HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      

RECHERCHE PAR MOTS-CLÉS      RECHERCHE PAR MOTS DISPERSÉS      RECHERCHE PAR MOTS CONSÉCUTIFS


TITRE
La coordination dans le syntagme proposition (515)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
La coordination dans le syntagme proposition (515)

SOMMAIRE
Introduction
Un sujet, un verbe, multiples compléments
Un sujet, multiples verbes
Multiples sujets, un verbe
Un sujet, multiples verbes, un complément
Un sujet, multiples verbes, multiples compléments
Multiples sujets, multiples verbes, un complément
Multiples sujets, un verbe, multiples compléments
La coordination des formes composées du verbe
Sujets et verbes auxiliaires ou verbes supports partagés
Participes passés partagés
Renvois divers

Introduction

Le point de départ de notre étude de la coordination est la page connexe La coordination. On s'y reportera

pour l'introduction générale à la coordination,

pour l'introduction à la non-répétition (ou transformation d'effacement) des constituants partagés et

pour les renvois aux quatre domaines principaux de la coordination (à savoir au syntagme nominal, au syntagme prépositionnel, au syntagme proposition et à la coordination des subordonnées).

Ici nous examinons la transformation d'effacement dans le syntagme proposition et nous présentons des renvois à d'autres phénomènes de la coordination dans ce syntagme.

Un sujet, un verbe, multiples compléments

Pierre donnera ou un livre à Paul ou un disque à Juliette

Un sujet, multiples verbes

il va et vient
il est de retour de son voyage et se mariera la semaine prochaine

La coordination des deux verbes ou syntagmes verbaux précède l'application du syntagme proposition. L'hypothèse de l'effacement de sujet n'est donc pas nécessaire.

Multiples sujets, un verbe

Pierre et Paul chantent

L'hypothèse de la non-répétition du verbe ne semble pas être nécessaire dans cet exemple. Toutefois, l'ordre du syntagme coordination et du syntagme proposition est susceptible d'être influencé par de nombreux facteurs sémantiques assez opaques.

Un sujet, multiples verbes, un complément

elle chante et danse toute la journée
il enlace et berce l'enfant
il les lit et relit sans cesse
nous sommes et resterons l'un à l'autre

La coordination des deux verbes enlace et berce a pour résultat un syntagme verbal, qui admet un objet direct et un sujet. L'hypothèse de la non-répétition du sujet et de l'objet direct n'est pas nécessaire. Il en va de même pour sommes et resterons.

Un sujet, multiples verbes, multiples compléments

il enlace la fille et berce le garçon
il habite à Paris et travaille à Strasbourg

Chacun des fragments enlace la fille, berce le garçon, habite à Paris et travaille à Strasbourg est un syntagme verbal. Leur coordination produit également un syntagme verbal, qui admet un sujet. Donc l'hypothèse de la non-répétition du sujet n'est pas nécessaire.

Multiples sujets, multiples verbes, un complément

Pierre achète et Paul vend des maisons

Les fragments Pierre achète et Paul vend sont des propositions. Leur coordination donne également une proposition. Or une proposition n'admet pas de compléments. L'hypothèse de la forme sous-jacente Pierre achète des maisons et Paul vend des maisons et de la non-répétition de des maisons est donc nécessaire.

Multiples sujets, un verbe, multiples compléments

dont dix avaient été exécutés et cent déportés
il préfère le cinéma et sa femme le théâtre
je sais que Pierre aime la musique classique et Paul le jazz
je suis sûr que Pierre m'achètera un livre et Paul un disque
le plus âgé avait huit ans, le plus jeune six ans
le risque attire les téméraires, l'assurance les prévoyants
Piere transporte du bois, Paul des briques
Pierre a écrit le début et Paul la fin de mon discours

moi je ne suis qu'une ombre, et vous qu'une clarté (E. Rostand)
Marie est veuve et Juliette célibataire

cet essor peut être excessif, l'espèce se développer démesurément (Proust)

La non-répétition du verbe devant le deuxième complément est évidente. Dans l'exemple tiré de Proust le verbe partagé est peut.

La coordination des formes composées du verbe

Sujets et verbes auxiliaires ou verbes supports partagés

après avoir appelé, gémi, crié, pleuré
ce livre lui a été acheté par sa mère et envoyé par un ami
combien de fois ai-je lu et relu ce poème
il a acheté et lu ce livre
il a battu les œufs et fait la crème
il a fait dormir les petis et jouer les grands
il affirme ne pas lire les journaux ou même regarder les nouvelles à la télé
il aura ou trouvé une solution ou demandé de l'aide
il est né et mort à Belleville
il l'a reçu et écouté
il les a rencontrés et félicités
ils ont parlé et reparlé du passé
je ferai faire ses devoir et prendre son bain à Pierre
Moinel lui a pris son billet et donné un peu d'argent (Alain-Fournier)

Si on considère le participe passé des formes composées comme un complément prédicatif au sens large, ce type de coordination se réduit au cas de « un sujet, un verbe, multiples compléments ».

Dans la coordination des formes composées du verbe, on omet les auxiliaires autres que le premier si les conditions suivantes sont remplies :

Les verbes doivent être au même temps composé.

Les verbes doivent se conjuguer avec le même auxiliaire.

Les verbes doivent tous être affirmés ou tous être niés ou, si les polarités varient, le sens du changement doit être clairement indiqué par la conjonction de coordination.

Il doit y avoir un rapport d'associativité rigoureuse entre le matériel non répété (le matériel qui contient l'auxiliaire partagé) et les deux ou N fragments qui contiennent les participes passés. La forme sous-jacente (non elliptique) de la proposition doit être restituable par simple répétition formelle du matériel non répété. Cette forme restituée doit être grammaticale et elle doit être la forme voulue. On verra des contre-exemples tout à l'heure.

Il doit y avoir un certain rapport de compatibilitié logique et sémantique, aussi bien qu'un certain rapport de compatibilité statique (poids, longueur), entre les deux ou N fragments qui partagent l'auxiliaire. Voir les contre-exemples.

Exemples du changement correct de polarité

il a fui, mais non trahi
il a menacé et n'a pas frappé
il m'a menacé, mais non frappé
il m'a non seulement menacé, mais frappé
il ne m'a pas frappé, mais menacé
j'ai écrit à Pierre et non pas téléphoné
j'ai écrit et non pas téléphoné à Pierre

La condition d'associativité rigoureuse n'est pas respectée dans les exemples qui suivent :

*il avait une artère coupé et perdu beaucoup de sang (coupé ne fait pas partie d'un temps composé, aucune symétrie entre coupé et perdu)
*il m'a parlé et félicité (il m'a n'est pas vraiment partagé, puisque le pronom me passe d'objet indirect à objet direct)
*il m'a embrassé et demandé pardon (me passe d'objet direct à objet indirect)
?j'ai été à Paris et vu l'exposition (il y a quelque chose qui cloche dans cet exemple : être et voir ne sont pas compatibles, car l'un est statif et l'autre est agentif, le séjour est beaucoup plus long que la visite)
*cela l'eût gêné au-delà de ce qui peut se croire, et peut-être mis fin à notre correspondance (restitution formelle impossible - Green cité par Hanse)
*le gouvernement français l'avait invité en novembre à se rendre à Paris, et beaucoup regretté qu'il n'ait pu s'y rendre alors (restitution formelle impossible - Hanse)

Participes passés partagés

il a été ou s'est tué

Si on considère le participe passé des formes composées comme un complément prédicatif au sens large, ce type de coordination se réduit au cas de « un sujet, multiples verbes, un complément ». Cette construction est indigeste et rare.

Renvois divers

Pour l'examen général de la coordination, voir la page connexe La coordination.

La non-répétition du sujet partagé par plusieurs verbes ou par plusieurs propositions : voir la page connexe Le sujet - rubrique Non-répétition dans la coordination.

La non-répétition des pronoms personnels dans la coordination des verbes : voir les pages connexes La répétition des pronoms conjoints partagés sous coordination.

La non-répétition de on dans la coordination des verbes : voir les pages connexes Syntaxe et sémantique des pronoms impersonnels.

RETOUR EN HAUT DE PAGE