PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      

RECHERCHE PAR MOTS-CLÉS      RECHERCHE PAR MOTS DISPERSÉS      RECHERCHE PAR MOTS CONSÉCUTIFS


TITRE
Subordonnée complémentale - subjonctif - facteurs sémantiques (590)

ASCENDANCE
Manuel de la grammaire française (0)
Le syntagme proposition (445)
La subordination et les subordonnées (521)
Les subordonnées complémentales (531)
Les subordonnées complémentales - l'emploi du subjonctif (588)

PAGES SŒURS
Subordonnée complémentale - subjonctif - facteurs sémantiques (590)

SOMMAIRE
Le subjonctif - sémantique - doute
Le subjonctif - sémantique - sentiments
Le subjonctif - sémantique - injonction
Le subjonctif - sémantique - jugement
Le subjonctif - sémantique - pensée et parole
Le subjonctif - sémantique - négation lexicale
Le subjonctif - sémantique - inférence
Le subjonctif - sémantique - fréquence
Le subjonctif - sémantique - apparence
Le subjonctif - sémantique - listes d'adjectifs

Le subjonctif - sémantique - doute

§ Le doute a des degrés

il n'est pas tout à fait évident
il n'est pas certain
il est peu probable
il est absolument impossible

§ La certitude aussi a des degrés

il est possible
il y a des chances
il est vraisemblable
il est absolument certain

§ Tendance générale

Le doute fort et la certitude faible entraînent le subjonctif. le doute faible et la certitude forte autorisent l'emploi de l'indicatif. On dispose d'une grande latitude dans l'application de ces principes.

§ Exceptions

La tendance générale n'explique pas tous les caprices de la grammaire. Par exemple, il est possible peut être suivi de l'indicatif ou du subjonctif, mais il se peut est toujours suivi du subjonctif.

§ Une vérité qui dérange

On peut atténuer une vérité qui dérange en la mettant au subjonctif. Ce subjonctif a une nuance concessive.

il est vrai que le Parti ait rencontré quelques accidents de parcours, mais...

§ Le verbe douter - verbe multistructurel

Voir la page connexe Verbes multistructurels - douter.

Le subjonctif - sémantique - sentiments

§ Règle générale

Les verbes, les adjectifs et les noms exprimant des sentiments entraînent le subjonctif dans leurs subordonnées complémentales.

§ Phénomènes divers

On trouve parfois l'indicatif dans un style relâché.

Craindre et se plaindre peuvent être construits avec l'indicatif dans tous les registres.

L'indicatif est justifié lorsqu'on se distancie de ses émotions. Il est plus facile de produire cet effet au moyen d'un nom que par un verbe ou un adjectif.

ma joie est que mes enfants sont casés
il me remplit de joie que mes enfants soient casés

Voir la page connexe La subordonnée complément prépositionnel fléchie pour l'examen des conjonctions ce que et que amenant la subordonnée complément prépositionnel. Certains verbes de sentiment peuvent être construits indifféremment avec les deux conjonctions. Le subjonctif est obligatoire avec que et instable avec ce que après ces verbes.

je me réjouis que tu puisses venir dimanche
je me réjouis de ce que ton petit-fils vient de se faire dépuceler

L'indicatif est majoritaire avec de ce que ; à ce que entraîne le plus souvent le subjonctif.

§ Quelques verbes de sentiment

Verbes transitifs, verbes intransitifs et toutes autres constructions confondues.

amuser
arranger
bénir
chagriner
charmer
déplorer
désespérer
épater
ennuyer
envier
exaspèrer
faire plaisir
frapper
gêner
importer
inqiéter
jubiler
n'en pas revenir
pester
plaire
préoccuper
rassurer
regretter
rougir
s'émerveiller
s'émouvoir
s'étonner
s'ennuyer
s'enorgueillir
s'excuser
s'extasier
s'indigner
s'inquiéter
s'irriter
s'offusquer
se desoler
se divertir
se fâcher
se féliciter
se ficher
se foutre
se froisser
se méfier
se moquer
se réjouir
se repentir
se scandaliser
se soucier
se venger
sourire
stupéfier

Le subjonctif - sémantique - injonction

La catégorie injonctive comprend les mots d'injonction proprement dite, de permission, d'interdiction, de nécessité et de suffisance.

§ Règle générale

Les mots injonctifs entraînent le subjonctif dans leurs subordonnées complémentales.

je souhaite que tu viennes dès que possible
il est urgent qu'une décision soit prise

§ Loi naturelle, volonté sans appel

Une loi naturelle ou une volonté au-dessus de tout appel peut être exprimée par l'indicatif.

c'est une nécessité mathématique inexorable que
la volonté du roi est que
la loi stipule que

§ L'emploi métaphorique des verbes injonctifs

L'emploi de vouloir et de permettre est métaphorique dans les locutions telles que

la légende veut
la tradition veut
le ciel permit
le hasard voulut
le malheur voulut
le sort voulut
la légende veut que saint François d'Assisi et saint Dominique, lorsqu'il se rencontrèrent, se tinrent longuement embrassés, mais qu'ils ne prononcèrent aucune parole

Avec ces locutions, le subjonctif et l'indicatif sont l'un et l'autre possibles. L'indicatif est plus correct.

§ Empêcher

Dans son sens primaire, empêcher est un verbe injonctif banal, construit avec le subjonctif : empêcher que la vérité ne soit révélée.

Le verbe empêcher peut aussi avoir une valeur concessive, proche de il n'en est pas moins vrai. Dans ce sens secondaire, il se construit avec l'indicatif.

n'empêche qu'il a tort
il est riche, ça n'empêche qu'il est con

Notons le contraste entre

Pierre n'empêche pas que la décision soit prise et
les objections n'empêchent pas que la décision est prise

La première proposition fait penser à un effort humain, qui est absent de la seconde. La seconde proposition peut être glosée comme la décision est prise malgré les objections.

§ La langue administrative

Dans la langue administrative, on construit avec l'indicatif (par exemple, avec le futur) certains verbes injonctifs, tels que

arrêter
convenir
décider
décréter
obtenir
ordonner
prescrire
régler
résoudre

L'indicatif exprime une volonté ferme, sans appel :

il a décidé qu'on ira jusque'au bout
j'ai décidé qu'il viendra (mais je me suis décidé à ce qu'il vienne)

§ Je veux bien

Je veux bien, signifiant je ne conteste pas, peut être construit avec l'indicatif ou le subjonctif : je veux bien que je n'avais pas tout à fait raison.

§ Verbes de parole et de pensée à valeur injonctive

Certains verbes de parole et de pensée peuvent être employés dans un sens injonctif. Dans ce cas, ils sont construits avec le subjonctif : Pierre dit que Paul vienne signifie Pierre fait venir Paul. Cet usage a reculé dans la langue parlée. Autres verbes cognitifs qui se construisent parfois avec le subjonctif :

annoncer
crier
dire
écrire
faire signe
prétendre
soutenir
suggérer

§ Quelques verbes volitifs

accepter
admettre
aider
aimer
aimer
appartenir
apprécier
appréhender
approuver
attendre
avertir
chercher
choisir
commander
comporter
concevoir
condamner
conseiller
consentir
contester
convaincre
convenir
décider
déconseiller
décréter
défendre
déplorer
demander
dire
épargner
éviter
empêcher
envisager
essayer
exclure
exiger
falloir
feindre
gagner
haïr
impliquer
importer
imposer
interdire
laisser
mériter
nécessiter
négliger
obtenir
offrir
omettre
ordonner
pardonner
permettre
préconiser
préférer
prescrire
prier
prohiber
proposer
quémander
réclamer
résigner
recommander
redouter
refuser
reprocher
requérir
revendiquer
risquer
souffrir
souhaiter
suffire
suggérer
supplier
supporter
tâcher
tarder
tolérer
valoir
veiller
vouloir

Le subjonctif - sémantique - jugement

§ Pour exprimer un jugement qu'on veut neutre, on met le verbe de la subordonnée complémentale à l'indicatif :

il est naturel que les gens se sont détournés des idéals politiques

§ Cependant, le jugement frôle souvent le doute (étrange), le sentiment (agréable, dommage) ou l'injonction (normal, juste, salutaire, la meilleure solution). Dans ces cas, le subjonctif est préférable.

Le subjonctif - sémantique - pensée et parole

Les verbes « de pensée et de parole » sont aussi appelés « verbes cognitifs ».

§ Règle de base

En principe, les verbes de pensée et de parole n'expriment ni doute, ni sentiment, ni injonction. Donc, par défaut, on les construit avec l'indicatif. Cependant, ces verbes sont capables de répercuter ou d'amplifier la nuance de doute, de sentiment ou d'injonction présente dans le contexte. Donc l'emploi du subjonctif avec ces verbes n'est pas exclu.

En principe, n'importe quel élément contextuel de doute, de sentiment ou de volition peut faire basculer le verbe de la subordonnée dans le subjonctif, mais le plus souvent c'est le fameux trio de négation au sens large dans la principale (négation proprement dite, interrogation, hypothèse) qui entraîne le subjonctif dans la subordonnée. Nous consacrons la page sœur suivante à ce sujet.

§ Le siège du doute

La question du doute se complique du fait que le doute peut être celui du sujet de la principale ou celui du locuteur. Les deux ne coïncident qu'au cas où le sujet est à la première personne. Par exemple, dans la proposition Pierre trouve que Paul soit génial, le subjonctif peut être dû soit au fait permanent que le verbe trouver n'exprime pas une conviction ferme, soit au fait momentané que le locuteur ne partage pas l'opinion de Pierre sur l'intelligence de Paul.

Le verbe imaginer présente un trait intéressant. Il est normalement construit avec l'indicatif. On n'utilise pas le subjonctif pour exprimer un haut degré d'aveuglement. Donc le subjonctif ne peut exprimer que l'incrédulité du locuteur : Pierre imagine qu'il ait gagné le gros lot.

Comparer vous souvenez-vous qu'il a écrit à son père ? et vous souvenez-vous qu'il ait écrit à son père ?. L'indicatif de la première proposition laisse entendre que le locuteur présuppose l'affirmative ; le subjonctif de la seconde proposition signale le doute du locuteur.

§ Espérer

On pourrait penser que le verbe espérer soit volitif. Or, grammaticalement, c'est un verbe cognitif, donc un verbe qui se construit avec l'indicatif. Évidemment, espérer n'est pas exempt de la règle selon laquelle la négation au sens large dans la principale entraîne le subjonctif dans la subordonnée.

§ Les verbes d'hypothèse

Les verbes d'hypothèse, tels que

supposer
admettre
imaginer
mettre

sont des verbes de pensée avec un penchant pour le subjonctif.

§ Puisse

Puisse peut indiquer le doute dans la subordonnée sujet d'apposition prédicative : la pensée qu'il puisse, l'espoir qu'il puisse. Dans cette construction, puisse est dénué de sa valeur lexicale et se réduit au rôle de véhicule grammatical du subjonctif. Voir des phénomènes analogues aux pages connexes La concession partielle - phénomènes mineurs, Le subjonctif dans la prémisse.

§ Quelques verbes de pensée et de parole

aboyer
admettre
affirmer
ajouter
annoncer
apercevoir
apprendre
assurer
attester
avancer
avouer
balancer
balbutier
beugler
cacher
calculer
camoufler
certifier
chanter
chuchoter
claironner
clamer
comprendre
concéder
conclure
confesser
confier
confirmer
considérer
constater
conter
crier
croire
décider
déclarer
découvrir
décréter
démontrer
deviner
dire
dissimuler
écrire
édicter
établir
enseigner
entendre
envoyer
espérer
estimer
expliquer
exposer
exprimer
garantir
gémir
geindre
gueuler
hurler
imaginer
indiquer
informer
insinuer
juger
jurer
lire
maintenir
mander
marquer
mentionner
montrer
murmurer
nier
noter
notifier
observer
oublier
penser
persuader
piger
pleurnicher
préciser
présumer
prétendre
prévenir
prévoir
pressentir
proclamer
prophétiser
prouver
raconter
rappeler
réaliser
réciter
répéter
répliquer
répondre
révéler
rêver
reconnaître
remarquer
ricaner
s'apercevoir
s'aviser
savoir
se souvenir
sentir
signaler
songer
souligner
soupçonner
soupire
soutenir
supposer
taire
télégraphier
téléphoner
témoigner
trouver
vérifier
voir

Le subjonctif - sémantique - négation lexicale

§ Douter que, le membre principal de ce petit groupe de verbes, est toujours construit avec le subjonctif : je doute qu'il vienne. La préposition de régie par douter est omise devant que. Se douter et douter si ne sont pas des verbes de négation.

§ Le subjonctif est facultatif mais majoritaire avec contester, nier et ignorer.

§ Démentir, dissimuler, oublier et exclure prennent l'indicatif. On peut aussi construire dissimuler avec ne redondant et le subjonctif.

§ Adverbes à nuance négative

on s'aperçoit à peine que l'automne soit déjà arrivé
loin de moi la pensée, cher Monsieur, que vous soyez un escroc

Le subjonctif - sémantique - inférence

§ Expliquer et s'expliquer prennent le subjonctif lorsqu'il signifient expliquer la raison de :

cela explique qu'il ne soit pas venu
je m'explique que vous n'ayez pas dormi

§ Les autres verbes d'inférence, tels que

d'où vient que
de là vient que
découler
déduire
démontrer
entraîner
il demeure que
il reste que
il s'ensuit que
il se trouve que
il suit que
résulter
ressortir

se construisent avec l'indicatif.

§ Les trois locutions averbales d'inférence sont parfois construites avec le subjonctif :

de là que
d'où que
à preuve que

Le subjonctif - sémantique - fréquence

§ Arriver, advenir, se faire et être rare exigent le subjonctif inconditionnellement. Fréquent se comporte à l'instar des adjectifs exprimant le degré de certitude. L'affirmation de fréquence se construit avec l'indicatif, la négation de fréquence se construit avec le subjonctif.

§ Il n'y a aucune chance et il n'y a pas de danger se construisent avec le subjonctif.

Le subjonctif - sémantique - apparence

§ Paraître

Le verbe paraître sans prédicat (il paraît que) est un verbe d'apparence qui se construit presque toujours avec le subjonctif.

Le verbe paraître avec complément prédicatif est un verbe prédicatif, donc un verbe qui est sans effet direct sur l'emploi du subjonctif. C'est le complément prédicatif, et non pas le sujet, qui détermine le choix de mode. Si l'adjectif servant de complément prédicatif exprime le doute, un sentiment ou l'injonction, on met le verbe de la subordonnée au subjonctif.

§ Sembler

En présence d'un objet indirect (il me semble que), le verbe d'apparence sembler est construit surtout avec le subjonctif, mais l'indicatif n'est pas agrammatical : il me semble que vous ayez changé d'avis ou il me semble que vous avez changé d'avis.

En l'absence d'un objet indirect (il semble que), le verbe d'apparence sembler se construit surtout avec l'indicatif.

En ce qui concerne le verbe prédicatif sembler (il semble évident), son comportement est le même que celui du verbe prédicatif paraître. Le choix de mode ne dépend pas du sujet, mais du complément prédicatif.

§ Avoir l'impression que est construit avec l'indicatif.

Le subjonctif - sémantique - listes d'adjectifs

§ Adjectifs exprimant le degré de vérité

acquis
clair
démonstrable
douteux
évident
exact
faux
flagrant
impossible
incontestable
indiscutable
manifeste
niable
notable
notoire
patent
possible
probable
visible
vraisemblable

§ Adjectifs cognitifs

conscient
convaincu
informé
persuadé

§ Adjectifs de jugement

admirable
affreux
agréable
amusant
anormal
beau
bizarre
bon
comique
curieux
dangereux
désespérant
désirable
désolant
drôle
émouvant
étonnant
étrange
embarrassant
embêtant
ennuyeux
essentiel
extraordinaire
fâcheux
fascinant
fou
gênant
grave
important
incongru
inconvenable
incroyable
indispensable
inquiétant
insupportable
intéressant
malheureux
marrant
mauvais
merveilleux
navrant
pénible
piquant
réconfortant
révoltant
regrettable
remarquable
rigolo
sage
significatif
singulier
souhaitable
surprenant
terrible
triste
utile

§ Adjectifs de sentiment

aise
attendri
bouleversé
confus
content
déçu
désorienté
exaspéré
fier
furieux
gêné
indigné
jaloux
peiné
scandalisé
touché
vexé

(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)