La coordination
HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      INDEX


TITRE
La coordination (401)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
La coordination (401)

SOMMAIRE







La coordination - introduction

La coordination est un vaste domaine tentaculaire qu'on ne saurait cerner par une simple formule close. Nous en commençons donc l'étude par une définition simplifiée, que nous allons étendre et affiner graduellement.

Définition de la coordination canonique

Voici donc la définition de la coordination canonique :

SYNTAGME :: SYNTAGME * CONJONCTION * SYNTAGME

ou, en clair, « étant donné deux exemplaires d'un seul et même syntagme S et une conjonction coordinative C, la valeur de sortie de la chaîne [S * C * S] est S ».

Exemple : la valeur de sortie de la chaîne un chien blanc et un chat noir est groupe nominal, puisque un chien blanc et un chat noir sont des groupes nominaux.

Extensions et affinements

Voir les extensions et les affinement de la définition canonique sous les rubriques suivantes :







La polymorphie de la coordination


La coordination (surtout la coordination par et, ou, mais, voire) est hautement polymorphe. On verra ci-dessous des exemples de la coordination de prépositions, de conjonctions et d'adverbes d'aspect.

sur et avec
bâti par et pour
en dépit, voire au mépris de
non pas malgré mais à cause de
également et peut-être surtout
même et surtout
on ne sait toujours pas si et où
qui fait quoi, quand et où

Conjonctions intrapropositionnelles et interpropositionnelles

La distinction intrapropositionnel / interpropositionnel

Certaines conjonctions coordinatives ne se lient qu'avec le syntagme proposition. Nous les appelons interpropositionnelles. Toute autre conjonction est dite intrapropositionnelle.

Le trait interpropositionnel est le propre de certaines conjonctions et non pas de certaines catégories ou de certains syntagmes. Il est à souligner que les propositions sont coordonnables soit par des conjonctions intrapropositionnelles soit par des conjonctions interprépositionnelles, mais que certaines conjonctions ne se lient qu'avec des propositions. Le qualificatif d'interpropositionnel ne s'applique ni aux catégories grammaticales, ni aux syntagmes coordinatifs, mais uniquement aux conjonctions coordinatives.

Comparer

Pierre chantait et Marie dansait

et

Pierre boit ; en effet, il est un ivrogne.

Dans le premier exemple, deux propositions sont coordonnées par la conjonction intrapropositionnelle et. Dans le second exemple, deux propositions sont coordonnées par la conjonction interpropositionnelle en effet.

Les conjonctions coordinatives interpropositionnelles


Les conjonctions coordinatives intrapropositionnelles

Le noyau dur

Les cojonctions et, ou, mais, ni, voire, puis constituent le noyau dur des conjonctions coordinatives intrapropositionnelles.

On se demande comment l'humanité a fait pour subsister sans et/ou jusqu'aux dernières décennies du vingtième siècle. Ce néologisme technocratico-journalistique eut vite fait d'envahir jusqu'aux derniers îlots antarctiques, plus vite que le sida. Son absence totale dans les ouvrages d'Aristote, de Pascal et de Boole s'explique par sa totale superfluité : la valeur logique de et/ou est identique à celle de ou.

Conjonctions appositives


La syntaxe étendue

Pour la syntaxe étendue de la coordination (juxtaposition, énumération, redondance et conjonctions binaires), voir la rubrique La syntaxe étendue de la coordination.

Conjonctions coordinatives - remarques et renvois

Remarques et renvois - et


Remarques et renvois - ou

Voir la rubrique Ou - détails.

Remarques et renvois - mais

Voir la rubrique Mais - détails.

Remarques et renvois - car

La plupart des grammaires considèrent car comme une conjonction coordinative interpropositionnelle. Nous rangeons car franchement parmi les conjonctions subordinatives causales et c'est là que nous discutons ses particularités. Voir la page connexe La subordonnée causale fléchie - les dimensions.

Remarques et renvois - ni


Remarques et renvois - soit

Soit est une conjonction appositive. (La conjonction appositive est un des types de la conjonction intrapropositionnelle.) Voir la page connexe Le groupe nominal - compléments - le complément nominal direct - rubrique L'apposition indirecte.

Remarques et renvois - donc

Voir la rubrique Donc - détails.

Remarques et renvois - or

Voir la rubrique Or - détails.

Remarques et renvois - soit...soit...


Polymorphie et mixité dans la coordination

La plupart des conjonctions coordinatives se lient avec plusieurs catégories grammaticales. Par exemple, la coordination par et s'applique aux noms, aux adjectifs, aux adverbes, aux verbes, etc. Voir l'étude détaillée de et sous la rubrique Et - détails sur cette page. La polymorphie est le propre de certaines conjonctions coordinatives, mais, par extension, on peut aussi dire que la coordination est un syntagme polymorphe,

Mixité dans la coordination

Ce n'est qu'au niveau des catégories grammaticales majeures (nom, adjectif, adverbes, etc.) que règne la non-mixité : *un chien et aboie est agrammatical, Les types mineurs d'une catégorie majeure donnée jouissent d'un haut degré de mixité. Suivent quelques types de mixité au niveau des catégories mineures.

Infinitif actif et infinitif passif simple

ils faisaient dactylographier et circuler leurs textes.

Pronom conjoint et élément nominal lourd

Blaise le savait peut-être et qu'elle n'aspirait qu'à ce refuge (Mauriac)
ce que j'en dis et de l'absence de liberté (Gide)
était-ce pour les trahir ou bien la République ? (Flaubert)
elle le dit à Marcel et qu'on pouvait laisser la malle à l'hôtel (Camus)
pour te voir et quelques amis

Nom et subordonnée infinitive

apprendre la fierté et à ne pas trop demander de faveurs
c'était du temps perdu et faire trop d'effort
elle aimait les voyages, le bruit du vent dans les bois et à se promener tête nue dans la pluie (Flaubert)
il aime le vin et à rire
il s'irrita de ne pouvoir placer un mot et de la façon dont Anne lui coupait la parole (Radiguet)
j'aime les pièces très vastes, et avoir un jardin (Curtis)
sans être aperçu et sans bruit
sans soins ni prendre garde (Chevallier)
son érudition se bornait à savoir qu'il fait chaud en été et froid en hiver et le prix des grains au dernier marcher (Musset)
un appartement dans un beau quartier et pouvoir recevoir des amis
une nuit pareille et avoir vingt ans
qu'il soit à Paris ou à parcourir le monde

Nom et subordonnée fléchie régie

elle remarque une tache au tapis et que les rideaux avaient besoin d'être lavés
Félicité avait prévu la rancune du fils bien-aimé, sa haine, et même que serait décuplé ce besoin de la faire souffrir (Mauriac)
il craignait ses reproches, ou chose pire, qu'elle donnât sa démission (Chevallier)
il faudra plus d'un demi-siècle et que l'intervention racinienne ait produit son plein effet pour que (Brisson)
il lui expliquait son travail et comment il faut répondre au téléphone
ils apprirent comment on clarifie le sucre et les différentes sortes de cuite (Flaubert)
j'aimais cette incertitude et que l'histoire m'échappât de tout côté ; cela me dépaysait (Sartre)
je l'aurais voulu plus large [le lac] et qu'il fût appelé la mer (A. Daudet)
l'impression d'être étouffé et que l'air allait me manquer

Subordonnée infinitive et subordonnée fléchie régie

c'est vexant de n'avoir qu'un garçon et qu'on vous le prenne (Zola)
elle s'est levée de bonne heure pour faire le ménage et que son fils et sa bru se reposent (Jouhandeau)
elle me fit signe qu'elle descendait et de la suivre sans bruit (Hermant)
François était gêné de n'avoir pas été reconnu et que la partie se jouât inégale (Radiguet)
il aurait voulu qu'elle ne vînt pas...et rester seul (Maupassant)
il proposa de conserver cette couleur et qu'on en passât une seconde couche (Chevallier)
il voulait que Pierre soit élu, mais ne pas être élu lui-même
j'aurais voulu être différent de tous et que tous fussent différents de moi (Guth)
j'aurais voulu qu'il me présentât à ces femmes, pouvoir leur demander un rendez-vous et qu'elle me l'accordassent (Proust)
je ne veux ni venir, ni que tu viennes
je ne veux pas mentir ni qu'on me mente (Camus)
préférez-vous sortir seule et que je vous rejoigne dans la rue (Martin du Gard)
tu veux partir et que je te suive

Adjectif et subordonnée relative

des enfants sages et qui se lavent les mains après faire pipi

Subordonnée relative et subordonnée régie

il advint ce qui devait arriver, [à savoir] que ses manigances ont été découvertes

Expression prépositionnelle et infinitif de but

à six heures il alla au Jockey ou se promener au Bois

Expression prépositionnelle et subordonnée

il croyait à son étoile et qu'un certain bonheur lui était dû (Gide)

Subordonnée interrogative et subordonnée énonciative

il sentait combien ce serait difficile et qu'il n'avait pas affaire à une âme banale (A. Daudet)
je sais que tu l'as fait et comment tu l'as fait

Subordonnée interrogative et nom

je voudrais connaître tes intentions et ce que tu vas faire si

Subordonnées interrogatives concernant des circonstances différentes

il s'agit ici de voir si et dans quelle mesure
la question n'est pas de savoir si, mais de quand et comment

Types différents de réduction

pauvre et pieds nus, la nuit, j'errais sous les palais (Musset)

Un verbe d'apparence, deux constructions différentes

jamais Charles ne lui paraissait aussi désagréable, avoir les doigts aussi carrés, l'esprit aussi lourd qu'après ses rendez-vous avec Rodolphe (Flaubert)
la moindre parcelle de chacun d'eux me semblait précieuse et manifester leur excellence particulière (Proust)
sa beauté semblait extérieure et se livrer à tous d'un seul coup (Gide)
vous auriez l'air ou d'un démagogue ridicule ou d'aller observer ces gens comme on va voir des bêtes curieuses (Duhamel)

Un nom et un adjectif comme compléments prédicatifs

il est triste et un imbicile
je suis instituteur et fier de l'être

Une proposition énonciative et une proposition interrogative

ils vont encore tout casser, et qui payera les dégâts ?
il entre dans la chambre et qu'est-ce qu'il dit ?

Subordonnées libres concernant des circonstances différentes

comme il était tard, et bien que l'ordre du jour ne fût pas épuisé, on leva la séance

Les subrdonnées causales, temporelles, conditionnelles, concessives et finales se coordonnent facilement, mais les subordonnées thèmes et les subordonnées rhèmes (par exemple car et parce que) sont incompatibles.

Complément régi et libre

elles étaient vêtues comme des déesses, c'est-à-dire de rien (Boylesve)

Concession concernant l'identité (quels) et le degré (si faibles)

quels et si faibles que soient

Que soient est partagé par quels et si faibles.

Exemples de zeugme

il fut blessé à la jambe droite et à la bataille de Waterloo
il prend du galon et du ventre (Aragon)
il prit son parapluie d'une main et son courage de l'autre
il tira de sa poche une lettre et du cœur un soupir
il tira de sa poitrine un soupir et de sa redingote une envelope jaune et salie (Gide)
il touchait les cœurs et des dividendes
il vit à Paris et bien à son aise
je vais à l'école et à mon grand désespoir
la clé et le concierge ouvrirent la porte
le lièvre est poursuivi par le chasseur et par la campagne
les invités ont été introduits par la grande porte et par le majordome
Napoléon prit du ventre et beaucoup de pays (Prévert)
Pierre a rencontré et Paul a mangé un avocat
sans doute et sans complexe, les Duponts viendront ce soir
un site fournit l'administration en papier et un autre des stylos aux entreprises
vêtu de probité candide et de lin blanc (Hugo)

La non-répétition des constituants partagés

La transformation d'effacement

La proposition Marie et Juliette écrivent des romans a deux analyses possibles. On peut dire soit que Marie et Juliette sont deux noms coordonnés constituant un seul sujet, soit que cette proposition a la forme sous-jacente Marie écrit des romans et Juliette écrit des romans et que des romans, l'objet direct partagé, n'est pas répété. La deuxième analyse, qui fait appel à une forme sous-jacente et à la transformation d'effacement, est un peu moins convaincante que la première, mais elle n'est pas fausse pour autant. La transformation d'effacement est possible, mais pas nécessaire, dans cet example.

À première vue, la proposition Marie écrit et Juliette illustre les romans qu'édite Pierre, elle aussi, semble avoir deux analyses : ou bien Marie écrit et Juliette illustre sont deux fragments coordonnés, ou bien Marie écrit les romans qu'édite Pierre et Juliette illustre les romans qu'édite Pierre sont deux propositions sous-jacentes coordonnées et leur objet direct partagé les romans qu'édite Pierre n'est pas répété dans la forme de surface. Cette fois, les deux analyses n'ont pas le même degré de plausibilité. La première analyse n'est pas recevable, car le statut grammatical des fragments coordonnés Marie écrit et Juliette illustre est douteux. La juxtaposition d'un nom et d'un verbe donne une proposition, c'est-à-dire un syntagme qui ne régit pas l'objet direct. C'est le verbe qui peut avoir un objet direct. Seule la deuxième analyse, qui fait appel à la transformation d'effacement, est convaincante.

Le problème central de la coordination n'est pas ce qui se passe au niveau des catégories grammaticales prises individuellement (deux noms, deux adjectifs, deux verbes, etc.), mais ce qui se passe au niveau de deux syntagmes qui s'entrelacent pour partager un constituant commun. Le problème central de la coordination est la non-répétition des constituants partagés. Ce n'est pas par catégorie grammaticale, mais par type de non-répétition qu'il faut classer les coordinations. Ce n'est pas de la coordination de deux mots de telle ou telle catégorie que nous allons parler, mais des problèmes que présente la coordination dans tel ou tel syntagme. Nous divisons les phénomènes de non-répétition d'un constituant partagé en quatre groupes majeurs :

Les quatre domaines principaux de la coordination

Le syntagme nominal


Le syntagme proposition


Le syntagme prépositionnel


Le syntagme coordination des subordonnées


La syntaxe étendue de la coordination

L'énumération

Dans la définition de la coordination canonique, nous faisions l'hypothèse simplificatrice que le nombre des termes coordonnés est égal à deux. Voir la rubrique La coordination - introduction. Le moment est venu d'étendre la définition à un nombre de termes coordonnés supérieur à deux. Normalement, si le nombre de termes est égal à N, les N - 1 premiers termes sont juxtaposés sans conjonction et la conjonction n'apparaît que devant le dernier (N-ième) terme. Si N = 2, on retrouve la définition canonique.

avec leurs raisons, leurs mobiles et leurs belles argumentations (Saint-Exupéry)
elle était souriante, calme, détendue et reposée
il s'assit, prit son journal, mit ses lunettes et se mit à lire
l'auto avait traversé la ville, traversé le fleuve et gagné la rive gauche (Duhamel)
les officiers, sous-officiers et soldats
ses nom, prénoms et qualités
voici des fleurs, des fruits et des branches (Verlaine)

Les énumérations peuvent être rallongées par et cetera et, dans la langue familière, par les locutions

et autres
et compagnie
et consorts
et le reste
et patati et patata
et tout et tout
et tout
et tout le tremblement
et tutti quanti

Pour plus de détails sur l'emploi de autre dans les énumérations, voir la page connexe Autre - rubrique Autre adjectival. Exemple : les smartphones, ordinateurs et autres tablettes tactiles.

Pour l'examen du déterminant nul dans les énumérations, voir la page connexe Le groupe nominal - compléments - le déterminant nul - rubrique Objets complémentaires ou opposés, énumérations.

La juxtaposition (ou asyndète)

La juxtaposition sans conjonction d'un nombre quelconque de termes est une construction littéraire qui équivaut à la coordination par et et parfois à celle par ou. La conjonction sous-entendue dépend du contexte.

causant d'eux-mêmes, des autres, de n'importe quoi
je n'ai point de paille, point d'avoine (Hugo)
il marcha trente jours, il marcha trente nuits (Hugo)
la pluie, la neige, la gelée, le soleil devenaient ses ennemis ou ses complices, selon qu'ils nuisaient ou qu'ils aidaient à sa fortune (Mauriac)
les boutiques étaient close, la rue muette (Maupassant)
son sourire est tranquille, ses yeux assurés (Baudelaire)

La redondance

On peut intercaler la conjonction après chaque terme sauf le dernier pour produire un effet de vivacité :

cette mince et pâle et fine Juliette (France)
cette délicate et fière et pure créature (France)
Pierre et Paul et Marie et Juliette et tous les autres

Conjonctions unitaires et binaires

Les conjonctions coordinatives sont unitaires (et, ou, mais, soit) ou binaires :

d'abord...ensuite...
et...et...
ni...ni...
non seulement...mais encore...
non...mais...
ou bien...ou bien...
ou...ou...
pour partie...pour partie
qui...qui...
sans doute...mais...
sinon...du moins...
soit...soit...
tantôt...tantôt... (tantôt il pleure, tantôt il rit)

La négation coordinative

La négation autonome simple


Ni


La coordination négative elliptique


La coordination - phénomènes mineurs

La coordination dans la syntaxe des numéraux


La coordination et le degré des adjectifs

Les adverbes de degré plus et moins se répètent dans la coordination des adjectifs et adverbes au comparatif ou au superlatif. La non-répétition n'est possible que s'il existe un rapport logique très étroit entre les deux adjectifs ou adverbes.

plus intelligent et plus travailleur que
moins couramment et moins correctement que
le plus compliqué et le plus difficile

La coordination est un type d'ellipse


La coordination et la pronominalisation partielle sont deux types d'ellipse. Il n'est donc pas surprenant que leur frontière soit poreuse. Il y a des phénomènes qui peuvent êtres classés indifféremment comme relevant soit de la coordination associative, soit de la pronominalisation partielle.

deux robes en soie et trois en laine
entre les lignes allemandes et les françaises
l'Amérique espagnole.et l'anglosaxonne
l'hymne national serbe fut suivi de l'italien (Queneau)
la petite histoire se mêle toujours à la grande
le premier acte et le second
les bons jours et les mauvais
qui développa mes bonnes et dessécha mes mauvaises qualités (Balzac)
trente ans de vies privée et trois ans de publique (Péguy)

La coordination au sens large

Les adverbes coordinatifs


Le rôle de avec dans la coordination


La valeur coordinative du gérondif

Voir la page connexe Le participe présent adverbial.

La valeur coordinative de la relativation phrastique


La valeur coordinative de la comparaison

Voir comme, ainsi que, aussi bien que, autant que.

Pronoms, numéraux et prépositions exprimant l'opposition

celui-ci / celui-là
l'un l'autre
le premier / le second
en sus de
en plus de
en outre de
quoique (par exemple dans l'ultime quoique paradoxal rempart)

La coordination et les pronoms personnels



La coordination sublexicale avec effacement

petits et arrière-petits enfants
agora- et claustrophobique
bi- tri- et quadricyclique
hétéro- ou homosexuels
inter- et intraatomiques
micro- et macrocéphalie
physio- et psychologique
sur- et sous-alimentation

Modernisme critiqué, courant dans la langue journalistique.

Aventureusement, Semprun recycle un phénomène de l'espagnol, sa langue maternelle : d'abord visible- et ensuite audiblement.

La coordination différée

Caprice littéraire. À ne pas imiter dans les devoirs de français.

Chantal y alla, et Yasmina
dans ces points de rencontre...les légendes fourmillent et la sorcellerie (Barrès)
l'automne arrive et les premières pluies
la bonté de Dieu y suffira et le sang de cette fille innocente (Claudel)
la logique le veut et la nécessité (Bainville)
la pluie venait les interrompre ou une connaissance qui passait (Flaubert)
les enterrements ne m'inquiètent pas, ni les tombes (Sartre)
les profondeurs varient, et les filets et les proies (Malraux)
les vertiges vont cesser et cette envie de dormir (Duras)
que les soirées me semblaient longues et les dimanches (Beauvoir)
une fatigue l'envahissait et une impuissance de se tromper et de le tromper plus longtemps (Maupassant)

Un type d'effacement agrammatical

L'effacement du pronom personnel conjoint est agrammatical si la phrase sous-jacente contient deux formes identiques représentant deux cas différents :

ces dames nous ont reçus et donné toutes les clartés possibles sur leurs activités (Duhamel)
ces quelques lignes d'un inconnu m'ont à la fois agréablement surpris et donné honte de ma feintise (Gide)
elle le trouva dans sa cuisine où il s'était introduit et accomodé un vinaigrette (Flaubert)
il m'a vu et porté secours
je ne me suis ni asphyxié, ni brûlé la cervelle (Balzac)
je te remercie et serre la main
je vous ai toujours respecté et porté une vive affection
les livres qui m'ont le plus touché ou plu (Léautaud)
Leverdet, qui s'est éveillé, frotté les yeux et levé (Dumas fils)
nous nous sommes roulés dans les champs, arraché les cheveux (Vallès)
personne ne m'avait regardé ou marché sur les pieds (Gautier)
un ruisseau où se lavaient le linge et les habitants (Frossard)

Le téléscopage de deux prépositions régies est une faute analogue à la non-répétition illégitime du pronom personnel conjoint : entrer et sortir de se dit couramment mais pas correctement.

La coordination de deux syntagmes identiques au degré près

c'est impossible, ou presque
il pleuvait, ou presque
il est tard et peut-être trop
une belle et même très belle femme

Le rôle de la coordination dans la place des épithètes


Coordination sans frontières

Les contours de la coordination sont imprécis. Au-delà de la coordination formelle, c'est-à-dire par conjonctions de coordination, la grammaire offre d'innombrables dispositifs de coordination au sens large. On n'a qu'à penser aux suivants :

il séduit autant qu'il agace
flatter en plus d'intriguer
l'ultime quoique paradoxal argument
pour partie...,pour partie...
sinon des,,,du moins des...
d'une part...d'autre part

Et - détails

Et - spectre sémantique

La conjonction et peut exprimer un grand nombre de rapports spatiaux, temporels, logiques et psychologiques, tels que l'association, le choix, le contraste, l'énumération, l'effet, la finalité, l'inférence, le mélange, l'opposition, le rapprochement. la séparation, la séquentialité, la simultanéité, la surprise, la symétrie, On pourrait prolonger cette liste indéfiniment.

Dans les exemples qui suivent, l'interprétation de la valeur affective du petit mot et demanderait un effort verbal considérable.

et ce café, ça vient ?
et comment
et dire que
et le pourboire ?
et moi qui croyais
et si le conclave élisait un pape chinois ?
et si on allait au cinéma ?
et tu en es fier ?
et vous osez revenir ?
il suffit d'ajouter de l'eau et c'est prêt
nous t'hébergeons et tu nous voles

Et - phénomènes divers

Et...et,,, - conjonction binaire

Et...et... est une conjonction coordinative binaire.

il est estimé et de ses partenaires et de ses adversaires
nous avons vu tous les empires s'effondrer, et les plus solides. et les plus habiles à croître et les plus justifiés à durer (Giraudoux)

Et dans la comparaison proportionnelle

Voir la page connexe La comparaison proportionnelle. (Plus je bois et plus j'ai soif)

Et dans le système conditionnel


Et avec l'infinitif de narration


Et dans le redoublement itératif ou duratif

il a ri et ri
il a pleuré et pleuré
il a lu et relu la lettre
il plaide et plaide encore

Et dans la surenchère

il va payer et payer cher
du vin et du meilleur
je veux devenir grammairien et le plus grand

Et dans la coordination finale

va et fais un tour à la cuisine
va et dis

Et dans la gradation

il y a mensonge et mensonge
il y a expert et expert

Et dans l'énumération et le comptage appuyés

et d'un...et de deux...et de trois
et d'un il est paresseux, et de deux il est menteur

Le rôle de et dans la rhématisation


La coordination des numéraux ordinaux


La coordination des impératifs dans la langue littéraire


apportez-moi mes pantoufles et me donnez mon bonnet de nuit (Molière)

L'extraction des constituants du syntagme de coordination

Les pôles du syntagme de coordination ne peuvent être extraits ni par l'interrogation (*à quoi Pierre joue-t-il et aux échecs ?, *de quel auteur cet éditeur publie-t-il ses propres œuvres et les œuvres ?), ni par la relativation (*l'acteur qui et Jeanne Moreau jouent le couple monstrueux dans « Les liaisons dangereuses » de Vadim).

Et appuyé par à la fois, adverbe polymorphe

À la fois se défait de son sens temporel dans cette contruction.

j'aime à la fois la viande et le poisson
ils sont venus à la fois pour manger et pour boire
elle est à la lois belle et inteligente

Et - locutions

et ainsi de suite
et alors ?
et après ?
et comment
et encore
et ensuite ?
et hop
et moi?
et pourquoi pas ?
et puis ?
et quoi encore
et ta sœur
et voilà

Et - lexique

Et est synonyme de plus dans l'opération d'addition du quotidien : deux et trois font cinq.

Et est le surnom de l'opération logique d'intersection ou de produit.

Et est le nom du symbole de cette opération logique.

Ou - détails

Ou - quelques points de son spectre sémantique

L'étude approfondie des sens de ou déborderait le cadre de notre travail. Nous nous bornons ici à présenter les facettes sémantiques les plus importantes de ou.

Ou - doute, hésitation

ce soir ou demain
des écrivains de second ou de troisième ordre
elle riait, par moquerie de mon ignorance ou plaisir de mon compliment (Proust)
en juillet ou en août
il viendra samedi ou dimanche

Ou - équivalence, synonymie

Valeur proche de autrement dit ou de c'est-à-dire.

la girolle ou chanterelle
la libellule ou demoiselle
le patronyme ou nom de famille
les crotales ou serpents à sonnettes


c'est bonnet blanc ou blanc bonnet
chou vert ou vert chou

Ou - alternance

Valeur proche de tantôt...tantôt..., parfois...parfois..., soit...soit...

à partir de ce jour, elle fut capricieuse, prenant ou ne prenant pas les remèdes, selon son humeur du moment (Zola)
de temps en temps cependant on mène les jeunes filles au théâtre, à l'Opéra-comique ou au Français (Maupassant)
il passe ses loisirs à lire ou à dormir
il s'asseyait sur un banc et regardait les enfants jouer ou bien les cygnes glisser sur l'eau (Flaubert)
puis il repassait ses cahiers d'histoire, ou bien lisait un vieux volume d'Anacharsis qui traînait dans l'étude (Flaubert)
quand j'étais seul dans une ville, je passais mes jours dans les musées, ou bien je lisais dans ma chambre des livres sur Venise, sur Rome (Maurois)

Ou - approximation

à cinq ou six km d'ici
dans cinq ou six jours
dans quatorze ou quinze ans
il vit cinq ou six arbres le long d'un petit fossé (Stendhal)
il y avait trois ou quatre cents personnes dans la salee
ils étaient dix ou douze
ils n'étaient guère plus de sept ou huit
ils vont rester deux ou trois jours


Ou - alternatives, dilemme, indifférence


Ou - ou et et interchangeables

Ou et et (ou ou et) sont interchangeables dans certains contextes.

c'étaient des hommes qui avaient des idées précises et bien classées sur tout ce qui concerne la banque, ou l'exportation, ou les agrumes, ou encore le commerce des vins (Camus)
du reste, chez les campagnards ou chez les gens du peuple, les petits drames profonds et intimes se jouent sans paroles (Maupassant)

Ou - la répétition de ou

Seulement avant le dernier terme

blond, brun ou roux
je peux vous proposer du gin, du cognac ou encore de la vodka

C'est la méthode usuelle.

Devant chaque terme sauf le premier

aujourd'hui, ou demain, ou après-demain
Il me tend la carte: j'ai droit à un hors-d'œuvre au choix: cinq rondelles de saucisson ou des radis ou des crevettes grises ou un ravier de céleri rémoulade. (Sartre)

Cette méthode s'emploie surtout dans la langue écrite.

Devant chaque terme

ou tu travailleras, ou tu te passeras de pain (Giraudoux)

La conjonction binaire ou...ou... correspond à l'opération logique « ou exclusif ». Voir plus bas l'examen des types de disjonction.

Ou - formes élargies en vrac

ou alors
ou autrement
ou bien
ou encore
ou même
ou plus exactement
ou plutôt
ou pour mieux dire
ou si vous préférez
ou simplement
ou sinon

apportez-moi une bière, ou plutôt non, un café
donnons-nous rendez-vous à la Sorbonne, ou plutôt non, au Panthéon
il nous faut 3 pièces, ou plutôt 4
je me contenterais d'un petit appartement ou même d'une chambre
je peux vous proposer du gin, du cognac ou encore de la vodka
tu peux venir me prendre chez moi, ou alors on s'attend devant le cinéma
tu pourrais lui offrir un collier, ou bien une montre

Ou - les types de disjonction

Ou - jugement disjonctif

Jugement disjonctif - ou...ou... (binaire)

On a aussi ou bien...ou bien... et, plus rarement, ou...ou bien..., mais *ou bien...ou... ne se dit pas.

de deux choses l'une, ou il est étourdi ou il est bête
il faut ou se commettre ou se démettre
les hommes et les femmes, ou bien se dévorent rapidement dans ce qu'on appelle l'acte d'amour, ou bien s'engagent dans une longue habitude à deux (Camus, sujet partagé, littéraire)
ou bien je lui tiens tête, ou bien je reste coi
ou bien tu m'attends, ou bien alors tu pars à pied
ou bien vous éteignez votre cigarette, ou bien vous sortez
ou c'est un brave homme, et il se laisserait rouler, ou c'est une canaille, et il nous roulerait de mèche avec les autres (Pourrat)
ou c'est vrai, ou c'est faux
ou ces livres sont conformes au Coran, ou ils lui sont contraires
ou il est malade ou il est fou
ou il est très timide, ou il est très impoli
ou il y aura, ou il n'y aura pas restauration (Chateaubriand)
ou je me trompe étrangement, ou nous ressemblons à cet homme (Musset)
ou je me trompe fort, ou je ne m'y connais pas
ou la maladie vous tuera, ou ce sera le médecin (Beaumarchais)
ou tu obéis ou il t'en cuira
ou vous obéirez, ou vous serez puni
tu ou restes ou pars (sujet partagé, strictement littéraire)

Jugement disjonctif - ou (unitaire)

aucun de nous ne peut se sauver seul; il faut que nous nous perdions ensemble ou que nous nous tirions d'affaire ensemble (Sartre)
c'est à prendre ou à laisser
c'est l'un ou l'autre
c'est le moment ou jamais
c'est une question de vie ou de mort
en France, tout écrivain est un dieu ou un âne : il n'y a pas de milieu
il fallait marcher ou renoncer à mon emploi
il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée (Musset)
il faut vaincre ou mourir
la bourse ou la vie
la culpabilité de Dreyfus, ou bien l'infamie de l'état-major
la guerre ou la paix
la liberté ou la mort
lui ou moi
mort ou vif
pair ou impair
pile ou face
pour ou contre
quitte ou double
tout ou rien
tu obéis ou il t'en cuira

Ou - interrogation disjonctive


Alternatives spécifiées

est-ce qu'elle veut se lever ou préfère-t-elle attendre demain ?
est-ce qu'il doit venir aujourd'hui ou demain ?
désirez-vous boire de la bière ou bien du vin?
tu entres ou tu sors ?
le tuerai-je ou le laisserai-je vivre ? (Tharaud)
il lui fut impossible de savoir s'il pleurait, s'il boudait ou s'il était endormi
qui la soignera ? est-ce vous ou moi ?

Alternatives opposées

est-ce que tu viens ou pas ?
viendra-t-il ou ne viendra-t-il pas ?
viendra-t-il ou non ?

Pronom interrogatif avec ou...ou...

lequel vaut mieux, ou posséder, ou espérer ?
je demande qui a le plus de religion, ou le calomniateur qui persécute, ou le calomnié qui pardonne (Voltaire)
je ne sais pas ce qu'il faut le plus admirer dans ce conseil, ou de son astuce ou de son ingénuité (France)

Pronom interrogatif avec de... ou...de...

lequel des deux fut le plus intrépide, de César ou d'Alexandre ?
lequel, de toi ou de lui, a menti?
du souci matériel certain ou de la froideur morale possible, lequel choisir
bien malin celui qui saurait, d'elle ou de vous, qui est le menteur (Bernanos)
on lui demanda juridiquement ce qu'il aimait le mieux d'être fustigé trente-six fois par tout le régiment, ou de recevoir à la fois douze balles de plomb dans la cervelle (Voltaire)
on verra qui a la voix plus haute et mieux pendue, d'elle ou de moi (Sand)

Pronom interrogatif avec ou de...ou de...

je ne sais ce qu'il faut le plus admirer dans ce conseil, ou de son astuce ou de son ingénuité (France)

Ou - concession disjonctive


Alternatives spécifiées - que...ou que...

qu'il ait tort ou qu'il ait raison, il faut l'excuser

Alternatives spécifiées - que...ou...

peu importe que ce soit lui ou moi
que l'on soit favorable ou défavorable à une intervention militaire
que vous alliez chez cet épicier ou chez l'autre, c'est le même prix
qu'elle fût bien ou mal coiffée, que mon cœur fût triste ou joyeux
qu'un enfant soit gai ou triste, silencieux ou bruyant, qu'il montre ou ne montre pas des aptitudes au travail, nul augure à en tirer (Chateaubriand)
que tu viennes du ciel ou de l'enfer, qu'importe (Baudelaire)
toutes les autres femmes, qu'elles aient vingt ou cinquante ans, ont pour lui le même âge (Goncourt)

Alternatives spécifiées - infinitifs

vivre ou mourir était indifférent
il lui était parfaitement égal d'être ici ou là

Alternatives opposées - que...ou non

que vous le vouliez ou non
que ça vous plaise ou non
qu'il ait tort ou non

Alternatives spécifiées et opposées - avec réduction

à tort ou à raison
avec ou sans votre permission
beau ou laid, jeune ou vieux
d'une manière ou d'une autre
de jour ou de nuit
de près ou de loin
en bien ou en mal
fatigué ou pas, il faut bien rentrer à la maison
ici ou ailleurs
jolie ou non, elle plaît
l'un ou l'autre
ou inversement
ou réciproquement
ou vice versa
par force ou par ruse
par gré ou par force
tel ou tel autre
tôt ou tard
totalement ou en partie
un jour ou l'autre
un kilo de plus ou de moins, cela ne se sent pas

Ou - injonction disjonctive

Synonymes de ou : sinon, autrement, sans cela.

On emploie aussi ou bien.

donne-moi ça ou je me fâche
entrez dans cette chambre, ou vous êtes perdu (Musset)
haut les mains ou je tire
il faut qu'il travaille ou bien il échouera à son examen
lâche-moi, lui dit-elle, ou je te crache au visage (Hugo)
montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point
obéis ou tu seras puni
quand ces papiers seront en cendres, écrasez-les en une poussière invisible ou sinon vous êtes perdu (Maupassant)
sortez, ou je fais un malheur
pas un mot ou je t'écrabouille
taisez-vous ou vous serez puni


Ou - dans la conjonction binaire soit...ou...


Ou - questions d'accord

Lorsque les sujets joints par ou sont de la même personne

Le verbe se met au singulier ou au pluriel selon que l'idée d'exclusion (de disjonction) ou l'idée d'inclusion l'emporte. « L'un ou l'autre se dit ou se disent » selon le sens.

Exclusion

la douceur ou la violence en viendra à bout
le père ou la mère aura la garde de l'enfant

Avec tel ou tel, le verbe reste au singulier.

Inclusion

Beethoven ou Mozart furent souvent mes discrets confidents (Balzac)
la peur ou la misère ont fait commettre bien des crimes
le père ou la mère doit signer le carnet scolaire

Lorsque les sujets joints par ou ne sont pas de la même personne ou que l'un des deux est un pronom personnel

Le verbe s'accorde en genre, en nombre et en personne avec le sujet qui a la priorité : masculin prime féminin ; pluriel prime singulier ; première personne prime deuxième et troisième personnes ; deuxième personne prime troisième personne.

Ou - phénomènes divers

Ou - locutions

à tort ou à raison
d'une manière ou d'une autre
l'un ou l'autre
peu ou prou
plus ou moins
tel ou tel autre
tôt ou tard
un jour ou l'autre

Ou - ou quoi ?

tu te moques de moi ou quoi ?


Ou - et/ou

Et/ou : l'un ou l'autre ou les deux en même temps.

Ou - lexique

Les substantifs ou inclusif et ou exclusif désignent deux opérateurs logiques, ainsi que les deux symboles leur correspondant.

Ou - emplois métalinguistiques

Le locuteur compense son ignorance du genre ou du nombre applicable selon l'occurrence.

le ou les auteurs
sa ou ses amies
le ou la ministre
le ou les personnes concernées

Mais - détails

Mais - spectre grammatical

Mais - conjonction intrapropositionnelle

Mais est une conjonction intrapropositionnelle polymorphe : elle coordonne des noms, des adjectifs, des adverbes, des verbes et même des prépositions.

ce n'est pas bleu mais mauve
il croit, mais ne saurait jurer que
il n'arrive pas lundi mais mardi
il dit qu'il avait bien cherché mais qu'il n'a rien trouvé
il est acteur mais aussi écrivain
il est intelligent mais paresseux
il est malhonnête, mais en plus il s'en vante
il est pauvre, mais d'une bonne famille
il voulait que Pierre soit élu mais pas être élu lui-même
incroyable mais vrai
je ne mange pas de viande mais du poisson
une femme qui connaissait la vie, mais pas la mort (Malraux)

Mais - coordination des subordonnées régies


La règle de la coordination des subordonnées régies veut que la nominalisation par que précède la coordination par une conjonction coordinative. Comparons les propositions

il dit qu'il avait bien cherché mais qu'il n'a rien trouvé

et

*il dit qu'il avait bien cherché, mais il n'a rien trouvé

En faisant abstraction du fait que l'une des deux propositions est agrammaticale, on pourrait constater qu'elles sont synonymes. La différence formelle entre les deux versions est que la nominalisation par que précède la coordination par mais dans la première et la suit dans la seconde. Seule la première version est grammaticale. En termes un peu opaques, la conjonction coordinative bloque le rayonnement de la conjonction subordinative.

Mais - conjonction interpropositionnelle

Mais fonctionne comme conjonction interprépositionnelle dans presque tous les exemples du spectre sémantique, que nous allons aborder tout à l'heure.

Mais - signal de transition

Souvent mais ne coordonne pas deux propositions, mais introduit une proposition indépendante : mais j'y pense, vous n'avez pas déjeuné. On dit que mais exprime une transition ou une surprise. On pourrait aussi dire que souvent mais coordonne une pensée exprimée avec une pensée non exprimée. En toute rigueur, mais appartient à une catégorie d'introducteurs qui modifient la portée logique ou psychologique de la proposition qui les suit. Autres membres de cette catégorie : donc, eh bien. Les conjonctions et et ou présentent également ce comportement de « coordination virtuelle », ou de « coordination à un seul terme », mais c'est la conjonction mais qui s'en fait une spécialité.

Mais - conjonction binaire

pas...mais...
non pas...mais...
non seulement...mais encore...
non seulement...mais en outre...

La conjonction binaire pas...mais présente souvent une malformation logique, qui a gagné ses lettres de noblesse. La proposition je ne suis pas venu apporter la paix mais le glaive est illogique puisqu'elle comporte la coordination de deux niveaux d'enchâssement inégaux. Correction profane: je suis venu apporter non pas la paix mais le glaive

Mais - adverbe

il n'en pouvait mais

Mais, qui vient du latin « magis », était autrefois synonyme de plus. Ce sens de mais ne subsiste que dans n'y pouvoir mais et dans jamais.

Mais - nom

je ne veux pas de mais
il n'y a pas de mais qui tienne
il y a un mais
il va y avoir des si et des mais

Mais - spectre sémantique

Mais - opposition. restriction, correction, addition, précision

ce n'est pas bleu mais mauve
elle n'arrive pas lundi mais mardi
il est acteur mais aussi écrivain
il est intelligent mais paresseux
il est malhonnête, mais en plus il s'en vante
il est pauvre, mais d'une bonne famille
il est peut-être le patron mais tu as quand même des droits
incroyable mais vrai
mais il avait pourtant dit qu'il viendrait
non seulement il boit mais encore il bat sa femme

Mais - renforcement, soulignement, surenchère

mais bien sûr
mais c'est vrai, je t'assure
mais je serais ravi de vous voir
mais je te jure que c'est vrai
mais ne t'inquiète donc pas
mais ne te fais pas de soucis
mais oui
mais pas du tout
mais si, je veux bien
mais voyons, c'est tout naturel

Un cas particulier - avec redoublement

il est bête, mais bête
il faisait chaud, mais chaud
il m'est venu une sueur, mais une sueur
il'a trompé, mais trompé de manière indigne
je n'ai rien compris, mais vraiment rien
je n'ai rien mangé hier, mais vraiment rien

Mais - transition, surprise

mais alors qu'est-ce qui est arrivé ?
mais alors, vous m'avez menti
mais assez là-dessus
mais dis-moi, tu le connais aussi ?
mais dites-moi, c'est intéressant tout ça
mais enfin, comment la chose s'est-elle passée ?
mais enfin, tant pis
mais j'y pense, vous n'avez pas déjeuné
mais je m'égare
mais je te croyais parti à l'étranger
mais n'anticipons pas
mais où avez-vous pris une chose pareille ?
mais qu'arriva-t-il ?
mais qu'est-ce qui t'a pris ?
mais vous pleurez

Mais - protestation, indignation, impatience

ah mais il verra de quel bois je me chauffe
mais enfin, tu vas te taire ?
mais où est-il passé ?
mais qu'est-ce qui se passe ici ?
non mais des fois tu me prends pour un imbécile ?
non mais des fois pour qui se prend-il ?
non mais il commence à m'énerver celui-là
non mais quel culot

Donc - détails

Donc - spectre grammatical

Donc est un mot multifonctionnel.

Adverbe coordinatif circonstanciel (conséquence, inférence)

j'ai raté le train, donc je n'ai pas pus venir (conséquence)
je pense, donc je suis (inférence)

L'adverbe coordinatif s'appelle aussi conjonction interpropositionnelle.

Adverbe métadiscursif de renouement

pour revenir donc à notre raisonnement

Conjonction intrapropositionnelle

c'est un ambitieux, donc un insatisfait (position prédicative)

L'article indéfini se répète. Autrement dit, le syntagme article précède le syntagme coordination. On pourrait avancer l'hypothèse que la forme sous-jacente de la proposition est c'est un ambitieux, donc il est un insatisfait, avec la copule répétée.

ton ami Pierre, ambitieux, donc insatisfait (position épithétique)

Il n'y a ni copule, ni article indéfini. Aucune hypothèse de transformation n'est possible. Donc est donc une pure conjonction intrapropositionnelle.

Particule légère de renforcement ou d'atténuation

Donc s'attache à l'impératif

ne dis donc pas de bêtises

Donc s'attache à une interrogation

qu'est-ce donc que ce bruit ?
qui donc ?


Donc s'attache à divers éléments

fi donc
eh bien donc

Nom invariable

des car et des donc

Donc - spectre sémantique

Pour exprimer la conséquence de ce qui vient d'être dit

c'est un ambitieux, donc un insatisfait
il avait une réunion, il n'a donc pas pu venir
il faut donc
inutile donc de
j'ai raté le train, donc je n'ai pas pu venir
j'ai refusé; donc, inutile d'insister
je n'étais pas d'accord, donc j'ai refusé
je suis donc dans l'obligation de
vous voyez donc que

Pour marquer une inférence

il était là tout à l'heure : il ne peut donc être bien loin
je pense, donc je suis
si ce n'est pas toi, c'est donc ton frère
vous mettez du rouge : c'est donc que vous cherchez à plaire

Pour reprendre le fil après une digression ou une interruption

donc, pour en revenir au sujet qui nous intéresse
j'en suis donc à te dire
je disais donc que
nous disions donc ?
pour revenir donc à notre raisonnement

Pour exprimer la surprise

Donc exprime la surprise causée par ce qui précède ou par ce qu'on constate.

ainsi donc ai-je bien compris ?
c'était donc un espion ?
c'est donc là que tu habites
c'est donc pour ça qu'il n'est pas venu
il voulait donc venir ici ?
que vous êtes donc fraîche et jolie ce matin
voilà donc ce dont il s'agissait
voilà donc la vérité
vous habitiez donc là ?

Pour renforcer ou atténuer une injonction

allons donc (ironique, pour exprimer le doute, l'incrédulité)
asseyez-vous donc
cesse donc de te plaindre
demande-lui donc
dis donc (pour attirer l'attention)
écoute-moi donc
enlève donc cette casquette ridicule
entrez donc
laissez-moi donc tranquille
ne dis donc pas de bêtises
pensez donc (avec une nuance d'étonnement ou d'admiration)
racontez-moi donc ce qui s'est passé
regardez donc comme c'est joli
songez donc (avec une nuance d'étonnement ou d'admiration)
tais-toi donc
tiens donc
va donc (formule d'encouragement ou d'approbation)
va donc pour (pour accepter ce qui vient d'être dit)
venez donc par ici
viens donc dîner un de ces soirs à la maison

Pour renforcer une interrogation

comment donc ?
les enfants, où sont-ils donc ?
mais où est-il donc passé ?
qu'a-t-il donc ?
qu'est-ce donc que ce bruit ?
quoi donc ?
qui donc ?


Pour renforcer divers éléments

à demain donc
adieu donc
ainsi donc
bonjour donc
doucement donc, maladroit
eh bien donc
fi donc
hardi donc
hue donc, bourrique
sans donc avoir besoin de
si donc

La place de donc

La place de donc varie selon la fonction grammaticale et la fonction sémantique. Le mot donc est placé

tantôt en tête de proposition

tantôt dans une position d'adverbe léger

tantôt dans une position d'adverbe lourd

tantôt après l'élelment qu'il renforce ou atténue

Or - détails

L'étymon de or est l'ablatif « hora ». Sa valeur originelle était à cette heure, maintenant. Ce sens subsiste dans dorénavant, d'ores et déjà et désormais. Sont sortis de l'usage d'ores à, ores que.

Or - spectre grammatical

Le spectre grammatical de or est relativement simple.

Or est un adverbe coordinatif (une conjonction coordinative interpropositionnelle).

La place de or est toujours en tête de proposotion.

Dans la langue parlée, il arrive que le premier terme de la coordination par or soit sous-entendu, contextuel. Dans ce cas, on peut considérer or comme une particule inclassable à effet psychologique, analogue à mais, à donc ou encore à eh bien. Exemple : or ça, jeune homme, où vous croyez-vous ?

Or est souvent métadiscursif : or, pour revenir à ce que nous disions.

Or a une forte nature adverbiale, reflétant son étymologie. L'emploi de or comme conjonction coordinative intrapropositionnelle est impossible. À cet égard, or ne présente pas la souplesse de donc. (Ce dernier est principalement un adverbe coordinatif, mais il sert aussi de conjonction coordinative intrapropositionnelle.) On peut dire un chef sévère, donc impopulaire et on peut dire il est sévère ; or il est juste et populaire, mais on ne peut pas dire *un chef sévère, or juste et populaire.

Or - spectre sémantique

Pour reprendre le fil ou pour récapituler

or, pour revenir à ce que nous disions
or donc, c'était la nuit et nous étions perdus

Pour marquer un point dans la succession des faits

or, un dimanche elle aperçut tout à coup une femme qui promenait son enfant (Maupassant)

Pour indiquer une opposition (quasi-synonyme de mais)

il dit avoir passé la soirée au cinéma, or personne ne peut le confirmer
nous l'attendions, or il n'est pas venu
tu m'as dit que tu serais à la bibliothèque, or tu n'y étais pas

Pour indiquer une coïncidence

il m'a téléphoné hier, or j'avais pensé à lui le matin même
les musées sont fermés le mardi, or c'était justement un mardi
il a commencé à me parler du livre, or je l'avais lu une semaine plus tôt

Dans un syllogisme, avec donc

tous les hommes sont mortels, or je suis un homme, donc je suis mortel
tous les chats ont quatre pattes, or mon chien a quatre pattes, donc mon chien est un chat
Épiménide dit que les Crétois sont menteurs, or Épiménide est Cretois, donc Epiménide est menteur

Soit...soit... - coordination disjonctive polymorphe

Coordination disjonctive - introduction

Exemples liminaires

soit Pierre soit Paul
soit qu'il n'entende pas, soit qu'il ne veuille pas entendre

Renvois


Polymorphie

La famille des conjonctions coordinatives du type soit...soit... se caractérise par une grande souplesse. Elle peut relier des noms, des adjectifs, des adverbes, des subordonnées régies, des subordonnées libres et des principiales.

Force de disjonctivité

La disjonctivité de soit...soit... est normalement forte, mais son emploi avec une faible disjonctivité est possible dans certains cas. Autrement dit, le sens majoritaire de soit...soit... est ou bien...ou bien... et son sens minoritaire est tantôt...tantôt....

Dans

J'aime le son du cor...Soit qu'il chante les pleurs de la biche aux abois, Ou l'adieu du chasseur (Vigny)

la disjonctivité est faible.

Types

La coordination disjonctive a trois types :

non propositionnelle
propositionnelle
mixte

Coordination disjonctive non propositionnelle

Deux constructions équivalentes

Il y a deux constructions équivalentes : soit...soit... et soit...ou....

c'est soit l'un, soit l'autre, mais pas les deux
il a fait cela soit par maladresse, soit par méchanceté
soit avant soit après
soit directement, soit indirectement
soit du fromage, soit un gâteau, soit des fruits
soit explicitement, soit implicitement
soit inconscient, soit conscient
soit l'un soit l'autre

Comportement de sortie

Le syntagme résultant de la coordination hérite de toutes les fonctions que peuvent remplir ses constituants. Par exemple, la sortie de la coordination de deux noms ou de deux adjectifs peut servir de complément prédicatif :

il est soit grammairien soit apothicaire
après cette marée, le village sera soit épargné soit englouti

Causalité sous-entendue

Les conjonctions soit...soit... et soit...ou... prennent la causalité à leur compte. Les prépositions causales (par, à cause de) peuvent être omises devant les noms désignant une cause, si ces noms sont coordonnés par soit...soit... :

soit par timidité soit par mépris, il ne lui adressait pas la parole
soit timidité, soit mépris, il ne lui adressait pas la parole

la concierge, toujours les yeux rouges, soit chagrin, soit neurasthénie, soit migraine, soit rhume, ne vous répondait jamais (Proust)
plusieurs, soit paresse ou prudence, étaient restés au seuil du défilé (Flaubert)
soit distraction, soit parti pris
soit économie, soit misère, les gens de la campagne se nourrissent mal (Balzac)
soit faiblesse, soit bonté
soit indifférence, soit crainte superstitieuse, elle ne parlait jamais de religion (A.Daudet)
soit instinct, soit calcul, elle lui donna la clé
soit l'altitude ou les variations de la température, l'aiguille semblait affolée (A. Daudet)
soit méfiance de ses jambes flageolantes, soit qu'il trouvât l'exercice incorrect pour un homme aussi important, il hésitait (A. Daudet)
soit raison, soit caprice (Racine)
soit terreur, soit courage, Cosette n'avait pas soufflé (Hugo)

Coordination disjonctive propositionnelle

Constructions

soit que...soit que...

soit que...ou soit que...

soit que...ou que...

soit que...ou...

Types majeurs de proposition

proposition indépendante ou principale

subordonnée régie

subordonnée libre

Circonstances

La question de la circonstance ne se pose que pour la proposition indépendante et pour la subordonnée libre.

La conjonction soit que...soit que... et ses variantes prennent la circonstance à leur compte. La circonstance de base de soit que...soit que... est la causalité, mais cette conjonction peut aussi exprimer la manière et le but.

La circonstance est parfois vague, délavée. La coordination d'une série de subordonnées revêt parfois un caractère de simple énumération.

Modes

Le subjonctif est préférable, mais l'indicatif s'emploie dans tous les registres.

Remarque


Coordination disjonctive mixte

Il est possible de coordonner un nom et une proposition au moyen de soit...ou....

soit qu'il eût saisi quelques mots du débat, ou par une de ces curieuses divinations (A. Daudet)

Exemples - soit...soit...

Coordination disjonctive des subordonnées libres

il baptisa son enfant adoptif, et le nomma Quasimodo, soit qu'il voulût marquer par là le jour où il l'avait trouvé, soit qu'il voulût caractériser par ce nom à quel point la pauvre petite créature était incomplète et à peine ébauchée (Hugo)
il le savait, soit qu'il l'avait lu dans les journaux, soit qu'on le lui avait dit
l'année 1993 pourrait donc être le terme de la présidence Mitterrand, soit que le peuple, s'il était consulté, le désavoue, soit que le peuple approuve la réduction de la durée du mandat
la lumière disparut, soit qu'elle fût cachée par une haie, soit que les paysans eussent fermé leurs volets (Alain-Fournier)
le chat revient à la maison, soit qu'il ait faim, soit qu'il ait envie de dormir tranquille
les quelques liaisons ébauchées tournaient court, soit que mon esprit soupçonneux interprétât mal la plus innocente demande, soit que je me rendisse odieux par ces manies (Mauriac)
mais, soit qu'il n'eût pas remarqué cette manœuvre ou qu'il n'eût osé s'y soumettre, la prière était finie que le nouveau tenait encore sa casquette sur ses deux genoux (Flaubert)
soit qu'elle l'aime, soit qu'elle le déteste, son comportement est étrange
soit qu'elles aillent aux champs ou qu'elles en reviennent
soit qu'elles possédassent ces qualités, ou qu'elles feignissent de les avoir
soit qu'il ait été distrait, soit qu'il ait eu un malaise, il a perdu le contrôle de son véhicule
soit qu'il dormît ou soit qu'il fît semblant
soit qu'il est malade, soit qu'il est absent, il n'a pas répondu à ma lettre
soit qu'il eût deviné sa pensée, soit pour lui dire un dernier adieu, il prit l'anneau et le porta à ses lèvres (Mérimée)
soit qu'il n'entende pas, soit qu'il ne veuille pas entendre
soit qu'il ne comprît pas, soit qu'il ne voulût pas comprendre
soit qu'il soit fatigué, soit qu'il en ait assez
soit qu'ils aient été ministres ou premiers commis
soit que l'expression de ce regard lui eût échappé, soit qu'il n'y trouvât pas une excuse à la désobéissance, l'agent demanda d'une voix brève et rude si c'était compris (France)

Coordination disjonctive des subordonnées régies

cela montrera soit que...soit que...
elle suggère soit que vous veniez chez nous, soit qu'on aille au restaurant
il faudra soit que la tempête arrête, soit que la pluie tombe ailleurs

Coordination disjonctive des subordonnées relatives

une idée soit qui vient d'être exprimée, soit qui attend de l'être

La coordination suit la relativation. L'ordre inverse est agrammatical : *une idée qui soit vient d'être exprimée, soit attend de l'être.

Coordination disjonctive des principales

Avec le nominalisateur que

soit qu'il soit fidèle, soit qu'il ne le soit pas
soit qu'il le fasse ou qu'il ne le fasse pas

Sans le nominalisateur que

?soit tu me parles maintenant, soit tu te tais à jamais
?soit on l'aimait, soit on le détestait
?soit vous partez tout de suite, soit vous restez jousqu'à la fin

RETOUR EN HAUT DE PAGE