HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      

RECHERCHE PAR MOTS-CLÉS      RECHERCHE PAR MOTS DISPERSÉS      RECHERCHE PAR MOTS CONSÉCUTIFS


TITRE
La subordonnée temporelle fléchie - quand (590)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
La subordonnée temporelle fléchie - quand (590)

SOMMAIRE
Quand est un pronom relatif
Quand et la relativation phrastique
Quand et la relativation autonome
Quand et la relativation profonde
Circonstances et nuances
Circonstances et nuances - valeur concessive métadiscursive
Circonstances et nuances - valeur semi-concessive
Circonstances et nuances - valeur causale elliptique
Circonstances et nuances - valeur concessive elliptique
Circonstances et nuances - valeur conditionnelle
Circonstances et nuances - coordination de surenchère
Circonstances et nuances - quand = qui
Circonstances et nuances - opposition
Relations temporelles
Postériorité (la principale est postérieure à la subordonnée)
Antériorité (la principale est antérieure à la subordonnée)
Habitude, fait répété
Maximes, proverbes, vérités intemporelles
Quand - syntagmes divers
Quand régi
Quand régi - introduction
Sujet
Objet direct
Argument de syntagme prépositionnel (régi ou libre)
Argument de comparateur
Épithète adverbiale
Prépositions transparentes
Dans la mise en relief
Apposition d'une chose se situant dans le temps
Quand dans la subordination inversée
Quand...et que...
Quand - préposition associative
Les similitudes entre quand et si
Quand et le phénomène œuf de coucou
Quand et lorsque
Quand bien même

Quand est un pronom relatif

Comparons les deux propositions

j'étais sur le point de sortir quand le téléphone sonna

et

j'étais sur le point de sortir, quand le téléphone sonna

La première proposition admet La paraphrase j'étais sur le point de partir au moment exact où le téléphone sonna.

La seconde proposition admet la paraphrase j'étais sur le point de partir, auquel moment le téléphone sonna ou j'étais sur le point de partir et à ce moment précis le téléphone sonna.

La première subordonnée est une relative ordinaire ; la seconde est une relative à antécédent phrastique. Nous discutons la relative à antécédent phrastique à la page connexe La relativation à antécédent phrastique.

La valeur sous-jacente de quand est au moment auquel / auquel moment. La vraie nature de quand, notamment sa nature de pronom relatif. n'est pas difficile à déchiffrer. Sur l'échelle de la transparence, quand est situé à mi-chemin entre lorsque, dont la nature de pronom relatif est tout à fait transparente du fait de son étymologie, et comme, dont la valeur sous-jacente est un peu plus difficile à déchiffrer Par ailleurs, comme on verra, est aussi un pronom relatif. En fait, il n'y a pas de conjonction adverbiale pure et irréductibls. Voir la page connexe La subordination - classification et jonctions.

La nature relativante de quand se manifeste dans la relative ordinaire (voir plus haut) et dans trois relatives spécialisées : dans la relative à antécédent phrastique, dans la relative autonome et dans la relative profonde. Voir les pages connexes La relativation à antécédent phrastique, La relativation à pronom relatif autonome, Relativation primaire - relativation profonde.

Quand et la relativation phrastique

Voir plus haut.

Exemples de la relative à antécédent phrastique introduite par quand :

déjà elle se figurait son entrée chez ce procureur, ce qu'il disait, ce qu'elle répondrait, quand tout à coup, de se voir seule, pataugeant dans cette boue déserte, elle fut anéantie d'un découragement immense (A. Daudet)
elle attendait depuis trois quarts d'heure quand, tout à coup, elle aperçut Rodolphe (Flaubert)
elle n'a pas fait dix pas sur la place quand elle se trouva nez à nez avec un monsieur (Maupassant)
il parlait encore lorsqu'il fut foudroyé (Zola)
j'allais m'assoupir de nouveau, quand une secousse épouvantable me jeta sur la grosse dame qui me faisait vis-à-vis (Maupassant)
j'étais en train de faire une manipulation délicate, quand j'entends s'ouvrir brusquement la porte
j'étais sur le point de sortir, quand le téléphone sonna
je bourrais ma petite pipe, quand j'entendais toquer à la porte (Duhamel)
je ne songeais pas encore à m'endormir, quand une horloge se mit à sonner minuit (Romains)
la petite fille parvint à une clairière, quand surgit le méchant loup
nous venions justement de nous mettre à table, quand éclata un orage

Quand et la relativation autonome

je partirai quand je voudrai
je vais où je veux, je pars quand je veux
quand il me prend l'envie de danser, je danse
quand on veut on peut
venez quand vous serez prêt

Quand peut se comporter en pronom relatif autonome. Voir l'étude détaillée de la relativation autonome à la page connexe La relativation à pronom relatif autonome.

Quand et la relativation profonde

nous l'annoncerons quand tu penses que ça les choquera le plus

Dans cet exemple, quand ne concerne pas le verbe de la subordonnée matrice (penses), mais celui de la subordonnée enchâssée (choquera).

Voir l'étude détaillée de la relativation profonde à la page connexe Relativation primaire - relativation profonde.

Circonstances et nuances

Circonstances et nuances - valeur concessive métadiscursive

Quand, lorsque, alors que et du moment que se substituent souvent aux conjonctions concessives sous-jacentes bien que et quoique lorsqu'on cherche à exprimer un jugement ou une réaction émotive sous une forme interrogative ou exclamative. Cet emploi des conjonctions quand, lorsque, alors que et du moment que est métadiscursif.

ce petit crevé de sous-préfet s'était obstiné à monter dans une voiture de première, lorsqu'il y avait une voiture de seconde réservée pour les chasseurs et leur bêtes
cet imbécile de pâtissier n'en a envoyé que deux quand on est quatre convives (Lichtenberger)
cette ignorance, comment voulez-vous la dissiper chez les autres quand vous êtes si peu instruit vous-même ?
comment croire à la justice quand tout n'est qu'injustice (Estaunié)
comment les riches Parisiens peuvent-ils jouir gaiement de leur luxe, alors que, pour quitter la ville ils doivent traverser quinze kilomètres d'une banlieue sordide ? (Duhamel)
elle l'a laissé tomber quand elle aurait dû l'aider
et pourquoi jeûne-t-il quand tout le monde mange ? (Rostand)
il reste enfermé quand il fait si beau
moi prodigue ! quand j'ai renoncé à mettre du cognac dans mon café
plus de six heures ils marchaient, quand le Rigi ne demandait que trois heures (A.Daudet)
pourquoi jeûne-t-il quand tout le monde mange ?
pourquoi l'as-tu acheté lorsque je te l'avais défendu ? (Zola)
pourquoi ne pas acheter une voiture quand nous pouvons nous la permettre ?
pourquoi partir quand tout nous incite à rester ?
pourquoi vivre dans ce taudis quand tu pourrais avoir une belle maison ?
qu'avais-je besoin de comprendre leur langage quand toute ma chair le goûtait (Gide)
quand je vous le disais
tu bois de l'eau froide quand il gèle au-dehors !
tu es tout de même très gentil d'être venu me voir quand tu aurais pu aller t'amuser ailleurs (Zola)
tu n'as pas honte de diriger le pillage d'un bateau quand tu prétends être notre directeur de conscience ? (Supervielle)
tu oses te plaindre quand les gens meurent de faim
tu t'es subordonné quand tu es fait pour ordonner

Voir l'examen de alors à la page connexe Alors - rubrique Conjonctions - alors que.

Un exemple avec du moment que

du moment que tu sais bien que ce n'est pas lui, pourquoi dire ces bêtises-là ? (Maupassant)

Circonstances et nuances - valeur semi-concessive

Si quand est employé semi-concessivement, on met le verbe au conditionnel.

Voir la page connexe Le sens semi-concessif.

Circonstances et nuances - valeur causale elliptique

quand je pense que ma fille va avoir dix-huit ans (sous-entendu : ça me fait un drôle d'effet)
quand on a vu ce que j'ai vu (sous-entendu : on comprend la souffrance humaine)

Circonstances et nuances - valeur concessive elliptique

quand je te le disais (tu fais semblant d'être surpris, bien que je t'aie prévenu)

Circonstances et nuances - valeur conditionnelle

Germanisme : quand tu n'es pas sage, je te laisse dehors

Circonstances et nuances - coordination de surenchère

La proposition il les laisse faire quand il ne les encourage pas peut être paraphrasée comme il les laisse faire et parfois il va même jusqu'à les encourager. Autres exemples :

depuis une quinzaine, tu te transportes à Paris chaque jour quand ce n'est pas deux fois par jour (Hervieu)
il y a toujours des irréfléchis, quand ce ne sont pas des méchants, pour prononcer certaines paroles dangereuses
bien des églises sont maintenant désertes, quand elles ne menacent pas de tomber en ruines

Circonstances et nuances - quand = qui

je déteste les victimes quand elles respectent leurs bourreaux (Sartre)

Dans cet exemple, la subordonnée introduite par quand n'identifie pas un moment, mais un comportement, sans égard pour le moment où il se manifeste.

Circonstances et nuances - opposition

quand tout le monde fuyait cette expédition, moi seul j'ai demandé d'en être

Relations temporelles

Postériorité (la principale est postérieure à la subordonnée)

appelez-moi quand la voiture sera prête
quand ce moment sera venu, Madame, nous aviserons (Courteline)
quand ce sera fini, nous irons prendre un café
quand il a eu fini son travail, il est sorti
quand il arriva sur place, il comprit
quand il arrivera, vous lui annoncerez la nouvelle
quand il termine son repas, nous partons
quand j'aurai reçu de vos nouvelles, je serais tranquille
quand je serai guérie, j'irai te voir
quand tu auras achevé ton travail, tu partiras
quand tu auras fini de me regarder comme ça !
quand vous m'aurez perdu, vous connaîtrez ce que je valais (Vigny)
tu auras ton dessert quand tu auras fini ton sushi
vous partirez quand vous aurez fini et que je serai satisfaite que le travail est bon

Antériorité (la principale est antérieure à la subordonnée)

quand il prend son poste en 1980, la situation est déjà catastrophique
quand il prit son poste en 1980, la situation était déjà catastrophique

Habitude, fait répété

Quand est synonyme de chaque fois que, toutes les fois que.

le matin quand je me levais, et lorsque je rentrais pour me coucher, il y avait toujours sous ma porte des lettres (Beauvoir)
quand il doit prendre l'avion il est toujours très nerveux
quand il pleut plus de trois jours la cave est inondée
quand il s'agit de boire un verre, il ne dit jamais non
quand il se mettait en colère, tout le monde tremblait
quand l'un disait oui, l'autre disait non
son attitude change quand il s'agit de son fils

Maximes, proverbes, vérités intemporelles

on parle toujours mal quand on n'a rien à dire (Voltaire)
quand le vin est tiré, il faut le boire
quand on a souffert, on plaint ceux qui souffrent; mais tandis qu'on souffre, on ne plaint que soi
quand on court après l'esprit, on attrape la sottise (Montesquieu)
quand on est maladroit comme ça, on reste chez soi (Maupassant)
quand tout le monde a tort, tout le monde a raison

Quand - syntagmes divers

Quand régi

Quand régi - introduction

La subordonnée temporelle introduite par quand peut occuper la position de sujet, d'objet direct et d'argument de préposition. Cela n'a rien de surprenant : on peut aussi dire demain me conviendrait, je préfère demain, c'est pour demain.

Voir aussi un phénomène analogue examiné à la page connexe Les subordonnées libres - noyaux atypiques.

Quand est rejoint par lorsque dans certains emplois régis : cela lui parut naturel, lorsque Félicien arriva (Zola). Dans cet exemple, lorsque introduit une subordonnée sujet.

Sujet

c'est drôle quand le Dr Knock examine les deux clowns du village
c'est fort rare quand il se grise (Loti)
c'est quand tu veux
c'est si beau, lorsque plusieurs héritages s'accumulent sur une seule tête (Mauriac)
c'est une fête quand vous arrivez
ça me fait mal quand je marche
cela lui parut naturel, lorsque son père arriva
cela me gêne quand il fait ça
la seule peine, ce fut quand
l'inflation, c'est quand l'argent perd sa valeur
le moment solennel, ce fut quand les Pères Oblats soulevèrent la statue miraculeuse (Barrès)
leur grand succès fut quand ils brisèrent les palissades (Barrès)
mais ce qui mit le comble à la joie populaire, ce fut quand on vit un animal fantastique apparaître derrière le héro (A. Daudet)
où il me paraît insupportable, c'est quand il se trouve spirituel
quand je bois, cela me rend fou (Zola)
quand on a été bien élevé, ça se voit toujours (Zola)

C'est quand est une formule naïve de la langue familière et de la langue enfantine qui permet d'introduire une définition : la crise financière c'est quand. Le « definiens » est le sujet, le « definiendum » est le complément prédicatif.

Voir la construction du type où il est merveilleux c'est quand à la page connexe La mise en relief par la relative autonome - rubrique Version B.

Objet direct

j'aimais bien quand elles venaient me voir (A. Daudet)
j'aime aussi beaucoup quand il parle d'histoire naturelle (Gide)
j'aime mieux quand vous parlez (Giraudoux)
j'aime quand tu racontes
je déteste quand il s'en va comme ça
je préfère quand les Français l'emportent
je me rappelle lorsque j'avais vingt ans
pour la réunion, je préfère quand tout le monde sera rentré
quand tu seras prêt, dis-le-moi
rappelle-toi quand tu faisais tes études

Argument de syntagme prépositionnel (régi ou libre)

c'est pour quand nous serons vieux
c'est une histoire de quand nous étions jeunes
ça ressemble à quand nous voyageons (Gyp)
cela date de quand j'étais première communiante
cela date de quand je faisais le trottoir
cela date de quand nous étions jeunes
cette expression touchante de quand elle était enfant
comme toujours quand un sentiment vif le poignait, des rimes se présentèrent (A. Daudet)
des souvenirs de quand j'étais enfant
elle m'a parlé de quand vous étiez petits tous les deux (Aymé)
emporte une pomme pour quand tu auras faim
il avait cette expression laide et touchante de quand il était enfant (Mauriac)
il reste un merveilleux ami, comme quand nous étions enfants
il y en a pour quand tu es triste et pour quand tu es gai (Rolland)
j'ai mis de l'argent de côté pour quand je serai à la retraite
je me souviens de quand tu passais les vacances chez nous
je réservais ça pour quand
la pièce sera repeinte pour quand tu reviendras
le souvenir de quand il la prenait dans ses bras
les grandes vacances commencent plus tôt que lorsque j'étais écolier (Mauriac)
ma robe de quand j'avais seize ans
nous en étions restés à quand tu avais seize ans
pense à quand tu seras médecin
tu restes jusqu'à quand tu auras terminé ton travail
une chanson de quand j'étais petite

Argument de comparateur

il travaille autant que quand il était jeune
il travaille comme quand il était jeune

Épithète adverbiale

elle me racontait ses luttes quand elle recevait mes lettres (Bourget)
je me rappelai la voix et le regard de mon oncle quand il me parlait de l'ouvrage important qu'il méditait d'écrire plus tard (Green)
cela me rappelle quand j'étais petit
il se rappela ses terreurs quand, réveillé au petit matin, il s'imaginait que peut-être, dans la nuit, elle était partie pour toujours (Montherlant)
j'aimais ces après-midis de septembre, quand le soleil s'enfuyait si vite que nous ne remarquions pas la fin du jour (Fougère)
as-tu des photos de lui quand il était enfant ?
c'est mon frère quand il avait dix ans
ces dessins animés quand Mickey joue un tour au tigre
comment peindre ses excuses et ses désespoirs quand il aperçut les bas violets (Stendhal)
deux braves garçons, lorsqu'on ne leur montait pas à la tête (Zola)
il se souvient d'elle quand elle était petite
je me souviens des cloches le jour des morts quand j'étais petit
je pense à toi quand tu étais petit
la joie de Pierre quand il a vu Marie
nos joies d'enfant quand nous visitions, à Noël, les magasins remplis de jouets
on devine mon étonnement quand
personne n'osait se risquer dans sa chambre, parce qu'on connaissait Brijard, un bête brute quand il était soûl (Zola)
Pierre a rapporté les propos de Paul quand il a bu
ses cris de terreur quand
son désespoir quand sa femme l'a quitté
ton attitude quand je te rappelle ta famille

Prépositions transparentes

sauf quand
y compris quand

Dans la mise en relief

c'est quand on travaille dur qu'on réussit
c'est quand on l'invite officiellement qu'il vient
c'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes (B. Hortefeux)

Apposition d'une chose se situant dans le temps

à la fin du troisième acte, quand
ce monologue si joli quand elle
dans certaines minutes amères, quand il a mal aux dents
il en était à cet épisode lorsque

Quand dans la subordination inversée

il était trois heures du matin quand on me réveilla (Saint-Exupéry)
il n'était pas encore huit heures quand il est arrivé
j'avais seize ans quand le bouleversement se produisit (Leiris)
le soir tombait quand mon père rentra enfin
trois heures sonnaient au clocher du village quand le drame se produisit
il y avait bien des années que, de Combray, tout ce qui n'était pas le théâtre et le drame de mon coucher n'existait plus pour moi, quand un jour d'hiver, comme je rentrais à la maison... (Proust)

La principale contient une indication de temps explicite (de l'heure, de la saison, de l'âge, etc.) et c'est le renseignement essentiel (l'arrivée, le départ, l'accident, etc.) qui est amené par quand.

On verra que le même mécanisme est aussi possible avec que comme conjonction : il n'était pas encore dix heures que la place était pleine de monde.

On se gardera de confondre le rôle de quand dans la subordination inversée avec son rôle dans la relativation phrastique, que nous avons examinée plus haut. La proposition trois heures sonnaient au clocher du village quand le drame se produisit est un exemple de la subordination inversée. La proposition trois heures sonnaient au clocher du village, quand (= et à ce moment précis) le drame se produisit est un exemple de la relativation phrastique.

Quand...et que...

Quand est une des nombreuses conjonctions qui peuvent être représentées par la pro-conjonction que dans la coordination des subordonnées. Voir l'examen de la pro-conjonction que à la page connexe La subordination - la coordination des subordonnées.

la nuit, quand j'ai froid dans mon lit et que se choquent avec un bruit sourd mes vieux os glacés (France)
quand il est fatigué et qu'il boit

Quand - préposition associative

Les emplois que nous présentons sous cette rubrique sont régionaux ou archaïques.

Quand = avec, quand et = avec

je partirai quand toi
venez quand et moi
mon père me menait quand et lui à la chasse (Chateaubriand)
nous arrivâmes à Giromagny quand et les premières bourrasques de l'arrière-saison (Duhamel)

Quand et quand = en même temps, ensemble

Les similitudes entre quand et si

Voir la page connexe Les emplois de si - les sens non hypothétiques - rubrique Les emplois de si - les similitudes entre si et quand.

Quand et le phénomène œuf de coucou

Voir la page connexe Les emplois de si - les sens non hypothétiques - rubrique Les emplois de si - subordonnée régie potentielle.

Quand et lorsque

Lorsque est moins polyvalent que quand. Quand et lorsque sont tous deux admis comme arguments par les préposition comme et sauf, mais les prépositions à, de, jusque et pour rejettent lorsque.

Quand bien même

Conjonction semi-concessive. Voir la page connexe Le sens semi-concessif.

RETOUR EN HAUT DE PAGE