Le syntagme prépositionnel - l'omission de la préposition
HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      INDEX


TITRE
Le syntagme prépositionnel - l'omission de la préposition (271)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
Le syntagme prépositionnel - l'omission de la préposition (271)

SOMMAIRE

Préposition marquant un point dans l'espace

Les adresses

On indique les odonymes sans préposition :

il habite rue de l'Université
il travaille avenue de l'Opéra
je l'ai croisée place de la Victoire
il y aura une réunion porte de Versailles

Préposition marquant un point dans le temps ou la durée

Les dates

On indique les dates isolées et les dates répétitives sans préposition :

le 14 juillet
tous les 14 juillet

Les saisons

L'emploi des prépositions avec les saisons est irrégulier :

au printemps
en été
en automne
en hiver
été comme hiver
à l'automne de ses jours
à l'hiver de sa vie
l'automne prochain
l'automne dernier

Fois

Fois s'emploie sans préposition :

une fois
chaque fois
cette fois
la prochaine fois
la dernière fois

Jour

le jour où
un jour
l'autre jour
tous les jours
un beau jour

le temps et l'espace exprimant la durée

le temps que
tout le temps que
l'espace d'un instant
sortir le temps des formalités

Les unités de temps

Semaine, mois, et année accompagnés de ce, chaque, prochain, dernier, précédent, suivant s'emploient sans préposition.

Les unités de temps inférieures à la semaine (seconde, minute, heure, jour) s'emploient avec à : à la nanoseconde suivante.

Les jours de la semaine

Les jours de la semaine s'emploient sans préposition : dimanche prochain

Les parties du jour avec hier, demain, aujourd'hui et avec les jours de la semaine

Matin et soir

matin et soir s'emploient le plus souvent sans au :

hier (au) matin
demain (au) soir
samedi (au) matin
dimanche (au) soir

Midi

l'omission de à est moins fréquente, mais possible

Après-midi

s'emploie toujours sans préposition

Minuit

à est obligatoire

On préfère ce à aujourd'hui :

ce soir ou aujourd'hui (au) soir
ce midi ou aujourd'hui à midi.

Les parties du jour dans les autres cas

Au matin et au soir sont obligatoires quand le jour n'est pas indiqué ou si le jour est indiqué par

une date, une expression adverbiale, (la veille, le lendemain, ce jour-là, tous les jours),

le jour d'un événement,

un jour de la semaine précédé de chaque (chaque dimanche),

[le * ordinal * jour]

Phénomènes de la langue commerciale et familière

(au) début (de) septembre
(à la) fin (de) janvier
début/fin courant

Les deux prépositions sont à omettre ou à garder en bloc.

Expression adverbiale de temps en position de complément prédicatif

Les dates, les jours de la semaine, les fêtes et les parties du jour peuvent occuper la position de complément prédicatif du verbe être.

nous sommes le lundi de Pâques
nous sommes le neuf
nous sommes lundi
on était un dimanche
on est dimanche matin
on est vendredi soir

Le sujet est presque toujours nous ou on, mais on trouve aussi il se croyait dimanche.

Préposition marquant un intervalle dans le temps

il a attendu trois heures
il a dormi dix heures après le voyage
il a galéré toute sa vie
il a parlé vingt minutes
il a vécu cent ans
il est resté deux heures à nous attendre
il peut sonner tout le temps qu'il voudra
il régna vingt ans
ils se sont aimés l'espace d'une nuit
on le comparait à son frère toute son enfance

Préposition dans les constructions de périodicité

Sans préposition

chaque lundi
chaque semaine
tous les mois
tous les trois jours
tous les jours
une fois par an

Avec préposition

Chaque

à chaque instant,
à chaque automne/printemps

Tout

à tout instant
à tout moment
à toute seconde

Préposition marquant le point final d'un intervalle

D'ici à

D'ici à permet d'exprimer un intervalle de temps ou un trajet. On peut toujours omettre à.

d'ici (à) ce soir
d'ici (à) ce temps-là
d'ici (à) cinq minutes
d'ici (à) demain
d'ici (à) demain
d'ici (à) dix jours
d'ici (à) la Saint-Jean
d'ici (à) la fin de l'année
d'ici (à) la prochaine guerre
d'ici (à) là-bas
il y a loin d'ici (à) la mairie ?

L'omission de à est obligatoire dans d'ici peu et d'ici là.


Notons que l'intervalle de temps peut être exprimé par son point final (d'ici demain) ou par une durée (d'ici vingt-quatre heures).

On observe la même indifférence à l'égard du nombre de dimensions dans l'emploi de depuis. Dans depuis hier, hier est ponctuel (nombre de dimensions = 0) ; dans depuis vingt-quatre heures, vingt-quatre heures est linéaire (nombre de dimensions = 1). Nous étudions la dualité du temps ponctuel et du temps linéaire en plus de détail dans la section consacrée au système de subordination temporelle. Voir la page connexe Le système temporel - jonctions complexes.

Autres constructions

Nous nous bornons à quelques exemples, sans prétendre pouvoir en dégager un véritable classement.

le chemin de la gare ici
de l'école chez lui

d'un château l'autre (Céline)
d'une génération l'autre

C'est à Céline que cette construction doit sa popularité dans le style journalistique.

Préposition marquant le point initial d'un intervalle

L'approximation numérale

de vingt à trente mètres vingt à trente mètres

Indication d'un jour par le nombre de jours qui le séparent d'un jour antérieur.

de demain en huit demain en huit
de jeudi en quinze jeudi en quinze

Préposition marquant la différence dans le temps ou dans l'espace


Dernier élément d'une locution prépositive

Les locutions prépositives qui présentent cette particularité sont en face de, près de, vis-à-vis de, proche de :

en face l'église
près l'église
vis-à-vis l'église
proche l'église

Proche de et proche sont vieillis ou littéraires.

On pourrait ajouter attenant à ce groupe de locutions prépositives. Sa forme archaïque est attenant de.

Certains grammairiens considèrent en face, près et vis-à-vis comme familiers, mais ce jugement est démenti par l'usage dans la langue commune et dans la langue écrite.

On garde de quand vis-à-vis a le sens abstrait de à l'égard de.

De n'est pas omis devant un pronom personnel : *en face moi

Formules de la langue administrative :

ambassadeur près le Saint-Siège
expert près le tribunal de

Les odonymes

La préposition de est le plus souvent omise devant les noms dans les odonymes. Cependant, de est requis quand

le nom est précédé d'un titre (avenue du Maréchal Foch)

le nom n'est pas un nom de personne (boulevard du Montparnasse)

le de est un de nobiliaire (quai de Conti, rue de Condé)

Le complément aprépositionnel du nom


Survivances du génitif

Hôtel Dieu
fête Dieu

Préposition enchâssée dans les uns...les autres


Les prépositions elliptiques modernes


L'omission de la préposition dans le détachement


La neutralisation de la préposition


Les subordonnées réduites - la réduction nomino-prédicative


Constructions épithetiques et adverbiales

aller bon train
bec et ongles
bon an mal an
bon gré mal gré
corps et âme
corps et biens
cul sec
mine de rien
ni plus ni moins
somme toute

Phénomènes divers

Les adverbes aprépositionnels de lieu et de temps sont fragiles. Si le nom est qualifié, la préposition s'impose.

en ce jour de fête
dans l'avenue de l'Opéra, qui est une des plus prétentieuses de Paris

Crainte de, peur de et retour de s'emploient dans la langue commune. Rapport à (= au sujet de ou à cause de) est populaire ou très familier.

On omet par dans les unités de mesure proportionnelles : cent kilomètres-heure.

On omet à devant chacun dans certaines locutions :

chacun son tour
chacun son métier, les vaches seront bien gardées

On peut dire acheter bon marché et vendre bon marché, mais à est nécessaire si l'adverbe est pris au sens de sans beaucoup de peine :

se débarrasser du problème à bon marché.

Certaines locutions comprenant plein

reliure plein cuir
fourrure plein peau
se diriger plein ouest
rouler pleins phares

Jargons de métier

cousu main
fait main

Locutions ressemblant au génitif de qualité

bon teint
grand luxe

Constructions régionales

j'ai mal la tête
j'ai froid les pieds
fais attention tes bas
faire peur les gens

S'en falloir avec et sans de


Remarque sur le complément aprépositionnel du verbe


RETOUR EN HAUT DE PAGE