Le participe présent - introduction
HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      INDEX


TITRE
Le participe présent - introduction (606)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
Le participe présent - introduction (606)

SOMMAIRE

Les emplois du participe présent - vue d'ensemble

Les emplois du participe présent (de la forme jouant) se divisent en deux groupes : les emplois adjectivaux et les emplois adverbiaux. Nous présentons une vue d'ensemble des deux groupes ci-dessous, et nous allons les étudier en détail sur les pages qui suivent.

Le groupe d'emplois adjectivaux

participe présent épithétique
participe présent quasi-prédicatif
participe présent prédicatif - les verbes de perception
participe présent prédicatif - le verbe être
participe présent prédicatif - autres verbes
participe présent présentatif
participe présent absolu
participe présent adjectif autonome

Le groupe d'emplois adverbiaux

participe présent adverbial proprement dit sans en
participe présent adverbial proprement dit avec en
participe présent concessif
participe présent progressif

Parmi les emplois adverbiaux il y a un qui est marqué par la préposition en (en jouant). Pour des raisons historiques, cet emploi adverbial est aussi appelé « gérondif ». Ce terme n'a aucune importance dans l'étude synchronique du français moderne, et ce n'est que par souci de simplicité que nous en userons de temps en temps. Il est important de prendre conscience de l'insignifiance théorique de ce terme, pourtant jugé essentiel dans l'enseignement et par la plupart des grammaires. Certaines grammaires vont jusqu'à considérer la forme en jouant comme un mode à part, indépendant du participe présent. La présence de en est une condition suffisante mais non nécessaire de l'interprétation adverbiale du participe présent. La ligne de démarcation importante au sein de la forme en « ant » est celle entre emplois adjectivaux et emplois adverbiaux, non pas celle entre la forme sans en et la forme avec en. Il est vrai que la forme avec en est toujours adverbiale, mais la forme sans en n'est pas toujours adjectivale.

Les deux sources du participe présent

Le problème du petit mot en devant la forme jouant mérite un détour historique (malgré notre aversion déclarée pour la confusion des phénomènes synchroniques et diachroniques). Le participe présent français est issu de la fusion de deux formes du verbe latin : le participium imperfectum (la forme « amantem ») et le gerundium (la forme « amandum »). Le participium imperfectum est un adjectif verbal ; le gerundium est un nom verbal, comme l'infinitif, mais déclinable et admettant certaines prépositions.

Ces deux formes du latin ont convergé vers une seule forme du français, à savoir vers la forme aimant. La forme aimant garde un t audible au féminin. C'est donc la forme « amantem » qui subsiste en français, mais la fonction adverbiale de la forme « amandum » ne disparaît pas pour autant : le paricipe présent du français absorbe la fonction adverbiale du gerundium latin. Le gérondif est intégré dans la famille des participes présents. Au lieu d'être élevée à un statut quasi-morphologique, la forme avec en se voit rétrograder à un modeste type de participe présent adverbial. Bien sûr, nous allons étudier la fonction sémantique du marqueur en devant le participe présent, mais, tout compte fait, l'étude du gérondif se résume en une seule phrase :

« le gérondif, ça n'existe pas dans la grammaire synchronique du français moderne ».

Trois oppositions

Nous venons d'introduire les deux groupes d'emplois du participe présent, à savoir le groupe adjectival et le groupe adverbial.

Nous abordons ici le sujet des deux comportements du participe présent, à savoir du comportement adjectival et du comportement verbal. On se gardera de confondre les deux groupes d'emploi avec les deux comportements. Le participe présent, comme d'ailleurs le participe passé, a un comportement adjectival et un comportement verbal. L'accord du participe présent relève de son comportement adjectival ; le jeu de compléments du participe présent relève de son comportement verbal. Mais l'opposition adjectival / adverbial et l'opposition adjectival / verbal ne sont pas synontmes : le participe présent adjectival ne s'accorde pas nécessairement. On verra les détails.

Mais ce n'est pas tout. Il y a une troisième opposition, notamment celle entre le participe présent épithétique et le participe présent quasi-prédicatif. L'un et l'autre appartiennent au groupe adjectival, mais le deuxième est « senti » comme adverbial. On verra les détails.

Les trois formes actives du participe

Le participe présent, le participe composé et le participe surcomposé forment un groupe de participes actifs. Ils contrastent en bloc avec le participe passé. Nous allons concentrer notre attention sur le participe présent. On verra que presque tous les emplois du participe présent s'étendent sur les deux autres participes actifs. Il n'y a que les emplois présentatif, absolu et progressif qui n'existent pas en composé et en surcomposé. Les formes composées et surcomposées s'emploient adjectivalement et adverbialement.

Le participe composé

Le participe composé s'emploie pour marquer l'antériorité par rapport à un autre fait.

je rentrai de bonne heure, ayant décidé de préparer mon cours

Le participe surcomposé

Le participe surcomposé insiste sur l'idée de l'accomplissement.

ayant eu fini à temps, il a pu prendre son train ordinaire

Le participe présent nominalisé


RETOUR EN HAUT DE PAGE