La subordonnée interrogative totale fléchie
HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      INDEX


TITRE
La subordonnée interrogative totale fléchie (547)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
La subordonnée interrogative totale fléchie (547)

SOMMAIRE

Le nominalisateur si

Si est un nominalisateur au même titre que que. Pour se convaincre de ce fait, on n'a qu'à comparer les deux propositions Pierre sait que Paul aime Marie et Pierre ne sait pas si Paul aime Marie.

On verra que la productivité du nominalisateur si est limitée : si ne peut pas remplir toutes les fonctions nominales.

La séquence [préposition * que] et la séquence [préposition * si] sont l'une et l'autre agrammaticales.

Il y a deux solutions pour éviter la séquence taboue [préposition * que] : l'omission pure et simple de la préposition et le remplacement du nominalisateur que par le nominalisateur élargi ce que.

Il y a deux solutions pour éviter la séquence taboue [préposition * si] : l'omission pure et simple de la préposition et le remplacement du nominalisateur si par le nominalisateur élargi savoir si.

L'analogie entre la nominalisation énonciative et la nominalisation interrogative est évidente.

Fonctions et noyaux

La subordonnée interrogative totale ne peut pas remplir toutes les fonctions régies :

Sujet

Aucun problème.

peu importe s'il a menti
s'il pleut ne me préoccupe pas outre mesure
si cet enfant avait dans ce groupe son père ou sa mère, cela est douteux (Hugo)

Objet direct

Aucun problème.

se demander si
disputer si
voir si

Complément prépositionnel

Là il y a un vrai problème.

Dans certains cas la préposition régie est omise obligatoirement devant si.

se souvenir de si se souvenir si
se soucier de si se soucier si
ça dépend de si ça dépend si
se préoccuper de si se préoccuper si
réfléchir à si réfléchir si

Dans d'autres cas il faut intercaler savoir ou la question de savoir entre la préposition et si.

le problème se réduit à si le problème se réduit à savoir si
sans égard pour si sans égard pour la question de savoir si
se moquer de si se moquer de savoir si

Nous ne sommes pas en mesure de donner une formule générale permettant de choisir la bonne solution. Le choix de solution est un trait lexical contingent du verbe de la principale.


Autres verbes qui admettent la nominalisation par omission de la preposition :

s'assurer si
s'enquérir si
s'inquiéter si
s'interroger si
s'occuper si
se prononcer si

Adjectifs et noms qui admettent la nominalisation par omission de la preposition :

incertain si
indécis si
pas sûr si
incertitude si
doute si

Sujet existentiel

Inexistant,

Complément prédicatif

le problème est si le problème est de savoir si
la question est si la question est de savoir si

Apposition prédicative

analyser la question si analyser la question de savoir si
on débat depuis des siècles sur le point de savoir si Adam et Ève parlaient le hongrois ou le chinois

Productivité limitée - en résumé

La nominalisation du sujet et de l'objet direct par si ne pose aucun problème.

La nominalisation du complément prépositionnel a plusieurs solutions s'excluant mutuellement : omission de la préposition, ajout de de savoir à si, ajout de la question de savoir à si. Le choix de solution est un trait lexical contingent du verbe de le principale.

La nominalisation du complément prédicatif et de l'apposition prédicative se fait par savoir si.

Certains mots qui paraissent sémantiquement destinés à régir une subordonnée interrogative, totale ou disjonctive, ne sont pas suivis de si mais de que.

il est douteux que
selon que
suivant que

Certains mots qu'on imaginerait aisément avec si n'admettent ni si, ni que : indépendamment.

Méthode d'interrogation

La question de l'inversion


je me demande si les invités partiront bientôt
je me demande si les petits dorment
je ne sais pas si ton père est déjà arrivé
je voudrais savoir si les copains que j'ai invités viendront tous
Pierre demande si Paul veut jouer aux cartes

Exemple de l'inversion générique : je vais voir si s'est déjà levée la lune. Cette inversion n'est pas interrogative.

La méthode périphrastique

L'emploi de la méthode périphrastique dans la subordonnée interrogative est critiqué par la plupart des grammaires, mais pratiquée ou acceptée par pas mal de locuteurs. Voir la page connexe Les méthodes d'interrogation - interrogation périphrastique.

??Pierre demande est-ce que Paul veut jouer aux cartes

La position de la subordonnée sujet

si Pierre a menti m'indiffère totalement =
si Pierre a menti, cela m'indiffère totalement =
il m'indiffère totalement si Pierre a menti


Coordination, disjonction


La conjonction si doit être répétée devant chaque proposition coordonnée, sauf si le sujet lui-même n'est pas répété.

je me demande si Pierre aime Marie et s'il va l'épouser (avec répétition du sujet)
?je me demande si Pierre aime Marie et va l'épouser (sans répétition du sujet)

De même que l'interrogation totale de la principale, la subordonnée interrogative totale a une variante disjonctive : je me demande s'il est malade ou s'il est un simulateur. Pour l'examen de l'interrogation disjonctive de la principale, voir la page connexe L'interrogation - l'interrogation disjonctive.

La coordination elliptique est préférable si la subordonnée interrogative disjonctive porte sur deux compléments identiques (deux compléments prédicatifs, deux participes passés, deux infinitifs, etc.)

c'est le tribunal qui décidera si c'est moi ou lui
je lui ai demandé s'il était incompétent ou de mauvaise foi
je ne sais pas s'il a été licencié ou muté
je ne sais pas s'il est paresseux ou incompétent
je ne sais pas s'il veut partir ou rester
je ne sais pas s'il vient lundi ou mardi
je ne sais pas si Pierre a parlé à Paul, à Marie ou à Juliette
s'il était niais ou rusé, je ne l'ai jamais distingué clairement (Musset)
si ce fut pour mon bonheur ou malheur, Dieu le sait
tout dépend si on parle des ouvriers ou des cadres

Si les deux choix s'excluent mutuellement, on remplace le second par ou non ou par oui ou non.

s'il neige ou non ne me préoccupe pas
vérifier s'il y a eu ou non détournement de matériel
votre succès dépend si vous travaillez ou non

il nous faut savoir si Pierre est oui ou non dans la combine
dis-nous, oui ou non, si ça t'intéresse

Oui ou non s'impose si le verbe de la subrdonnée est être ou si le second pôle de la disjonction précède la subordonnée.

La subordonnée exclamative totale

Dans l'étude de la proposition principale ou indépendante, l'interrogation et l'exclamation sont deux types majeurs indépendants. En revanche, la subordonnée exclamative totale est un cas particlier de la subordonnée interrogative totale.


Après certains verbes (imaginer, savoir, penser, voir), la subordonnée interrogative totale assume un caractère exclamatif. Dans tu sais si je l'aime, la principale tu sais confère le statut exclamatif à si je l'aime.

En fait, le rapport entre la principale tu sais et la subordonnée si je l'aime est plus complexe. Si nous omettons la principale tu sais, la subordonnée si je l'aime devient une proposition indépendante exclamative. Voir la page connexe La proposition exclamative - rubrique L'exclamation pseudo-subordinative totale.

L'indicatif est plus courant que l'impératif.

Indicatif

tu as vu un peu s'il boit
tu imagines si Pierre a été content
tu parles s'ils se foutent de nous
tu penses s'il était fier
tu parles si ça m'intéresse
tu penses si j'ai accepté son offre
tu penses si j'ai sauté sur l'occasion
tu penses si j'étais content
tu sais si je l'aime
vous parlez s'ils se foutent de nous (Romains)
vous parlez si on se fait chier (Dorgelès)
vous pensez s'il était furieux
vous voyez s'il est menaçant

Impératif

imagine si Pierre a été content

La mise en relief

La subordonnée interrogative fléchie, qu'elle soit totale ou partielle, peut être mise en relief. Pour plus de commodité, nous réunissons ici l'interrogation totale et l'interrogation partielle.

Mise en relief par inversion

ce que je me demande, c'est s'il viendra avec son amie
ce que je me demande, c'est à quelle heure in viendra
ce dont je ne suis pas certain, c'est s'il viendra avec son amie
ce dont je ne suis pas certain, c'est à quelle heure il viendra

Mise en relief par introducteurs (c'est...que...)

c'est s'il viendra avec son amie que je voudrais savoir
c'est à quelle heure il viendra que je voudrais savoir
??c'est s'il viendra avec son amie dont je ne suis pas certain
??c'est s'il viendra avec son amie que je ne suis pas certain
*c'est de s'il viendra avec son amie que je ne suis pas certain

Comparaison des deux méthodes d'interrogation

La méthode à inversion est plus facile à appliquer que la méthode à introducteurs. La méthode à introducteurs échoue lorsque la subordonnée est un argument de préposition (je ne suis pas certain de).

Phénomènes divers

Si avec le verbe au futur ou au conditionnel

La conjonction conditionnelle si ne tolère pas le futur et le conditionnel. Bien que la conjonction interrogative totale si soit issue de la conjonction conditionnelle si par voie de regrammaticalisation, l'emploi du futur et du conditionnel est parfaitement normal dans la subordonnée interrogative totale.

elle lui demanda s'il ne rencontrerait pas de grandes difficultés auprès de son père (Maurois)
il hésita s'il irait se promener
je doute si M. de Gourmont ne l'aurait pas remarqué (Gide)
je doute si j'accepterai un tel poste
pour voir s'ils viendront

Verbes non interrogatifs construits avec si

lui toucher la main si = lui toucher la main pour voir si
frapper le mur si = frapper le mur pour voir si

Dans la langue littéraire, pour voir peut être sous-entendu après n'importe quel verbe non cognitif construit avec si.

Ou si - coordination par subordination

puis-je compter sur vous ou si je dois m'adresser ailleurs ?


Savoir si, qui sait si

Savoir si et qui sait si expriment l'inquiétude ou l'incertitude.

qui sait si elle l'a dit sérieusement
qui sait si ses efforts aboutiront
savoir si je serai promu cette année
savoir si les cheminots se mettront en grève demain

La question en écho totale


La question en écho totale équivaut à une réponse fortement affirmative,

Polarité grammaticale et psychologique

Avec les verbes interrogatifs, la polarité de la présupposition est l'opposé de la polarité grammaticale de la subordonnée interrogative totale.

les membres de l'équipe se demandent si Pierre ne donnera pas sa démission (= ils pensent qu'il le fera)
les membres de l'équipe se demandent si Pierre donnera sa démission (= ils pensent qu'il ne le fera pas)
je me demande si Pierre ne viendra pas (= je pense qu'il viendra)
le docteur te dira si tu n'a pas l'anémie (= il y a de fortes chances pour que tu l'aies)
on est en droit de se demander si le gouvernement ne devrait pas s'en occuper (= il devrait)
je cherche si c'est par cette route que nous sommes arrivés (= je pense que ce n'est pas par cette route)
je cherche si ce n'est pas par cette route que nous sommes arrivés (= je pense que c'est par cette route)

Douter

Douter si signifie se demander si

je finis par douter si je n'avais pas été le jouet d'un mirage acoustique (Proust)

L'indifférence - interrogation et concession

La concession est une espèce d'interrogation. Par exemple, la proposition que Pierre soit ou ne soit pas d'accord est paraphrasable comme sans égard pour la question de savoir si Pierre est d'accord.

L'inverse n'est pas moins vrai. L'indifférence peut être exprimée par deux types de subordonnée interrogative, à savoir par la subordonnée interrogative proprement dite (avec la conjonction si suivie de l'indicatif) et par la subordonnée interrogative concessive (avec la conjonction que suivie du subjonctif). Comparons les deux propositions

s'il vient ou pas ne me préoccupe pas

et

qu'il vienne ou pas ne me préoccupe pas


On peut exprimer l'indifférence par plusieurs verbes et adjectifs interrogatifs. Dans tous les exemples qui suivent, la subordonnée interrogative proprement dite peut être transformée en subordonnée interrogative concessive.

s'il vient ou pas m'importe peu
s'il vient ou pas m'indiffère
s'il vient ou pas ne me concerne pas
s'il vient ou pas ne me préoccupe pas
s'il vient ou pas, cela n'a pas d'importance
s'il vient ou pas, cela m'est égal
s'il vient ou pas, cela revient au même
s'il vient ou pas, je m'en fiche
s'il vient ou pas, je ne m'en soucie pas

Un exemple tiré de Proust : que j'aie ou non envie de dormir ne change rien à la chose.

Pour l'examen des constructions concessives exprimant l'indifférence, voir aussi la page connexe La concession totale - constructions fléchies - rubrique La concession disjonctive.

La montée sujet-objet


La regrammaticalisation de si

Pour l'examen du phénomène de regrammaticalisation qui a produit si interrogatif à partir de si conditionnel, voir la page connexe Les emplois de si - les sens non hypothétiques - rubrique Les emplois de si - subordonnée régie potentielle. La conjonction si de la subordonnée interrogative totale résulte de la grammaticalisation d'une construction plus primitive qui consiste à combiner une condition et une demande de réaction.

si tu veux venir dimanche, dis-le-moi
dis-moi si tu veux venir dimanche

si ça vous dérange, dites-le-moi franchement
dites-moi franchement si ça vous dérange

RETOUR EN HAUT DE PAGE