HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      

RECHERCHE PAR MOTS-CLÉS      RECHERCHE PAR MOTS DISPERSÉS      RECHERCHE PAR MOTS CONSÉCUTIFS


TITRE
Si (231)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
Si (231)

SOMMAIRE
Introduction
Les quatre domaines d'emploi de l'adverbe de degré si
Si dans la subordination consécutive et dans la comparaison
Si dans l'exclamation
Si dans la concession

Introduction

Voir une remarque méthodologique sous la rubrique Les adverbes de degré : si, aussi, tellement, tant, autant.

Voir d'importantes remarques à la page connexe Le groupe adverbial - les adverbes de degré - rubrique Les adverbes de degré de base.

Le mot si issu du latin « sic » est multifonctionnel.

Nous examinons le pronom démonstratif si sur cette page.

Pour l'examen du rôle du mot si dans la subordonnée concessive, voir la page connexe Le système concessif.

Voir l'examen du mot autonome si à la page connexe Propositions averbales et mots autonomes.

Les quatre domaines d'emploi de l'adverbe de degré si

Si...que sert à introduire deux types de subordonnée : la subordonnée comparative et la subordonnée consécutive. Voir les pages connexes Le système comparatif, Le système consécutif. Les deux subordonnées introduites par si...que sont souvent appelées corrélatives, mais nous ne nous servons pas de ce terme. Les deux que sont historiquement distincts : ils correspondent à « quam » et à « quod ».

Si l'adverbe de degré si n'est pas suivi de que, donc ni de comparaison ni de conséquence, il produit un effet exclamatif. Nous examinons le rôle exclamatif de si ci-dessous. Au fond, la fonction exclamative de si est dérivable de sa fonction consécutive.

La fonction concessive de si est une fonction mineure, dérivable de sa fonction comparative. La voir plus loin sur cette page.

L'adverbe de degré si a donc deux fonctions majeures (comparaison et conséquence) et deux fonction mineures (concession et exclamation), dérivables chacune d'une fonction majeure.

Si dans la subordination consécutive et dans la comparaison

La fracture majeure dans l'emploi de l'adverbe de degré si est celle entre la conséquence et la comparaison. Pour l'étude détaillée de la subordonnée comparative, voir la page connexe Le système comparatif. Pour l'étude détaillée de la subordonnée consécutive, voir la page connexe Le système consécutif. Ce à quoi nous nous intéressons ici est la division du travail entre si, aussi, tellement et tant.

Dans la comparaison, l'adverbe de degré si peut s'attacher aux adjectifs et aux adverbes, mais il ne peut pas avoir une cible verbale. Ce sont tant et autant qui s'imposent avec les verbes.

Le participe passé a une double personnalité : une moitié verbale et une moitié adjectivale. L'emploi de si avec le participe passé se divise donc en deux cas.

Si peut avoir pour cibles les participes passés employés comme épithètes ou comme compléments prédicatifs. L'agent passif et tous les compléments sont permis : si admiré par, si fait pour.

si admiré
si aimé
si animé
si attaqué
si célébré
si connu
si éclairé
si fait pour
si raillé

En revanche, l'emploi de si avec un passé composé est agrammatical : *ça m'a si touché.

La fracture entre si et aussi correspond à la polarité de la proposition : si ne s'emploie que dans les propostions qui sont négatives ou interrogatives, aussi s'emploie quelle que soit la polarité.

elle n'est pas si timide que vous croyez
est-ce que je serai jamais si heureux que j'étais aux Fidji ?
est-ce si horrible que le pense Pierre ?
il n'est pas si riche qu'on le dit
il ne travaille pas si lentement qu'il en a l'air
nous ne sommes jamais si heureux que dans l'exaltation (Barrès)
rien ne nous rend si grands qu'une grande douleur (Musset)
rien n'est si beau que le coucher de soleil sur le Pacifique admiré depuis le Japon
tu n'es pas si naïf que tu veux en avoir l'air

En plus, si est aussi possible avec que ça (si vieux que ça) et dans certaines locutions (si peu que rien).

Si tellement et si tant sont des pléonasmes appartenant à la langue populaire.

Si ne peut pas s'attacher aux adjectifs au comparatif. C'est tellement qui s'impose dans ce cas : tellement meilleur plutôt que *si meilleur, tellement plus beau plutôt que *si plus beau. (Cependant, si est possible avec inférieur, supérieur et les autres adjectifs issus de comparatifs latins.)

Lorsque l'adjectif ou l'adverbe qualifié par si subit le détachement à gauche, si se trouve isolé dans un état d'insoutenable légèreté. Dans ce cas, si doit être remplacé par tellement : il est si aimable que *aimable, il l'est si que aimable, il l'est tellement que.

Voir la page connexe Le groupe adverbial - l'adverbe comme complément pour l'examen de si dans les locutions du type j'ai si faim.

Si dans l'exclamation

Si qualifiant un adjectif ou un adverbe, mais non suivi de que, produit un effet exclamatif. L'adjectif peut servir d'épithète ou de complément prédicatif (il est si aimable, c'est un homme si aimable). Toutes les limitations applicables à si consécutif s'appliquent également à si exclamatif.

ce n'est pas si simple
je n'ai jamais vu un si beau spectacle
la méfiance si française du financier
la si puissante économie allemande
le vieux roi, autrefois si belliqueux
un ami si gentil
une si bonne idée
une si longue absence

Si dans la concession

Voir l'étude détaillée de la subordonnée concessive à page connexe Le système concessif. Exemple de l'emploi de si et de aussi : aussi sage soit-il, si sage soit-il.

RETOUR EN HAUT DE PAGE