmant
le tunnel va en s'approfondissant
les affaires allaient en s'empirant
les difficultés allaient en s'aggravant
un rayon de lune qui va en s'élargissant

Aller est concurrencé par s'en aller.

s'en aller mourant
s'en aller déclinant

Aller est concurrencé par être.

la plupart de ces difficultés ont été s'aggravant (Duhamel)
le succès était (en) s'affirmant
le fossé a été s'élargissant

Un verbe de déplacement quelconque remplace aller

[la déroute] se lève grandissante au milieu des armées (Hugo)

Le participe présent est accordé.

la pénurie va grandissante

Le verbe exprime une progression, mais pas un changement.

aller chantant
aller criant
aller répétant
les doigts anxieux de Bernard qui vont fouillant de poche en poche (Gide)
un couplet qu'on s'en va chantant (Musset)
vous n'irez plus cueillant des roses (Hugo)

Le participe présent adverbial avec en

Le gérondif - introduction

Source

Nous avons puisé dans Halmøy(2003) une partie des idées et des exemples présentés sur cette page.

Approche et terminologie

Pour une discussion du problème de la définition du gérondif, voir la page connexe Le participe présent - introduction. Pour l'étude du gérondif, nous préconisons l'hypothèse purement synchronique, selon laquelle le participe présent adverbial a deux types : le type adverbial sans en et le type adverbial avec en. L'historique du syntagme [préposition-en * participe-présent] ne retiendra pas notre attention. En revanche, nous nous fixons pour tâche d'éclairer les différences, souvent subtiles, entre les deux types de participe présent adverbial.

Par souci de simplicité, nous appellerons

« gérondif » le participe présent adverbial avec en et

« participe présent adverbial » le participe présent adverbial sans en.

Notre emploi du terme « gérondif » est donc arbitraire. Il n'a rien à voir avec la double étymologie du participe présent moderne, discutée à la page connexe Le participe présent - introduction.

Les deux formes du gérondif - en et tout en

Le gérondif a deux formes : la forme en et la forme tout en. La forme tout en n'est pas une simple variante renforcée de la forme en. Il y a d'importantes différences syntaxiques et sémantiques entre les deux formes. En fait, la forme en et la forme tout en du gérondif s'excluent mutuellement dans la plupart des contextes.

Le gérondif - valeurs circonstancielles

Les valeurs circonstancielles du gérondif - introduction

La forme en du gérondif s'emploie surtout avec les verbes agentifs. On verra que cette règle est valable quelle que soit la circonstance exprimée par le gérondif.

La forme tout en ne connaît pas cette restriction. Les gérondifs

tout en étant
tout en ayant
tout en voulant
tout en continuant
tout en restant
tout en maintenant
tout en commençant
tout en sachant
tout en ne cessant pas
tout en prenant garde

sont possibles et même fréquents.

Valeurs circonstancielles de la forme en du gérondif

La simultanéité

La forme en du gérondif est une subordonnée temporelle de simultanéité. Sa paraphrase est au moment de, en même temps que, pendant.

elle a ouvert les bras en s'approchant de moi
elle travaille souvent en écoutant de la musique
en approchant de la route, j'entendis un vacarme assourdissant
en arrivant à Paris, je me suis embauché comme peintre
en entrant chez elle, je vis une bande d'amis fumant du shit
en extrayant lentement de sa poche un paquet de cigarettes, en en tirant une, en l'allumant (Butor)
en fouillant dans le tiroir à la recherche de mon passeport, j'ai trouvé une photo jaunie de ma grand-mère
en rentrant, je le vis assis devant ma porte
en sortant du cinéma, elle a glissé sur une peau de banane
fumer en priant est un acte sacrilège, prier en fumant est un acte pieux (humour juif)
il a buté en montant dans l'autobus
il éteignit son cigare en se levant
il le composait, dit-il, en dormant et l'écrivait éveillé (Orieux)
il m'arrivait de m'endormir en travaillant
il s'est endormi en lisant le journal
j'ai appris la nouvelle en écoutant la radio
j'ai écrit une lettre en vous attendant
je la retrouvai en descendant dans la rue
n'oublie pas de fermer la fenêtre en partant
on a l'impression en lui parlant qu'il a l'esprit ailleurs

Mélange de simultanéité et de manière

La forme en du gérondif peut exprimer un mélange de simultanéité et de manière.

attendre en faisant les cent pas
elle est arrivée en chantant
elle relit ses notes en buvant son café
il est sorti en claquant la porte
il est sorti en oubliant ses clés
il flânait le long de la rue en regardant dans toutes les vitrines
il lisait le rapport en hochant la tête
il me regarda en fronçant les sourcils
il se leva en m'invitant à le suivre
il se leva en regardant l'heure
ils se sont approchés de moi, souriants et me tendant le bras
il signa ma demande en me menaçant aimablement
se soulager en fumant
travailler en écoutant la radio
« je ne sais pas », dit-il en haussant les épaules

La manière pure

Les verbes de communication et les verbes de déplacement fournissent des conditions particulièrement favorables au gérondif de manière. Ces verbes sont souvent « vides », peu spécifiques. C'est le gérondif qui apporte le détail réaliste. Le gérondif remplit le cadre général représenté par la principale.

Verbes de communication

dire quelque chose en criant
dire quelque chose en murmurant
elle a répondu en souriant
elle salua son père en riant
il admit sa faute en bredouillant
il émit cet avertissement d'une voix ferme, en insistant sur les mots
il m'a demandé un service en baissant la voix
il racontait son aventure en riant
il répondit en bafouillant qu'il s'agissait de sa cousine
il s'est confondu en excuses en bégayant misérablement
ils parlaient très fort en se chamaillant
j'ai répété ses plaintes en imitant sa voix

Verbes de déplacement

avancer en tâtonnant dans le noir
courir en brandissant un drapeau
il allait à l'école en suivant les chemins creux, en sautant les barrières, en se coulant à travers les haies, en cueillant les fraises (Gourmont)
il avait beaucoup lu, hâtivement, superficiellement, en passant la moitié des pages, en inventant ce qu'il n'avait pas lu (Rolland)
il dansait en tournant sur lui-même
il est parti en courant
il est sorti en rampant
il marche en boitant
il s'approchait en titubant
il sortit de la ville en longeant la mer
il suivait son grand frère en trottinant
ils s'élevaient en tournoyant et en criant sur nos têtes, et revenaient sur nous après que nous avions tiré sur eux (Lamartine)
j'entendais notre barque danser aux pieds des roches en faisant crier son amarre (A. Daudet)
marcher très lentement en s'aidant d'une canne
monter l'escalier en courant

Voir un phénomène apparenté à la page connexe La préposition - l'expression du mouvement.

Le moyen choisi

La proposition principale constitue le cadre de l'activité ; le gérondif en exprime le moyen ou la méthode conseillée. Le moyen est choisi indépendamment de l'action principale. (On verra que le moyen peut aussi constituer la définition de l'action principale.)

c'est en forgeant qu'on devient forgeron
elle gagne sa vie en vendant des actions par courriel
elle s'est rajeunie en se coupant les cheveux
elle s'est suicidée en se noyant
en faisant un trè grand effort, vous pourrez toujours réussir
en lisant énormément, j'apprends beaucoup
en mangeant moins, vous vous porteriez mieux
en partant maintenant, vous arriverez trop tôt
en prêtant l'oreille je parvenais à discerner quelques fragments de la musique
en travaillant ce soir, je pourrai aller demain au spectacle
endormir un enfant en le berçant
gagnez du temps en suivant ces quelques recommandations
il a obtenu sa promotion en se servant de son meilleur ami
il a réussi en travaillant
il essayait de réchauffer ses mains en les approchant du poêle
il fait de grands progrès en russe en s'exerçant à le parler au lit aussi souvent que possible
ils copiaient des méthodes criminelles apprises en regardant la télé
j'attendrai en lisant mon journal
je le persuadai de s'amender en lui brossant le tableau des dangers qu'il court
le député a qualifié de diversion l'initiative du Président, en précisant que
il nous a beaucoup intéreseés en nous expliquant pourquoi Venise est menacée de dégradation (Beauvoir)
en allant à la Martinique, à quoi prétendez-vous échapper ? (Audiberti)

Le moyen définitoire

La valeur de définition est un cas particulier de la valeur de moyen. Souvent le moyen est la caractéristique essentielle d'une action. Le gérondif, en précisant le moyen de l'action principale, en fournit la définition même.

Dieu le favorisait en lui accordant des visions et en lui envoyant le don de prophétie (France)
en refusant son invitation, vous pourriez le rendre furieux
il a commencé en disant qu'il avait perdu ses notes
il a eu de la chance en obtenant sa première mission
il a eu tort en disant que c'était impossible
il a fait une bêtise en y allant sans vérifier les détails au préalable
il a fait une folie en achetant cette bague
il a rendu un grand service à l'humanité en inventant la fermeture à glissière
il a exprimé sa désapprobation en donnant sa démission
l'écho que faisaient les chevaux en trottant (Céline)
les spectateurs ont téléphoné en se plaignant du délabrement des écoles
prendre un risque en publiant les caricatures

La cause

Le verbe au gérondif exprime la cause qui déclenche l'effet exprimé par la principale.

elle s'est foulé la cheville en tombant
en apprenant la nouvelle, elle s'est évanouie
en arrivant trop tard, j'ai raté la cérémonie
en disant cela, il s'est fait des ennemis
en entendant sa voix, je me suis précipité dehors
en glissant, il se cassa la jambe
en l'écoutant chanter, je pense toujours à Maria Callas
en ne payant pas son loyer, il a attiré les foudres du propriétaire
en ne s'y préparant pas, il a raté l'occasion
en refusant de coopérer, vous risquez de tout perdre
en se présentant comme le plus apte à rassembler les socialistes, il a ligué tout le monde contre lui
il a fait sauter les plombs en faisant marcher tous les appareils
il a fait sursauter ses parents en rompant le silence
il s'est coupé en essayant d'ouvrir une boîte
le bébé s'est mis à hurler en entendant pleurer sa mère
les enfants criaient de joie en voyant passer la parade de cirque
les gens commençaient à s'intéresser à elle en apprenant qu'elle était suédoise

La condition

Si la principale est au conditionnel ou qu'elle exprime la potentialité par des mots tels que pouvoir ou possible, le gérondif de la subordonnée peut souvent être interprété comme une condition ou un critère.

en cherchant bien, on peut trouver une explication
en partant de bonne heure, nous y arriverons à midi
il ne sera apprécié qu'en étant plus serviable
il se porterait mieux en buvant moins et en faisant de la gymnastique plus souvent
même en connaissant les circonstances atténuantes, on ne peut s'empêcher de le considérer comme un monstre
on peut voir la fêlure en regardant très attentivement
vous gagnerez du temps en suivant ces quelques recommandations

Valeurs circonstancielles de la forme tout en du gérondif

Simultanéité étroite

La simultanéité exprimée par la forme tout en diffère considérablement de la simultanéité exprimée par la forme en.

Le gérondif du type tout en constitue la toile de fond de la principale. L'action de la principale et l'action de la subordonnée s'entrelacent. L'action de la subordonnée s'incruste dans l'action de la superordonnée.

ce livre étudie un phénomène très grave tout en le traitant avec humour
il conduisait tout en buvant sa bière
il faisait ses devoirs tout en écoutant de la musique
il faisait l'amour tout en bidouillant son portable
il m'expliquait ma mission tout en me servant un autre verre
il s'approchait de la table tout en s'excusant de son retard
il se servait de son portable tout en marchant
ils discutaient de leur projet tout en se promenant
ils ont attendu l'arrivée de l'avion tout en bavardant
j'aime m'allonger au coin du feu tout en lisant un bon polar
tout en chantant sur le mode mineur
tout en l'écoutant et en savourant le son de sa voix
il vit un monsieur qui contait des galanteries à un paysanne, tout en lui maniant la croix d'or qu'elle portait sur la poitrine (Flaubert)

Opposition

Le gérondif du type tout en apporte un renseignement surprenant qui jette le doute sur le sens ou sur la sincérité de l'action exprimée par la principale. Souvent la coloration de l'opposition exprimée par tout en approche de la concession.

elle l'appelle souvent tout en évitant de l'encourager
elle le quitta tout en l'aimant
il a acheté une voiture chère tout en sachant qu'il ne pouvait pas se la permettre
il admirait Léon Blum, tout en combattant sa politique trop ouvriériste
il affirmait que ça ne faisait pas mal, tout en ne cessant pas de hurler
il faisait une cure de détoxication tout en continuant à boire
il lui a tout déballé, tout en ne voulant pas l'embêter
il protestait de son innocence, tout en admettant qu'il avait souvent fantasmé sur la mort du patron
Marie ne s'assurait pas le service de Juliette dans la nouvelle équipe, tout en faisant son éloge
tout en aimant l'aventure, je ne suis pas tellement pour le changement dans les affaires amoureuses
tout en se déclarant satisfaite de son explication, elle continue à le critiquer
tout en étant très riche, il vit très simplement
tout en lisant énormément, je ne retiens rien
tout en me souhaitant du génie, elle se réjouissait que je fusse sans esprit (France)
tout en sachant la vérité, il gardera le silence

Le gérondif - comparaison avec le participe présent adverbial

La concurrence entre le participe présent adverbial et le gérondif

Nous rappelons que le participe présent adverbial (c'est-à-dire le participe présent adverbial sans en) a trois types :

-le participe présent adverbial sans en proprement dit
-le participe présent adverbial progresif
-le participe présent adverbial concessif

C'est la concurrence entre le premier de ces trois types et le gérondif qui nous intéresse. Nous ne nous occuperons pas du participe présent adverbial concessif, parce qu'il n'a pas de version introduite par en. Nous ne nous occuperons pas du participe présent adverbial progressif, parce que son en n'a qu'une valeur stylistique. (Le participe présent adverbial progressif est un gérondif au sens historique du mot.)

Le gérondif est une subordonnée libre. On vient de voir qu'il peut exprimer les circonstances suivantes :

-la simultanéité
-la manière
-le moyen choisi
-le moyen définitoire
-la cause agentive
-la condition
-la simultanéité étroite, l'entrelacement (par la forme tout en)
-l'opposition, la concession (par la forme tout en)

Il n'est donc pas surprenant que le participe présent adverbial proprement dit et le gérondif se concurrencent dans une certaine mesure. Dans ce qui suit, nous établissons certains critères qui permettent de départager ces deux versions du participe présent.

L'énuméeation des critères sémantiques du gérondif sera laborieuse. Pour se faire une idée de l'importance et de l'étendue du participe présent adverbial sans en, même sans comparaison avec le participe présent adverbial avec, on n'a qu'à retourner à la rubrique Le participe présent adverbial sans en. Attention : certains exemples qu'on y trouvera sont quasi-prédicatifs.

L'agentivité du gérondif

L'agentivité est la pierre de touche du gérondif. La subordonnée gérondive est liée au verbe de la principale, plutôt qu'à son sujet. Le verbe au gérondif exprime une action (physique ou psychologique), une intention, un effort, un transfert d'énergie, et non pas un état ou une caractéristique du sujet. Le gérondif est plutôt focalisé, le participe présent adverbial est plutôt diffus. Le gérondif ne peut pas exprimer un cadre général, ni un supplément de renseignement de moindre importance. Le gérondif est tout le contraire du participe présent adjectival quasi-prédicatif.

Postériorité, conséquence, coordination sous-entendue

Si le participe présent exprime la postériorité ou la conséquence, ou s'il a une fonction quasi-coordinative, le gérondif est exclu.

je me suis couché très tôt, m'éveillant dès le premier gazouillis d'oiseaux
la guerre dura trois ans, faisant vingt mille morts
il tomba de l'arbre, s'écrasant sur le sol
il traversa la rue sans regarder, évitant de justesse d'être renversé par un camion
une manifestation antifasciste que la police contra brutalement, tuant six ouvriers (Beauvoir)

Antériorité, préparatifs, coordination sous-entendue

Si le participe présent exprime l'antériorité ou une action préparatoire, ou s'il a une fonction quasi-coordinative, le gérondif est exclu.

elle leva les yeux, le regarda, poussa un cri d'effroi, un cri d'horreur, et, saisissant par les mains ses deux enfants, elle s'enfuit, en les traînant derrière elle (Maupassant)
prenant le bébé à bout de bras, il le déposa sur un fauteuil
tirant une pipe de sa poche, il commença de fumer
tombant sa veste, il disparut aussitôt

Dans l'exemple de Maupassant, saisissant exprime un événement indépendant qui précède la fuite, tandis que en les traînant derrière elle précise une caractéristique essentielle de la fuite.

Causalité faible

On a vu que la causalité exprimée par le gérondif est une causalité agentive, dure, directe. Si la relation de cause à effet est faible, vague, indirecte, le participe présent l'emporte sur le gérondif. Dans les exemples qui suivent, la proposition principale résulte de la subordonnée participiale, mais n'est pas déclenchée par elle. Donc le gérondif n'est pas applicable dans ces exemples.

ce disant
ce que voyant
étant jeune et issue de l'immigration, elle avait peu de chance d'obtenir ce poste
étant très consciencieux, il a essayé trois fois
n'éprouvant aucun plaisir, elle restait étendue sans bouger
parlant mal la langue, il n'arrivait pas à se faire comprendre
prenant une douche, je ne l'ai pas entendu sonner
voulant arriver les premiers, nous marchions à toute vitesse

Participe présent explicatif

Si la subordonnée participiale fournit une explication, un affinement, un développement de la proposition principale, le gérondif n'est pas applicable.

il a changé de méthode in extremis, échappant de justesse à de grosses difficultés
il a une vie monotone, mettant de côté tout son argent, ne sortant jamais, ne voyageant jamais
il était très sage toute l'après-midi, faisant ses devoirs, regardant la télé
on a finalement construit des supermarchés, répondant ainsi aux besoins d'une classe moyenne en expansion

Adverbe métadiscursif

Le gérondif ne peut pas être substitué aux adverbes métadiscursifs.

généralement parlant
grossièrement parlant
strictement parlant

La netteté de l'interprétation circonstancielle du gérondif

Si l'interprétation du gérondif est la simultanéité étroite ou l'opposition à l'état pur, le gérondif n'est pas concurrencé par le participe présent adverbial. Si l'interprétation du gérondif est approximative, floue ou mixte, le participe présent adverbial peut se substituer au gérondif. Plus l'interprétation du gérondif est nette, plus le gérondif s'impose. Si l'interprétation est un cas limite ou un mélange, le gérondif est facultatif. Le gérondif doit être sémantiquement précis ; le participe présent adverbial peut être impressionniste. Les conjonctions correspondant aux gérondif sont pendant que, au moment où ; celles correspondant au participe présent adverbial sont quand, comme.

Dans les exemples qui suivent, il y a un mélange de circonstances vagues, donc le gérondif et le participe présent adverbial se concurrencent.

(en) sortant du cinéma, Pierre a rencontré Marie
(en) vérifiant les comptes, je me suis aperçu d'un trou d'un million d'euros
(en) approchant de la route, j'entendis un vacarme assourdissant
nous avancions à peine, (en) poussant nos bicyclettes dans la boue
elle rougit de colère, (en) me repoussant du bras
elle rôdait dans le vieux jardin abandonné, (en) fouillant dans ses mémoires d'enfance

En revanche, il y a simultanéité stricte dans n'oublie pas de fermer les fenêtres en partant, donc *n'oublie pas de fermer les fenêtres partant est agrammatical. De même, dans j'ai répété ses plaintes en imitant sa voix, le gérondif a une interprétation nette de manière, donc l'omission de en serait peu acceptable.

La mise en relief par c'est...que exige la netteté de l'interprétation circonstancielle, donc elle n'admet que le gérondif. Le gérondif dans c'est en tremblant qu'il entra dans le salon (A. Daudet) est focalisé sur la manière du verbe de déplacement entrer. En omettant la préposition en, on voit le participe présent devenir quasi-prédicatif, psychologique, déréglé, indigne de la mise en relief.

Quelques exemples expliqués de l'application (ou non) du gérondif

prenant l'enfant par le main, elle le conduisait à l'école (détail sans importance)
en prenant l'enfant par la main, elle se rendit compte qu'il n'avait pas ses moufles (forte causalité)
en prenant son manteau, elle s'est pris les pieds dans le tapis (forte causalité)
prenant son manteau, elle est sortie (détail sans importance)
il est parti laissant ses parent sans nouvelles (statif, lien vague)
j'écrivais à Marie, me demandant si c'était bien utile (statif, subjectif)
ne voulant pas les vexer (statif)
Paul écrivait à Marie, la suppliant de bien vouloir venir le voir (définitoire)
Pierre a vu Paul allant à la gare (le sujet ne fait aucun effort)
se penchant par la fenêtre, il essayait de voir la pleine lune (détail sans importance)

Le gérondif - la corrélation du sujet

La corrélation du sujet du gérondif - deux positions

La position normative

La position normative exige la coréférence stricte entre le sujet sous-entendu de la subordonnée gérondivale et le sujet de la proposition principale. Les tenants de cette doctrine rejettent comme agrammaticale la proposition le fou rire m'a prise en l'écoutant. Toutefois, ils ne nient pas l'existence de certains proverbes et locutions qui ne se conforment pas à cette règle rigide, à commencer par l'exemple archiconnu : l'appétit vient en mangeant.

La loi de la clarté

Même la langue soignée ne se conforme pas toujours à la doctrine normative. La plupart des grammairiens s'accordent aujourd'hui sur la grammaticalité de certains types de coréférence distendue, que nous examinons ci-dessous. La seule exigence à laquelle la coréférence distendue doit satisfaire est la clarté.

Évidemment, la proposition le fou rire m'a prise en l'écoutant est parfaitement claire. En revanche, la proposition je les regardais jouer en souriant prête à équivoque.

Certes, la coréférence stricte du sujet de la subordonnée gérondivale et du sujet de la principale est toujours la solution préférable, mais la coréférence stricte peut aussi avoir le désavantage de la lourdeur.

Coréférence avec un complément explicite autre que le sujet

certaines allergies disparaissent en vieillissant
certaines choses vont mieux en les disant
cette idée m'est venue en me soulageant
en attendant votre réponse, recevez
en brisant la glace, la porte s'ouvre
en fermant ma veste, on ne voyait rien
en le contemplant, les larmes vous montent aux yeux (Dutourd)
en le voyant, une sorte de choc électrique secoua Sally (Maurois)
en mettant la lettre à la poste avant 18 heures, elle arrive le lendemain
en montant dans ma chambre, les marches de l'escalier craquaient
en ouvrant le livre, une feuille fanée en tomba
en rentrant chez moi, un télégramme m'attendait
en sortant de l'immeuble, les trottoirs étaient couverts d'une neige sale
en téléphonant à la police, on me conseillait de m'adresser aux pompiers
en vous abonnant, votre numéro ne coûtera que trois euros
en y pensant, elle était mignonne
en y réfléchissant, c'est lui qui était coupable
expression plaisante en parlant d'une étourderie
je me souviens de sa stupeur en me voyant
la première surprise en ouvrant le livre est de constater que (Kanters)
le café nous était servi en arrivant
le cœur me battait fort en poussant la barrière du jardin (Gide)
le courage lui revint en réfléchissant
le fou rire m'a pris en l'écoutant
le pont rompu fait ventre au milieu et ne vous laisse passer qu'en vous baissant (Goncourt)
le verre a été cassé par Pierre en faisant la vaisselle
les mots, en les écrivant, me faisaient pleurer (Proust)
mes entrailles s'émurent en voyant cette enfant (Rousseau)
nous étions dix en comptant les enfants
une idée me vint en écrivant (Butor)

Coréférence avec un complément implicite

en partant tôt, les routes sont moins encombrées
en travaillant bien chaque soir, ça peut donner de bons résultats
l'appétit vient en mangeant
la question se pose en regardant ce film
le bonheur s'obtient en n'y pensant pas (Montherlant)

L'agent passif anonyme est un cas courant du complément implicite :

ça ne se fera pas en augmentant simplement la cotisation
ce document peut être obtenu en écrivant à l'adresse suivante
ce vin se boit en mangeant
ces choses-là se murmurent en souriant
des économies seront obtenues en éteignant la lumière derrière soi
grimper, c'est monter en s'aidant des pieds et des mains
il faut travailler en s'amusant
l'histoire s'apprend en visitant les monuments et les musées
on reconnaît que le rôti est cuit en y plantant une fourchette
soit dit en passant
une série de maisons construites en suivant la méthode de pointe suédoise

Coréférence indirecte

Le sujet du gérondif peut être corrélé avec le sujet d'un autre verbe non fini qui, à son tour, est corrélé avec un complément de la principale.

grimper les cinq étages en tirant ses valises lui prit vingt minutes
il faut empêcher le soldat de s'enivrer en buvant sa solde

Constructions elliptiques mineures

Gérondifs lexicalisés

en attendant
soit dit en passant

Indication du chemin

en passant par
immédiatement à gauche en entrant par l'entrée de service
la première à gauche en regardant la mer
sur la gauche en remontant la rue
tout de suite à gauche en entrant dans le centre commercial
troisième porte à droite en sortant de l'ascenseur

Ellipse littéraire

En attendant Godot
En écoutant Dieu

Ellipse publicitaire, panneaux

demande de renseignements en écrivant à
l'anglais en s'amusant
la culture en roulant
la drague en naviguant
onze numéros gratuits en vous abonnant dès aujourd'hui

La forme tout en

La corrélation du sujet de la subordonnée gérondivale du type tout en est soumise à une discipline plus stricte que la corrélation du sujet de la subordonnée gérondivale du type en. Les propositions *tout en étant malade, on a envoyé Pierre au travail et *tout en prenant du soin, le verre a été cassé par Pierre sont agrammaticales, tout en étant parfaitement claires.

Le gérondif - détails et limitations syntaxiques

Le gérondif composé

Le gérondif composé - la forme en

La forme en du gérondif composé est rare. Ses interprétations circonstancielles sont le moyen, la causalité et la condition.

en ayant cru bien faire, il a commis une lourde erreur
en ayant forgé longtemps, il a appris le métier
en ayant travaillé plus sérieusement, tu aurais réussi
en ayant volé trop haut, l'aigle a dépassé son aire
je suis souvent monté sur scène en ayant bu (Trintignant dans L'express)
mais d'ailleurs il ne s'est pas toujours trompé en ayant eu foi dans notre discrétion (Proust)

Un gérondif composé avec négation : je suis souvent monté sur scène en ne m'étant pas préparé.

Le gérondif composé - la forme tout en

La forme tout en du gérondif composé est très rare.

cela nous permettra de manœuvrer avec chacun d'eux comme si l'autre en ignorait le contenu, tout en ayant pris la précaution de le leur faire connaître (Anouilh)

La négation du gérondif

La négation du gérondif - la forme en

La négation de la forme en du gérondif est possible. Les valeurs circonstancielles sont la manière, le moyen, la causalité, la condition et la concession.

en n'offrant pas cette chance
en ne cessant de critiquer
en ne changeant pas
en ne foutant rien
en ne payant pas ses impôts, il s'est attiré les foudres de son percepteur
en ne réussissant pas
en ne sachant pas très bien ce qu'il veut
en ne t'écoutant pas, il a commis une grave ereur
il a réussi en ne travaillant pas

La relation entre le gérondif négatif et le syntagme [sans * infinitif] est un phénomène intéressant. Le gérondif négatif exprime l'absence d'une action ; le syntagme [sans * infinitif] exprime l'inverse d'une action. La non-synonymie du gérondif négatif et du syntagme [sans * infinitif] est perçue si nettement qu'on préfère souvent coordonner le gérondif positif avec le syntagme [sans * infinitif], plutôt que de coordonner les formes positive et négative du gérondif : sans le savoir ou en le sachant.

La négation du gérondif - la forme tout en

La négation de la forme tout en du gérondif est permise.. Sa seule interprétation est l'opposition.

La répétition de en

En règle générale, on répète en en coordonnant deux gérondifs. Cependant, le second en peut être omis s'il y a une relation étroite entre les verbes coordonnés.

Avec répétition de en

en bâillant et en s'étirant
en la tenant par la taille et en lui parlant à l'oreille

Sans répétition de en

en allant et venant
en croisant et décroisant ses pieds
en lisant et relisant sa lettre
en tirant et poussant
en traversant la ville et passant devant nos postes (de Gaulle)

Les mots intercalables entre en et le participe

Seuls les mots conjoints (les pronoms conjoints, en, y, ne, ce) s'intercalent entre en et le participe.

en ne leur en parlant pas
en les lui présentant

Le gérondif comme noyau

Le gérondif a droit à tous les compléments régis et libres du verbe.

Le gérondif comme complément

Le gérondif est un adverbe banal. Le plus souvent il qualifie un verbe, mais rien ne s'oppose à ce qu'il qualifie un nom :

sa stupeur en me voyant
la vie en dansant

Les éléments corrélés

Le gérondif se comporte comme une forme verbale quelconque en ce qui concerne l'emploi des éléments corrélés. Voir l'examen des éléments corrélés à la page connexe La corrélation.

en le portant chacune à leur tour
en s'y mettant tous
en y allant moi-même

Coordination

Le gérondif est un adverbe. La coordination de deux gérondifs ou d'un gérondif et d'un adverbe d'un autre type est gouvernée par les mêmes règles que la coordination des adverbes en général. Rien ne s'oppose à l'emploi de et, ou, soit...soit..., mais, ni...ni..., c'est-à-dire, donc, bref, d'abord, ensuite, enfin, etc. dans la coordination des gérondifs.

Adverbes de perspective et de degré

Seule la forme en du gérondif admet les adverbes de perspective, tels que

seulement
juste
surtout
même
pour ainsi dire
ne...que...
rien que

Seule la forme en du gérondif admet les adverbes légers de degré, tels que

comme
à peine
presque

Comparaison

Seule la forme en du gérondif entre dans les syntagmes de comparaison, tels que [plus * gérondif * que].

Mise en relief

Seule la forme en du gérondif entre dans le syntagme de mise en relief [c'est * gérondif * que].

Syntagmes incompatibles avec la forme tout en

Le gérondif du type tout en est un adverbe qui remplit toujours la fonction de rhème. Qu'il exprime la simultanéité étroite (l'entrelacement) ou l'opposition, il apporte un renseignement essentiel. Sa nature rhématique le rend incompatible avec certains syntagmes.

La thématisation d'un rhème serait absurde.

La mise en relief d'un adverbe dont le rôle rhématique est déjà assuré serait un excès illogique : ??c'est tout en clamant haut et fort son soutien qu'il a éliminé son meilleur ami.

Voir plus haut le conflit entre la forme tout en et certain types d'adverbe (adverbes de perspective, adverbes de degré).

Dès en

Dès en est vieilli ou régional.

dès en arrivant
dès en naissant

En en

La préposition en du gérondif peut être suivie du pronom prépositionnel en. Ce cumul n'est pas sanctionné par l'haplologie.

en en mourant
en en parlant
en en faisant le résumé
en en prenant plus

La succession de deux en pronoms prépositionnels est agrammaticale. On peut la pallier en appliquant l'haplologie, mais le mieux est de l'éviter.

*en en remplir un (remplir de vin un verre)

Les règles de l'accord du participe présent

L'accord du participe présent adverbial sans en

Invariable.

L'accord du participe présent adverbial avec en

Invariable.

L'accord du participe présent concessif

Invariable.

L'accord du participe présent progressif

Invariable.

RETOUR EN HAUT DE PAGE