Subordonnée complément prépositionnel infinitive - classification
HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      INDEX


TITRE
Subordonnée complément prépositionnel infinitive - classification (539)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
Subordonnée complément prépositionnel infinitive - classification (539)

SOMMAIRE

Introduction

Les subordonnées prépositionnelles infinitives forment un espace quadridimensionnel.

Les quatre dimensions

-le noyau
-la préposition régie par le noyau
-l'introducteur d'infinitif
-la cible de corrélation du sujet de l'infinitif

Par souci d'uniformité et de simplicité, nous rangeons le cas régi objet direct parmi les cas prépositionnels. Autrement dit, nous considérons le cas objet direct comme un cas prépositionnel nul.

Le noyau

Le noyau est la classe grammaticale du mot qui régit la subordonnée complément prépositionnel infinitive :

verbe

nom

adjectif

adverbe

La préposition régie par le noyau

préposition nulle (objet direct)

de

à

par

pour

L'introducteur d'infinitif

introducteur nul

de

à

La cible de corrélation du sujet de l'infinitif

Le sujet de la subordonnée infinitive est corrélé avec un élément de la superordonnée :

corrélation avec le sujet de la superordonnée

corrélation avec l'objet direct de la superordonnée

corrélation avec l'objet indirect de la superordonnée

corrélation avec le sujet impersonnel de la superordonnée

Préposition régie et introducteur d'infinitif - relations

Il est important de faire la distinction entre la préposition régie par le noyau et la préposition qui introduit l'infinitif.

Les quatre combinaisons

Préposition régie nulle, introducteur nul

j'espère partir bientôt

Préposition régie nulle, introducteur non nul

je vais essayer de partir bientôt

Préposition régie non nulle, introducteur nul

je me prépare à être appelé d'urgence

Préposition régie non nulle, introducteur non nul

La préposition régie et l'introducteur d'infinitif s'excluent mutuellement. L'une des deux prépositions doit être nulle.

La détermination du cas régi

La plupart des verbes qui admettent l'infinitif comme complément admettent aussi le nom proprement dit. La préposition régie ne varie presque jamais en fonction du type de complément nominal. L'infinitif est senti comme une expression nominale, donc la préposition qui le lie au verbe est presque toujours la même que celle qu'on met entre le verbe et le nom proprement dit.

Il serait absurde de dire que de est régi par tenter dans tenter de faire, puisque tenter régit l'objet direct dans tenter sa chance et dans tenter l'impossible. Donc de est un introducteur d'infinitif dans ce cas.

De même, la préposition est un introducteur d'infinitif dans

commencer à
chercher à
apprendre à
demander à
promettre de
regretter de

car ce sont des verbes transitifs.

Inversement, dans je doute de pouvoir venir, la préposition est régie par le verbe douter, puisque la pronominalisation de l'infinitif donne j'en doute.

Ambigüité de la cible de corrélation

Avec certains verbes à complément infinitif, le sujet de la subordonnée infinitive peut être corrélé avec plusieurs éléments de la principale. Par exemple, proposer de peut signifier soit demander un service soit offrir un service. Donc le sujet de proposer de est corrélé soit avec l'objet indirect soit avec le sujet de la principale.

RETOUR EN HAUT DE PAGE