PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      

RECHERCHE PAR MOTS-CLÉS      RECHERCHE PAR MOTS DISPERSÉS      RECHERCHE PAR MOTS CONSÉCUTIFS


TITRE
Propositions averbales et mots autonomes (518)

ASCENDANCE
Manuel de la grammaire française (0)
Le syntagme proposition (445)
La proposition simple (446)

PAGES SŒURS
Propositions averbales et mots autonomes (518)

SOMMAIRE
Introduction
Contextes pragmatiques de l'averbalité
Panneaux, pancartes, avis, annonces, slogans
Gros titres des journaux
Injonctions
Formules de politesse
Proverbes, dictons, sentences, maximes
Descriptions dans les romans, didascalies dans les pièces
Écriture rapide, courriel, journal intime
Contextes grammaticaux de l'averbalité
Omission de la copule
Omission du sujet et de la copule
Omission de il y a / il est et de leurs formes négatives
Omission de certains verbes légers ou devinables
Réponse
Non-répétition du verbe dans la coordination
Subordonnées réduites
Interrogation elliptique
Adverbe phrastique comme prédicat
autant * infinitif
Construction averbale de chacun
Certaines subordonnées relatives
Certaines subordonnées temporelles
Certaines subordonnées conditionnelles
Certaines subordonnées comparatives
Certaines subordonnées concessives
Certaines subordonnées consécutives
Propositions exclamatives averbales
Exclamations nominales
Ellipses essentielles
Mots-phrases, interjections, jurons
Oui, non, si

Introduction

§ Les deux axes de l'étude de l'averbalité sont

les contextes pragmatiques et
les contextes grammaticaux.

§ En principe, les contextes pragmatiques et les contextes grammaticaux se combinent librement. On verra que la plupart des exemples illustrent au moins un contexte pragmatique et un contexte grammatical. Il existe cependant des types grammaticaux d'averbalité qui sont purement formels et ne sont accompagnés d'aucune fonction pragmatique. (Par exemple, la subordonnée relative averbale introduite par parmi lesquels.) Nous n'allons pas nous appesantir sur l'étude détaillée de cette distribution.

§ Il importe de prendre conscience du fait que l'averbalité n'est ni une anomalie statistiquement négligeable ni un phénomène mineur du registre relâché. Loin de là, l'averbalité est un domaine important de la grammaire. Elle constitue un système susceptible d'étude rigoureuse et dont nous ne faisons qu'effleurer la surface.

Contextes pragmatiques de l'averbalité

Nous présentons ici quelques contextes pragmatiques favorisant l'averbalité.

§ Panneaux, pancartes, avis, annonces, slogans

adjugé
chaussée glissante
chien méchant
Danone nature : votre entretien matinal
entrée interdite
fermé
hors de service
larges facilités de paiement
maison à vendre
notre souci : votre satisfaction
possibilité de crédit
privé
prochaine station : Bastille
propriété privèe
silence
stationnement gênant
timbres au guichet 5
traffic interrompu pour raisons techniques
usage externe
virage dangereux

§ Gros titres des journaux

à l'affiche ce soir, un chanteur venu d'outre-Atlantique
Chang battu en trois sets
dépistage du sida pour les femmes qui allaitent
demain, à Colombes, finale de la coupe de France
des milliers de personnes sans abri
Einstein plagiaire ?
importante chute de neige en altitude
l'Arménie ravagée par un violent tremblement de terre
l'Europe prise au piège
l'équipe de France victorieuse
marginalisation des juges d'instruction
Mitterrand furieux
négociations suspendues
nombreux désordres en Turquie
nouvelles manifestations contre le gouvernement
nuageux à l'ouest, ensoleillé à l'est
Paris libéré

§ Injonctions

à bas les profiteurs
à genoux
à l'aide
à la porte
à la poubelle, le chewing-gum
à la soupe
à mort, le dictateur
à table
arrière
attention
au diable les soucis
au diable ton zen
au diable toutes ces fadaises
au feu
au secours
au suivant
au travail
bas les pattes
chacun à sa place
chacun son tour
dans mes bras
de la gravité, Monsieur
de la lumière
debout
du courage
en avant
en voiture
entrez
garçon, des chaises
gare à
halte
haut les cœurs
haut les fusils
haut les mains
les aristocrates, à la lanterne
les resquilleurs, à la queue
malheur à toi
par ici, Madame
pas de bêtises
pas si haut
pas un mot
plus vite
silence
tous à la Bastille
vos papiers
votre main, Madame

§ Formules de politesse

à bientôt
au plaisir
enchanté
heureux de vous connaître
merci pour le café
ravi que vous soyez satisfait

§ Proverbes, dictons, sentences, maximes

à bon chat, bon rat
à bon entendeur, salut
à chacun son métier
à père avare, fils prodigue
autres temps, autres mœurs
chose promise, chose due
famille nombreuse, famille heureuse
jamais deux sans trois
loin des yeux, loin du cœur
même cause, même effet
œil pour œil, dent pour dent
petites causes, grands effets
tel père tel fils

§ Descriptions dans les romans, didascalies dans les pièces

à l'horizon, pas très distant, l'église d'un petit village, et, le soir, quand l'air est tranquille, la fumée de quelques maisons (Gide)
de loin en loin, un réverbère, clignotant dans le brouillard du Rhône (A. Daudet)
la dernière lampe du village vient de s'éteindre ; vent et pluie (Mauriac)
partout, le silence
Rues vides. Les pas résonnent. Façades sombres. (Sarraute)
sur la scène, une table, deux chaises
un bruit de portes et de pas précipités (Mauriac)
une grande pièce claire, au premier plan à gauche
vacarme de marteaux lointains dans une forge (Hugo)

§ Écriture rapide, courriel, journal intime


Contextes grammaticaux de l'averbalité

§ Omission de la copule

La copule est omise, le sujet et le complément prédicatif sont retenus.

complément prédicatif = adjectif

à quoi bon de
admirable, ce comportement
bien sûr que
bizarre que
bizarre, ce truc
chaud, les marrons
délicieux, votre café
difficile de répondre
difficile, cet exercice
étonnant, ce spectacle
étrange que
effrayante, cette histoire
encore heureux que
extra, ce gigot
heureux celui qui
heureux les
impossible de justifier par des faits cette hypothèse
incroyable, cette histoire
intéressant, ce roman
inutile de prévenir
joli, ton chapeau
libre à vous de
malheureux que
merveilleux, ces roses
odieux, ce personnage
pas fameux, ce vin
pas folle, la guêpe
passionnant, ce livre
possible que
très bien, votre intervention
très bon, ce plat

complément prédicatif = nom

admirable époque que celle de la Renaissance
bonne idée, ce cadeau
calomnies, toutes ces accusations
chose promise, chose due
de vrais petits sauvages, tes neveux
des histoires, tout ça
dommage que
drôle de type, Pierre
jeu d'enfant que de
l'affaire du siècle, ce cambriolage
le fin du fin, ce dessert
miracle que
notre souci : l'hygiène
notre volonté : votre satisfaction
point de nouvelles, bonnes nouvelles
preuve que
seul remède, le repos
sottises, que tout cela
triste époque que la nôtre
triste nouvelle, la mort de Pierre
une belle ville, Tirana
une chance que
une fille intelligente, cette Juliette
une folie, cette entreprise
une merveille, ce portable

complément prédicatif = participe passé

dont ci-joint copie
fini de rire
finie la vie glorieuse
finies nos rencontres
interdit de fumer
oubliées les bonnes résolutions

complément prédicatif = adverbe

à ma gauche, mon premier invité de ce soir
à noter que
à nous la liberté (René Clair)
à preuve mon mari
à témoin
à toi de jouer
à toi la parole
hors de question que je le revoie
libre à lui de
loin de moi la pensée de
toujours en retard, cet élève
tous pour un, un pour tous
vous ici

§ Omission du sujet et de la copule

Le seul complément prédicatif est retenu.

à qui de droit
à votre service
accordé
assez de palabres
bien entendu
bien joué
bizarre
calomnies
comme convenu
comme de juste
curieux
délicieux
divin
encore un carreau de cassé
entendu
erreur
excellente idée
exquis
fripon
imbécile
imposteur
lâche
Mme Dupont ?
magnifique
mensonge
monstre
pas mal
pas vrai ?
petit coquin
plutôt sinistre comme perspective
raté
sauvé
sottises
tant pis
toujours la même fricassée
traître
trop aimable
un collègue
une chance
une folie
une trouvaille
vaste projet
vilaine bête
votre serviteur

§ Omission de il y a / il est et de leurs formes négatives

à chaque pas des fossés, des ronces, des broussailles
aucun doute que
hors de l'Église, point de salut
jamais deux sans trois
mon oncle s'approcha d'un guéridon, sur lequel un journal, dont il s'empara (Gide)
nul doute que
nul mouvement dans les rues, pas le plus léger bruit
pas besoin de vous fatiguer
pas d'autre solution
pas d'espoir
pas d'histoires
pas de chance
pas de grand quotidien qui n'ait publié un article sur
pas de grand savant qui ne se trompe une ou deux fois au cours de sa carrière
pas de pitié
pas de réaction
pas de réponse
pas de temps de
pas la moindre idée
pas la moindre trace
pas le plus petit signe de gratitude
pas moyen
pas question de
pas un bruit
pas une goutte d'eau
personne dans les rues
personne en vue
plus de guitare, plus de barcarolle (Daudet)
plus de pitié, plus de vin
plus personne
quelques exceptions cependant
rien à déclarer
rien à faire
rien de changé
rien de nouveau sous le soleil
rien de vivant dans ce lac pollué
sur la table, un vase

Un cas particulier - la construction présentative

votre lait qui bout
le lavabo qui déborde
votre sac que vous oubliez
et ma tante qui n'arrive pas

Un cas particulier - jusqu'à avec une relative

jusqu'à la science qui l'abandonnait (Ormesson)
jusqu'à ses étouffement qui diminuaient (Mallet-Joris)
jusqu'aux librairies qui sont oblitérés (Larbaud)

§ Omission de certains verbes légers ou devinables

à ce soir
à tantôt
après moi le déluge
aux grands hommes la patrie reconnaissante
avec plaisir
bientôt la fin
bon voyage
ça, jamais
combien, ce bijou ?
de là cet aveu
de là que
deux et deux, quatre
dont acte
du thé ?
encore un bock ?
encore un mot
envie de voyager ? (style publicitaire)
garçon, des chaises
la santé avant tout
la suite au prochain numéro
le jugement dont appel
les toilettes ?
même chose pour vous
mes bijoux
mille amitiés
mon mari
œil pour œil, dent pour dent
parole d'honneur
pas la peine de
pas un mot de plus
petites causes, grands effets
prière de s'adresser au concierge
ta gueule
tous mes vœux de bonheur
tout ça pour ça
tout droit
vivement les vacances
vivement que ce soit fini
vos papiers

§ Réponse

Seul l'élément correspondant à la cible de l'interrogation est retenu.

où est le vin ? - sur la table
quand viendras-tu ? - demain
quelle musique préferez vous ? - du Brahms
viendras-tu ? - certes pas

§ Non-répétition du verbe dans la coordination

Pierre a pris une pomme et Marie, une poire
les prochaines élections seront transparentes et le verdict des urnes respecté
nous connaissons nos signaux mieux qu'un prêtre son bréviaire

§ Subordonnées réduites

Nous rassemblons un nombre important de subordonnées averbales sous cette étiquette. Voir la page connexe Les subordonnées réduites.

§ Interrogation elliptique

à qui la faute ?
à qui, pour qui, de qui, ces paroles d'amour ? (Maupassant)
avec ça ?
combien le café ?
où, ce magasin ?
où ça ?
pourquoi de tels bouleversements ?
quand, le départ de l'avion ?
quid de la suite ?
quoi de plus ridicule que ?

Un cas particulier - interrogation populaire elliptique

comment qu'on fera pour rentrer ?
pourquoi que j'aurais confiance en toi

§ Adverbe phrastique comme prédicat

heureusement que
sûrement que
sans doute que
assurément que

§ autant * infinitif

autant dire
autant en rire
autant mourir, ce serait fini tout de suite (Maupassant)
autant prévenir la police
autant uriner dans un shamisen (Nothomb)

§ Construction averbale de chacun

(à) chacun son métier

§ Certaines subordonnées relatives

Voir la page connexe Le verbe dans la subordonnée relative - la relativation averbale. Voir la page connexe La relativation présentative.

§ Certaines subordonnées temporelles

aussitôt dit, aussitôt fait
à peine entrée, déjà choisie

§ Certaines subordonnées conditionnelles

encore un mot et je m'en vais
un pas de plus et tu es mort
un pneu qui éclate, et c'est la catastrophe

§ Certaines subordonnées comparatives

autant de gens, autant d'avis
tel père, tel fils

Voir la page connexe La comparaison propositionnelle asymétrique -

rubrique Construction averbale dans la comparaison propositionnelle et

rubrique La comparaison elliptique.

§ Certaines subordonnées concessives

succès ou pas, il faut continuer

§ Certaines subordonnées consécutives

on ne le comprend pas, tellement qu'il parle vite

Voir la page connexe La subordonnée consécutive - rubrique La subordonnée consécutive - construction inversée.

§ Propositions exclamatives averbales

Voir la page connexe La proposition exclamative - rubrique L'exclamation averbale.

§ Exclamations nominales

Sans article

pauvre petit
pauvre de moi
drôle de morale
idiot
insensé que je suis
salaud
sale type

Avec l'article défini

ah les femmes
ah, les bons vieux temps
l'imbécile
la belle affaire
la belle vie que celle de bandit (Mérimée)
le crétin
le salaud
les braves gens

Avec ce / cette

ce culot
ce toupet
cette audace

Avec que

que de bruit

Avec combien

combien de types d'averbalité

Avec quel

quel absurde enfantillage
quel artiste, cet homme
quel beau paysage
quel chef-d'œuvre, cette pièce
quel courage
quel délice que celui de noyer son regard dans l'immensité du ciel et de la mer (Baudelaire)
quel gâchis
quel imbécile, ce Pierre
quel malheur, d'être obligé de
quelle chance que
quelle erreur
quelle idée de partir si tôt
quelle tête

§ Ellipses essentielles

L'étiquette d'ellipse essentielle est un fourre-tout. Les ellipses essentielles sont non restituables et indépendantes les unes des autres.

à qui mieux mieux
avec ça que
c'est tout comme
ce pourrait encore aller, quoique
chiche que
dort-il vraiment ou fait-il celui qui
et comment
et moi qui
faire comme si
ni vu, ni connu
plus souvent que
prends ces mille euros pour le cas où
prends ces mille euros si jamais
quand je pense que
tel quel
tu vas te taire parce que sinon
un peu que
une de perdue, dix de retrouvées

§ Mots-phrases, interjections, jurons

Quelques éléments de la liste théorique que Wilmet appelle kilométrique :

adieu
aïe
alleluia
allô
allons
alors
au secours
bah
bien
bigre de bigre
bis
bon Dieu de bon Dieu
bonjour
bordel
bravo
chic
chut
ciel
crotte
diable
Dieu
dites
doux Jésus
eh bien
enfer
eurêka
fi de
fichtre non
flûte
foin de
foutre non
grands dieux
halte
hélas
hein
hep
holà
hosanna à
hourra
juste ciel
la barbe
la vache
ma foi
ma parole
merci
merde
mince
mon Dieu
mon cul
mon œil
morbleu
motus
nenni
nom d'un chien
nom d'une pipe
non mais des fois
non
ouf
oui-da
oui
par exemple
parbleu
pardi
patatras
peste
pitié
psst
putain
sacrédieu
sacrebleu
Sainte Vierge
sapristi
si
tiens
tonnerre de tonnerre
tonnerre
tout à fait
voire
voyons
zut de zut
zut

§ Oui, non, si

Réactions aux assertions affirmatives et négatives

il est bon, ce vin - oui, il est bon (affirmation + accord)
il est bon, ce vin - non, je n'aime pas (affirmation + désaccord)
il n'est pas bon ce vin - non, il n'est pas bon (négation + accord)
il n'est pas bon, ce vin - SI, j'aime bien (négation + désaccord)

Autres exemples

n'es-tu pas de mon avis ? - si, je suis de ton avis
n'es-tu pas de mon avis ? - non, je ne suis pas de ton avis
est-ce vrai qu'il n'est pas venu ? - oui, c'est vrai, il n'est pas venu
est-ce vrai qu'il n'est pas venu ? - non, ce n'est pas vrai, il est bien venu
tu l'as vu, n'est-ce pas ? - oui, je l'ai vu
tu l'as vu, n'est-ce pas ? - non, je ne l'ai pas vu
n'ont-ils que cet enfant-là ? - oui, c'est le seul enfant qu'ils ont
n'ont-ils que cet enfant-là ? - non, ils en ont d'autres

(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)