PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      

RECHERCHE PAR MOTS-CLÉS      RECHERCHE PAR MOTS DISPERSÉS      RECHERCHE PAR MOTS CONSÉCUTIFS


TITRE
L'accord du verbe (417)

ASCENDANCE
Manuel de la grammaire française (0)
Les syntagmes polymorphes (352)
L'accord (413)

PAGES SŒURS
L'accord du verbe (417)

SOMMAIRE
Sujet = syntagme numéral ou syntagme exhaustif
Sujet = il postiche
Sujet = qui pronom relatif
Sujet = ce
Sujet inversé
Conflit entre le nombre du sujet et du complément prédicatif
Sujet = contenant abstrait, prédicat = contenu abstrait
L'accord du participe passé

Sujet = syntagme numéral ou syntagme exhaustif

Si le sujet est un syntagme numéral ou un syntagme exhaustif (tous deux, l'un et l'autre, tous et toutes), le verbe se met à la personne sous-entendue.

ni l'un ni l'autre ne pouvez partir
tous deux devez partir immédiatement

Sujet = il postiche

Si le verbe a un sujet postiche, c'est avec le sujet postiche qu'il s'accorde, quel que soit le nombre du sujet réel postposé.

il lui est arrivé des choses bizarres
il me faut 1000 euros
il n'y a plus de bons petits restaurants pas chers
il vient d'arriver dix touristes

Sujet = qui pronom relatif

§ La règle générale concernant l'accord du verbe de la subordonnée relative avec le pronom relatif qui

Le pronom relatif qui hérite des traits (du nombre, de la personne et du genre) de son antécédent situé dans la superordonnée et les transmet au verbe de la subordonnée. Il peut y avoir deux antécédents à la surface. Dans ces cas, le choix de l'antécédent sémantiquement correct est réglé par plusieurs facteurs.

§ L'antécédent ne présente aucune ambigüité

c'est moi qui l'ai dit
jeunes gens qui aimez l'aventure
moi qui ne suis bon qu'à tuer
toi qui sais tout
vous qui ne vous occupez jamais des détails

Lorsque l'antécédent est un mot en apostrophe, le pronom relatif qui représente la deuxième personne. Il représente le singulier ou le pluriel selon que l'on tutoie ou vouvoie l'interlocuteur : notre Père qui es aux cieux ou notre Père qui êtes aux cieux.

§ Pronom personnel encadré de c'est...qui

En principe, on pourrait hésiter entre ce et le pronom personnel. L'accord se fait avec le pronom personnel.

c'est moi qui vais décider
c'est toi qui dois escalader la clôture le premier
ce n'est pas moi qui y trouverai à redire

§ Pronom personnel encadré de ne...que

En principe, on pourrait hésiter entre le pronom personnel et le pronom autre sous-entendu. L'accord se fait avec le pronom personnel.

il n'y a que vous qui puissiez lui rendre ce service
je n'ai trouvé que vous qui fussiez digne de

§ L'antécédent de qui est le complément prédicatif de la superordonnée

Si la superordonnée est négative

La négation peut être explicite ou implicite. (La négation implicite est véhiculée par l'interrogation, par l'hypothèse et par certains moyens lexicaux.)

Qui assume les traits non pas du sujet, mais du complément prédicatif du verbe de la superordonnée.

êtes-vous un homme qui aime la flatterie ?
je ne suis pas un homme qui se prend trop au sérieux
je ne suis pas celui qui a dit cela

Si la superordonnée est affirmative (ni négative explicite ni négative implicite)

Si le complément prédicatif du verbe de la superordonnée est défini, qui a tendance à assumer les traits de celui-ci. Si le complément prédicatif du verbe de la superordonnée est indéfini, qui a tendance à assumer les traits du sujet de la superordonnée.

$ Si le complément prédicatif est défini

Le verbe de la subordonnée s'accorde le plus souvent avec le complément prédicatif de la superordonnée. On peut cependant accorder le verbe de la subordonnée avec le sujet de la superordonnée pour mettre l'accent sur le nombre et la personne. L'accord avec le complément prédicatif convient à une identification neutre ; l'accord avec le sujet établit un rapport humain entre le locuteur et le sujet. La solution vous êtes le participant qui a le mieux répondu fait administratif ; vous êtes le participant qui avez le mieux répondu est plus chaleureux.

nous sommes ceux qui étaient / étions les premiers à vous mettre en garde contre le danger
nous somme ceux qui seront / serons les premiers à êtres virés
vous êtes celui qui a / avez le mieux répondu
vous êtes le médecin qui soigne / soignez mon père
vous êtes le participant qui a / avez le mieux répondu

L'accord avec le complément prédicatif est préférable après

je suis l'homme qui
je suis le premier qui
je suis le seul qui
je suis le même qui

Si le complément prédicatif est un de ceux, le nombre transmis à qui est toujours le pluriel.

$ Si le complément prédicatif est indéfini

L'usage est indécis. Le verbe de la subordonnée peut s'accorder avec le sujet ou avec le complément prédicatif du verbe de la superordonnée.

nous sommes de pauvres idiots qui ne nous doutions de rien =
nous sommes de pauvres idiots qui ne se doutaient de rien

vous êtes une femme qui savez parler aux enfants =
vous êtes une femme qui sait parler aux enfants

nous sommes des enfants qui jouent avec les forces sacrées =
nous sommes des enfants qui jouons avec les forces sacrées (Proust)

vous êtes un vieux soldat qui n'aime pas les phrases =
vous êtes un vieux soldat qui n'aimez pas les phrases (Balzac)

tu es une fille qui va à sa ruine =
tu es une fille qui vas à ta ruine

nous sommes des arbres qui portent des fruits empoisonnés (France)
tu es un fainéant qui voudrait gagner sa vie sans rien faire
nous sommes ainsi quelques fossiles qui subsistent égarés dans un monde nouveau (Flaubert)
nous sommes des pies qui nous jetons à l'étourdie sur tout ce qui brille (Tharaud)
je suis une femme très exacte qui a / ai horreur qu'on la fasse attendre
nous sommes quatre camarades qui avons / ont
nous sommes des milliers qui avons / ont
je suis un naïf qui ai / a
je suis un paresseux qui ai / a
je suis une vieille carcasse qui ai / a

Dans nous étions trois amis qui usaient encore leurs culottes sur les bancs du collège (Zola), usions serait tout aussi grammatical, mais la troisième personne se distancie et fait mieux ressortir l'éloignement du souvenir.

C'est le sujet qui règle l'accord lorsque le complément prédicatif est un numéral cardinal :

ils sont trente qui veulent partir
nous sommes trente qui voulons partir
vous êtes trente qui voulez partir

§ L'antécédent de qui est un syntagme complexe

[un * nom * comme * pronom-personnel]

Les deux solutions sont correctes :

j'en crois un homme comme vous qui a vu par ses yeux
j'en crois un homme comme vous qui avez vu par vos yeux

[un * des * nom]

Si la relative est restricitve, les deux solutions sont correctes :

il répondit à un des professeurs qui l'interrogeait
il répondit à un des professeurs qui l'interrogeaient

je vous enverrai un de mes ouvriers qui s'y connaît
je vous enverrai un de mes ouvriers qui s'y connaissent

Si la relative est descriptive, seul le singulier est possible.

je vous enverrai un de mes ouvriers, qui fera la réparation

[délimiteur * de * nom]

L'accord se fait selon le sens. Le singulier fait penser à l'ensemble pris dans sa totalité ; le pluriel fait penser aux membres de l'ensemble. Voir l'examen des délimiteurs comme donneurs d'accord à la page connexe L'accord avec certains syntagmes nominaux complexes.

Termes coordonnés

L'accord se fait selon le sens. Le syntagme [nom * et * nom] est pluriel. Le syntagme [nom * mais pas * nom] peut être singulier. Le syntagme [nom * ou * nom] est pluriel si ou est inclusif et singulier si ou est exclusif.

§ Si qui est corrélé avec chacun

Le verbe de la subordonnée s'accorde avec le sujet de la superordonnée, qui est évidemment au pluriel, bien que la forme de chacun soit singulière.

j'ai deux sœurs qui chacune ont leur voiture

Sujet = ce

Pour l'étude détaillée de ce comme sujet et comme complément prédicatif, voir la page connexe Ce et la page connexe Détachement et thématisation - rubrique Trace = pronom démonstratif ce ou ça.

Le nombre du verbe être est presque toujours réglé par le nombre du complément prédicatif.

§ Complément prédicatif au pluriel

c'étaient de très beaux nuages
c'étaient des dangers imminents
ce n'étaient pas des secours qu'il distribuait
ce n'étaitt que des anecdotes
ce ne sont que des choses qu'on dit
ce sont ceux que nous avons vus hier
ce sont de grands patriotes
ce sont des sentiments louables
ce sont deux cents francs que je ne regrette pas
ce sont trois heures qui m'ont paru longues

Dans la langue parlée, le verbe être peut aussi s'accorder avec ce : ce n'est là que théories pures.

§ Complément prédicatif au pluriel, mais évoquant l'idée d'un tout

Lorsque le complément prédicatif, bien qu'au pluriel, évoque l'idée d'un tout, le verbe être se met au singulier.

c'est quatre heures
c'est trois cents francs
c'est onze heures qui sonnent
c'est dix millions qui seront nécessaires

§ Complément prédicatif au singulier

si ce n'est
ce doit être
ce peut être

§ Note sur ce comme complément prédicatif

Lorsque ce joue le rôle de complément prédicatif, le nombre du verbe être est évidemment réglé par le nombre du sujet. Toutefois, si le sujet est une énumération qui exprime une seule idée, le verbe être peut se mettre au singulier.

c'est l'argent, le pouvoir et l'ambition qui dominent le monde
trois grands fléaux dominent le monde; ce sont : l'argent, le pouvoir et l'ambition

Sujet inversé

Voir l'examen détaillé de l'inversion du sujet à la page connexe L'inversion du sujet.

§ Qu'importe, peu importe

Voir la page connexe L'inversion entraînée par un adverbe antéposé rhématisé.

Le verbe reste souvent au singulier avec un sujet au pluriel.

peu importe toutes les belles théories
qu'importe les meilleures intentions
qu'importent droits et doctrines (Verhaeren)
peu m'importent les classes sociales (Gide)
peu importe les noms (Vercors)

§ Fini

Fini peut être laissé invariable.

Voir la page connexe L'inversion entraînée par un prédicat antéposé rhématisé.

fini la rigolade (J. Roy)
fini les triomphes (A. Peyrefitte)
finie la vie glorieuse, mais finis aussi la rage et les soubresauts (Camus)
fini(e) la belle vie
fini(es) les plaisanteries
fini(s) les discours

§ Soit stipulatoire

Soit employé au sens de prenons ou de supposons reste souvent au singulier avec un sujet au pluriel.

Voir la page connexe Subjonctif - emplois non subordinatifs - présent.

soit A, B et C trois points d'un cercle
soit trois nombres premiers

§ Vive

Vive, lorsqu'il signifie bravo, peut rester invariable ou s'accorder avec le sujet en nombre. La tendance à l'accord est plus forte avec les sujets humains, moins forte avec les choses.

Voir la page connexe Subjonctif - emplois non subordinatifs - présent.

vive les charcutiers végétariens
vive les nouveaux mariés
vive les nouilles
vive les vacances
vive les ventriloques espérantistes

Vive ne s'accorde pas avec le sujet en personne : vive nous.

§ N'était, n'eût été

Le verbe être est pris au sens existentiel. Ces formes ont la valeur de conditionnel de prémisse dans la langue écrite. Le verbe reste parfois au singulier avec un sujet au pluriel.

Voir la page connexe Les ressources mineures de la prémisse.

n'eût été ses larmes et ses prières
n'eût été les jours de gel et de grêle

§ Reste

Le verbe est souvent laissé au singulier avec un sujet au pluriel.

Voir les pages connexes L'inversion aspectuelle, L'inversion définitoire.

reste les mystères de la dernière seconde avant le big bang
reste quelques petits problèmes d'orthographe

Reste est toujours laissé invariable dans la langue des mathématiques.

§ À quoi bon

Invariable.

Voir la page connexe L'inversion entraînée par un prédicat antéposé rhématisé.

§ Témoin

Invariable.

Voir la page connexe L'inversion définitoire.

§ Les participes passés absolus employés comme prépositions

Invariables.

Voir la page connexe Le syntagme prépositionnel - la place de la préposition. Voir la page connexe Le participe passé - rubrique Prépositions formant un participe absolu avec l'argument.

Conflit entre le nombre du sujet et du complément prédicatif

§ Sujet pluriel, complément prédicatif singulier

Inversion d'identification prédicative

Voir la page connexe L'inversion d'identification prédicative pour l'examen de l'inversion d'identification prédicative. Dans ce type d'inversion, le sujet et le complément prédicatif échangent leurs places pour permettre au complément prédicatif de devenir thème et au sujet de devenir rhème. Dans la proposition la capitale de la France est Paris, le prédicat-thème est la capitale de la France et le sujet-rhème est Paris.

Dans le cas de l'inversion d'identification prédicative, le verbe a tendance à s'accorder avec le complément prédicatif antéposé, c'est-à-dire avec le constituant qui occupe la place normalement réservée au sujet. Prédicat singulier, verbe singulier, sujet pluriel : place prime fonction. L'inverse est plus logique, mais sonne moins correct.

sa fierté est (?sont) ses trois filles
la meilleure preuve en est (?sont) ses réflexions

Structure normale

Si le sujet occupe sa position normale, le conflit des nombres ne pose pas de problème. L'accord avec le sujet est la seule solution. Il y a plusieurs cas à envisager :

$ Être pourrait être remplacé par consituer

le passé, le présent l'avenir ne sont qu'un pour Dieu(Lamartine)
les collections de poche ont été le seul artisan de cette victoire (B. de Fallois)
les d'Orléans étaient un belle famille
les moustiques sont une calamité
les textes qui composaient ce premier ouvrage étaient l'expression spontanée d'impressions très vives (Sarraute)
les yeux sont le miroir de l'âme
ses deux filles sont sa fierté
vos félicitations sont ma plus belle récompense

$ Locutions où le complément prédicatif est invariable

nous fûmes la dupe de son stratagème
les hommes sont juge et partie (Beauvoir)

$ Le sujet ayant la forme plurielle représente un seul objet

les Pays-Bas sont l'État européen le plus densément peuplé

§ Sujet singulier, complément prédicatif pluriel

Sujet contenant, prédicat contenu

Voir la rubrique majeure suivante.

Autres cas

Le verbe être est inutilisable. Le recours à d'autres verbes, tels que servir de ou constituer, est la seule solution.

*cette pièce est/sont les archives de l'entreprise
*son nez retroussé est/sont ses seuls appâts

Sujet = contenant abstrait, prédicat = contenu abstrait

§ Introduction

Le verbe être peut remplacer les verbes qui associent un contenu à un un contenant, c'est-à-dire les verbes tels que contenir, égaler, correspondre à, se réduire à, revenir à.

Les contenants sont des noms ou des pronoms, singuliers ou sémantiquement dépourvus de nombre, comme tout ceci, tout ce que tu racontes, le livre, le reste, l'exposé.

Les contenus sont des noms caractérisant des éléments de la pensée ou de la parole, tels que mensonge, hypothèse, calomnie, preuve, mot, fable, souhait, peine perdue.

§ Il y a trois solutions.

Verbe prédicatif au singulier

Le verbe est accordé avec le sujet. Cette solution se trouve surtout dans la langue parlée.

ce que tu racontes là est autant de calomnies
ce que tu racontes là n'est pas des preuves
le reste est peines perdues
tout ceci est des mensonges
tout cela est des hypothèses
tout cela n'est que des fables
tout cela n'est que des mots
tout le reste n'est que des souhaits

Verbe prédicatif au pluriel

Le verbe est accordé avec le complément prédicatif. Cette solution se trouve surtout dans la langue écrite.

ce que tu racontes là ne sont pas des preuves
ce que tu racontes là sont autant de calomnies
le reste sont peines perdues
le reste sont des horreurs (Proust)
tout ceci sont des mensonges
tout cela ne sont que des mots
tout cela ne sont que des fables
tout cela sont des hypothèses
tout le reste ne sont que des souhaits

Tous les verbes prédicatifs n'ont pas le même comportement que le verbe être. On dit tout cela sont des folies, mais pas *tout cela me paraissent des folies

Solution de compromis

La solution de compromis consiste à recourir au détachement, c'est=à-dire à thématiser le sujet singulier, à le reprendre sous la forme de ce et à mettre le verbe au pluriel. Voir l'examen détaillé de la solution de compromis, à savoir du détachement, à la page connexe Ce et à la page connexe Détachement et thématisation - rubrique Trace = pronom démonstratif ce ou ça.

tout ce que tu racontes là, ce sont autant de calomnies
tout cela, ce sont des hypothèses
tout le reste, ce ne sont que des souhaits

L'accord du participe passé

Voir la page connexe Le participe passé.

(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)