L'indépendance du passif
HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      INDEX


TITRE
L'indépendance du passif (460)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
L'indépendance du passif (460)

SOMMAIRE


Introduction

La voix passive est une ressource qui existe indépendamment de la voix active. L'indépendance du passif se résume à deux phénomènes de base :

La non-restituabilité de la forme active

La transformation de passivation n'est pas toujours inversible. La forme active n'est pas toujours restituable à partir de la forme passive.active.

La non-synonymie des formes active et passive

La passivation n'offre aucune garantie de synonymie entre les versions active et passive d'une proposition.

Structure informationnelle et structure existentielle

La version active et la version passive d'une proposition sont souvent quasi-équivalentes, mais elles ne sont jamais équivalentes à cent pour cent. Même quand il y a convertibilité entre l'actif et le passif, il peut y avoir une différence de perspective.

Si le sujet et l'objet direct de la proposition active sont définis, le rapport rhème-thème s'inverse. Les deux propositions ont des structures informationnelles différentes.

Les propositions la police cherche le coupable et le coupable est cherché par la police fournissent des renseignements l'une sur la police, l'autre sur le coupable.

Si le sujet et l'objet direct de la proposition active sont indéfinis, la passivation entraîne non seulement l'inversion du rapport rhème-thème, mais aussi le déplacement de l'existence. Les deux propositions ont des structures existentielles différentes.

Les propositions un camion a renversé un chien et un chien a été renversé par un camion laissent sous-entendre l'existence l'une d'un camion, l'autre d'un chien.

L'interprétation de l'aspect

En principe, le verbe peut exprimer de nombreux aspects, tels que le processus, la répétition, l'état continu, l'état momentané, l'événement, le résultat, etc. Il y a beaucoup de verbes capables d'exprimer plusieurs aspects.

Les formes passives sont souvent ambigües, du fait que le participe passé n'a ni de temps ni d'aspect inhérent. Les verbes dont les formes passives expriment toujours un événement sont appelés perfectifs ; les verbes dont les formes passives expriment toujours un état sont appelés imperfectifs. Beaucoup de verbes ont un aspect ambigu au passif. L'interprétation du participe passé des verbes à aspects multiples dépend de plusieurs facteurs.

Les temps

Au présent et à l'imparfait, l'interprétation d'état a priorité sur l'interprétation d'événement. Les propositions la porte est fermée et la porte était fermée expriment un état.

il est soutenu par son patron
le contrat est signé
la maison est vendue
la ville est entourée de murailles
ces lettres sont écrites par des mains différentes

Au passé simple et au passé composé, l'interprétation d'événement a priorité sur l'interprétation d'état. Les propositions la porte fut fermée et la porte a été fermée expriment des événements.

L'interprétation du futur (la porte sera fermée) est instable.

Les adverbes circonstanciels

Les adverbes circonstanciels et l'agent passif favorisent les interprétations de processus et d'événement répétitif.

Les propositions

la porte est ouverte chaque matin à sept heures
de nouveaux magasins sont ouverts chaque jour
les portes du château de Barbe-Bleue sont ouvertes par Judith l'une après l'autre

expriment des événements répétitifs.

Les propositions

la porte est fermée lentement, sans bruit, avec précaution
un nouveau projet est en ce moment préparé par les spécialistes

expriment des processus.

La proposition la porte est fermée par le sacristain exprime un processus ou un événement répétitif.

La proposition la porte a été longuement ouverte exprime un état continu.

Les exemples qui suivent expriment des événements répétitifs en présence de l'agent passif, mais ils expriment des états si l'agent passif est supprimé :

les carottes sont cuites (par l'aide-cuisinier)
les copies sont corrigées (par les correcteurs)
les verres sont remplis (par le sommelier)
la séance est terminée (à vingt heures)
les tapisseries sont restaurées (par des experts)
Juliette a été mariée (par le maire en personne)

Conflit entre le temps et l'adverbe circonstanciel

Un conflit entre le temps et les circonstances du verbe rend la proposition difficile à interpréter et produit un effet étrange. Dans ?la porte était fermée par le sacristain, l'imparfait favorise l'interprétation d'état, mais l'agent passif favorise l'interprétation processus.

Le verbe prédicatif

Le problème de l'interprétation du participe passé ne se pose qu'avec le verbe être. Les autres verbes prédicatifs favorisent l'interprétation d'état.

la porte restera fermée
la porte semble fermée

Aspect explicite

Pour assurer l'interprétation processus là où l'interprétation état serait plus naturel pour un verbe donné, on se sert de être en train de.

la région est en train d'être envahie
un pas en avant est en train d'être fait
une nouvelle étape est en train d'être franchie

Verbes à un seul aspect

Si le verbe ne peut exprimer qu'un seul aspect, le problème de l'interprétation du participe passé ne se pose pas.

l'astrologie n'est pas enseignée à l'université
le coupable est activement recherché
le ministre est critiqué
les minorités sont maltraitées

Passifs sans antécédents actifs

Passivation transitive avec agent passif

Quelques exemples de constructions passives irréversibles :

Certains conégateurs et certains sélecteurs ne sont admis que dans la position de sujet :

nul n'a été lésé par la réforme
*la réforme n'a lésé nul

seule la première proposition a été retenue par le comité
*le comité a retenu seule la première proposition

Comme ne s'attache pas à un verbe fléchi :

le public était comme hypnotisé par ce spectacle
*ce spectacle comme hypnotisait le public

Passivation transitive sans agent passif

La passivation directe sans agent passif (la passivation anonyme) n'a pas d'équivalent actif. La meilleure approximation active d'une proposition à passivation anonyme s'appuie sur on. Mais anonymat et impersonnalité sont rarement synonymes.

la forêt a été détruite
on a détruit la forêt

Phénomènes de portée

La portée de certains éléments grammaticaux (exhausteurs, délimiteurs, adverbes, conégateurs) empiète sur l'interprétation des voix. Ces éléments brouillent la relation entre les versions active et passive de certaines propositions. Dans les exemples ci-dessous, les deux versions n'ont pas le même sens.

Les questions de portée constituent un vaste domaine de recherche. Nous nous bornons à présenter quelques exemples, dont la plupart sont empruntés (pas toujours textuellement) à Gaatone(1998).

beaucoup d'enfants n'ont pas été invités par Marie
Marie n'a pas invité beaucoup d'enfants

deux journaux sont lus par un million de Français
un million de Français lisent deux journaux

cette opinion n'est pas partagée par beaucoup de députés
beaucoup de députés ne partagent pas cette opinion

ils n'ont pas été tués par les mêmes armes
les mêmes armes ne les ont pas tués

les émissions sur les Jeux olympiques ont surtout été suivies par les hommes
les hommes ont surtout suivi les émissions sur les Jeux olympiques

la qualité de la démocratie est faite avant tout par les électeurs
les électeurs font avant tout la qualité de la démocratie

entre deux pays voisins, même séparés par des frontières, s'établissent des contacts
entre deux pays que séparent même des frontières, s'établissent des contacts

les capitaux ont tous été fournis par les Japonais
les Japonais ont tous fourni les capitaux

cette opinion n'est partagée que par de rares députés
de rares députés ne partagent que cette opinion

tout le monde a dénoncé quelqu'un
quelqu'un a été dénoncé par tout le monde

dix millions de Français lisent un journal
un journal est lu par dix millions de Français

une seule flèche n'a pas atteint la cible
la cible n'a pas été atteinte par une seule flèche

un seul étudiant n'a pas vu le film
le film n'a pas été vu par un seul étudiant

Le problème des adverbes

Les deux propositions

la voiture a délibérément renversé le piéton et
le piéton a été délibérément renversé par la voiture

ont le même sens.

Les deux propositions

par négligence, la voiture a renversé le piéton et
par négligence, le piéton a été renversé par la voiture

n'ont pas nécessairement le même sens.


Passivation et rection

Invariance du schéma de rection

En principe, le schéma de rection du verbe est invariant par rapport à la passivation, au câblage du sujet et de l'objet direct près. Par exemple, si un verbe régit l'objet direct et l'objet indirect à l'actif, il est prévisible qu'il continuera à régir l'objet indirect au passif : Pierre a donné dix euros à Paul dix euros ont été donnés par Pierre à Paul. L'invariance du schéma de rection est valable tant pour la passivation transitive que pour la passivation intransitive.

Rection passive

L'intérêt de ce que nous venons de dire réside non pas dans la possibilité du rétrécissement des schémas de rection, mais dans la possibilité de leur élargissement. La passivation n'entraîne jamais la perte d'un complément, mais elle peut entraîner un gain de complément. Le phénomène que nous appelons la rection passive est l'apparition au passif d'un complément régi qui n'existe pas à l'actif.

À

mangé aux vers / mites / souris / rats
rongé aux vers / mites / souris / rats
bouffé aux vers / mites / souris / rats
pollué aux particules

pour des raisons à eux connus (dans la langue administrative)

Dans

contenu dans
renfermé dans
inclus dans
englobé dans
reflété dans

Entre

disputé entre A et B
débattu entre A et B
la hache de guerre enterrée entre A et B

Changement de rection en fonction de la voix

forcer à forcé de
obliger à obligé de

Invariance de la corrélation entre subordonnée et principale

Verbes du type encourager

Comparer les deux propositions

Pierre encourage Paul à étudier la linguistique

et

Paul est encouragé par Pierre à étudier la linguistique

À première vue, le sujet de la subordonnée infinitive est corrélé avec l'objet direct de la principale dans la première phrase (version active) et avec le sujet de la principale dans la deuxième phrase (version passive). Cette asymétrie apparente tient au fait qu'en général ce qu'on entend par sujet est le sujet grammatical. Or, les mots « sujet » et « objet direct » sont ambigus. Pour les désambigüiser, il faudrait toujours préciser s'il s'agit de sujet grammatical et d'objet direct grammatical ou de sujet lexical et d'objet direct lexical. « Sujet lexical » et « objet direct lexical » sont simplement des synonymes de « premier actant » et « deuxième actant », c'est à dire des traits sémantiques inaliénables du verbe, indépendants de sa forme. Paul n'est pas moins l'objet direct lexical du verbe dans la version passive que dans la version active.

Menacer - un schéma de corrélation insolite

Le verbe menacer a un schéma de corrélation peu commun. Dans la version active Pierre menace Paul de le dénoncer, le sujet et l'objet direct de la subordonnée sont corrélés avec le sujet et l'objet direct de la principale. La passivation de la seule principale donne un résultat agrammatical : *Paul est menacé par Pierre de le dénoncer. En passivant à la fois la principale et la subordonnée, on obtient un résultat grammatical : Paul est menacé par Pierre d'être dénoncé. Dans cette version les sujets sont corrélés.

RETOUR EN HAUT DE PAGE