PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      

RECHERCHE PAR MOTS-CLÉS      RECHERCHE PAR MOTS DISPERSÉS      RECHERCHE PAR MOTS CONSÉCUTIFS


TITRE
La subordonnée sujet infinitive - la montée objet-sujet (540)

ASCENDANCE
Manuel de la grammaire française (0)
Le syntagme proposition (445)
La subordination et les subordonnées (521)
Les subordonnées complémentales (531)
Les subordonnées complémentales énonciatives (533)
La subordonnée sujet (534)
La subordonnée sujet infinitive (538)

PAGES SŒURS
La subordonnée sujet infinitive - la montée objet-sujet (540)

SOMMAIRE
Exemple liminaire
Les types de la montée objet-sujet
La montée objet-sujet - vue d'ensemble
Le jugement porte sur le verbe mais pas sur son objet direct
Le jugement porte sur le verbe et sur son objet direct
Le jugement porte sur l'objet direct, mais pas sur le verbe
La montée objet-sujet suivie d'autres syntagmes
Le caractère passif du verbe après la montée
L'agent explicite de la subordonnée sujet
Analogie avec le syntagme [à * infinitif] néogérondival
La montée objet-sujet et la frontière propositionnelle
L'introducteur d'infinitif à n'est pas un à régi
Montée objet-sujet et pseudo-transitivité
La montée objet-sujet avec des verbes autres que être
La montée objet-sujet et l'infinitif passé
La montée objet-sujet avec une principale non adjectivale

Exemple liminaire

il est facile de résoudre cette équation
cette équation est facile à résoudre

Les types de la montée objet-sujet

§ La montée objet-sujet - vue d'ensemble

La transformation montée objet-sujet s'applique à des propositions sous-jacentes qui ont le verbe être pour prédicat, un adjectif de jugement pour complément prédicatif et un infinitif pour sujet. La montée objet-sujet a plusieurs types.

Le jugement porte sur le verbe mais ne porte pas sur l'objet direct - la montée objet-sujet est interdite

Le jugement porte sur le verbe mais ne porte pas sur l'objet direct - la montée objet-sujet est permise

Le jugement porte et sur le verbe et sur son objet direct

Le jugement porte sur l'objet direct mais ne porte pas sur le verbe

§ Le jugement porte sur le verbe mais pas sur son objet direct

La montée objet-sujet est interdite

Avec la plupart des adjectifs de jugement, la montée objet-sujet n'est pas possible lorsque le jugement porte sur le verbe mais ne porte pas sur l'objet direct. Considérons la proposition il est cruel de chasser le renard. Évidemment, ce n'est pas le renard qui est cruel, mais la chasse. Donc la forme *le renard est cruel à chasser est agrammaticale. L'objet direct de l'action ne peut pas être transformé en sujet du jugement.

La montée objet-sujet est permise

Avec certains adjectifs de jugement, la montée objet-sujet est possible même si le jugement ne porte que sur le verbe.

facile, difficile, dur, impossible, important, indispensable, urgent

c'est important à connaître
de l'argent dur à gagner
de l'argent facile à gagner
de l'eau facile à se procurer
des détails indispensables à connaître
des noix dures à briser
des roueries dures à retrouver
impossible à faire voir
impossible à penser
un livre facile à mettre en poche
un moment dur à passer
un mur facile à sauter
un pays impossible à aimer
un produit commode à transporter
une recette facile à faire
une réforme urgente à mener
une souffrance impossible à gagner
sa véritable maîtresse, aux décisions impossibles à prévoir, aux ruses difficiles à déjouer, au bon cœur facile à fléchir, sa souveraine, son tout-puissant monarche n'était plus (Proust)

Autres adjectifs

ce n'est pas évident à traduire
des enfants douloureux à punir
un plat long à préparer
un poulet exquis à regarder rôtir
un tissu d'intrigues délicat à démêler
une cantatrice belle à voir mourir

La transitivité de l'infinitif - long

L'infinitif est transitif dans un plat long à préparer. L'infinitif est intransitif dans un plat long à cuire et dans une plante longue à fleurir. Voir d'autres remarques sur l'adjectif long à la page connexe Verbes multistructurels - être - rubrique Verbe à rection semi-prédicative.

§ Le jugement porte sur le verbe et sur son objet direct

Considérons la proposition il est facile de résoudre cette équation. La facilité est une propriété non seulement du travail de résolution, mais aussi de l'équation elle-même. La transformation de montée objet-sujet est applicable. Elle donne cette équation est facile à résoudre.

c'est abject à dire
c'est affreux à dire
c'est curieux à connaître
c'est curieux à noter
c'est curieux à voir
c'est délicieux à noter
c'est grotesque à dire
c'est grotesque à vouloir
c'est honteux à voir
c'est insupportable à penser
c'est malheureux à dire
des idées difficiles à exprimer
des litres gênants à porter
des nouvelles rafraîchissantes à entendre
des opérations étonnantes à voir en détail
des postulations difficiles à se figurer
la solitude, vaste, épouvantable à voir (Hugo)
un amant épouvantable à supporter
un conseil facile à exécuter
un contrat terrible à signer
un détail troublant à penser
un détail utile à connaître
un film dégoûtant à regarder
un film pénible à regarder
un moment désagréable à passer
un travail simple à faire
un village agréable à fréquenter
un vrai pays de Cocagne où la vie est grasse et douce à respirer (Baudelaire)
une eau bonne à boire
une équation facile à résoudre
une histoire drôle à raconter
une idée simple à comprendre
une maladresse embêtante à confesser
une odeur agréable à savourer
une personne agréable à fréquenter
une zone dangereuse à traverser

§ Le jugement porte sur l'objet direct, mais pas sur le verbe

Considérons la proposition cette valise est lourde à porter. L'action de porter une valise lourde exige un effort physique pénible, mais l'action de porter la valise n'est pas lourde pour autant. Si la proposition cette valise est lourde à porter résultait de la montée objet-sujet, sa forme sous-jacente serait il est lourd de porter cette valise. Les deux propositions cette valise est lourde à porter et cette équation est facile à résoudre ont la même structure de surface, mais elles n'ont pas la même structure sous-jacente. La proposition cette valise est lourde à porter doit sa structure à une analogie, plutôt qu'à une transformation. Elle est produite par une pseudo-montée objet-sujet.

des accents gais à entendre
des cheveux doux à toucher
des nymphettes charmantes à voir batifoler
des souris laides à voir grouiller
des violons mélancoliques à entendre
la matinée fut lente à traverser
un accident affreux à voir
un comique drôle à écouter
un escalier interminable à descendre
un goût âpre à respirer
un phénomène étrange à voir
un phénomène syntaxique fascinant à noter
un poulet tendre à manger
un visage agréable à voir
un visage dramatique à contempler
une dondon comique à considérer
une écorce douce à caresser
une femme est jolie à regarder
une fille jolie à voir dormir
une fille jolie à regarder
une grille haute à sauter
une lettre urgente à taper
une montagne scabreuse à escalader
une salle glaciale à voir
une somme grosse à demander
une statue est belle à contempler
une toux fausse à entendre
une valise lourde à porter
une ville toujours nouvelle à découvrir

La pseudo-montée objet-sujet rappelle la subordonnée adverbiale du type à bien y songer, étudiée à la page connexe Les subordonnées adverbiales inclassables. La proposition cette valise est lourde à porter est paraphrasable comme à porter cette valise, on se rend compte combien elle est lourde. Donc à porter remplit une fonction analogue à celle de à bien y songer.

§ Adjectifs de jugement portant sur l'objet direct

Certains de ces adjectifs peuvent qualifier l'objet direct et l'action.

âpre
abject
admirable
adorable
affreux
agréable
amer
amusant
bête
beau
charmant
comique
commode
curieux
dangereux
dégoûtant
délicat
délicieux
désagréable
désespérant
difficile
divertissant
douloureux
doux
dramatique
drôle
dur
élégant
émouvant
épouvantable
étonnant
étrange
effrayant
effroyable
embêtant
enivrant
ennuyeux
excellent
exquis
extraordinaire
fatigant
faux
gênant
glacial
gros
grotesque
hideux
honteux
important
impossible
indispensable
injuste
inquiétant
instructif
insupportable
intéressant
interminable
inutile
joli
laid
léger
lent
long
lourd
magnifique
maladroit
malaisé
malheureux
mauvais
merveilleux
nécessaire
pénible
périlleux
pesant
plaisant
précieux
rafraîchissant
redoutable
satisfaisant
scabreux
simple
succulent
terrible
triste
troublant
utile

La montée objet-sujet suivie d'autres syntagmes

Il serait absurde de prétendre que la proposition c'est plus facile à dire qu'à faire ait la forme sous-jacente il est plus facile de dire cela que de faire cela. Il est plus réaliste de dire que le syntagme de comparaison s'applique après la montée objet-sujet aussi aisément que dans la proposition certains sont plus enclins aux paroles qu'aux actes. La complexité de l'analyse de la proposition c'est plus facile à dire qu'à faire est imputable à la comparaison, non pas à la montée objet-sujet.

Le caractère passif du verbe après la montée

Dans il est facile de résoudre cette équation, le verbe résoudre est actif. Dans cette équation est facile à résoudre, le verbe résoudre a une coloration passive.

§ Comme réactif de la passivité, on n'a qu'à essayer d'appliquer la montée objet-sujet en présence d'une construction rebelle à la passivation, comme l'action dirigée sur les possessions. Voir la page connexe Article défini - actions dirigées sur des caractéristiques ou des possessions. La proposition ??le menton lui a été caressé est peu acceptable parce que la passivation jure avec l'action dirigée sur les possessions inaliénables. La proposition ??le menton serait facile à lui caresser a le même vice.

§ Voir la page connexe Pronoms prépositionnels - en pour les conditions de la transformation [de en]. La transformation montée objet-sujet n'est pas admise dans les propositions qui suivent parce qu'elle forcerait en à occuper une position interdite.

La transformation il serait facile d'en trouver l'auteur *l'auteur en serait facile à trouver est agrammaticale pour la même raison que la proposition *l'auteur en est trouvé.

La transformation il serait facile d'en trouver trois *trois en seraient faciles à trouver est agrammaticale pour la même raison que la proposition *trois en sont trouvés.

§ Certaines locutions résistent à la passivation. La montée objet-sujet est difficile à appliquer dans ces cas. Les exemples ci-dessous sont légèrement déviants.

?justice sera difficile à rendre dans ces conditions
?assistance sera facile à prêter à une si belle fille
?plainte sera difficile à porter contre le voisin

L'agent explicite de la subordonnée sujet

Jusqu'à présent, nous avons gardé le silence sur le sujet de la subordonnée sujet de l'adjectif de jugement. Dans la proposition ce film est pénible à regarder, le complément prédicatif pénible à regarder est impersonnel. La question se pose de savoir si un agent explicite peut être introduit dans la forme sous-jacente.

Avec certains adjectifs de jugement, le sujet sous-jacent de la subordonnée sujet infinitive peut être indiqué avant la montée objet-sujet par un complément prépositionnel régi de l'adjectif de jugement. La préposition est le plus souvent pour ou à. Cependant, la présence d'un agent explicite dans la forme sous-jacente bloque la montée objet-sujet.

il est important pour Pierre de connaître ces détails
*ces détails sont importants pour Pierre à connaître

il est facile à/pour Marie de contenter Pierre
*Pierre est facile à/pour Marie à contenter

il est facile à/pour Marie de lire ce livre
*ce livre est facile à/pour Marie à lire

il est douloureux à/pour la mère de punir les enfants
*les enfants sont douloureux à/pour la mère à punir

il est pénible à/pour Julie de regarder ce film
*ce film est pénible à/pour Julie à regarder

Il existe une astuce qui permet d'exprimer l'agent de la subordonnée après la transformation de montée objet-sujet. On n'a qu'à séparer l'agent de l'adjectif.

il est facile pour Marie de contenter Pierre
pour Marie Pierre est facile à contenter ou
Pierre est facile à contenter pour Marie

il est facile pour Marie de lire ce livre
pour Marie ce livre est facile à lire ou
ce livre est facile à lire pour Marie

il est douloureux à/pour la mère de punir les enfants
pour la mère les enfants sont douloureux à punir ou
les enfants sont douloureux à punir pour la mère

il est pénible à/pour Julie de regarder ce film
pour Julie ce film est pénible à regarder ou
ce film est pénible à regarder pour Julie

Analogie avec le syntagme [à * infinitif] néogérondival

Voir la page connexe Les subordonnées adverbiales inclassables - rubrique À - néogérondif - introduction.

Comparer

la photographie est gênante à regarder avec
la photographie le gênait à regarder

ou

cette pauvre fille fait pitié à voir avec
il éprouve de la pitié à regarder cette pauvre fille

Les premiers pôles sont des exemples de la montée objet-sujet ; les seconds, du néogérondif.

La montée objet-sujet et la frontière propositionnelle

La transformation montée objet-sujet ne peut pas traverser une frontière propositionnelle si les deux sujets sous-jacents sont différents. Dans le premier exemple, amener et lire ont des sujets différents.

il serait facile d'amener ton frère à lire ce livre
*ce livre serait facile à amener ton frère à lire

il serait difficile d'empêcher ton fils de lire ce livre
*ce livre serait difficile à empêcher ton fils de lire

La transformation

il sera difficile de persévérer à vérifier ces documents
ces documents seront difficiles à persévérer à vérifier

est permise, car les sujets de persévérer et de vérifier sont identiques.

La construction factitive (faire, laisser) et la construction de perception (voir, entendre) sont des exceptions à cette règle en raison de leur forte cohésion.

cette décision sera difficile à faire accepter au comité
les légumes ne sont pas faciles à faire manger aux petits enfants
elle est jolie à voir dormir
difficile à faire taire
impossible à faire voir

L'introducteur d'infinitif à n'est pas un à régi

Beaucoup d'adjectifs transmettent la préposition qu'ils régissent aux noms déadjectivaux correspondants. La rection fidélité à est une conséquence semi-automatique de la rection fidèle à. Le à de ce livre est facile à lire n'est pas un à régi, mais une espèce d'introducteur d'infinitif qui remplace le de de il est facile de lire ce livre. Donc ce à ne se transmet pas aux noms déadjectivaux.

*la facilité à lire ce livre (= le fait que ce livre est facile à lire)
*la difficulté à résoudre ce problème
*la beauté à contempler cette statue
*la pénibilité à regarder ce film
*la lourdeur à porter cette valise

Pour la même raison :

ce livre est facile à lire *il y est facile
cette valise est lourde à porter *elle y est lourde

On vient de voir que l'expression nominale la facilité à lire ce livre n'admet pas la paraphrase le fait que ce livre est facile à lire. Dans ce sens elle est agrammaticale. En revanche, la même expression n'a rien d'anormal si elle est interprétée comme voulant dire la facilité pour lire ce livre. Dans le premier cas, le sujet de l'infinitif lire est impersonnel ; dans le second, le sujet de l'infinitif lire est la personne qui possède la facilité (c'est-à-dire une disposition).

Montée objet-sujet et pseudo-transitivité

En présence de la montée objet-sujet, certains verbes renoncent à la préposition qu'ils régissent. Ce phénomène est limité à quelques verbes et à quelques adjectifs. Les locutions

agréable à vivre
désagréable à vivre
difficile à vivre
dur à vivre
facile à vivre
fatigant à vivre

sont courantes dans la langue commune. Une route mauvaise à marcher est un phénomène isolé. La pseudo-transitivité est plus générale dans la langue populaire : c'est bien difficile à répondre (Céline). Voir la page connexe Le syntagme prépositionnel - la neutralisation de la préposition pour d'autres types de pseudo-transitivité.

La montée objet-sujet avec des verbes autres que être

Dans tous les cas qu'on vient de voir, la transformation montée objet-sujet déplace l'objet direct d'une subordonnée sujet vers la position de sujet d'une superordonnée dont le verbe est être : ce livre est facile à lire. On observe d'autres verbes dans la langue littéraire. Grevisse condamne cet usage :

de beaux vers de Corneille [...] plaisent à rencontrer (Littré)
les choses trop abstraites ou trop élevées pour moi ne m'ennuient pas à entendre (Valéry)
ça coûterait quelque chose à installer (Gyp)

La montée objet-sujet et l'infinitif passé

En théorie, l'emploi de l'infinitif passé dans la montée objet-sujet est possible, mais sa fréquence est infime.

c'est une chose extraordinaire à avoir vue que les Hals (Proust)
ce sont des fautes dangereuses à avoir commis dans sa jeunesse

On hésite à accorder le participe passé : voir le dernier exemple.

Le non-accord de l'infinitif passé introduit par à n'est pas limité à la montée objet-sujet. On l'observe également dans la subordonnée à couplage lâche :

il m'a donné des lettres à avoir remis au patron avant son retour

La montée objet-sujet avec une principale non adjectivale

Jusqu'ici, tous les exemples de cette page avaient le verbe être suivi d'un adjectif pour prédicat. Nous abordons ici le cas de la montée objet-sujet lorsque le prédicat de la principale est un verbe autre que être. La similitude entre la montée objet-sujet adjectivale et la montée objet-sujet non adjectivale est visible à l'œil nu. La transformation

écouter ça m'amusait
ça m'amusait à écouter

est identique à la transformation

comprendre ça est facile
c'est facile à comprendre

au type de prédicat de la principale près.

c'est une chose qui me dégoûte à penser
ça coûte très cher à fabriquer
ça m'intéresse à savoir
ça vous amusera à regarder
ça vous intéressera à savoir
cela fait mal à voir
cela l'embarrasse à porter
cela me fait mal à écrire
cette lettre m'assommait à écrire
cette réponse m'assommait à écrire (Montherlant)
donner une peine affreuse à
elle fait peine à voir
faire mal à regarder
faire peine à regarder
faire peur à rencontrer au coin d'un bois
faire plaisir à regarder
il coûte gros à nourrir
il m'amuse à écouter
il y a des mots qui font trop mal à prononcer
ils m'amusait à écouter
l'affaire l'ennuyait à traiter
la description m'en plairait à faire par le détail
le ménage me convenait mieux à faire
même la photographie le gênait à regarder (Daudet)
sa voix chevretante faisait mal à entendre
son état me peine à voir
son nom seul me salit la bouche à prononcer (Bourget)
un sujet qui m'embarrasse un peu à traiter avec vous
une affaire qui l'ennuyait à traiter
une gerbe qui semblait l'embarrasser à tenir en même temps que sa canne

(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)