La négation verbale - conégateurs - le cumul des conégateurs
HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      INDEX


TITRE
La négation verbale - conégateurs - le cumul des conégateurs (387)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
La négation verbale - conégateurs - le cumul des conégateurs (387)

SOMMAIRE

Introduction

Notre exposé de la conégation multiple (du cumul des conégateurs) se divise en trois parties principales :

-deux conégateurs normaux (pas pas)

-un conégateur normal et un (ou plus d'un) conégateur exhaustif (pas jamais)

-deux (ou plus de deux) conégateurs exhaustifs (jamais rien)

L'examen des trois types principaux de la conégation multiple est suivi de remarques sur quelques phénomènes liés à la conégation multiple.

Deux conégateurs normaux

Dans la proposition il y a longtemps que tu n'as pas pas toussé (= tu tousses sans arrêt, ta toux dure depuis des mois) c'est le pseudo-verbe insécable pas-tousser qui est nié. Cette construction appartient à la langue parlée ludique. Elle est critiquée par les puristes, mais elle est utile et aisément interprétable.

Un conégateur normal et un conégateur exhaustif

Pas enchâssé dans un pseudo-objet insécable

Pseudo-verbe insécable

La proposition je n'ai jamais pas travaillé a l'interprétation ce n'est pas que je n'aie jamais voulu travailler, mais. C'est le pseudo-verbe insécable pas-travailler qui est nié. De même, c'est le pseudo-verbe pas-venir qui est nié dans personne n'est pas venu (= personne ne s'est absenté). Dans la proposition il n'a pas ni bu ni mangé (= il a bu ou mangé un peu). c'est le pseudo-verbe insécable ni-boire-ni-manger qui est nié.

Pseudo-conégateur insécable

Dans le proposition il n'a pas dit rien (= il a dit quelque chose), c'est le pseudo-conégateur pas-rien qui est nié. De même, dans la proposition il n'a pas rencontré personne (= il a rencontré au moins une personne), c'est le pseudo-conégateur pas-personne qui est nié.

En principe, ces pseudo-objets sont agrammaticaux, mais ils sont très utiles dans certains contextes. Ils sont ludiques et creatifs. Ils offrent parfois l'avantage d'un raccourci astucieux ou d'un contraste frappant. Ils permettent de répliquer en répétant les paroles de l'interlocuteur. Cette construction produit donc des guillemets métadiscursifs.

Guillemets métadiscursifs - exemples

ça ne fait pas rien d'apprendre cela
il n'a pas rien dit, il s'est tu pour approuver
il ne va pas nulle part, il va à son travail
je n'ai pas vu personne, j'ai vu quelqu'un
je n'ai pas vu personne, j'ai vu Pierre
je ne l'ai pas fait une ou deux fois
tu n'es pas allé au coiffeur, tu es allé chez le coiffeur

Pas non enchâssé dans un pseudo-objet insécable

Lorsque le cumul d'un conégateur normal et d'un conégateur exhaustif n'admet pas l'hypothèse d'un pseudo-objet insécable, il y a plusieurs cas à distinguer. L'interprétabilité et la grammaticalité de ces constructions posent un casse-tête difficile. Ces constructions peuvent être récupérables (populaires ou littéraires) ou simplement irrécupérables.

La plupart du temps, le conégateur normal (pas) est simplement superflu, à éviter dans la langue surveillée.

je ne connais pas aucun homme
je ne sais pas trop rien
personne ne veut pas ça
n'ayant pas encore rien reçu

Il y a cependant des cas où le cumul de conégateurs du type normal / exhaustif est interprétable et grammatical. Il s'agit d'un tour archaïque et littéraire qu'on observe chez pas mal d'auteurs même du vingtième siècle (par exemple, assez souvent chez Beauvoir). Cette construction peut déconcerter l'oreille peu faite aux raffinements syntaxiques. Pourtant, elle n'exige qu'un tout petit effort mental, à savoir celui de laisser pas en place et de remplacer mentalement le conégateur exhaustif par un conégateur concessif ou par un pronom indéterminé.

La proposition nous n'essayions pas de rien détruire, mais nous aimions raisonner (Beauvoir) traduite en français pour tous devient nous n'essayions pas de détruire quoi que ce soit, mais nous aimions raisonner. Autres exemples :

Type non scindé

il a demandé qu'on n'applaudisse pas à aucun de ses propos
il n'est pas entré personne
il ne fait pas de doute pour personne
il ne fera pas cadeau à personne
il ne se contente pas de rien (ambigu : de quoi que ce soit ou d'une chose sans valeur)
je n'ai pas besoin d'aucune preuve (Claudel)

Type scindé

ça ne me fait pas envie de rencontrer personne
ce ne veut pas rien dire (Rimbaud)
je n'ai pas envie d'en voir aucun
je n'ai pas envie de rien faire
je n'ai pas eu besoin de rien faire
je n'ai plus envie d'en voir aucun
je n'exige pas que personne vienne
je ne crois pas qu'il regrette d'avoir rien fait
je ne crois pas que le chat ait attrapé aucune souris
je ne crois pas que personne attende rien de ce dialogue
je ne crois pas que personne vienne
je ne refuse pas de laisser sortir personne
nous n'essayions pas de rien détruire, mais nous aimions raisonner (Beauvoir)

L'exemple suivant est un peu plus compliqué en ce qu'il illustre aussi la montée de la négation : c'est un garçon qui ne tient pas à se mettre mal avec personne (Léautaud).

Deux conégateurs exhaustifs

Deux conégateurs exhaustifs - introduction

Le type [exhaustif * exhaustif] est le type le plus important et le plus complexe de la conégation multiple.

Les conégateurs exhaustifs se divisent en deux groupes :

Conégateurs exhaustifs faibles

plus
guère

Conégateurs exhaustifs forts

personne
rien
jamais
nulle part
aucun
aucunement
pas un
ni l'un ni l'autre
nul
nullement

Les combinaisons de conégateurs exhaustifs se subdivisent donc en trois types :

deux conégateurs exhaustifs faibles

un conégateur exhaustif fort et un conégateur exhaustif faible

deux conégateurs exhaustifs forts

Faible * faible

Plus guère et guère plus sont l'un et l'autre permis. Ces combinaisons ne présentent pas d'ambigüité.

on ne lit guère plus Miomandre
il ne va plus guère au théâtre

Fort * faible

Toutes les combinaisons sont possibles. Les conégateurs exhaustifs forts peuvent même être combinés avec guère plus et plus guère. Ce type ne présente pas d'ambigüité.

ce n'est plus considéré comme rien
il n'y a plus à tenir compte d'aucune règle
il n'y a plus aucun espoir de trouver des rescapés
il n'y a plus aucun problème
il n'y a plus personne dans la pièce
il n'y a plus rien à faire
il n'y est plus jamais retourné
il ne lui restait plus aucune possibilité de sortir
il ne pense guère à rien d'autre
il ne recevait plus guère personne d'autre que
il ne viendra plus personne
je n'ai guère rien fait qui vaille
je n'ai plus envie de rien
je n'ai plus personne à qui me confier
je n'y vois plus aucun remède
je ne crois guère à rien
je ne voyais plus rien
je t'ordonne de ne plus jamais rien dire à personne sur aucune de nos affaires
les enfants ne consultent plus guère leurs parents (Gaxotte)
les procédés de travail n'ont plus aucune chance de s'améliorer (Romains)
nous n'arons plus jamais notre cœur de ce soir (Noailles)
nul ne pouvait plus y passer
nulle force au monde ne les séparera plus
on n'y voit presque plus rien
on ne peut plus changer rien sans changer tout
on ne pouvait plus rien pour elle
on ne sait guère rien de son passé
personne ne sait plus aujourd'hui qui était Hector Malot
personne ne savait plus ce qu'il avait à faire
personne ne vient plus
plus aucun candidat ne sera autorisé à entrer après la distribution des sujet
plus aucune de ces voiture n'est en état de marche
plus aucun ne s'est marié
plus jamais ça
plus personne n'écoute plus jamais personne
plus rien n'était comme avant
plus rien ne m'étonne
plus rien ne m'intéresse
plus rien ne me plaît
rien ne va plus
ses autels ne recevaieint plus nulle victime (L.Daudet)
vous n'avez jamais aimé personne
vous savez que je n'ai jamais trouvé personne si joli que vous (Proust)

Les quatre constructions de jamais et plus

je ne le ferai plus jamais
je ne le ferai jamais plus
plus jamais je ne le ferai
jamais plus je ne le ferai

Si personne ou rien occupent la position de sujet, il y a trois constructions possibles :

il ne viendra plus personne
il n'arrivera plus rien
plus personne ne viendra
plus rien n'arrivera
personne ne viendra plus
rien n'arrivera plus

*Personne plus ne viendra et *rien plus n'arrivera sont incorrects.

Cet exemple, tiré de Muller(1991), bien que bizarre et difficile à analyser, sonne acceptable : ?il ne s'intéresse à plus aucun film.

Fort * fort

Le statut de la conégation multiple du type [fort * fort]

C'est le plus important et le plus complexe des trois sous-types de la conégation multiple du type [exhaustif * exhaustif].

Il n'y a pas de règle formelle qui permette de calculer a priori le degré de grammaticalité des combinaisons [fort * fort]. Il n'y a que tendances et demi-teintes. Plus la proposition est claire, plus elle est grammaticale. La question centrale de la conégation multiple du type [fort * fort] n'est pas la grammaticalité, mais l'interprétabilité. Ajoutons toutefois que nullement et aucunement excluent tout autre conégateur.

Les deux interprétations de la conégation multiple du type [fort * fort]

Nous prenons la proposition personne n'a rien mangé pour modèle. Imaginons un tableau dont les deux dimensions représentent les commensaux et les mets d'un festin. Chaque fois qu'un commensal mange d'un mets, nous cochons la case correspondante. À la fin du festin, nous évaluons le tableau. Les deux interprétations de la proposition personne n'a rien mangé correspondent à deux méthodes d'évaluation.

L'interprétation simultanée

Toutes les cases du tableau bidimensionnel ont le même poids. Si aucune des cases n'est cochée, l'assertion personne n'a rien mangé est vraie. Si au moins une case est cochée, l'assertion personne n'a rien mangé est fausse. Bref, nous évaluons le nombre des cases cochées.

L'interprétation sérielle

Nous n'évaluons pas le nombre des cases cochées, mais la prestation des commensaux. La prestation d'un commensal qui n'a touché à aucun des mets vaut zéro. La prestation d'un commensal qui a mangé au moins d'un mets vaut un. L'assertion personne n'a rien mangé est vraie si la prestation de chaque commensal vaut un. L'assertion personne n'a rien mangé est fausse si la prestation d'au moins un commensal vaut zéro.

En théorie, les deux interprétations sont toujours possibles. L'interprétation simultanée (celle où toutes les cases ont le même poids) est presque toujours la bonne, mais parfois l'interprétation sérielle, qui est grammaticalement plus tordue, est sémantiquement plus naturelle. Par exemple, la paraphrase parallèle de personne ne meurt jamais pourrait être tous les membres de cette commission étant d'une longévité exceptionnelle, aucun des sièges n'est jamais laissé vacant, tandis que sa paraphrase sérielle est simplement personne n'est immortel. L'interprétation grammaticalement plus complexe est sémantiquement plus simple et vice versa.

Exemples

aucun d'eux ne dit plus rien
aucun étudiant n'a lu aucun livre
aucun enfant n'a mangé aucun gâteau
aucun enfant n'a rien mangé
ce bavardage n'a rien changé à rien (Beauvoir)
cette qualité inconnue d'un monde unique et qu'aucun autre musicien ne nous avait jamais fait voir (Proust)
elle ne disait plus jamais rien qui me choquât (Beauvoir)
il est parti sans rien dire à personne
il me semble ne jamais trop penser à rien
il n'a aucune idée de ce qui se passe autour de lui à aucun moment
il n'a jamais blessé personne
il n'a rien dit à personne
il n'allait jamais jusqu'au bout d'aucune étude (Mauriac)
il n'y a jamais personne
il n'y a nulle part aucune trace d'hostilités
il prétend ne jamais recevoir personne le dimanche
il se décida à ne jamais plus rien supporter de la sorte
ils dévorent comme je n'ai jamais vu dévorer personne nulle part (Duras)
j'étais certain que plus personne ne voudrait jamais lire mes livres
jamais nul ne peut assurer que
jamais plus rien ne se rapportera à ma seule personne (Genêt)
je n'ai jamais aimé personne
je n'ai jamais vu ma mère s'étonner de rien
je n'ai jamais vu personne de si heureuse qu'elle
je ne te ferai jamais aucun mal
moi je n'ai jamais rien attendu de personne (Beauvoir)
ni l'un ni l'autre n'ont nullement l'intention de démissionner
nous n'avons jamais eu aucun problème
nul être vivant nulle part n'en possède une aussi grande quantité
nul n'a plus guère rien dit à personne nulle part
nul ne l'avait jamais lu
nul ne peut rien sur rien
nulle journée ne serait plus pour moi nouvelle (Proust)
nulle part il n'y avait personne
on ne voit rien nulle part
pas un mot à personne
pas une personne n'a rien fait
personne n'a aucune faute à se reprocher
personne n'a jamais menti
personne n'a jamais rien pu y faire
personne n'a mangé aucun gâteau
personne n'a prétendu qu'aucun de ses livres ait été compris
personne n'a rien dit
personne n'a rien mangé
personne n'a rien vu
personne n'aime personne
personne n'est le fils de personne
personne ne dit jamais rien à personne
personne ne dit jamais rien
personne ne dit rien à personne
personne ne dit rien
personne ne lit les livres d'aucun confrère
personne ne meurt jamais
personne ne parle à personne ici
personne ne peut compter sur personne ici
plus personne jamais ne sera capable de voir du même œil que lui ce qu'il était en train de regarder (Vailland)
plus personne n'écoute plus jamais personne
rien n'a été transmis par personne à personne
rien n'empêche personne de
rien ne veut rien dire
un portail dont la cloche pour lui ne sonnerait jamais plus (Mauriac)
Valéry n'a rien compris à rien (Ollivier)
vous n'aurez jamais aucun succès

Remarques

On peut faire appel aux conégateurs concessifs pour éliminer l'interprétation sérielle. Reprenant et modifiant notre phrase modèle, la seule paraphrase possible de personne n'a mangé quoi que ce soit est aucune des combinaisons commensal-mets ne s'est produite. La paraphrase sérielle *aucun commensal n'a l'attribut qu'il a mangé de quelque mets que ce soit est absurde, et cela pour la raison suivante : les conégateurs concessifs ont une polarité affirmative, mais ils ne peuvent exister que sur fond négatif.


Pas un est un conégateur exhaustif synonyme de aucun. Donc la combinaison de pas un et d'un autre conégateur exhaustif ne relève pas du type [normal * exhaustif]. Voir les exemples plus haut.

Quelques phénomènes liés à la conégation multiple

Négation verbale plus négation non verbale


Négation du conégateur absolu


ce n'est pas rien (ce n'est pas une chose sans importance)
il n'est pas sorti de nulle part (il n'est pas sorti du vide, il n'est pas apparu comme par magie),
il n'est pas personne (il n'est pas un individu sans importance)
il ne va pas nulle part (il va à son travail, il ne traîne pas dans les rues sans but)

Registre archaïque

Certaines combinaisons du type [normal * exhaustif] appartiennent à un registre archaïsant.

Ne...pas guère

sa marâtre ne l'aime pas guère

Ne...aucun...pas

comme je dis à Verdurin le délicat plaisir que ce doit être pour lui que cette raffinée mangeaille dans cette collection comme aucun prince n'en possède pas à l'heure actuelle derrière ses vitrines... (Proust)

Conégation multiple dans le québécois populaire

La proposition je n'ai pas vu personne a deux interprétations. L'interprétation l'assertion que je n'ai vu personne est fausse appartient à la langue parlée ludique. L'interprétation je n'ai vu personne est agrammaticale dans le français hexagonal et grammaticale dans le québécois populaire.

Conégateurs séparés par une frontière propositionnelle

cela ne peut pas ne pas engendrer le résultat voulu

Rébarbatif mais grammatical.

RETOUR EN HAUT DE PAGE