PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      

RECHERCHE PAR MOTS-CLÉS      RECHERCHE PAR MOTS DISPERSÉS      RECHERCHE PAR MOTS CONSÉCUTIFS


TITRE
La négation verbale - la montée de la négation (396)

ASCENDANCE
Manuel de la grammaire française (0)
Les syntagmes polymorphes (352)
La négation (376)
La négation verbale (378)
La négation verbale - négation et subordination (395)

PAGES SŒURS
La négation verbale - la montée de la négation (396)

il ne doit pas partir
il ne faut pas que tu répètes ces bêtises
il ne tient pas à se mettre mal avec ses cousins
je ne crois pas qu'il ait fait grand-chose
je ne pense pas qu'il viendra
je ne veux pas que tu restes là

Dans les exemples qui précèdent, la place formelle de la négation est la principale, mais sa vraie cible sémantique est la subordonnée fléchie ou infinitive. Certains verbes prennent donc à leur compte la négation qui porte logiquement sur le verbe de leur subordonnée. Cette montée de la négation est un trait lexical du verbe de la principale, et non pas du verbe de la subordonnée. Quelques verbes capables d'attirer la négation formelle vers la principale :

avoir envie
avoir l'air
conseiller
croire
devoir
falloir
paraître
penser
sembler
souhaiter
vouloir

Le conégateur peut être normal ou exhaustif. (On verra que dans le cas de la négation scindée le conégateur est toujours exhaustif.)

En théorie, la montée de la négation introduit une ambigüité, mais en pratique, cette ambigüité se résout toujours dans le contexte réel. Par exemple, la proposition je ne pense pas qu'il viendra a deux lectures théoriques, à savoir ce que je pense n'est pas qu'il viendra et je pense qu'il ne viendra pas, mais sa seule lecture pratique est la seconde. Dans la première lecture, la négation porte sur la phrase entière ; dans la seconde, sur la seule subordonnée. Le besoin de nier la totalité d'une phrase composée complexe peut très bien se présenter, mais dans tels cas on recourt normalement à la mise en relief.

La force de la montée de la négation varie selon les verbes. La montée de la négation est facultative avec certains verbes et pratiquement obligatoire avec d'autres. Par exemple, il doit ne pas partir est moins naturel que il ne doit pas partir, mais je pense qu'il ne viendra pas n'est pas beaucoup moins acceptable que je ne pense pas qu'il vienne. L'interprétation de je ne te conseille pas de rater ton train est instable.

La montée de la négation est un fait lexical contingent : je ne pense pas le revoir et je pense ne pas le revoir sont synonymes, je n'espère pas le revoir et j'espère ne pas le revoir ne le sont pas. Souhaiter admet parfois la montée de la négation, exiger ne l'admet jamais. Comparer je ne dois pas insister et vous ne devez pas oublier. Seule une minorité réduite de verbes cognitifs admettent la montée de la négation

(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)