HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      INDEX


TITRE
Les types du second pôle de comparaison (350)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
Les types du second pôle de comparaison (350)

SOMMAIRE
Comparaison simple, comparaison propositionnelle
Comparaison propositionnelle par nominalisation et par relativation
Les trois types majeurs de la comparaison
La comparaison propositionnelle elliptique
La comparaison propositionnelle nominale
La comparaison proportionnelle

Comparaison simple, comparaison propositionnelle

Dans la phrase Pierre se lève plus tard que Paul ne se couche le second pôle de comparaison est une proposition. Une comparaison dont le second pôle est une proposition est dite une comparaison propositionnelle. La comparaison non propositionnelle est aussi dite comparaison simple : Pierre se lève plus tard que Paul.

Comparaison propositionnelle par nominalisation et par relativation

À la page connexe La subordination - classification, jonctions, conjonctions - rubrique Le modèle bipartite de la subordination, nous avançons l'hypothèse que la totalité des subordonnées relève deux et seulement deux methodes : la nominalisation au sens large et la relativation. Cette dichotomie est applicable à la comparaison.

Les trois types majeurs de la comparaison

La comparaison peut donc avoir trois types majeurs :

« comparaison simple »
comparaison propositionnelle par nominalisation (« comparaison nominale »)
comparaison propositionnelle par relativation (« comparaison non nominale »)

Voir les pages connexe La comparaison à second pôle nominal, La comparaison à second pôle non nominal.

La comparaison propositionnelle elliptique

La comparaison Pierre est plus bête que méchant a l'air d'être une comparaison simple. Nous la considérons cependant comme propositionnelle non nominale elliptique. Sa forme complète restituée est Pierre est plus bête qu'il n'est méchant.

La comparaison propositionnelle nominale

On a déjà vu les exemples de la comparaison simple (Pierre se lève plus tard que Paul) et de la comparaison propositionnelle non nominale (Pierre se lève plus tard que Paul ne se couche). Reste à exemplifier la comparaison propositionnelle nominale. Elle a deux sous-types :

la comparaison propositionnelle nominale fléchie (il ne détestait rien plus que l'on vantât son style) et

la comparaison propositionnelle nominale infinitive (Pierre aime mieux bouquiner que regarder la télé).

La comparaison proportionnelle

La comparaison proportionnelle est un sous-type de la comparaison propositionnelle non nominale : plus on est de fous plus on rit, tel père tel fils.

RETOUR EN HAUT DE PAGE