La personne et le nombre du pronom personnel
HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      INDEX


TITRE
La personne et le nombre du pronom personnel (168)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
La personne et le nombre du pronom personnel (168)

SOMMAIRE

Le rapport entre je / tu et nous / vous

Nous et vous ne sont pas les pluriels de je et tu. Le pluriel les chiens représente un groupe dont tous les membres ont la canitude en commun. Les membres du groupe représenté par nous ne partagent pas nécessairement une caractéristique quelconque : nous est simplement un groupe qui contient je.

La première personne du singulier

Les adultes s'adressant aux enfants avec condescendance emploient parfois je au lieu de tu. Cet emploi de la première personne est dit hypocoristique ou mignard. (Dans les exemples qui suivent, l'imparfait est également hypocoristique.)

oh que j'étais un joli bébé
regardez-moi ça, comme j'étais une gentille petite fille

Je se substitue à nous dans la langue populaire de certaines régions : je sommes, je venons.

La première personne du pluriel

Les narrateurs emploient la première personne du pluriel pour rendre le récit plus vivant :

nous sommes en pleine Occupation

La première personne du pluriel représente l'ensemble des fidèles dans les prières récitées.

Le pluriel de majesté est employé par les souverains.

Le pluriel de modestie est employé par un auteur parlant de lui-même ou de son travail. Nous l'employons souvent.

Les avocats, dans leurs plaidoiries, s'assimilent à leurs clients par l'emploi du pluriel :

si vous nous condamnez, Monsieur le Président

De même, un médecin peut s'assimiler au patient en parlant d'un cas à un confrère :

nous avons eu d'abord un sentiment de siccité du pharynx (Flaubert)

L'emploi de la première personne du pluriel, au lieu de la deuxième personne, a un caractère condescendant, parfois gentil, parfois ironique. On trouvait cet usage dans le langage des personnes grondant les enfants ou les domestiques.

allons, nous sommes triste ? on nous a fait de la peine ?
alors nous sommes malades ?
alors, nous ne voulons pas nous coucher aujourd'hui ?
nous avons un petit problème ?

On retrouve à peu près le même usage infantilisant dans le langage des médecins :

comment allons-nous ?
nous avons beaucoup meilleure mine

Wilmet(2003) attire l'attention sur l'emploi de la première personne du pluriel dans le langage des marchands s'adressant aux clientes :

Bonjour madame, qu'est-ce qu'il nous fallait ce matin ?.


Effet ironique

nous sommes profonds...

Voir la page connexe Syntaxe et sémantique des pronoms impersonnels pour l'examen des pronoms impersonnels.

La deuxième personne du singulier

Dans le culte réformé on tutoie Dieu :

notre Père qui es aux cieux

La deuxième personne du singulier a le sens impersonnel dans la langue familière :

quand une voiture te renverse, t'as pas le temps de prendre son numéro


La deuxième personne du pluriel

Nous n'entrerons pas dans la sociologie du vouvoiement. «...Il y a d'importantes variations selon les temps, les lieux, les classes sociales, les familles, les individus...» (Grevisse)


La troisième personne du singulier et du pluriel

Remarque organisationnelle

Le verbe et le pronom personnel partagent la caractéristique qui consiste à comporter nombres et personnes. Ce fait est tellement évident et simple que la difficulté qu'il entraîne passe inaperçue ou presque. Ce qui est problématique, c'est que l'emploi des nombres et des personnes doit être éudié en un seul endroit: ou bien comme caractéristique verbale ou bien comme caractéristique pronominale. On a le choix entre deux maux. Notre choix est d'étudier l'emploi des nombres et des personnes dans la section consacrée aux pronoms personnels. Le prix que nous payons est d'être forcé de mélanger monsieur, madame et le reste avec il, elle et le reste.

Les périphrases honorifiques (Votre Majesté, Votre Éminence, Monseigneur, Monsieur, Madame, etc.) et les pluriels correspondants sont des substituts de la deuxième personne, mais on met le verbe qui les suit à la troisième personne. Sont mis également à la troisième personne les pronoms personnels représentant les noms en apostrophe.

Madame est servie
Madame me permet-elle
Madame sortira-t-elle aujourd'hui ?
Monsieur le Colonel voudra bien
Monsieur veut-il que
Votre Majesté daignerait-elle
puis-je rappeler à Monsieur qu'il
si Madame prend le thé, je lui apporterai des biscuits
si Madame veut bien s'asseoir
si Monsieur venait voir
si Monsieur veut bien entrer
si Monsieur veut me suivre
si Monsieur voulait bien descendre

Les périphrases humbles (votre serviteur) et les pluriels correspondants sont des substituts de la première personne, mais on met le verbe qui les suit à la troisième personne.

La langue familière et l'argot présentent d'autres cas de substitutions analogues aux précédentes : bibi pour la première personne, la série ma pomme pour les trois personnes.


Dans certains dialectes, le pronom réfléchi se précédant l'infinitif ou le gérondif peut être corrélé avec la première ou la deuxième personne.

alors nous devons se laisser exploiter par les capitalistes ? (Lavedan)
en se pressant un peu, vous arriverez à temps
gardons-nous de trop se presser
notre devoir maintenant est de se résigner
nous étions toujours à se disputer
va pas là-bas, tu se feras bousiller (Dorgelès)

La troisième personne du pluriel

Le fameux ils désigne n'importe quelle catégorie sur laquelle on veut décharger sa colère.

« ILS - Troisième personne du pluriel...adoptée par les Français pour désigner l'origine de tous leurs maux : députés, percepteurs, communistes, fascistes, piétons, automobilistes, fonctionnaires, gouvernement, Américains, Russes, etc. » (Daninos)

« Qu'est-ce qu'ils ont encore inventé ? Ils, ce sont, suivant le cas ou simultanément, l'État, le governement, le parlement, la majorité, mais surtout les bureaux » (A. Peyrefitte)

L'accord du pluriel d'autorité, de modestie et de vouvoiement

Lorsque le nombre du pronom personnel sert à exprimer une relation sociale, plutôt que le nombre réel de son antécédent, l'accord se fait en genre, mais ne se fait pas en nombre :

êtes-vous fière de votre victoire ?
vous êtes très gentille
soyez assurée
nous sommes satisfait / satisfaite de
nous avons pu vérifier nous-même
vous avez dit vous-même

RETOUR EN HAUT DE PAGE