HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      

RECHERCHE PAR MOTS-CLÉS      RECHERCHE PAR MOTS DISPERSÉS      RECHERCHE PAR MOTS CONSÉCUTIFS


TITRE
Interrogation à inversion - introduction (489)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
Interrogation à inversion - introduction (489)

SOMMAIRE
Les types formels de l'inversion
Paramètres de l'interrogation par inversion du sujet
La place du sujet postposé
Antéposition de la cible d'interrogation
Les antécédents du sujet postiche
L'origine de l'inversion complexe
La hiérarchie des règles
Les quatre types d'inversion dans l'interrogation partielle
Les lacunes de la méthode

Les types formels de l'inversion

Voir la page connexe L'inversion du sujet - vue d'ensemble.

l'inversion simple non conjointe
l'inversion simple conjointe
l'inversion complexe réelle-postiche

Paramètres de l'interrogation par inversion du sujet

Le type d'inversion est choisi en fonction de certains paramètres :

Le type de sujet

Conjoint

Non conjoint

Le type de la cible d'interrogation

Cible = sujet

Cible = complément aprépositionnel (objet direct, sujet existentiel, complément prédicatif)

Cible = adverbe ou complément prépositionnel

La portée de l'interrogation

La portée totale

La portée partielle

Facteurs divers

Comportement exceptionnel de certains pronoms interrogatifs

Compléments du verbe autres que la cible d'interrogation

La longueur du sujet

La place du sujet postposé

Inversion non conjointe

Le sujet prend place après le syntagme verbal entier. Si le verbe n'est pas suivi de compléments, le sujet est placé après les temps simples ou après le dernier participe passé des temps composés. S'il y a des compléments liés étroitement au verbe, tels que l'objet direct ou le complément prédicatif ou un infinitif, le sujet suit ces compléments.

quand doit partir Pierre ?
à quelle heure a commencé la réunion ?

Inversion conjointe

La place du sujet postposé et les phénomènes morphologiques subis par le verbe sont les mêmes dans les deux types d'inversion conjointe (dans l'inversion conjointe simple et dans l'inversion conjointe complexe). Le sujet postiche est placé immédiatement après le verbe simple ou après la partie fléchie du verbe composé.

a-t-elle déjà terminé ses études ?
est-il déjà parti ?
Marie a-t-elle déjà terminé ses études ?
Pierre est-il déjà parti ?
quelle sonate Marie va-t-elle jouer ?
quelle sonate va-t-elle jouer ?

Antéposition de la cible d'interrogation

Si la portée de l'interrogation est partielle, la cible d'interrogation prend place devant le verbe. Si la cible est le sujet, l'antéposition de la cible a la priorité sur l'inversion du sujet et, par conséquent, l'inversion n'a pas lieu.

quand Pierre parlera-t-il à Paul ?
qui parlera à Paul ?

Les antécédents du sujet postiche

Dans l'inversion conjointe, le sujet postiche peut renvoyer à tous les types d'antécédent, noms, pronoms, subordonnées, Le pronom il peut représenter une grande variété de pronoms (cela, tout, rien, quelque chose, autre chose).

ce qu'on ne mérite pas n'est-il pas le meilleur ?
combien d'argent cette affaire vous a-t-elle rapporté ?
comment ça va-t-il par ici ? (Sartre)
comment cela est-il arrivé ?
où Pierre gare-t-il sa bagnole ?
Pierre a-t-il jamais aimé ?
pourquoi cela te blesse-t-il ?
qu'il prenne ce risque ne présume-t-il pas ce qu'on appelle un grand amour ? (Simenon)
quand les disputes ont-elles commencé ?
quand votre oncle arrivera-t-il ?
quelqu'un a-t-il pénétré dans la chambre ?
ta sœur est-elle heureuse ?
tout est-il fini ?
tout ne nous destine-t-il pas l'un à l'autre ? (Colette)

L'origine de l'inversion complexe

Historiquement, l'inversion complexe n'est rien autre que l'inversion simple conjointe appliquée à la forme à sujet détaché :

mon ami viendra mon ami, il viendra mon ami, viendra-t-il ?

La hiérarchie des règles

Nous présentons ici le plan, ou la charpente, des règles d'inversion interrogative. (Plus exactement, ce que nous allons présenter est un des plans possibles.) C'est ce plan que suivra l'examen détaillé des règles. La hiérarchie des règles a trois niveaux : l'opposition sujet conjoint / non conjoint, l'opposition total / partiel et la catégorie grammaticale de la cible d'interrogation.

Cette hiérarchie peut aussi être pensée comme un cube dont les trois axes sont l'opposition conjoint / non conjoint, l'opposition total / partiel et la catégorie grammaticale de la cible d'interrogation. Chaque point de cet espace tridimensionnel a deux valeurs : le type d'inversion et les pronoms possibles.

Sujet conjoint

Interrogation totale

Interrogation partielle

Sujet non conjoint

Interrogation totale

Interrogation partielle

Cible sujet

Cible aprépositionnelle

Cible prépositionnelle ou adverbiale

Les quatre types d'inversion dans l'interrogation partielle

Nous présentons ici les rôles des quatre types d'inversion dans l'interrogation partielle.

Inversion nulle

Si la cible d'interrogation est le sujet.

Inversion simple conjointe

Indépendamment de la cible, si le sujet est conjoint.

Inversion simple non conjointe

Obligatoire avec que objet direct et avec quel prédicat; facultatif avec les autres cibles.

Inversion complexe

Obligatoire avec pourquoi ; autrement facultatif.

Les lacunes de la méthode

Nous reprendrons chacune des lacunes sur les pages sœurs qui suivent cette introduction.

Les lacunes de la conjugaison conjointe (*couds-je) se traduisent par des lacunes dans l'interrogation par inversion de sujet. Voir l'examen de la conjugaison conjointe à la page connexe Le système de conjugaison - la forme conjointe.

Le pronom interrogatif non humain quoi ne peut occuper la position de cible sujet que s'il est séparé du verbe : *quoi t'avait effrayé tout à l'heure ?, quoi donc t'avait effrayé tout à l'heure ?

Le pronom interrogatif non humain que ne peut pas occuper la position de cible sujet : *que t'intéresse ?

L'emploi de que comme complément prédicatif est limité au registre littéraire : qu'est cette tristesse ?

Certaines constructions sont à éviter en raison de leur ambigüité : qui aime Pierre ?. Pour s'enquérir sans équivoque de l'objet de l'amour de Pierre, on peut demander qui Pierre aime-t-il ?. Mais pour s'enquérir sans équivoque de l'identité de la personne qui aime Pierre, il faut recourir à la méthode périphrastique : qui est-ce qui aime Pierre ?.

L'inversion du sujet est à éviter en cas de conflit territorial entre le sujet postposé et un complément lié étroitement au verbe. L'inversion complexe est une bonne solution dans les cas où elle est permise. Dans les autres cas il faut recourir à l'interrogation périphrastique.

RETOUR EN HAUT DE PAGE