HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      

RECHERCHE PAR MOTS-CLÉS      RECHERCHE PAR MOTS DISPERSÉS      RECHERCHE PAR MOTS CONSÉCUTIFS


TITRE
Ce (223)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
Ce (223)

SOMMAIRE
Ce - introduction
Ce - autres emplois qu'avec le verbe être
Ce comme sujet
Ce comme objet direct
Ce comme argument de préposition
Ce comme délimiteur
Ce que / ce qui dans la subordonnée relative
Ce que / ce qui dans la subordonnée interrogative partielle
Ce que - degré - dans l'exclamation
Ce que - degré - tout ce qu'il sait
Ce que dans les subordonnées énonciatives
Ce qui et ce que - antécédents humains
Et ce dans la mise en relief
Ce et le verbe être - introduction
Ce et ça
Sujet ou complément prédicatif - l'ambigüité de c'est
Exemples
Ce et le verbe être - ce = sujet
Antécédents
Questions d'accord - 1
Ce ou il - le choix de pronom
Ce dans le détachement
C'est là et ce sont là
C'est impersonnel
Ce et le verbe être - ce = complément prédicatif
L'inversion d'identification prédicative
La mise en relief par introducteurs
Le détachement
La proposition rhématisée
Ce = la raison
C'est là ce que
La construction c'est à qui
Questions d'accord - 2
Ce - aspects phonologiques
Ce - aspects phonologiques - introduction
Devant une proposition relative
Dans la position de sujet et de complément prédicatif
Placé après le verbe
Dans tous les autres cas

Ce - introduction
L'antécédent de ce peut être animé ou inanimé, singulier ou pluriel (sont-ce), masculin ou féminin (c'est une femme brillante).


Ce - autres emplois qu'avec le verbe être

§ Ce comme sujet

Voir plus loin sur cette page et voir la page connexe Ça et ci - rubrique La commutabilité limitée de ça et ce.

§ Ce comme objet direct

Ce s'emploie comme objet direct dans quelques locutions figées :

ce disant
ce faisant
ce lisant
ce sachant
ce voyant
pour ce faire

§ Ce comme argument de préposition

Langue commune

sur ce

Participes absolus

cependant
ce durant
ce nonobstant

Langue littéraire

malgré ce
pour ce
d'après ce

Langue juridique

en vertu de ce
à ce destiné
à ce autorisé
en ce compris
ce nonobstant

Locution inanalysable

Ce néanmoins doit son existence à une analogie fautive avec ce nonobstant.

§ Ce comme délimiteur

il ramassa ce qui lui restait de forces
avec ce que j'ai d'argent je me débrouillerai

Dans ces exemples, ce peut être paraphrasé par telle quantité, autant. Voir aussi

la rubrique Ce que - degré - dans l'exclamation et

la rubrique Ce que - degré - tout ce qu'il sait

§ Les emplois de ce que et ce qui

Pour une vue d'ensemble des emplois de ce que et de ce qui, voir la page connexe Que - mot multifonctionnel.

§ Ce que / ce qui dans la subordonnée relative

Ce est l'antécédent minimal et le plus abstrait des pronoms relatifs qui et que. Voir les pages connexes Les pronoms relatifs - vue d'ensemble, La relativation à antécédent phrastique. Ce que et ce qui peuvent être précédés de tout : tout ce que, tout ce qui.

ce qu'est devenue la religion dans la seconde moitié du vingtième siècle fera l'objet de la prochaine conférence
ce qui est le plus bizarre dans cette histoire, c'est que
ce qui m'inquiète le plus, c'est que
je ferai ce que tu veux
je te donne ce que je tiens dans la main droite

Ce peut être qualifié, de façon discontinue, par [de * nom] ou [de * adjectif], tout en gardant son rôle d'antécédent de que / qui. Dans les exemples qui suivent, ce est qualifié par de plus bête et par de vanité.

c'est tout ce qu'il y a de plus bête
ce qu'il sentait en lui de vanité trouverait toujours moyen de s'assouvir (Romains)

Ce et qui/que peuvent être séparés par certains adverbes de perspective :

ce surtout qui
ce précisément qui

§ Ce que / ce qui dans la subordonnée interrogative partielle

Dans la subordonnée interrogative partielle, ce introduit les pronoms interrogatifs qui et que. Voir les pages connexes Les subordonnées régies interrogatives, La subordonnée interrogative partielle fléchie.

dis-moi ce qu'est ce bidule
dis-moi ce qu'il te faut
dis-moi ce que tu veux
dis-moi ce qui t'inquiète

§ Ce que - degré - dans l'exclamation

ce qu'elle est belle
ce que c'est chiant
ce que tu es bourgeois
ce que tu es crétin
ce qu'il s'amusent bien

Voir la page connexe La proposition exclamative - rubrique Ce que - pronom exclamatif.

§ Ce que - degré - tout ce qu'il sait

elles pleurent tout ce qu'elles savent
je l'aime tout ce qu'on peut aimer

§ Ce que dans les subordonnées énonciatives

Voir les pages connexes Que - mot multifonctionnel, La subordonnée complément prépositionnel fléchie.

Les prépositions et le nominalisateur que se combinent de trois façons :

La préposition est suivie directement du nominalisateur :

C'est la méthode qui sert à former les conjonctions prépositionnelles.

pour que
pendant que
dès que
malgré que
selon que
outre que

La préposition est omise devant le nominalisateur. C'est la méthode exigée par certains verbes et certaines locutions verbales :

se souvenir (de) que
insister (sur) que
faire attention (à) que

Ce est intercalé entre la préposition régie et le nominalisateur

C'est la méthode qui s'applique par défaut. La préposition peut être régie ou employée librement.

de manière à ce que
il est connu pour ce qu'il est efficace
j'hésite sur ce que je dois faire
je m'attends à ce que tu sois efficace

§ Ce qui et ce que - antécédents humains

Ce qui, ce que, tout ce qui et tout ce que peuvent représenter des antécédents humains dans la langue littéraire.

être dur envers ce qu'on aime
tout ce qu'il y a d'enfants dans le quartier
tout ce que j'avais d'amis
tout ce que la littérature comptait de monstres sacrés
tout ce que la ville compte de dignitaires
tout ce qui habitait le quartier
tout ce qui me reste d'amis
tout ce qui pouvait marcher

Le pronom tout peut avoir une interprétation animée en l'absence de ce (tout a fui) et, inversement, le pronom ce peut avoir une interprétation animée en l'absence de tout (être dur envers ce qu'on aime). Il est donc indécidable si tout ce qui / tout ce que doit son caractère animé à tout ou à ce.

§ Et ce dans la mise en relief

Et ce est une variante littéraire de et ceci / et cela dans la mise en relief. Voir la page connexe La mise en relief par et cela.

Ce et le verbe être - introduction

§ Ce et ça

Ce et ça sont les deux réalisations concrètes du pronom abstrait ce / ça. Voir l'étude de ce / ça à la page connexe Ça et ci - rubrique La commutabilité limitée de ça et ce.

§ Sujet ou complément prédicatif - l'ambigüité de c'est

Dans une proposition du type

[nom-1 * est * nom-2]

la distribution des rôles de sujet et de complément prédicatif n'est pas purement formelle. La place du sujet et du complément prédicatif n'est pas fixée par la grammaire. Pour attribuer les rôles correctement, il faut connaître le rapport logique entre nom-1 et nom-2.

Le complément prédicatif est l'ensemble plus inclusif ; le sujet est l'ensemble moins inclusif ou un membre individuel. Le complément prédicatif est une liste de candidats ; le sujet est un élément coché sur cette liste. Le complément prédicatif est une potentialité ; le sujet est la matérialisation.

Si la position nom-1 est occupée par ce, ce est en principe ambigu.

§ Exemples

C'est moi

$ Quand on prononce c'est moi en s'indiquant dans la photo d'un groupe d'enfants, ce est sujet.

$ Quand on prononce c'est moi en s'annonçant à la porte, ce est complément prédicatif.

Ce sont des histoires sans intérêt

$ Si cette proposition est prononcée en réponse à la question que penses-tu de son dernier recueil de nouvelles ?, ce est sujet.

$ Si cette proposition est prononcée en réponse à la question qu'est-ce qui t'agace le plus dans les films que tu trouves médiocres ?, ce est complément prédicatif.

C'est un baiser

$ Dans le dialogue qu'est-ce que c'est, Monsieur ? - mais c'est un baiser, Mademoiselle, ce est sujet et baiser est complément prédicatif.

$ Dans le dialogue qu'est-ce qui te ferait plaisir ? - c'est un baiser, ce est complément prédicatif et baiser est sujet.

C'est la guerre

$ La proposition c'est la guerre peut être interprétée comme synonyme de la guerre est inévitable ou la guerre est déclarée. Dans ce cas, ce est sujet, la guerre est complément prédicatif.

$ En revanche, si la proposition c'est la guerre est prononcée en réponse à la question quelle serait l'issue la plus tragique de cette crise ?, ce est prédicat-thème, la guerre est sujet-rhème.

Ce fut des baisers, des caresses sans fin (Balzac)

$ Si l'on admet leur activité nocturne consistait en baisers et caresses sans fin comme paraphrase de cette proposition, ce est sujet.

$ Si la proposition est prononcée en réponse à la question qu'est-ce qui les empêchait de dormir ?, sa paraphrase pourrait être les baisers et les caresses sans fin furent la cause de leur privation de sommeil. Dans ce cas, ce et son antécédent sous-entendu sont des compléments prédicatifs.

Exemples en vrac - sujet

c'est à espérer
c'est à eux de décider
c'est ce que je veux
c'est le défilé
c'est le mien
c'est un Picasso
ce sont les voisins du dessus
l'informatique, c'est facile
Marie ? c'est ma sœur
moi, c'est Pierre

Exemples en vrac - complément prédicatif

c'est quelqu'un qu'il connaît qui
ce doit être Pierre
est-ce toi ?
mon mari, c'est cet homme en cravate là-bas
qui a menti ? c'est lui
une de mes passions, c'est la grammaire française
il y aura un jour une présidente américaine, mais ce ne sera pas Hillary Clinton

Ce et le verbe être - ce = sujet

§ Antécédents

Ce comme sujet peut avoir pour antécédent un nom quelconque :

singulier ou pluriel
humain ou non humain
défini ou indéfini
dénombrable ou non dénombrable
masculin ou féminin
précis ou imprécis

§ Questions d'accord - 1

Accord du verbe en nombre

$ Accord avec l'antécédent de ce (accord selon le sens)

Dans la langue soignée, le verbe s'accorde avec l'antécédent de ce.

£ L'antécédent de ce a le même nombre que le complément prédicatif - pluriel

ce doivent être nos nouveaux voisins
ce furent mes plus belles années
ce ne sont que des détails mineurs
ce sont ceux que nous avons vus hier
ce sont de grands patriotes
ce sont des histoires sans intérêt
tout cela, ce sont des dehors
tout cela ne sont que des arguties et des subtilités (Rousseau)
tout cela ne sont que des prétextes

£ L'antécédent de ce a le même nombre que le complément prédicatif - singulier

c'est lourd
c'est trop fort
c'est vrai
c'est en allemand
c'est à voir
ce doit être un gros problème
ce ne peut être que lui
ce pourrait être vrai
ç'allait être difficile
ce ne saurait être que lui
c'est un excellent médecin
c'est un étudiant qui travaille bien

£ L'antécédent de ce n'a pas le même nombre que le complément prédicatif

ce furent la cause de sa démission (antécédent = ces conflits)

$ Accord avec ce (accord selon la forme)

Dans la langue parlée, et même dans la langue écrite, l'accord avec ce est très répandu :

c'est des histoires sans intérêt
c'est là de beaux résultats
ce doit être nos nouveaux voisins
c'est ceux que nous avons vus hier

Lorsque ce est déictique et qu'il évoque l'idée d'un tout insécable, le verbe se met au singulier quel que soit le nombre du complément prédicatif :

qu'est-ce que c'est ? - c'est mille euros, que Pierre nous à retournés.

$ Indication impersonnelle de l'heure

Le verbe se met au singulier, quel que soit le nombre du complément prédicatif : c'est dix heures.

$ Accord avec le complément prédicatif

Si l'antécédent ne se reconnaît pas aisément, le verbe peut s'accorder avec le complément prédicatif.

Accord du verbe en personne

Le verbe ne s'accorde pas avec l'antécédent de ce en personne :

*ce suis moi
*c'êtes vous

§ Ce ou il - le choix de pronom

Nous présentons quelques règles qui président au choix entre ce et le pronom personnel.

Deixis physique : personne ou chose indiquée

Ce s'impose.

c'est une sarigue
c'est la voix du commandeur
c'est la camionnette du boucher
c'est ta femme au téléphone
qui est cet individu-là ? - c'est le directeur

Renvoi imprécis (renvoi à un fait, à une situation, à l'environnement)

Ce s'impose.

c'était un de ces jours de mars clairs et âpres, où le soleil reluit dans un ciel tout blanc (Flaubert)
c'est fini
c'est foutu
c'est la catastrophe
c'est le bordel
c'est le plongeon
c'est tout
c'est une bonne idée
ce sera trois euros
ce serait une agréable escapade

Renvoi phrastique (renvoi à un fait exprimé par une proposition)

Ce s'impose.

Pierre n'est pas là ; c'est bizarre

Renvoi à un pronom inanimé dont l'antécédent n'est pas spécifié

Ce s'impose. Il n'est possible qu'avec un antécédent spécifié.

je t'ai fait quelque chose à manger ; c'est dans le frigo
je t'ai fait un sandwich ; il est dans le frigo

regarde ce qu'elle a dessiné ; comme c'est joli
regarde le chat qu'elle a dessiné ; comme il est joli

ne m'en parle pas ; c'est absurde
ne me parle pas de cette idée ; elle est absurde

Si l'antécédent est spécifié, le choix de pronom dépend du type de prédicat.

$ Adjectif

Ce est exclu.

Marie m'a présenté son fiancé ; il est beau

$ Nom sans article (par exemple, une profession)

Ce est exclu.

Marie m'a présenté son fiancé ; il est médecin

$ Expression prépositionnelle

Ce est exclu.

Marie m'a présenté son fiancé ; il est contre les nouvelles mesures économiques

$ Nom indéfini

Ce et le pronom personnel sont l'un et l'autre possibles. Ce est préférable avec un antécédent fraîchement introduit dans le discours et le pronom personnel est préférable une fois que le sujet est fermement établi.

Marie m'a présenté son fiancé ; c'est un mathématicien de renommée mondiale; je n'aimais pas sa cravate criarde, mais il faut dire qu'il est un type charmant

Pendant l'entracte, Marie m'a présenté à son ami, le ministre de la Culture ; c'était un boxeur avant de s'orienter vers la politique ; je n'aime pas les mesures qu'il a prises récemment, mais il faut dire qu'il est un type charmant

$ Nom défini

Ce et le pronom personnel sont l'un et l'autre possibles. Ce est préférable avec un antécédent fraîchement introduit dans le discours et le pronom personnel est préférable dès que le sujet est ancré danns le contexte.

Marie m'a présenté son fiancé ; c'est le manucure du président de la République; je n'aimais pas sa cravate criarde, mais il faut dire qu'il est un type charmant
quel poste occupe Pierre dans la boîte ? - il est le directeur
qui est ce type-là ? - c'est mon fils, il est aussi mon assistant
quand je l'ai connu, c'était un petit vaurien, maintenant il est milliardaire

Renvoi au titre d'une œuvre

Le pronom personnel ne peut pas avoir pour antécédent le titre d'une œuvre. Ce s'impose.

qu'est-ce que tu penses de la dernière œuvre de Wagner ? - elle est insupportable
qu'est-ce que tu penses de « Parsifal » ? - *il est insupportable,

qu'est-ce que tu penses du premier long métrage d'Alain Resnais ? - il est très émouvant et d'une grande originalité
qu'est-ce que tu penses de « Hiroshima, mon amour » ? - *il est très émouvant et d'une grande originalité

En parlant d'un type plutôt que d'un individu

il est sauvage et autoritaire ; c'est un informaticien
Luigi fait beaucoup de gestes lorsqu'il parle, après tout, c'est un italien
mon mari n'aime pas qu'on fume, c'est un médecin

Dans ces exemples, il serait parfaitement grammatical, mais, par l'emploi de ce, nous réintroduisons mon mari et Luigi et les affectons à des groupes (les médecins, les Italiens).

§ Ce dans le détachement

Voir la page connexe Détachement et thématisation - rubrique Trace = pronom démonstratif ce ou ça. Ce lien renvoie à un réseau étendu et complexe de phénomènes. Ce n'est pas une simple parenthèse.

San Francisco, c'est ma ville favorite

§ C'est là et ce sont là

Pour l'emploi de dans le syntagme c'est là / ce sont là, voir la page connexe Ici, , là-bas, ci, çà - rubrique C'est là, ce sont là.

ce sont là des arguties de grammairiens

§ C'est impersonnel

Voir l'emploi impersonnel de c'est à la page connexe Les verbes impersonnels - rubrique Les verbes impersonnels - être.

Ce et le verbe être - ce = complément prédicatif

§ L'inversion d'identification prédicative

Voir la page connexe L'inversion d'identification prédicative.

Dans qui a mangé la dernière tranche du gâteau ? - c'est Pierre, la réponse c'est Pierre peut être paraphrasé comme le coupable est Pierre. La structure informationnelle de le coupable est Pierre est l'inverse de la structure informationnelle canonique : prédicat-thème à gauche, sujet-rhème à droite.

C'est par une formule à inversion d'identification prédicative qu'on introduit souvent une plaisanterie. La paraphrase de c'était un chanteur israélien (Coluche) est le personnage de l'histoire que je vais raconter est un chanteur israélien.

§ La mise en relief par introducteurs

Voir l'étude détaillée de la mise en relief par introducteurs (c'est...que et c'est...qui) à la page connexe La mise en relief par introducteurs.

§ Le détachement

Voir la page connexe Détachement et thématisation.

c'est nous les responsables
ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent (Hugo)
l'État, c'est moi
la capitale de la France, c'est Paris
la plus belle conquête de l'homme, c'est le cheval
le mieux, c'est de rester
le plus grand trésor, c'est la santé
sa fierté, c'est ses deux filles
sa seule distraction, c'est la chasse au renard
un qui est intelligent, c'est Pierre

§ La proposition rhématisée

La construction que nous appelons la proposition rhématisée a la forme

[(c'est + ce n'est pas) * que * proposition]

c'est que Pierre est capable de faire ce dont il nous menace
c'est que je suis sans un sou
ce n'est pas que je n'en aie pas envie, mais j'en ai aussi peur
est-ce donc que vous m'en voulez ?
ne serait-ce pas plutôt que vous n'osez pas le dire ?
puisqu'il y a des disputes, c'est que tout n'est pas perdu (Feuillet)

La paraphrase du complément prédicatif ce est le plus souvent un mot abstrait, tel que le danger, le hic, le fond du problème, la clé de la situation, mon vrai sentiment, la vraie raison.

La proposition rhématisée est la clé de l'analyse de l'interrogation périphrastique totale : est-ce que n'est rien autre que la forme interrogative de c'est que. Plus exactement, dans l'interrogation périphrastique, l'inversion du sujet est accompagnée d'une réduction de l'accent. Comparons

est-ce que mon père m'a oublié et n'est plus là que j'ai si froid ? (Hugo)

et

est-ce que mon père vous a déjà téléphoné ?

Dans la première proposition (proposition rhématisée), est-ce a la même force et la même durée que dans est-ce un fruit ?. Dans la seconde proposition (interrogation périphrastique), est-ce est une particule à accent réduit.

§ Ce = la raison

Les exemples qui suivent ont deux analyses.

si on se retournait tant pour la voir, c'est qu'elle était très charmante à regarder (Loti)
si les Prussiens n'attaquaient point, ce devait être qu'ils n'avaient pas encore assez d'infanterie (Zola)

Analyse A

Le complément prédicatif ce représente la raison. Le nominalisateur que introduit une subordonnée sujet. C'est l'hypothèse que nous privilégions.

Analyse B

Le sujet ce a un antécédent phrastique, à savoir le contenu de la subordonnée introduite par si. Que a la valeur de parce que.

§ C'est là ce que

« L'éducation sentimentale » de Flaubert se clôt sur cette réflexion de Frédéric Moreau, répétée par Charles Deslauriers :

c'est là ce que nous avons eu de meilleur

Dans cette phrase, ce que nous avons eu de meilleur est le prédicat-thème, est le sujet-rhème et le pronom c' représente le complément prédicatif devant le verbe être.

Autres exemples de cette construction :

c'est là ce que j'avais été chercher aux bains (Gide)
c'est là ce qui me permet à moi, si vieux déjà et si près de quitter la vie, de ne pas mourir désespéré (Gide)
ce n'est pas ici le lieu de m'étendre sur ce sujet complexe
Que malgré sa lucidité infaillible, malgré la pitié qui le bouleversait jusqu'au fond de son âme, il ait dû assister à cette effroyable rechute de l'humanisme dans la bestialité, à un de ces accès sporadiques de folie qui saisissent parfois l'humanité, c'est là ce qui fait la vraie tragédie de la vie de Montaigne. (Stefan Zweig, traduit de l'allemand)

Cette construction n'est rien autre qu'une application du détachement. Voir la page connexe Détachement et thématisation. Ce que nous avons eu de meilleur est un complément prédicatif détaché. Les pronoms de lieu est un sujet. Ce est la trace représentant le complément prédicatif détaché.

Pour une autre analyse possible de c'est là ce que et c'est là ce qui, voir la page connexe Ici, , là-bas, ci, çà - rubrique C'est là, ce sont là.

§ La construction c'est à qui

Voir la page connexe La subordonnée interrogative partielle fléchie - rubrique Le syntagme du concours.

§ Questions d'accord - 2

Pronoms personnels

$ Le sujet est lui, elle

Le verbe se met à la troisième personne du singulier : c'est lui qui l'a fait. Donc le verbe s'accorde à la fois avec le sujet et le complément prédicatif.

$ Le sujet est moi, toi, nous, vous

Le verbe se met à la troisième personne du singulier. Donc le verbe s'accorde avec le complément prédicatif.

c'est nous les savants
c'est nous
c'est toi
c'est vous les idiots
c'est vous
ce doit être moi
ce ne peut être que toi
parce que c'était moi ; parce que c'était lui

$ Le sujet est eux, elles

La troisième personne du singulier (donc l'accord avec le complément prédicatif) semble prévaloir, surtout dans les propositions négatives, mais le pluriel (donc l'accord avec le sujet) est aussi possible.

ce furent elles qui sauvèrent les malades de l'hôpital
ce ne sont pas eux que je cherche = ce n'est pas eux que je cherche
ce sont eux qui nous ont informés = c'est eux qui nous ont informés

Autres objets nominaux

$ Cas général

Si le nom ou le pronom est au singulier, le verbe se met au singulier. Si le nom ou le pronom est au pluriel, la langue parlée préfère le verbe au singulier et la langue écrite préfère le verbe au pluriel.

ce sont (c'est) les riches qui ont les meilleures chances de survivre aux désastres
ce sont (c'est) les voitures suédoises qui sont les plus fiables
ce ne sont pas (ce n'est pas) les théories qui font marcher les affaires
trois grands fléaux dominent le monde : ce sont l'argent, l'ambition et la répression sexuelle

$ Cas spécifiques

Le verbe au singulier (donc l'accord avec le complément prédicatif) est courant dans les cas suivants :

£ Montée de sujet avec pouvoir et devoir

ce doivent (doit) être les anciens amants de la fiancée
ce ne peuvent (peut) être que de petits incidents de parcours insignifiants

£ Le sujet est formé de plusieurs noms coordonnés dont le premier est au singulier

c'est la plus belle femme et les plus grands steaks qu'il a en vue
c'est Jean Gabin et John Wayne qui sont les deux acteurs les plus machos de l'histoire du film

£ Dans l'indication de l'heure, d'un intervalle ou d'une somme d'argent on met le verbe au singulier pour indiquer qu'il s'agit d'un tout insécable

c'est onze heures qui sonnent
c'est mille euros qu'il me faut
c'est mille euros de perdus
c'était 10 km de pare-chocs contre pare-chocs

Si le verbe est au pluriel, ce tend à être interprété comme sujet plutôt que comme complément prédicatif. La paraphrase de ce furent vingt-quatre heures bien longues est les vingt-quatre heures en question furent bien longues plutôt que l'attente en question, c'était vingt-quatre heures bien longues. De même, la paraphrase de c'étaient mille euros bien mérités est les mille euros en question étaient bien mérités, plutôt que la somme en question, c'était mille euros bien mérités.

£ Le singulier s'impose dans l'expression figée si ce n'est (= excepté).

£ Les formes fut-ce et fût-ce s'imposent pour éviter les formes *furent-ce et *fussent-ce.

les fondateurs de Rome, fut-ce Ponce et Pilate ?

Ce - aspects phonologiques

§ Ce - aspects phonologiques - introduction

Nous examinons ici l'élision de la voyelle de ce. C'est un phénomène bas niveau, indépendant de la commutation limitée de ça et ce. Voir l'étude du pronom abstrait ce / ça à la page connexe Ça et ci - rubrique La commutabilité limitée de ça et ce.

§ Devant une proposition relative

Devant une consonne

ce s'amuït dans la langue familière (il fait c'qu'il veut).

Devant une voyelle

ce ne s'amuït pas (ce à quoi, ce en quoi).

§ Dans la position de sujet et de complément prédicatif

Devant toutes les formes simples du verbe être commençant par une voyelle

ce subit l'élision phonétiquement et graphiquement (c'est, c'était).

Devant toutes les formes simples du verbe avoir commençant par une voyelle

ce subit l'élision phonétiquement et graphiquement (c'eût été, ç'avait été, ç'aurait été, ç'ont été).

Devant les formes en a du verbe aller

ce subit l'élision phonétiquement et graphiquement (ç'allait).

Devant en

ce subit l'élision phonétiquement et graphiquement (c'en est fait, c'en sont).

§ Placé après le verbe

ce subit l'élision phonétiquement, mais pas graphiquement (est-ce, fût-ce, sont-ce).

Voir l'examen de la conjugaison conjointe à la page connexe Le système de conjugaison - la forme conjointe.

§ Dans tous les autres cas

ce reste intact phonétiquement et graphiquement (sur ce, et ce par hasard).

RETOUR EN HAUT DE PAGE