Les fonctions de l'objet indirect libre - datif du bénéficiaire
HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      INDEX


TITRE
Les fonctions de l'objet indirect libre - datif du bénéficiaire (184)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
Les fonctions de l'objet indirect libre - datif du bénéficiaire (184)

SOMMAIRE

Verbes autres que être

Règle générale

La forme conjointe objet indirect peut marquer le bénéficiaire de n'importe quelle action exprimée par un verbe non datif. Autrement dit, le datif du bénéficiaire n'est pas un objet indirect régi.

Le datif du bénéficiaire ne peut pas être remplacé par un objet indirect disjoint. La proposition il lui ouvrit la porte ne se transforme pas en *il ouvrit la porte à elle. De même, on peut dire il lui a trouvé un travail, mais pas *il a trouvé un travail à Pierre. La préposition pour permet de contourner cette difficulté.

descendez-moi cette valise
j'espère bien que tu vas te marier et me quitter cette vie oisive (Miomandre)
je veux qu'on me fusille cet homme
jetez-moi un coup d'œil sur le dossier
lui aménager une chambre
lui chanter une chanson
lui construire une maison
lui couper du pain
lui cueillir des fleurs
lui fabriquer un jouet
lui laver la vaisselle
lui mijoter ses plats favoris
lui ouvrir la porte
lui trouver une position
lui verser du vin

Le datif du bénéficiaire réfléchi

Le datif du bénéficiaire réfléchi (ou le datif autobénéficiaire) appartient à la langue familière.

je vais me fumer une cigarette
je vais me l'obtenir, mon diplôme
tu peux te le garder
il s'est trouvé un avocat
il s'est mangé tout le gâteau

L'emploi de pour

C'est la préposition pour qui fournit la solution de compromis lorsque le renforcement du complément est nécessaire. Le verbe acheter à la particularité d'être datif ou non datif selon le contexte. Les parents achètent des jouets à leurs enfants, un hôpital achète des jouets pour les jeunes patients. Les parents et les hospitaliers peuvent, les uns et les autres, dire nous leur avons acheté des jouets, mais, en ce disant, les premiers emploient un objet indirect régi et les derniers, un datif du bénéficiaire.

Être - copulatif

Le verbe être admet le datif du bénéficiaire. L'emploi du datif disjoint (à Pierre, à lui) est de grammaticalité douteuse, mais pas impossible. L'emploi du verbe copulatif devenir est rare, mais possible. Il y a plusieurs types de complément prédicatif à envisager :

Avec un adjectif

il m'est beau
tout ce qui lui est saint

Évidemment, beau ne régit pas l'objet indirect comme le font fidèle, difficile, inconnu. important. Donc il ne peut s'agir que d'un datif du bénéficiaire.

Cette construction appartient à la langue littéraire.

Avec un pronom ou un comparateur

Littéraire.

il m'est tout
il ne m'est rien
Marie m'est plus que Juliette

Avec un nom

Littéraire. Dans la langue commune, pour est préférable.

ce m'est parfois une torture que de la voir
ce nous fut une raison de nous lier
cela lui a été une délicieuse surprise
cela lui est devenu une habitude
cela lui est une déception
cela lui est une grande joie
cela nous est une consolation
cela nous est une occasion
cela nous est un régal
cette solitude nous est un besoin
l'idée des pas vous est déjà une allégresse
la mort de sa tante lui fut un nouveau coup
le son de sa voix lui est un apaisement
ton amitié m'est le plus grand bien
tout départ nous a un goût amer (France)

Avec un de prédicatif

ce banquet m'est d'une grande consolation (Duhamel)
cela ne lui était d'aucun secours

Avec une relative

l'humour est à l'Angleterre ce que la cuisine est à la France

Être - existentiel

m'est avis que

RETOUR EN HAUT DE PAGE