La comparaison à second pôle nominal
HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      INDEX


TITRE
La comparaison à second pôle nominal (351)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
La comparaison à second pôle nominal (351)

SOMMAIRE

Second pôle nominal / second pôle non nominal


Comparaison propositionnelle à second pôle nominal - infinitive

Introduction

Nous divisons les exemples de la comparaison propositionnelle infinitive à second pôle nominal en deux groupes majeurs : les exemples des comparateurs proprement dits et les exemples des comparateurs au sens large (ou de la famille étendue de autre).

Les deux problèmes centraux de la comparaison propositionnelle infinitive sont l'emploi de l'introducteur d'infinitif et la répétition de la préposition du premier pôle de comparaison. Voir les détails plus loin.

Il y a conflit entre le fait que le pro-verbe faire est normalement suivi de l'infinitif sans introducteur et le fait que dans la comparaison infinitive une préposition peut s'introduire devant l'infinitif pour certaines raisons. Voir les détails plus loin.

L'omission du connecteur de comparaison que est une curiosité vieillie ou régionale, dont on verra quelques exemples. Il ne s'agit pas de ce phénomène d'omission lorsque la place de que est prise par comme ou par si ce n'est.

La fonction grammaticale des pôles de comparaison (sujet, objet direct, complément prédicatif) ne semble pas influer sur l'emploi de l'introducteur d'infinitif. Par exemple, la probabilité de la présence de de devant l'infinitif est la même pour mieux vaut (sujet) et j'aime mieux (objet direct).

Comparateurs proprement dits

Autant

rien ne lui plaît autant que de regarder les autres travailler
autant agir sur-le-champ que de différer

Autre

Voir aussi faire autrement et faire autre chose plus loin.

ce livre n'a pas d'autre mérite que celui de montrer combien
cette utilisation de la baignoire pour autre chose que se baigner est une particularité française (R.Peyrefitte)
confus d'avoir ouvert la bouche pour autre chose que demander l'aumône (Mille)
elle avait d'autres besoins que de faire mon éducation (Drieu la Rochelle)
elle n'avait d'autre qualité à ses yeux que d'être sa sœur
il n'y a pas d'autre moyen pour réussir que de travailler
j'étais trop souffrant pour autre chose que les regarder (Gide)
sans autres soucis que ceux de diriger une entreprise qui marchait toute seule
un gendre est un ancien étudiant talmudique que son beau-père nourrit sans lui demander autre chose qu'étudier les livres sacrés (Tharaud)

Comme

c'était comme de marcher à côté d'une machine (Le Clézio)
caresser une femme dans le noir, c'est comme fumer dans le noir (Montherlant)
ils sont tenus à certaines précautions, comme de se faire adresser lettres et journaux bureau restant
parler seul, c'est comme d'écrire une lettre qu'on n'envoie pas (Aicard)
rien n'est bête comme de voyager (Zola)
rien ne décourage d'écrire un livre comme d'en voir d'autres (Etiemble)
rien ne vieillit une femme comme de vivre à la campagne (Colette)

Davantage

rien ne me déplaît davantage que de voir des animaux se premener dans le navire (Audiberti)
il aimait parler davantage que d'écrire (Mille)

Même temps

ce que je lui disais continuait de le torturer en même temps que de le séduire (Drieu La Rochelle)

Mieux - aimer mieux

il aime mieux faire cela que de ne rien faire
il aime mieux perdre élégamment que de gagner en trichant
il aime mieux travailler au jardin que de jouer avec ses gosses
il aimerait mieux mourir que d'avouer
j'aime mieux avoir affaire à d'autres que d'avoir affaire à vous
j'aime mieux danser que chanter
j'aime mieux lire que jouer
j'aime mieux lui pardonner que de le réduire au désespoir
j'aime mieux regarder la télé que de sortir
j'aime mieux souffrir que de consentir à ce que tu exiges
j'aimerais mieux la mort que de trahir mon maître (Pagnol)
j'aimerais mieux les voir morts que les voir devenir routier (Oldenbourg)
j'aimerais mieux mourir que d'attenter à mes jours (Musset)
tous aiment mieux perdre que de ne pas jouer

Mieux - aimer mieux...plutôt que

j'ai toujours mieux aimé renoncer au bonheur plutôt que le payer ce prix (Carco)
j'aime mieux souffrir plutôt que de mourir
j'aimerais mieux avoir perdu tout ce que j'ai plutôt que d'avoir perdu cette bague (Maeterlinck)
le patron aimait mieux me parler plutôt que de se parler à lui tout seul (Bernard)

Mieux - mieux vaut

être maître de son cœur vaut mieux que deminer le monde (Saulnier)
il valait mieux que sa chère petite-fille fût malheureuse un jour que de l'être pendant toute sa vie (Houssaye)
il valait mieux s'effondrer doucement que de tomber n'importe où (Cayrol)
il vaut mieux être déçu que d'espérer dans le vague (Vian)
il vaut mieux encadrer qu'ignorer le problème
il vaut mieux prévenir que guérir
il vaut mieux rêver sa vie que la vivre (Proust)
mieux vaut mourir debout que vivre à genoux
mieux vaut mourir que de se déshonorer
mieux vaut plier que rompre
mieux vaut prendre le risque de déplaire dans l'intelligence que de réussir dans la sottise
mieux vaut qu'il sorte et qu'il regrette de n'être pas resté que de rester et qu'il regrette de n'être pas sorti (Rolland)
mieux vaut s'en aller qu'être chassé

Mieux - demander mieux

je ne demande pas mieux que de vous aider
elle ne demande pas mieux que de l'épouser

Mieux - faire mieux

je n'ai rien de mieux à faire que de rester
que pouvions-nous faire de mieux que de nous fier à ce barbare

Moins

l'Allemagne ne veut rien moins qu'englober la moitié de la France (Margueritte)

Plus

administrer est plus important qu'enseigner (Merle)
connaître l'intéresse plus que guérir (Beauvoir)
il fait plus que donner des conseils
rien n'était plus facile qu'entrer ou sortir sans passer par le bureau de reception (Frondaie)
rien n'est plus douloureux que de se taire quand on sait qu'on a raison (Romains)

Plutôt

ce qu'on voulait, c'était affamer l'abbaye plutôt que l'emporter de vive force (A. Daudet)
cela le faisait aimer plutôt que craindre de son régiment (Zola)
créer, c'est jouer plutôt que travailler
Drieu et Montherlant ont préféré se donner la mort plutôt qu'accepter le jugement de leur semblables
elle se couperait la langue plutôt que lâcher un mot contre ma femme (Bazin)
il a accepté la torture plutôt que de trahir son camarade
il a décidé de réparer sa voiture plutôt que de la vendre
il aurait préféré mourir vingt fois plutôt que de vivre dans de telles conditions (Carco)
j'ai toujours mieux aimé renoncer au bonheur plutôt que le payer ce prix (Carco)
j'aime mieux souffrir plutôt que de mourir
j'aimerais mieux avoir perdu tout ce que j'ai plutôt que d'avoir perdu cette bague (Maeterlinck)
je me serais fait hacher plutôt que d'en démordre (Carco)
je préfère souffrir plutôt que de mourir
le patron aimait mieux me parler plutôt que de se parler à lui tout seul (Bernard)
plutôt mourir de faim que de faire la popote
plutôt mourir qu'abadonner l'innocent (Duhamel)
plutôt mourir que de vivre dans le déshonneur
plutôt que de le calmer, cette remarque renforça sa colère
plutôt que de prendre le métro, elle attendit un autobus (Simenon)
plutôt que de te plaindre, tu ferais mieux de travailler
tout plutôt que de n'être pas pris au sérieux (Vautel)
travaille donc, plutôt que de traîner devant la télé

Préférer

Préferer...que de est critiqué. La solution conseillée est préférer à.

il préférait encore balayer que d'apprendre à lire (A. Daudet)
il préférait mourir que de rester infirme (Zola)
il préférait ne plus jouer que jouer avec eux (Simenon)
il préfère aller se promener que de travailler
il préfère souffrir que de mourir
je préfère en rire que de me fâcher (Aymé)
je préfère mourir que d'y renoncer

Le deuxième de deux infinitifs identiques est supprimé :

elle préfère être veuve que divorcée (être n'est pas répété)
préférer avoir tort avec Sartre que raison avec Aron (attribué à Jean Daniel)

Préférer...plutôt que

il aurait préféré mourir vingt fois plutôt que vivre dans de telles conditions (Carco)
il préférait renoncer à la vie plutôt que de vivre dans le péché
je préfère souffrir plutôt que de mourir
plutôt que d'être plainte, elle préférait se sentir détestée (Dorgelès)

Tant

il n'aimait rien tant que flâner le long des rues
je n'aime rien tant que l'écouter parler (Lacretelle)
je ne veux rien tant que de vous être utile (Géraldy)
l'important n'est pas tant d'être franc que de permettre à l'autre de l'être (Gide)

Tel

il excellait aux paris gastronomiques, tels que manger à lui seul un agneau en trois jours (M. Prévost)
outrecuidance puérile qui se satisfait de licences telles que dîner en costume tailleur dans les restaurants élégants (Colette)

Tellement

ma satisfaction n'était pas tellement d'éviter les coups que de paresser et de regarder encore un instant (Drieu La Rochelle)

Le pro-verbe faire - tous comparateurs confondus

En principe, le pro-verbe faire devrait être suivi d'un infinitif sans introducteur. Toutefois, après mieux à faire, autre chose à faire, rien d'autre à faire, on trouve aussi les prépositions à et de. La préposition à s'explique par un effet d'attraction.

Introducteur = nul

il fait plus que donner des conseils
il n'avaient pu faire autrement que s'asseoir (Simenon)
il n'y a rien d'autre à faire que regarder et souffrir
il se rendit à Salonique, où il fit pis encore que prononcer le nom de Jahvé (Tharaud)
le muet n'est pas silencieux, il ne peut faire autrement que se taire (Perret)
M. Asmus fit plus que parler, il agit (Barrès)
que faire d'autre que créer ? (Montherlant)

Introducteur = de

il n'a pas pu faire autrement que de partir
il ne fait rien d'autre que de m'embêter
il ne pouvait faire autrement que de tenir sa promesse (T. Bernard)
j'ai d'autres choses à faire que de regarder la télé
j'avais mieux à faire que d'être un manouvrier (Drieu la Rochelle)
je n'ai rien de mieux à faire que de rester assis et d'attendre
je ne peux faire autrement que de lui parler mangeaille (Perret)
Paulette ne trouvait rien de mieux à faire que de presser son genou contre le sien (Simenon)
que pouvions-nous faire de mieux que de nous fier à ce barbare ?

Introducteur = à

il a mieux à faire qu'à coller des étiquettes (Gyp)
il n'y a plus rien à faire qu'à attendre
j'ai mieux à faire qu'à me tourmenter pour cette fille (Carco)
je n'ai rien à faire qu'à me taire
nous n'avons rien de mieux à faire qu'à entrer tout de suite
que me restait-il à faire si ce n'est à dire adieu

Comparateurs au sens large - la famille étendue de autre

ne...que...

il n'ont appris qu'à donner des ordres
il n'y a que d'aimer qui compte
il n'y avait qu'à mourir (A. Daudet)
il ne me reste qu'à
il ne me reste que de
je n'ai donc qu'à rougir et me taire (Duhamel)

ne faire / pouvoir / devoir rien que

mon devoir n'est rien que d'obéir
je ne veux rien qu'obéir
je ne peux rien faire de plus que la protéger
il n'a jamais rien fait d'autre que juger
quand tu ne peux rien contre moi que serrer le poing et briser un vase (Colette)
ce jour-là je ne fis rien d'autre que me familiariser avec le centre de ville

n'avoir rien qu'à, il n'y a rien qu'à

je n'ai rien à faire qu'à me taire
il n'y a plus rien à faire qu'à attendre
nous n'avons rien de mieux à faire qu'à entrer tout de suite
nous n'avons rien de mieux à faire que d'entrer tout de suite
nous n'avons rien de mieux à faire qu'entrer tout de suite

sinon, sauf, excepté, si ce n'est

cette rue n'a rien pour elle, sinon d'être vivante(Margueritte)
il a pensé à tout sauf à prendre la clé de la maison de campagne
il avait tout prévu, excepté de se tromper
il n'avait rien appris, sinon à courir, à jouer, à se faire des muscles (Mirbeau)
il se souvient de tout sauf d'avoir enfoncé le couteau
nous n'y pouvons rien si ce n'est attendre
on pouvait s'attendre à tout, sauf à entendre le gamin déclarer soudain que (Simenon)
que désirais-je, sinon m'ouvrir tout entier devant toi, t'obliger à me voir jusqu'au fond ? (Mauriac)
que faire, sinon céder pied à pied ? (Margueritte)
que me restait-il à faire si ce n'est à dire adieu

que

que faites-vous qu'enchaîner des pensées ? (France)

La répétition de la préposition

Si le premier pôle de la comparaison est au cas prépositionnel (plutôt qu'au cas sujet ou au cas objet direct), la préposition se répète devant le second pôle.


à dix-sept ans on incline à admirer plutôt qu'à critiquer (Bedel)
ce petit livre ne prétend à rien de plus qu'à être une esquisse très sommaire de la vie de Haendel (Rolland)
elle cherchait maintenant beaucoup plus à être mon amie qu'à rester celle d'Odile (Maurois)
elle était gourmande d'un tas de choses, comme d'écrire à sa fille unique (Simenon)
il a pensé à tout sauf à prendre la clé de la maison de campagne
il cherchait à se contenter lui-même bien plus qu'à réussir (Lacretelle)
il gagnera cent fois plus d'argent à écrire des livres qu'à construire des ponts (Hermant)
il se souvient de tout sauf d'avoir enfoncé le couteau
je ne comprends pas que quelqu'un pense à autre chose qu'à se battre (Bourdet)
je suis venu pour autre chose que pour parler culture
pour se donner plus de chances de gagner que de perdre (Romains)
un homme normalement instruit a besoin de lire autant que de respirer ou de boire (Duhamel)

L'introducteur d'infinitif

La règle de base : l'usage hésite entre que et que de, mais l'emploi de de est préférable lorsqu'on compare des situations concrètes et surtout lorsque le choix est psychologique, tandis que le non-emploi de de est préférable lorsqu'on compare des situations abstraites. génerales. Toutefois, la présence de l'introducteur d'infinitif de devant le second pôle de comparaison semble être dominante,

On trouve l'introducteur d'infinitif de devant le second pôle de comparaison même si cet infinitif est régi par un verbe transitif ou par un verbe qui se construit sans préposition, comme pouvoir, vouloir, devoir, aimer, préférer, désirer, faire, valoir.

Plutôt que est pratiquement toujours suivi de de.

L'introducteur d'infinitif cède le pas à la préposition régie par le verbe de la principale (chercher à, prétendre à, avoir besoin de, venir pour).

L'infinitif factitif ne prend pas l'introducteur : cela le faisait aimer plutôt que craindre.

La préposition de ou à devant l'infinitif du second pôle de comparaison n'est pas forcément un introducteur d'infinitif. Elle peut aussi signaler une relation d'apposition prédicative :

il n'y a pas d'autre moyen pour réussir que [celui] de travailler
elle n'avait d'autre qualité à ses yeux que [celle] d'être sa sœur
ce livre n'a d'autre prétention qu'à être véridique


L'omission de que

L'omission du connecteur que entre certains comparateurs et l'infinitif est un phénomène vieilli ou régional.

combien de femmes ne demanderaient pas mieux, le consoler ?
elle ne lui demandait pas autre chose, blanchir le plafond et remettre du papier (Zola)

Comparaison propositionnelle à second pôle nominal - fléchie

La comparaison de deux infinitifs ou de deux participes passés ne pose aucun problème. Ils se comparent comme deux noms ou deux adjectifs : il l'a carbonisé plutôt que rôti.

La comparaison de deux verbes finis est plus compliquée. Le conflit entre le connecteur de comparaison que et le nominalisateur que peut être résolu de trois façons.

que que que (haplologie)

*je ne demande pas mieux que qu'il réussisse
je ne demande pas mieux qu'il réussisse

*il est plus important que tu aies un petit nombre de rapports humains de qualité que que tu aies un tas de rapports humains superficiels
il est plus important que tu aies un petit nombre de rapports humains de qualité que tu aies un tas de rapports humains superficiels

*il ne détestait rien plus que que l'on vantât son style
il ne détestait rien plus que l'on vantât son style

alors rien de plus simple qu'il habite chez nous (Gide)
il ne manquerait plus que que
j'aime mieux qu'il se fasse tuer plutôt qu'il trahisse
je ne demande pas mieux que ça dure toujours (Zola)
je ne veux pas dire autre chose que
quoi de plus naturel que Paul fût reçu comme enfant de la maison (A. Daudet)

que que que si

Le conflit que que de la comparaison à second pôle nominal fléchie peut aussi être résolue au moyen de la substitution de si au nominalisateur que (au second que). C'est un si de prémisse irréelle, qui est normalement suivi de l'imparfait ou du plus-que-parfait. Dans la langue littéraire le conditionnel présent et le conditionnel passé sont aussi possibles.


*il vaut mieux que tu sortes sans histoires que que je sois forcé de te donner un coup de pied dans le derrière
il vaut mieux que tu sortes sans histoires que si j'étais forcé de te donner un coup de pied dans le derrière,

*j'aime mieux que tu meures que que tu aimes un autre
j'aime mieux que tu meures que si tu aimais une autre

il vaut mieux tuer le diable que si le diable nous tue (Stendhal)
j'aime mieux qu'elle aille à l'église que si elle prend un amamnt

que que que ce que (régional)

j'aimerais mieux le voir rester garçon plutôt que ce qu'il épouse cette jeune fille
j'aime mieux qu'elle aille à l'église que ce qu'elle prend un amant

C'est la solution la plus naturelle et la plus logique. Dommage qu'elle n'appartienne pas à la langue standard.

Entrelacement de la comparaison avec deux verbes composés

il a plus confirmé qu'infirmé
il les a plus égratignés que loués

Il est difficile de trouver la bonne case pour cette construction. Le mieux qu'on puisse dire est qu'elle est une comparaison propositionnelle non nominale.

Préférer et préférable

Préférer et préférable peuvent être construits de plusieurs façons. On trouve des comparaisons simples et des comparaisons proportionnelles nominales parmi les solutions, donc nous avons jugé préférable de leur consacrer une rubrique majeure à part.

Préférer

préférer * nom * à * nom

C'est l'emploi normal de préférer sans subordonnée.

préférer * nom * que * nom

Cette construction va contre le bon usage.

préférer * infinitif * plutôt que de * infinitif

il préférait renoncer à la vie plutôt que de vivre dans le péché

préférer * infinitif * que (de) * infinitif

Cette construction est critiquée par plusieurs grammaires traditionnelles. L'introducteur de est facultatif.

il préfère souffrir que (de) mourir
il préfère aller se promener que (de) travailler
je préfère en rire que de me fâcher (Aymé)
il préfère interroger que répondre

préférer * infinitif * que sans infinitif et sans plutôt

Construction illogique mais courante.

elle préfère se servir de ses charmes que de son intellect
il préfère y étaler son intelligence que ses dons (Achard)
je la préfère bien cuite que saignante
je préfère le voir aujourd'hui que demain
je préfère me tromper par l'action que par l'inertie (Ikor)

préférer * infinitif * à * infinitif

Construction littéraire.

je préfère me taire à me tromper
j'ai préféré ne pas vous voir à vous voir comme cela (Montherlant)

Préférable

plutôt que de

que de

à

RETOUR EN HAUT DE PAGE