La subordination - noyaux atypiques
HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      INDEX


TITRE
La subordination - noyaux atypiques (503)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
La subordination - noyaux atypiques (503)

SOMMAIRE

Introduction

Le verbe n'est pas le seul noyau qui puisse être qualifié par une subordonnée libre. Nous présentons ici quelques noyaux atypiques.

Noyau = nom

Complément = subordonnée libre fléchie - 1

la joie de Pierre parce que Marie était près de lui
je pense à toi quand tu étais petit
sa stupeur en me voyant
la vie en dansant

Dans j'ai comme si on me coupait chaque nerf avec un canif, la subordonnée libre fléchie (comme si...) qualifie un nom sous-entendu (sensation, douleur).


Complément = subordonnée libre infinitive - 1

cherchons de la musique pour danser dessus
il faut trouver une place pour y garer les caravanes
il me faut un sac pour faire les courses avec
il n'a même pas une pierre pour poser sa tête
je cherche un bureau pour m'y renseigner
nous achèterons une urne pour mettre les cendres dedans

Dans les exemples donnés ci-dessus, le verbe de la subordonnée est qualifié par un pronom prépositionnel, qui renvoie, à son tour, à un complément (à l'objet direct, au sujet existentiel) de la principale. Dans cherchons de la musique pour danser dessus, dessus équivaut à sur elle et elle renvoie à musique, objet direct de la principale. Nous disons que ces subordonnées finales sont à couplage bidirectionnel.

Noyau = préposition

Complément = subordonnée libre fléchie - 2

c'est pour quand je n'y serai plus
de l'argent pour quand il se mariera
je le connais d'avant que vous soyez né
je vous demande cela seulement pour si j'en trouvais un
pour si jamais il allait pleuvoir
son remplacement pour s'il tombe
un pyjama et une brosse à dents pour si elle t'invite à rester
prends les clés pour si j'arrive tard

Un exemple insolite tiré de Montherlant : tellement pareils à s'ils avaient été un jeune ménage.

Complément = subordonnée libre infinitive - 2

propos d'après boire
les vantardises d'après boire

La subordonnée après boire est l'argument de la préposition de.

Dans une dispute après boire, la subordonnée qualifie le nom directement, comme une épithète.

RETOUR EN HAUT DE PAGE