PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      

RECHERCHE PAR MOTS-CLÉS      RECHERCHE PAR MOTS DISPERSÉS      RECHERCHE PAR MOTS CONSÉCUTIFS


TITRE
Emplois spécialisés de pour - subordination infinitive (336)

ASCENDANCE
Manuel de la grammaire française (0)
Les syntagmes de base (4)
Le syntagme prépositionnel (270)
La préposition - les principales prépositions élémentaires (284)
Les emplois de pour (331)
Les emplois de pour - emplois spécialisés (333)

PAGES SŒURS
Emplois spécialisés de pour - subordination infinitive (336)

SOMMAIRE
Introduction
Subordonnée adverbiale finale
Subordonnée adnominale finale
Subordonnée complémentale causale
Subordonnée adverbiale causale
Subordonnée adverbiale causale métadiscursive - 2
Subordonnée concessive totale
Subordonnée temporelle - suite inattendue
Le syntagme [être * pour * infinitif]
Le syntagme [aller * pour * infinitif]
L'infinitif dans la thématisation - 1
Nécessité, suffisance, excès
Construction existentielle quasi-relative
Subordonnée sujet ou apposition prédicative
Introducteur d'infinitif
Préposition à tout faire
Gratuité
L'infinitif dans la thématisation - 2
La subordonnée développe la principale
Locutions pseudo-finales métadiscursives
Adéquation
Champs de rection spécifiques

Introduction

Le syntagme [pour * infinitif] a de nombreuses interprétations.

Subordonnée adverbiale finale

Voir la page connexe La subordonnée finale infinitive.

En particulier, voir la construction à sujet explicite sous la rubrique Infinitif avec sujet explicite.

Subordonnée adnominale finale

Dans tous les sous-types, le syntagme [pour * infinitif] exprime la destination ou la fonction d'un objet.

Tous les sous-types peuvent être considérés comme des subordonnées relatives infinitives. Voir la page connexe La subordonnée relative infinitive de besoin et recherche.

Pour plus de détails sur le couplage bidirectionnel, voir la page connexe Les subordonnées adverbiales - noyaux atypiques. La circonstance du couplage bidirectionnel est explicite ou implicite.

§ Subordonnée finale infinitive à couplage bidirectionnel explicite

cherchons de la musique pour danser dessus
il faut trouver une place pour y garer les caravanes

Pour d'autres exemples, voir la page connexe Les subordonnées adverbiales - noyaux atypiques.

§ Subordonnée finale infinitive à couplage bidirectionnel implicite

Nom de la principale = complément prépositionnel de la subordonnée

On pourrait expliciter le caractère bidirectionnel de il ne vaut pas la corde pour le pendre par la paraphrase il ne vaut pas la corde pour le pendre avec ou il ne vaut pas la corde avec laquelle le pendre.

c'est un bâton pour chasser les chiens errants
c'est un outil pour récolter les noix de coco
celle-ci est pour dormir, celle-là pour ne pas s'endormir
il ne vaut pas la corde pour le pendre
il s'est mis en quête d'un endroit pour manger
l'argent pour les retirer
la philosophie donne des préceptes pour bien vivre
nous avons trois garçons pour servir les clients
quelque chose pour manger
sans personne pour l'accompagner
sans un arbre pour donner de l'ombre à ceux qui viennent puiser l'eau
un couteau pour égorger un porc
une corde pour se pendre
une méthode pour apprendre le chinois
une pilule pour dormir
une solution décisive pour en finir avec ces abus

Nom de la principale = objet direct de la subordonnée

On pourrait expliciter le caractère bidirectionnel de une lettre pour ouvrir après sa mort par la paraphrase une lettre pour l'ouvrir après sa mort.

il m'a remis une lettre pour ouvrir après sa mort
elle allait commander en plus six bouteilles de vin cacheté pour boire avec le rôti (Zola)
je voudrais vous confier quelque chose pour porter là
elle choisissait les plus belles pour mettre dans ses cheveux
elle fait sa mayonnaise pour manger avec le homard
un rêve dont elle n'osait parler, c'était d'avoir une pendule pour la mettre au beau milieu du marbre (Zola)
il choisit un livre pour lire au bain

Voir aussi la page connexe La subordonnée finale infinitive - rubrique Infinitif à sujet corrélé - phénomènes divers.

Subordonnée complémentale causale

Les verbes de punition et de récompense régissent pour.

condamner
consigner
décorer
féliciter
punir
expulser
gronder
haïr
huer
pardonner
reconnaissant
révoquer
dénoncer
persécuter
porter rancune
déshonorer
féliciter
mépriser
remontrances

elle la gronda pour être sortie sans sa permission (Flaubert)
il a été condamné pour avoir volé un pain
il a été puni pour avoir menti
il était persécuté pour avoir soutenu la rondeur de la terre
ils ont été copieusement hués pour avoir attenté à la personne du roi
je recevais des remontrances pour être mal peigné, pour avoir les mains sales (Loti)
je te hais pour t'avoir aimé (Mérimée)
on l'a félicité pour avoir sauvé l'enfant

Subordonnée adverbiale causale

La subordonnée causale n'est régie par aucun élément de la principale. Ce tour appartient à la langue écrite.

§ Conséquence physique ou punition

Antoine était mort pour s'être baigné dans un étang malsain (Alain-Fournier)
il ne perd rien pour attendre
il y a aussi des grammairiens du dimanche qui s'infiltrent dans la presse et qui, pour connaître insuffisamment l'histoire de la langue, tombent souvent dans un purisme outrancier (R. Georgin)
j'ai entendu dire qu'on perd une femme pour la trop aimer (Montherlant)
j'eus un rhume de cerveau pour m'être endormi le soir, pendant que la fenêtre était ouverte (France)
la Jungfrau ne perdit rien pour avoir attendu (Daudet)
le docteur Cottard...dut un jour remettre sa mâchoire qu'elle avait décrochée pour avoir trop ri (Proust)
me sentant la tête un peu lourde pour avoir trop dansé
pour avoir oublié ces choses, l'apprenti sorcier a perdu la tête (Maurois)
pour être de si facile accès, vais-je aimer moins ces souriants abords du lac Majeur ? (Gide)
pour être plus lyrique, on finit par ne plus être précis de tout (Gide)
pour s'être bourrés de framboises, ils commençaient à souffrir cruellement
un enfant est mort pour avoir voulu glisser le long de cette rampe (Duhamel)
un jour, pour s'être obliée jusqu'à donner du grain aux poules, elle failit avoir la tête fendue (Zola)

§ Conséquence logique

il le connaissait pour lui serrer la main parfois (Zola)
il le savait pour l'avoir vue plutôt que pour la voir en ce moment (Bory)
il ne perd rien pour attendre
je le connais pour l'avoir croisé à plusieurs colloques
je sais ce qu'il vaut, pour en avoir goûté (Courteline)
je sais cela pour avoir interrogé le responsable
pour avoir été son secrétaire pendant quinze ans, je connais un peu ses excentricités
pour avoir fait ses études aux États-Unis, il connaît bien la manie de réductionnisme hyperoptimiste de ce pays-là

Subordonnée adverbiale causale métadiscursive - 2

Voir la page connexe Emplois spécialisés de pour - subordination fléchie. Nous avons réuni sur la même page le type fléchi et le type infinitif de la subordonnée adverbiale causale métadiscursive.

Subordonnée concessive totale

Voir la page connexe La concession totale - constructions non fléchies.

Subordonnée temporelle - suite inattendue

beaucoup de clientes l'avaient quittée pour venir chez moi (Maurois)
dix sociétés se fondaient un jour pour disparaître le lendemain (Benoît)
donner d'une main pour reprendre de l'autre
étendu sur son lit pour ne plus s'en relever
en ce temps-là, la partie large de la rue Beaubourg ne commençait qu'à la rue Rambuteau, pour continuer jusqu'à la rue Réaumur (Romains)
enfin, je repris tout à fait le dessus, mais ce ne fut que pour céder à la fatigue qui m'écrasait (Carco)
il a commandé une pizza, pour la décommander l'instant d'après
il cherchait son article pendant des heures pour le retrouver dans la poubelle
il est parti aux États-Unis après la guerre pour y mourir quelques années plus tard sans avoir fait fortune
il est parti pour ne plus revenir
il est tombé pour ne plus se relever
il finissait le soir tard pour reprendre le travail tôt le lendemain
il s'endormit, pour n'ouvrir les yeux qu'à neuf heures le lendemain
il sombra dans le delirium tremens, pour mourir peu après (Chevallier)
ils avaient marché pendant deux heures pour se retrouver au point de départ (Sand)
la pluie était tombée tout le jour, pour ne cesser qu'au soir (Alain-Fournier)
on ne sortait d'un danger que pour en affronter un autre (Merle)
près des récifs, ils [des dauphins] ont plongé pour ne plus reparaître (Gide)
que de fois ai-je ainsi bondi de ma lecture à ma fenêtre, pour ne voir rien du tout passer (Gide)
tu a cessé de t'occuper de Georges pour ne t'occuper que de Michel (Cocteau)
une mouche éphémère naît à neuf heure du matin pour mourir à cinq heures du soir (Stendhal)

Le syntagme [aller * pour * infinitif]

Aller pour faire signifie être sur le point de faire, avoir l'intention de faire. Voir les exemples à la page connexe Verbes multistructurels - aller - rubrique [aller * pour * infinitif].

Le syntagme [être * pour * infinitif]

Le syntagme [être * pour * infinitif] a cinq sens :

§ Sens de base : être destiné à, être de nature à

L'infinitif simple peut avoir une interprétation passive.

c'est pour protéger contre le soleil
c'est pour emporter (interprétation passive)

Dans ce cas, [pour * infinitif] remplit sa fonction originale, celle de complément prédicatif.

§ Être sur le point de, chercher à

Ce syntagme vieilli ou populaire exprime un futur proche ou une intention immédiate.

ils étaient pour se marier ensemble
j'étais justement pour sortir quand
j'étais pour le faire
lorsqu'il sera pour partir
Monsieur est pour rentrer bientôt ? (Bernard)
quand elle fut pour mourir, elle ordonna que (Montherlant)
quand ils furent pour se quitter
quand le temps est pour changer (Romains)
un moment je fus pour ne pas partir (Léautaud)

§ Être de nature à, être propre à, être susceptible de

ce n'est pas pour arranger les choses
ce n'est pas pour l'effrayer
ce n'est pas pour l'impressionner
ce n'est pas pour le décourager
ce n'est pas pour le rassurer
ce n'est pas pour lui déplaire
ce n'est pas pour lui plaire
ce n'est pas pour me rendre fier
ce n'est pas pour surprendre
ce n'est pas un mari pour aller dans les foules (Gyp)
cela n'est pas pour durer
ces nouvelles n'étaient pas pour me surprendre
je ne suis pas une femme pour te faire honneur dans le monde (Lavedan)
voilà une réputation qui n'est pas pour m'effrayer (Proust)
vos manœuvres ne sont pas pour m'intimider

§ Être en faveur de

je suis pour aller au cinoche ce soir

Nous avons réuni sur la même page le type fléchi et le type infinitif de cette subordonnée complémentale. Voir la page connexe Emplois spécialisés de pour - subordination fléchie - rubrique Subordonnée complémentale - être pour.

§ Sens consécutif

qui suis-je pour juger ?
qui es-tu pour me parler sur ce ton ?
qui êtes-vous pour donner votre avis ?

L'infinitif dans la thématisation - 1

Voir la page connexe Détachement et thématisation - rubrique Thématisation lexicale explicite.

Nécessité, suffisance, excès

Voir la page connexe Emplois spécialisés de pour - nécessité, suffisance, excès.

Construction existentielle quasi-relative

Le syntagme [pour * infinitif] peut être paraphrasé par la subordonnée relative [qui * verbe-fléchi].

§ Avoir, il y a, il se trouve, il ne manque pas

il se trouve toujours des gens pour dire que
il se trouvera des journalistes pour l'approuver
il y a des grammairiens universalistes pour s'imaginer que l'apprentissage langagier est analogue à l'installation d'un logiciel
il ne manque pas de gens, à gauche et à droite, pour me reprocher mes deux mille hectares de bois (Mauriac)
ils ne trouveront pas un peuple pour se réjouir d'une pareille crise
j'ai mon fils pour m'aider
tu as quelqu'un pour t'accompagner ?
y a-t-il quelqu'un de nos jours pour croire que...?

L'exemple suivant illustre une variante où le syntagme [pour * infinitif] ressemble à une relative autonome (sans antécédent) plutôt qu'à une relative ordinaire. L'antécédent sous-entendu pourrait être quelque chose ou des choses.

il y a ici pour contenter tous les goûts

§ Il n'y a que

il n'y a que ça pour endormir vos peines (Mirbeau)
il n'y a que la légèreté française pour prendre ces compilations au sérieux (A. Daudet)
il n'y a que les civils pour confondre l'honneur militaire et la réussite (Romains)
il n'y a rien comme le patriotisme pour soûler les gens (Mirbeau)
pour être libre, pour écrire, pour tout faire au monde, il n'y a que Paris (Hervieu)

§ Numéraux cardinaux, sélecteurs

Voir la page connexe La subordonnée relative infinitive existentielle régie - rubrique L'emploi de pour à la place de à.

Subordonnée sujet ou apposition prédicative

Le syntagme [pour * sujet * de * infinitif] peut servir de sujet ou d'apposition prédicative.

Voir l'examen de la subordonnée sujet d'apposition prédicative à la page connexe La subordonnée sujet d'apposition prédicative.

§ Sujet

il est fréquent pour un jeune diplômé de se rabattre sur un emploi sans rapport avec sa formation
il est normal pour...de

§ Sujet d'apposition prédicative

l'obligation pour...de faire
la manière pour...de faire
la nécessité pour...de faire
la possibilité pour le président de s'exprimer devant le Parlement
la possibilité pour le voyageur de s'enregistrer grâce à son mobile
le risque pour...de faire
la tentation pour...de faire
le fait pour Pierre d'aimer Marie
le mariage est l'art pour deux personnes de vivre ensemble aussi heureusement qu'elles auraient vécu chacune de son côté (Feydau)
le risque est pour lui de

Introducteur d'infinitif

Pour est un introducteur d'infinitif dans les subordonnées sujet du type ça demande une heure pour nettoyer ou c'est le diable pour s'entendre. La principale exprime le coût, la durée, la difficulté. Voir la page connexe La subordonnée sujet infinitive - caractéristiques générales - rubrique Sujet postposé - introducteur = pour.

Préposition à tout faire

Pour est une espèce de préposition à tout faire qui permet d'exprimer toutes sortes de circonstances vagues. Ses paraphrases sont au cours de, à l'occasion de, à propos de. Cette subordonnée a parfois la valeur d'un gérondif.

Lorsque la préposition pour est mise à contribution comme « préposition à tout faire », elle n'est pas régie. On sait que le constituant recteur est une catégorie spécifique dont la population est faible par rapport à celle du constituant régi et que la relation recteur / régi est une relation grammaticale ou sémantique tangible, facile à établir. Rien de tel dans le cas de pour comme préposition à tout faire. Dans les exemples qui suivent, il y a une affinité vague entre le noyau (verbe, non, adjectif) et l'expression prépositionelle.

avoir des difficultés pour
être intimidé pour
faire des façons pour
faire des manières pour
il est très adroit pour bricoler
il gémit pour descendre du son lit (Montherlant)
il montrait cet air arrogant qu'il prenait toujours pour pénétrer au lycée (Lacretelle)
ils ne se cachaient point pour le leur dire (Rolland)
ils ont, pour quitter la terre natale, mis leurs meilleurs vêtements (Duhamel)
insister pour
l'Empereur n'est pas vraiment certain qu'il aura encore sa couronne sur la tête pour aller au cercueil (Martin du Gard)
mon écriture n'a pas tremblé pour écrire cette effroyable phrase
ne faire aucune difficulté pour
ne pas hésiter pour
ne pas perdre du temps pour
ne pas se gêner pour
Pietro avait un air cafard pour me dire ça (Drieu la Rochelle)
s'embarrasser pour
sa bouche remuait à peine pour parler
sa voix tremblait pour répondre à son père
se retenir pour ne pas pleurer

Gêner pour se range sous cette étiquette.

Cicéron, quand il écrit à ses intimes, ne se gêne pas pour employer la langue de tous les jours (Marouzeau)
ça gênait tout de même un peu pour causer (Rolland)
si j'étais celui qui hérite, ça me gênerait beaucoup pour le soigner (Gyp)

Quelques verbes, noms et adjectifs ayant une affinité pour la préposition pour

appeler
attendre
chercher
choisir
commander
connaître
désigner
employer
imaginer
offrir
posséder
préférer
retenir
rêver
trouver

flair
formule
mot
pourparler
promptitude
ressource
remède
secret
valeur

admirable
avantageux
bête
compétent
efficace
excellent
faible
heureux
incomplet
infaillible
mûr
tentant
tranquille
zélé

bâti
choisi
désigné
fait
organisé
preparé
prévu
qualifié

Gratuité

On peut exprimer la gratuité d'une action par une subordonnée du type [pour * infinitif] dont le verbe (l'infinitif) est identique au verbe de la principale. Le mode de la principale n'est pas restreint.

jouer pour jouer
danser pour danser
crier pour crier
mentir pour mentir
changer pour changer

L'infinitif dans la thématisation - 2

crever pour crever, nous préférons crever à ne rien faire (Zola)
mourir pour mourir, j'aimerais mieux que ce fût à l'endroit où j'étais qu'à deux lieues plus loin (Diderot)
mourir pour mourir, je préfère que ce soit ici
mourir pour mourir, mieux valait ne pas laisser aux enfants une lourde note (Mauriac)
mourir pour mourir, ne vaut-il pas mieux mourir agréablement ? (Gervais)
tué pour tué, je préfère que ce soit en France (être tué)

La subordonnée développe la principale

La subordonnée, plutôt que d'exprimer le but, précise ce à quoi consiste la principale.

son premier geste fut pour les chasser (Zola)
nos premières paroles furent pour constater que le temps était un joli temps de saison (Romains)
dès qu'il est levé, c'est pour courir à ses visites (Romains)
il se mit à parler de la guerre et ce fut naturellement pour la maudire (Lacretlle)

Locutions pseudo-finales métadiscursives

pour achever
pour ainsi dire
pour changer de sujet
pour commencer
pour conclure
pour dire comme on disait autrefois
pour dire la vérité
pour dire vrai
pour être exact
pour être juste
pour être précis
pour être sincère
pour en donner un exemple
pour finir
pour ne pas dire
pour ne pas le nommer
pour résumer
pour tout dire

Adéquation

La subordonnée [pour * infinitif] peut exprimer l'adéquation entre un noyau (verbe, nonm, adjectif, adverbe) et une destination, un objectif, une fonction. Cet emploi de pour est très souple et parfois assez vague. Le degré de rection entre noyau et complément varie entre très fort (lexicalisé) et très faible (improvisé). Par exemple, les adjectifs fait, compétent et qualifié régissent la préposition pour, tandis que les adjectifs infaillible, légitime et formidable l'admettent sans l'attirer pour autant.

§ Verbes

[pour * infinitif] est le complément primaire

convenir
réussir
s'y entendre
servir
être là
faire (comment fait-il pour)
s'y prendre (comment s'y prend-il pour)
il n'y avait personne pour

[pour * infinitif] est le complément secondaire

abuser de
avoir confiance en
compter sur
disposer de
jeter son dévolu sur
parler de
penser à
profiter de
rêver de
s'en rapporter à
s'en remettre à
se servir de
songer à

chercher
choisir
commander
désigner
désirer
demander
donner
employer
imaginer
laisser
obtenir
offrir
posséder
préférer
prendre
proposer
recruter
retenir
saisir
trouver
utiliser

§ Noms

art
autorisation
beau temps
biais
courage
démarche
demande
économies
effort
endroit
essai
facilité
flair
force
formule
furie
geste
goût
habileté
invention
latitude
loisir
manœuvres
méthode
moment
motif
mouvement
moyen
nez
occasion
offensive
passion
permission
prétexte
procédé
raison
répugnance
remède
ressource
ruse
secret
talent
tentative
trucs

§ Adjectifs

admirable
adroit
avantageux
bâti
bien placé
bien parti
bon
choisi
commode
compétent
délicieux
désigné
destiné
efficace
excellent
faible
fait
favorable
formidable
habile
hardi
impuissant
incomparable
incompétent
infaillible
inutile
légitime
libre
mauvais
mûr
organisé
paresseux
payé
préparé
prêt
qualifié
sans pareil
sûr
supérieur
tentant
utile
zélé

je ne suis pas la meilleure personne pour

§ Adverbes

à la bonne place
à merveille
à temps
au bon moment pour
en bonne voie
en retard
en route

Champs de rection spécifiques

La préposition pour est régie dans certains champs sémantiques :

§ Prédication

Verbes intransitifs et transitifs confondus.

connaître
désigner
être réputé
employer
passer
poser
reconnaître

§ Accord

conspirer
être d'accord
être unanimes
s'accorder
s'entendre

§ Préparatifs

étudier
s'arranger
se préparer
entraîner

§ Souhaits

attendre
faire des vœux
presser
prier
voter

cent cinquante votèrent pour rester avec Tartarin (Daudet)

§ Compensation

compenser
condamner
donner en échange
être payé
féliciter
payer
punir
remercier

j'aurais donné dix ans de ma vie pour n'avoir pas fait ce voyage (Duhamel)

(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)