La négation verbale - négation et subordination
HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      INDEX


TITRE
La négation verbale - négation et subordination (389)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
La négation verbale - négation et subordination (389)

SOMMAIRE




La négation verbale - la montée de la négation

il ne doit pas partir
il ne faut pas que tu répètes ces bêtises
il ne tient pas à se mettre mal avec ses cousins
je ne crois pas qu'il ait fait grand-chose
je ne pense pas qu'il viendra
je ne veux pas que tu restes là

Dans les exemples qui précèdent, la place formelle de la négation est la principale, mais sa vraie cible sémantique est la subordonnée fléchie ou infinitive. Certains verbes prennent donc à leur compte la négation qui porte logiquement sur le verbe de leur subordonnée. Cette montée de la négation est un trait lexical du verbe de la principale, et non pas du verbe de la subordonnée. Quelques verbes capables d'attirer la négation formelle vers la principale :

avoir envie
avoir l'air
conseiller (rare)
croire
espérer (rare)
devoir
falloir
paraître
penser
préférer (rare)
risquer (rare)
sembler
souhaiter
vouloir

Le conégateur peut être normal ou exhaustif. (On verra que dans le cas de la négation scindée le conégateur est toujours exhaustif.)

En théorie, la montée de la négation introduit une ambigüité, mais en pratique, cette ambigüité se résout toujours dans le contexte réel. Par exemple, la proposition je ne pense pas qu'il viendra a deux lectures théoriques, à savoir ce que je pense n'est pas qu'il viendra et je pense qu'il ne viendra pas, mais sa seule lecture pratique est la seconde. Dans la première lecture, la négation porte sur la phrase entière ; dans la seconde, sur la seule subordonnée. Le besoin de nier la totalité d'une phrase composée complexe peut très bien se présenter, mais dans tels cas on recourt normalement à la mise en relief.

La force de la montée de la négation varie selon les verbes. La montée de la négation est facultative avec certains verbes et pratiquement obligatoire avec d'autres. Par exemple, il doit ne pas partir est moins naturel que il ne doit pas partir, mais je pense qu'il ne viendra pas n'est pas beaucoup moins acceptable que je ne pense pas qu'il vienne. L'interprétation de je ne te conseille pas de rater ton train est instable.

La montée de la négation est un fait lexical contingent : je ne pense pas le revoir et je pense ne pas le revoir sont synonymes, je n'espère pas le revoir et j'espère ne pas le revoir ne le sont pas. Souhaiter admet parfois la montée de la négation, exiger ne l'admet jamais. Je ne dois pas insister et je dois ne pas insister ne sont pas synpnymes ; vous ne devez pas oublier et vous devez ne pas oublier le sont. Seule une faible minorité de verbes cognitifs admettent la montée de la négation

La montée de la négation avec risquer est très rare mais possible : on risque de ne pas arriver à temps pour la cérémonie      on ne risque pas d'arriver à temps pour la cérémonie.

La montée de la négation a d'autres types, plus complexes ceux-là, qui dépassent le cadre de notre discussion. Par exemple, en défaisant la montée de la négation dans nul n'est cesnsé ignerer la loi, nous obtenons chacun est censé ne pas ignorer la loi.

La négation verbale - la négation scindée

La négation scindée - première approximation

Exemples liminaires

Subordonnée infinitive

Pierre ne sait parler aucune langue étrangère

Subordonnée fléchie

je n'ai exigé qu'ils arrêtent personne

En première approximation, la définition de la négation scindée est simple : le négateur est situé dans la superordonnée et le conégateur exhaustif est situé dans la subordonnée. La négation enjambe la frontière de subordonnées.

Principes généraux des limitations

Les limitations de la négation scindée sont des tendances, plutôt que des règles absolues.

Plus le lien entre la principale et la subordonnée est étroit, plus la négation scindée est acceptable.

La négation scindée est plus naturelle avec les subordonnées infinitives qu'avec les subordonnées fléchies.

L'étroitesse du lien entre la principale et la subordonnée dépend du type de subordonnée (régie, libre, relative).

L'étroitesse du lien entre la principale et la subordonnée dépend du verbe de la principale.

Les cas les plus sûrs de la négation scindée sont ceux où le verbe de la principale et le verbe de la subordonnée peuvent être pensés comme étant deux pièces soudées d'un seul verbe insécable. Par exemple, Pierre ne sait-parler aucune langue étrangère est quasi-synonyme de Pierre ne connaît aucune langue étrangère.

Certaines limitations sont sémantiques ou lexicales.

Le type de subordonnée

Seules les subordonnées régies (verbes cognitifs, verbes support) et un nombre limité de subordonnées libres admettent la négation scindée. Les subordonnées relatives et la plupart des subordonnées libres repoussent la négation scindée.

Il est difficile d'obtenir l'interprétation il ne lit pas de journaux qui contiennent quelque BD que ce soit pour ??il ne lit de journaux qui contiennent aucune BD.

Le verbe de la principale

Certains verbes n'admettant pas la négation scindée. Les locuteurs sont divisés dans certains cas.

Les limitations ne sont pas les mêmes pour les subordonnées fléchies que pour les subordonnée infinitives. Le filtre des subordonnées fléchies est plus serré.

Subordonnée infinitive

??il n'a affirmé avoir vu personne
??il n'a certifié avoir vu personne
??il n'a dit avoir vu personne
??il n'a reconnu avoir rencontré personne
??il n'avoue avoir vu personne
??il ne demande à aucunement être plaint
??il ne veut qu'aucun désordre subsiste
??il ne veut que vous tolériez aucun désordre

Subordonnée fléchie

??il ne croit que Pierre ait vu personne
??il ne pense que Pierre ait vu personne
??il ne veut qu'aucun désordre subsiste
??il ne veut que vous tolériez aucun désordre

Le test de l'interprétation existentielle

L'interprétation existentielle est une condition nécessaire de la négation scindée.

Comparons les propositions

il n'essaie de convaincre personne

et

*il n'essaie de jamais travailler.

La première proposition est interprétable comme

il n'y a personne qu'il essaie de convaincre

mais la seconde n'est pas interprétable comme

il n'y a aucun moment où il essaie de travailler

Cette dernière paraphrase serait plutôt valable pour il n'essaie jamais de travailler,

Autre exemple de l'interprétation existentielle :

je n'ai exigé qu'ils arrêtent personne     
il n'y a personne dont j'aie exigé l'arrestation

La corrélation du sujet de la subordonnée infinitive

Le sujet de la subordonnée infinitive doit être corrélé avec le sujet de la principale ou avec un pronom personnel conjoint de la principale. Le sujet de la subordonnée infinitive ne peut pas être corrélé avec un élément non conjoint, autre que le sujet, de la principale. Lorsque le sujet de la subordonnée est impersonnel, il peut être corrélé avec un complément sous-jacent de la principale.

Le sujet de la subordonnée est corrélé avec le sujet de la principale

il n'a dû congédier personne
il n'a encore cherché à contacter personne
il n'a envie de voir personne
il n'a le droit de rien réclamer
il n'accepte de recevoir personne
il n'admet avoir vu personne
il n'apprécierait de les jamais revoir
il n'essaie de convaincre personne
il ne doit jamais sortir
il ne doit rien dire
il ne doit s'occuper de rien
il ne doit voir personne
il ne l'a entendu donner des conseils à personne
il ne parvient à rien saisir
il ne peut voir personne
il ne prétendait rien comprendre
il ne sait parler aucune langue étrangère
il ne semble avoir nullement réalisé que son projet est utopique
il ne veut offenser personne
il ne veut recevoir d'ordres de quiconque
il ne veut rien faire
il ne veut voir nul policier ici
il ne veut voir personne
je n'ai cherché à obtenir nulle faveur
je n'ai demandé à aller nulle part
je n'ai demandé à recevoir aucune aide
je n'ai réussi à parler ni à Pierre ni à Paul
je n'exige de voir personne
je ne peux être nullement content de mes livres
je ne refuse de laisser sortir personne
je ne veux lui parler ni maintenant ni jamais
ma curiosité n'avait guère de chance d'être jamais satisfaite (Gide)
nous n'avons à recevoir de leçons de personne

Le sujet de la subordonnée est corrélé avec un complément conjoint de la principale

Françoise ne laissa personne lui donner aucun soin (Proust)
il ne le laisse parler de rien
il ne leur est permis de consulter aucun dictionnaire
il ne lui est permis de rien faire
il ne lui est permis de plus rien boire
il ne me plairait d'en parler à personne
je ne l'ai vu embrasser personne
je ne l'ai vu parler à personne
je ne l'empêche d'aller nulle part
je ne te permets de regarder aucun film

Le sujet de la subordonnée est corrélé avec un complément non conjoint de la principale

??il ne laisse Pierre parler de rien
??il n'est permis à Pierre de rien faire
??je n'ai vu Pierre embrasser personne
??je ne permets à Pierre de regarder aucun film
??je n'ai vu Pierre parler à personne
??je n'empêche Pierre d'aller nulle part
??il n'est permis aux étudiants de consulter aucun dictionnaire

Le sujet de la subordonnée est impersonnel

il ne sera permis de consulter aucun dictionnaire
je n'exige qu'on fasse sortir personne
la perquisition n'a permis de rien trouver
il ne peut y avoir en la matière aucune concession

Subordonnée fléchie, sujet non corrélé

on n'a exigé qu'il rencontre personne

La multiple conégation scindée

Comparer

je n'ai jamais dit qu'aucune société soit parfaite (Aron)

et

??je n'ai dit qu'aucune société soit parfaite

La conégation multiple (jamais...aucun) améliore la négation scindée. La deuxième proposition devrait avoir la même lecture que la première, mais cette lecture est difficile à obtenir.

La montée sauvage de rien


La portée de la négation scindée

Les propositions il n'a dit avoir vu personne et il a dit n'avoir vu personne ne sont pas synonymes. La paraphrase de la première proposition, où la négation est scindée, est il n'y a personne dont il a dit l'avoir vu. La deuxième proposition, à négation non scindée, est plus catégorique. La différence est la même entre il n'a l'intention de voir personne et il a l'intention de ne voir personne.

La règle d'or de la négation scindée

La négation scindée est souvent ambigüe ou difficile à digérer. Il vaut mieux l'éviter dans l'intérêt de la clarté.

Pour éviter la négation scindée, il faut éviter le conégateur exhaustif. C'est chose facile. On n'a qu'à introduire le conégateur normal dans la principale et le conégateur concessif dans la subordonnée.

il n'a dit avoir vu personne      il n'a pas dit avoir vu qui que ce soit

*il ne veut que vous tolériez aucun désordre     
il ne veut pas que vous tolériez quelque désordre que ce soit

Deux négations complètes et indépendantes

je n'allais pas ne pas avouer
je n'espère plus ne pas le manquer
je ne suis pas sûr de ne pas confondre cette rue avec une autre
je ne supporte pas de ne rien faire
je ne voulais pas qu'il ne vienne personne
tu ne peux pas ne pas te poser cette question
une dispute qui ne pouvait pas ne pas éclater

Chacun des deux niveaux de coordination contient une négation complète et indépendante. Cela n'a rien à voir avec la négation scindée, ni avec le cumul de négations. Il n'y a aucune interaction entre les deux niveaux de négation.

L'enchaînement pas ne pas n'est pas très élégant, mais il n'est pas agrammatical pour autant. Même une dispute qui ne pouvait pas pas éclater est acceptable dans la langue familière.

La négation verbale - négation et subordination temporelle


Voir la rubrique que = tant que.

ne bouge pas que je ne t'appelle

Voir la rubrique depuis - emplois complexes.

depuis les douze années que je n'exerce plus


il n'a pas fini de parler qu'une dizaine d'étudiants levaient la main


elle n'eut pas plutôt accepté qu'elle s'en repentit

RETOUR EN HAUT DE PAGE