HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      INDEX


TITRE
En - pronominalisation prépositionnelle - introduction (234)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
En - pronominalisation prépositionnelle - introduction (234)

SOMMAIRE
Définition
Renvois importants
Les paramètres de la transformation
Le type du noyau
Le cas du noyau
Le type du complément
Le type du délimiteur
Le statut biologique de l'antécédent
La virtualité de l'antécédent
Le mode du verbe
L'agentivité du verbe
Réflexivité
Les traits de l'antécédent
Statut biologique
Nombre
Personne
Caractère dénombrable
Définitude
Précision
Tableau théorique et arborescence pratique
Une asymétrie entre en et y

Définition

La pronominalisation prépositionnelle par en est une transformation qui s'applique dans certains cas au syntagme prépositionnel [de * nom]. La transformation comporte deux étapes :

Le syntagme prépositionnel [de * nom] est remplacé par le pronom prépositionnel en.

Le pronom prépositionnel en est déplacé vers la tête de l'agglomérat verbal conformément aux règles de la pronominalisation conjointe et aux règles de la montée des pronoms conjoints. Voir les pages connexes Les règles de base des formes conjointes - les groupes, La pronominalisation dans les subordonnées infinitives.

j'ai lu la préface de ce livre j'en ai lu la préface

Cette transformation est subordonnée à des conditions complexes.

Nous appelons le syntagme [de * nom] l'antécédent de en.

Renvois importants

Pour l'examen du rôle de en dans les règles de base des pronoms conjoints, voir la page connexe Les règles de base des formes conjointes - les groupes.

Pour l'examen du rôle de en dans le détachement, voir la page connexe Détachement et thématisation - rubrique Trace = pronom prépositionnel en.

Pour l'examen du rôle de en dans les subordonneés infinitives, voir la page connexe La pronominalisation dans les subordonnées infinitives.

Les paramètres de la transformation

Le type du noyau

Le type du noyau est verbe dans je m'en souviens, adjectif dans j'en suis capable, délimiteur dans j'en connais plusieurs, nom dans j'en connais l'auteur.

Nous sommes pris à notre propre piège terminologique. Nous disons que le délimiteur est un noyau vis-à-vis du complément [de * nom]. Par ce comportement, il rejoint le verbe, l'adjectif et le nom. Mais en même temps, dans l'étude du groupe nominal, nous disons que le délimiteur est un complément vis-à-vis de son noyau, le nom. Dans l'étude du groupe nominal, le délimiteur est un complément ; dans l'étude de en, le délimiteur est un noyau.

Le cas du noyau

Le cas du noyau est sujet dans l'auteur en est célèbre, objet direct dans j'en connais l'auteur, prédicat dans D'Alembert et Diderot en sont deux.

Le type du complément

Le type du complément est possessif dans j'en ai lu la préface, objectif dans j'en approuve la démolition, circonstanciel dans je m'en suis éloigné.

Le type du délimiteur

Le délimiteur est l'un des types du noyau. À son tour, il a une classification complexe. Voir la page connexe Les délimiteurs - caractéristiques générales.

Le statut biologique de l'antécédent

Voir les traits de l'antécédent plus loin sur cette page.

La virtualité de l'antécédent

Avec certains types de délimiteur, en correspond à un de virtuel.

j'en connais plusieurs
j'en connais trois
donnez-m'en une toute petite

Le mode du verbe

Le participe passé n'admet pas en : il en est mort, en mourir, en en mourant, mais *en mort.

L'agentivité du verbe

L'agentivité du verbe joue lorsque le noyau est un nom en position de sujet : *les roues en tournent très mal, mais les détails en sont connus.

Réflexivité

Dans la proposition Pierre pense que Marie est amoureuse de lui, lui a une lecture réfléchie et une lecture non réfléchie : Marie pourrait être amoureuse de Pierre ou de Paul. En revanche, dans la proposition Pierre pense que Marie en est amoureuse, la lecture réfléchie est exclue. En ne se comporte jamais en pronom réfléchi.

Les traits de l'antécédent

Statut biologique

Le statut biologique de en - introduction

Pour l'étude du statut biologique des pronoms personnels, voir la page connexe Les antécédents du pronom personnel - rubrique Statut biologique des pronoms personnels. Pour l'essentiel, le pronom prépositionnel (en, y, etc.) et le pronom personnel obéissent à la même règle de base en ce qui concerne leur statut biologique.

Le statut biologique de en dépend du type de de qu'il représente. Pour l'étude détaillée des types de de transformables en en, voir la page connexe En - les types du noyau. Quelques exemples :

Le possesseur représenté par en est inanimé : il en connaît l'adresse (du restaurant) est correct, *il en connaît l'adresse (de Pierre) ne l'est pas.

L'agent passif représenté par en est animé ou inanimé : Pierre en est aimé et le jardin en est entouré sont l'un et l'autre corrects. On n'a d'ouverture sur un être que si on en est aimé (Chadonne).

Avec les délimiteurs, en peut représenter des compléments animés et inanimés : j'en ai vu plusieurs, j'en connais beaucoup.

Le cas le plus complexe est celui de en comme complément d'un verbe ou d'un adjectif en position prédicative. Nous l'examinons ci-dessous.

En comme complément d'un verbe ou d'un adjectif prédicatif

En première approximation, le pronom prépositionnel en renvoie aux antécédents inanimés. Ce sont les pronoms personnels disjoints (série de lui) et les pronoms possessifs (série son) qui renvoient aux antécédents animés. Cette règle est loin d'être absolue.

En peut avoir des antécédents animés dans certains registres (langue relâchée, langue écrite recherchée). C'est dans la langue parlée moyenne que la règle de base est le plus stable.

Le statut biologique de en dépend aussi du verbe. Certains verbes tolèrent en animé mieux que les autres.

Exemples de la règle de base

il en profite (de la présence de Pierre)
*il en profite (de Pierre)
il en était question (du caractère de Pierre)
*il en était question (de Pierre)
il en désespère (du succès de Pierre)
*il en désespère (de Pierre)
il en répond (de l'honnêteté de Pierre)
*il en répond (de Pierre)

il profite d'eux (de ses amis)
il était question d'eux (de ses amis)
il ne désespère pas d'eux (de ses amis)
il répond d'eux (de ses amis)

Exemples de en avec un antécédent humain

ce qu'on m'en a raconté
dès qu'il l'a vue, Pierre en est tombé amoureux
elle en avait deux enfants
elle en est jalouse
il en parle souvent
il est parti il y a trois mois et je n'en ai pas de nouvelles
il l'aimait et il en était aimé
il s'efforçait de lier conversation avec lui, comptant bien en tirer quelques paroles substantielles (France)
il veut en faire son épouse
j'en ai besoin
j'en ai peur
j'en suis fou
j'en suis jaloux
j'en suis satisfait
je le vois rarement, mais j'en reçois de très longues lettres
je n'ai rien à faire avec lui et je m'en moque
je n'oublie pas les services que j'en ai reçus
je ne l'ai vu qu'une seule fois et je ne m'en souviens pas
je ne l'aime pas et je m'en méfie
je ne la connais que trop bien et j'en suis jalouse
je voudrais en être aimé
les services que j'en ai reçus
méfiez-vous-en
ne m'explique pas que je n'avais pas à souffrir de toi, si j'en ai souffert (Aragon)
ne parlons pas de moi - si, parlons-en
nous allons en obtenir des concessions
occupez-vous-en (de ce client)
parlez-moi des disputeurs et parlez-m'en avec simplicité (Montherlant)
son père voulait en faire un médecin
vous en parliez comme d'une folle

Phénomènes divers

Les antécédents animés pluriels ou génériques sont plus acceptables dans la langue courante que les antécédents animés singuliers ou spécifiques : je n'en ai qu'un seul (fils) ne présente aucun problème.

Le pronom disjoint (la série de lui) et le pronom possessif (la série son) sont préférables lorsque l'antécédent animé est éloigné du pronom.

En revanche, dans le détachement, on se sert obligatoirement de en pour reprendre l'antécédent animé détaché (qu'il soit antéposé ou postposé). Voir l'étude détaillée du détachement à la page connexe Détachement et thématisation.

qu'est-ce que vous en dites, du nouveau directeur ?
*qu'est-ce que vous dites de lui, du nouveau directeur ?

il faut nous en protéger, de Pierre
*il faut nous protéger de lui, de Pierre

des gens comme ça, je m'en méfie
*des gens comme ça, je me méfie d'eux

Si un groupe de personnes est objectifié par l'article indéfini, en est préférable. Il s'occupe des enfants handicapés se transforme en il s'occupe d'eux, mais il s'occupe d'enfants handicapés se transforme en il s'en occupe. D'enfants handicapés fait penser à une profession ou à une mission, plutôt qu'à des individus.

On peut dire j'en parle ou je m'en souviens métonymiquement, c'est-à-dire lorsque l'antécédent apparent est une personne, mais qu'en réalité il s'agit d'une situation ou d'une abstraction concernant cette personne. (La règle analogue s'applique à y.)

La représentation d'un antécédent humain par en a quelquefois l'avantage de la concision.

On se sert du pronom personnel disjoint s'il n'y a pas de verbe qui puisse accueillir en, par exemple en cas de réduction :

il a obtenu cette faveur bien qu'il en fût indigne
il avait obtenu cette faveur bien qu'indigne d'elle

L'emploi du pronom personnel disjoint permet de personnifier l'objet inanimé :

les lacets de cuir vous lâchent juste le jour où vous avez besoin d'eux (Giraudoux)

Nombre

En peut renvoyer aux antécédents singuliers et pluriels.

Personne

Dans la langue littéraire, en peut renvoyer à la première et la deuxième personne.

il a parlé de moi et il en parle encore
il a dit du bien de toi et il en dit encore
parlons de toi ! - n'en parlons pas !

Caractère dénombrable

En peut renvoyer aux antécédents dénombrables et non dénombrables.

Définitude

En peut renvoyer aux antécédents indéfinis et définis.

Précision

En peut renvoyer aux antécédents imprécis (par exemple, aux antécédents phrastiques) :

il n'en était que plus fier
si nous ouvrions une bouteille, qu'en dirais-tu ?

Tableau théorique et arborescence pratique

Nous venons d'énumérer les paramètres de la pronominalisation prépositionnelle par en et les traits de l'antécédent. En théorie, on pourrait construire un gigantesque tableau multidimensionnel pour étudier exhaustivement tous les détails de l'emploi de en. En pratique, ce serait un effort futile, car la plupart des cases de ce tableau manqueraient de pertinence. Le modèle que nous adoptons pour notre exposé est l'arborescence non équilibrée. Nous désignons une des dimensions (le type de noyau) pour le rôle de sommet, et à chaque niveau nous introduisons d'autres dimensions subalternes selon le besoin.

Une asymétrie entre en et y

Le syntagme [à * nom] régi par certains verbes et par certains adjectifs peut être représenté par deux pronoms conjoints : par le pronom personnel lui / leur et par le pronom prépositionnel y. Voir l'étude de la concurrence entre lui / leur et y à la page connexe La division du travail entre lui/leur et y.

Le syntagme [de * nom], lui aussi, peut être représenté par deux pronoms, mais pas par deux pronoms conjoints. C'est le pronom possessif qui concurrence en. Le pronom personnel a un cas datif manifeste ; son cas génitif se cache derrière le pronom possessif.

RETOUR EN HAUT DE PAGE