PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      

RECHERCHE PAR MOTS-CLÉS      RECHERCHE PAR MOTS DISPERSÉS      RECHERCHE PAR MOTS CONSÉCUTIFS


TITRE
La syntaxe des numéraux - morphologie (162)

ASCENDANCE
Manuel de la grammaire française (0)
Les syntagmes de base (4)
Les syntagmes numéraux (160)

PAGES SŒURS
La syntaxe des numéraux - morphologie (162)

SOMMAIRE
La morphologie des numéraux cardinaux
La morphologie des numéraux cardinaux - introduction
La prononciation des numéraux simples
La microsyntaxe des numéraux cardinaux
Les nombres de 1 à 9
Les nombres de 10 à 99
Les nombres de 100 à 999
Les nombres de 1 000 à 999 999
Les nombres de 10 puissance 6 à 10 puissance 66 moins 1
Remarques sur les numéraux cardinaux
Un / une...
Zéro...
Onze...
Septante, huitante, octante, nonante...
Cent...
Mille...
Million et compagnie...
Et...
Le pluriel de vingt et de cent...
Trait d'union...
L'approximation au niveau de la microsyntaxe
La morphologie des numéraux ordinaux
La morphologie des types mineurs de numéraux
Les numéraux d'approximation
Les fractions naturelles
Les délimiteurs numéraux
Les séries numérales limitées

La morphologie des numéraux cardinaux

§ La morphologie des numéraux cardinaux - introduction

Pour comprendre la morphologie des numéraux cardinaux, il est nécessaire de s'être initié préalablement à la disjonction, à la liaison et à l'élision. Voir la page connexe Les variations phonétiques polymorphes. La morphologie des numéraux cardinaux présente aussi des particularités spécifiques, telle la triformité, qui dépassent le cadre de la liaison.

Les numéraux cardinaux sont sujets à certaines règles d'orthographe arbitraires, sans intérêt linguistique et en état de perpétuel changement. Nous nous dispensons de les présenter méthodiquement. Il s'agit de l'emploi du trait d'union et des pluriels ornementaux (cents, vigts).

§ La prononciation des numéraux simples

La prononciation de un

Le numéral cardinal un peut être précédé de la disjonction (non-élision) et suivi de la liaison.

La prononciation de deux

Deux est un mot biforme. La liaison est obligatoire devant son noyau.

La prononciation de trois

Trois est un mot biforme. La liaison est obligatoire devant son noyau.

La prononciation de quatre

La prononciation quat' ne s'observe que devant une consonne. Pour la liaison fautive (entre quat'z yeux), voir la page connexe Les variations phonétiques polymorphes.

La prononciation de cinq

Cinq est un mot biforme. La liaison est obligatoire devant son noyau. En plus, cinq présente la particularité de voir sa forme longue employée en position finale ou isolée.

La prononciation de six

Six est un mot triforme : il a une forme orale brève, si, et deux formes orales longues, siz et sis. La forme orale brève et la forme orale longue voisée suivent les règles de la liaison. La forme orale longue non voisée ne s'emploie qu'en position finale ou isolée.

La prononciation de sept

Une seule forme orale dans la langue contemporaine: set.

La prononciation de huit

Huit a une forme orale longue à t prononcé, obligatoire devant un nom. Huit peut être précédé de la disjonction (non-élision). La forme orale longue est aussi employée en position finale ou isolée.

La prononciation de neuf

La prononciation voisée (neuv) ne s'emploie que dans neuf heures, neuf ans et neuf hommes. Cette particularité ne s'explique pas par la liaison.

La prononciation de dix

Dix est un mot triforme : il a une forme orale brève, di, et deux formes orales longues, diz et dis. La forme orale brève et la forme orale longue voisée suivent les règles de la liaison. La forme orale longue non voisée ne s'emploie qu'en position finale ou isolée. Au mépris des règles de la liaison, la forme longue voisée s'emploie aussi dans dix-neuf.

La prononciation de onze

Onze est protégé par la disjonction (le onze).

La prononciation de vingt

Vingt a une forme orale longue à t prononcé suivant les règles de la liaison. La consonne finale de vingt se prononce aussi dans les numéraux de 22 à 29. Cette règle ne s'étend pas à quatre-vingt, dont la consonne finale est toujours muette. Le signe écrit [s] du pluriel, aujourd'hui facultatif, n'est jamais prononcé.

La prononciation de cent

En général, la forme orale longue à t est facultative, mais elle est obligatoire avec certains noms : cent ans. Le signe écrit [s] du pluriel est donneur de liaison : deux cents enfants.

La prononciation de mil

Le numéral cardinal écrit mil ou mille est invariable et ne présente aucun problème de prononciation. Les deux formes écrites sont interchangeables à quelques survivances stylistiques près.

§ La microsyntaxe des numéraux cardinaux

Les nombres de 1 à 9

un / une
deux
trois
quatre
cinq
six
sept
huit
neuf

Les nombres de 10 à 99

$ Les nombres divisibles par 10

dix
vingt
trente
quarante
cinquante
soixante
soixante-dix
quatre-vingts
quatre-vingt-dix

$ Les nombres non divisibles par 10

£ Les nombres de 11 à 19

onze
douze
treize
quatorze
quinze
seize
dix-sept
dix-huit
dix-neuf

£ Les nombres de 71 à 79

soixante et onze
soixante-douze
soixante-treize
soixante-quatorze
soixante-quinze
soixante-seize
soixante-dix-sept
soixante-dix-huit
soixante-dix-neuf

£ Les nombres de 91 à 99

quatre-vingt-onze
quatre-vingt-douze
quatre-vingt-treize
quatre-vingt-quatorze
quatre-vingt-quinze
quatre-vingt-seize
quatre-vingt-dix-sept
quatre-vingt-dix-huit
quatre-vingt-dix-neuf

£ Les autres nombres non divisibles par 10

Les nombres dont la division par 10 donne un reste égal à 1 se forment par la juxtaposition additive : on fait suivre le multiple de 10 de et un sans trait d'union, sauf dans le cas de quatre-vingt-un :

vingt et un
trente et un
quarante et un
cinquante et un
soixante et un
quatre-vingt-un

Les autres nombres non divisibles par 10 se forment par la juxtaposition additive : on fait suivre le multiple de 10 d'un trait d'union et du reste de la division : vingt-deux, cinquante-huit, soixante-sept.

Les nombres de 100 à 999

$ Les nombres divisibles par 100

£ Le nombre 100

cent

£ Les autres nombres divisibles par 100

Les multiples de cent se forment par la juxtaposition multiplicative. On fait précéder cents du multiplicateur : deux cents.

$ Les nombres non divisibles par 100

Les nombres non divisibles par 100 se forment par la juxtaposition additive : on fait suivre le multiple de cent du reste de la division. Le multiple de cent est celui qui est directement inférieur au nombre à former. Le multiple de cent perd la marque du pluriel. Le reste de la division est un nombre inférieur à cent, donc il suit les règles susdites. La juxtaposition additive se fait sans trait d'union. Un reste égal à 1 s'ajoute sans et : cent un, cent trente-six, deux cent un, deux cent trente-six.

Les nombres de 1 000 à 999 999

$ Les nombres divisibles par 1 000

£ Le nombre 1 000

mille

£ Les multiples de 1 000

Les multiples de 1 000 se forment par la juxtaposition multiplicative : on fait précéder mille du multiplicateur. Le multiplicateur est un nombre inférieur à 1 000, donc il suit les règles susdites. La juxtaposition multiplicative se fait sans trait d'union.

$ Les nombres non divisibles par 1 000

£ Les nombres inférieurs à 2 000

Ces nombres peuvent être exprimés de deux façons.

¥ Ils peuvent être exprimés comme tous les autres nombres non divisibles par 1 000, donc par la méthode décrite ci-dessous sous l'étiquette « Les autres nombres non divisibles par 1 000 ».

¥ La partie du nombre qui est un multiple de cent peut être exprimée par la juxtaposition multiplicative, donc comme onze cents, douze cents, etc. Le reste de la division par cent est un nombre inférieur à cent, donc il est exprimé par la règle déjà énoncée. C'est la méthode préférable pour les petits multiples de cent.

£ Les autres nombres non divisibles par 1 000

Les autres nombres non divisibles par 1 000 se forment par la juxtaposition additive : on fait suivre le multiple de mille du reste de la division. Le multiple de mille est celui qui est directement inférieur au nombre à former. Le reste de la division est un nombre inférieur à 1 000, donc il suit les règles susdites. La juxtaposition additive se fait sans trait d'union

Les nombres de 10 puissance 6 à 10 puissance 66 moins 1

Les « grands numéraux » sont les membres de la série million, billion, trillion, quadrillion, quintillion, sextillion, octillion, nonillion, décillion. Ces numéraux ont des pluriels. La valeur de million est 10 puissance 6. La valeur des autres membres de la série s'obtient en élevant 10 à une puissance égale à 6 fois le nombre indiqué par la première syllabe du numéral en question. Par exemple, la valeur de quintillion est 10 élevé à la puissance 30. (C'est la formule du français contemporain. Il y a une formule française vieillie, qui est identique à la formule américaine.) Les nombres dans l'intervalle indiqué ci-dessus se forment par une juxtaposition multiplicative suivie d'une juxtaposition additive. Ayant déterminé le membre de la série qui est directement inférieur au nombre à former, ont divise le nombre à former par ce grand numéral, on fait précéder le grand numéral du quotient et on le fait suivre du reste. Les deux juxtapositions se font sans trait d'union ni conjonction. On se sert du pluriel si nécessaire. La juxtaposition multiplicative est omise si le multiplicateur est égal à 1.

Les nombres entre un million et deux millions peuvent aussi être exprimés par une autre méthode, La partie du nombre qui est un multiple de cent mille peut être exprimée par une juxtaposition multiplicative : onze cent mille, douze cent mille, etc. Le reste de la division par million est un nombre inférieur à million, donc il s'exprime par la méthode déjà énoncée. (La méthode multiplicative doit être pleinement multiplicative et ne peut pas s'appuyer, à son tour, sur la méthode additive au niveau des multiples de cent. Autrement dit, la solution du type *mille deux cent mille au lieu de douze cent mille n'est pas valable.)

§ Remarques sur les numéraux cardinaux

Un / une...

Un / une est le seul numéral cardinal qui varie en genre.

Zéro...

Zéro est multifonctionnel.

Zéro est un nom.

Zéro est parfois emprunté pour servir de numéral cardinal dans les contextes commerciaux, techniques et scolaires.

zéro franc zéro centime
zéro degré
zéro faute
zéro heure
zéro tolérance
zéro stock

Zéro est numéral ordinal dans degré zéro de l'écriture (Barthes).

Zéro est adjectif dans désinence zéro.

Onze...

Bouillon d'onze heures est un breuvage empoisonné. Belle d'onze heures est une plante.

Septante, huitante, octante, nonante...

Les formes septante, huitante, octante et nonante sont régionales.

Cent...

Cent employé comme délimiteur est variable.

acheter au cent
ça coûte deux euros le cent
deux cents d'œufs

Mille...

Le numéral mille est invariable (deux mille).

Le numéral mille a un statut nominal dans les tours comme

vingt bonnes mille livres de rente
vingt et une bonnes mille livres de rente
ces dix pauvres mille francs
cent autres mille soldats
quinze jolies mille livres de rente

On laisse un au masculin dans vingt et un mille tonnes.

Mille comme délimiteur est un nom invariable.

ça coûte dix euros le mille
deux mille de boulons
dix mille d'épingles
l'ouvrage en est à son centième mille
vendre au mille

Mille comme mesure de longueur est un nom variable.

courir dix milles

Mille a la variante graphique mil qui s'emploie parfois dans les dates.

Million et compagnie...

Les « grands numéraux » (million, etc.) sont des numéraux cardinaux du point de vue fonctionnel et des noms (ou plutôt des délimiteurs) du point de vue formel. Les membres de la série peuvent être précédés d'un article. Les membres de la série sont suivis de de. Toutefois, le comportement nominal de la série illion n'est par pur. Les numéraux complexes situés entre deux membres de la série ne peuvent pas être précédés d'article et ne peuvent pas être suivis de de : deux millions deux cent mille habitants.

Le comportement de milliard (10 puissance 9) est identique à celui de la série illion.

Et...

L'emploi de et dans les nombres dont la division par 10 produit un reste égal à 1 suit les règles suivantes :

$ On emploie et pour ajouter un aux dizaines (vingt et un, trente et un etc.), sauf à quatre-vingts.

$ On dit soixante et onze mais quatre-vingt-onze.

$ Les numéraux cardinaux exprimant 101 et 1001 sont cent un et mille un. On trouve mille et un dans Mille et une nuits et dans des locutions telles que mille et une conjectures, mille et un soucis.

$ On ne dit pas

*soixante et douze
*quatre vingt et un
*quatre vingt et onze
*quatre vingt et douze
*cent et un

Le pluriel de vingt et de cent...

Les numéraux vingt et cent n'ont pas de forme plurielle orale. On peut employer le signe écrit du pluriel si les conditions suivantes sont remplies :

$ Ces numéraux sont précédés d'un multiplicateur : quatre-vingts, trois cents.

$ Ils ne sont pas suivis d'autres numéraux. Donc on écrit quatre-vingt-dix-huit et trois cent trente.

$ Ils ne font pas office de numéraux ordinaux. Donc on écrit page quatre-vingt, vers deux cent.

$ Les membres de la série illion sont des noms, donc on écrit quatre-vingts millions.

Trait d'union...

On se sert du trait d'union entre deux numéraux inférieurs à cent et pas liés par et : trente-trois, soixante-dix, quatre-vingt-dix-huit, mais soixante et onze, cent dix.

§ L'approximation au niveau de la microsyntaxe

Nous étudions les méthodes d'approximation à la page connexe La syntaxe des numéraux cardinaux et approximatifs - rubrique Les approximations. On y verra, entre autres, qu'on peut exprimer l'approximation au moyen de deux limites séparées par ou ou par à : cinq ou six enfants âgés de huit à dix ans. Ce fait relève de la syntaxe des syntagmes numéraux, et non pas de la microsyntaxe de leur morphologie. Donc, en principe, il n'y a pas lieu de le mentionner ici.

Or il s'avère que la méthode d'approximation par limites penètre dans la coquille de la microsyntaxe morphologique et s'installe parmi ses règles en y créant un ensemble homogène. L'approximation par limites fait partie de la morphologie des numéraux cardinaux.

trente-trois ou quatre ans (juxtaposition additive)
de seize à dix-sept cent pas (juxtaposition multiplicative)

On a vu plus haut que la microsyntaxe de la morphologie des numéraux cardinaux est une série de juxtapositions additives et de juxtapositions multiplicatives. L'approximation par limites s'infiltre dans l'un et l'autre type de juxtaposition.

Dans le premier exemple ci-dessus, le second terme de la juxtaposition additive, à savoir trois ou quatre, est une approximation qui s'ajoute au premier terme de la juxtaposition additive. Seul le second terme peut être approximatif : *trente ou quarante trois ans n'est pas une approximation.

Dans le second exemple ci-dessus, le premier terme de la juxtaposition multiplicative, à savoir de seize à dix-sept, est une approximation qui multiplie le second terme de la juxtaposition miltiplicative. Seul le premier terme peut être approximatif : *seize cent ou mille pas n'est pas une approximation.

Bref, la frontière de la microsyntaxe et de la macrosyntaxe des numéraux cardinaux n'est pas étanche (au grand dam des champions de la modularité).

La morphologie des numéraux ordinaux

§ La plupart des numéraux ordinaux, parfois appelés adjectifs numéraux, sont formés par l'addition du suffixe ième aux numéraux cardinaux correspondants.

§ Le numéral ordinal correspondant à un est premier. Les numéraux ordinaux correspondant aux cardinaux complexes avec un en position finale sont réguliers (vingt et unième).

§ Deuxième et second

Seul deuxième est possible dans les numéraux composés tels que vingt-deuxième, trente-deuxième, etc.

Deuxième est préférable lorsque le nombre d'éléments est supérieur à deux ; second laisse entendre que le choix est binaire. Cette distinction n'est cependant pas toujours nette.

Seul second est possible dans certaines locutions et dans certains mots composés :

à nul autre second
état second
officier en second
sans second
second cycle d'enseignement
Second Empire (mais Deuxième République)
second lieu
second lieutenant
second mariage
second ordre
second plan
second prix
second rôle
second souffle
second ténor
second violon
seconde classe
seconde guerre mondiale
seconde jeunesse
seconde main
seconde nature
seconde patrie
seconde place
seconde vendeuse
seconde vue
un second Mozart

Seul deuxième est possible dans

deuxième personne
Deuxième Bureau
deuxième étage

Selon Wilmet(2003), second père et deuxième père correspondraient au remariage de la mère, celui-ci après veuvage, celui-là après divorce.

§ Les ordinaux de la série illion sont réguliers : on a millionième, billionième, etc. En revanche, d'après les puristes, la règle ne s'appliquerait pas aux nombres situés entre deux membres de la série illion. L'ordinal correspondant au cardinal 1000000000050 serait le cinquantième après le billionième.

§ La coordination des numéraux ordinaux se fait par l'addition du suffixe ième au dernier numéral ordinal, les autres gardant la forme cardinale (la dix ou vingtième fois).

§ Comme les numéraux cardinaux, les numéraux ordinaux peuvent désigner des valeurs indéterminées dans certaines locutions et dans l'hyperbole :

trente-sixième dessous
la centième fois
mille et unième

§ Les adverbes numéraux réguliers : premièrement, deuxièmement, secondement, troisièmement, etc. Voir les adverbes numéraux limités à la page connexe La syntaxe des numéraux - fractions naturelles.

§ Voir l'examen des fractions naturelles (moitié, tiers, quart, cinquième) à la page connexe La syntaxe des numéraux - fractions naturelles.

§ En plus de leur rôle de numéral ordinal, tiers et quart sont aussi des éléments lexicaux banals. Dans ce sens, ils partagent le statut d'autres mots issus de numéraux ordinaux latins :

carême
centime
décime
dîme
millésime
none
octave
prime
quadragésime
quart
quinquagésime
quint
quinte
septime
septuagésime
sexagésime
sieste
sixte
tiers
tierce

§ Quelques pseudo-ordinaux

Zérotième s'emploie par plaisanterie.

Énième, ixième et leurs variantes graphiques appartiennent à la langue familière.

La morphologie des types mineurs de numéraux

§ Les numéraux d'approximation

Millier est un numéral approximatif.

La série aine

$ La série des numéraux d'approximation terminés par aine comprend

huitaine
dizaine
vingtaine
trentaine
quarantaine
cinquantaine
soixantaine
centaine

$ Neuvaine, douzaine et quinzaine ont des fonctions lexicales et ne s'emploient pas comme numéraux d'approximation.

$ Dix mille hommes et cent mille hommes ont deux formes approximatives :

une dizaine de milliers d'hommes
une dizaine de mille hommes

une centaine de milliers d'hommes
une centaine de mille hommes

Les premières formes sonnent plus agréables, mais les secondes formes sont plus logiques. On pourrait aussi leur attribuer deux interprétations différentes. (Et pourquoi pas dix milliers d'hommes, cent milliers d'hommes ?)

§ Les fractions naturelles

Voir la page connexe La syntaxe des numéraux - fractions naturelles.

§ Les délimiteurs numéraux

Voir l'étude des délimiteurs à la page connexe Le groupe nominal - compléments - les délimiteurs.

Les grands numéraux (la série illion) sont des délimiteurs.

Les numéraux d'approximation sont des délimiteurs.

Les fractions naturelles sont des délimiteurs.

Cent

acheter au cent
ça coûte deux euros le cent
deux cents d'œufs

Mille

ça coûte dix euros le mille
deux mille de boulons
dix mille d'épingles
l'ouvrage en est à son centième mille
vendre au mille

§ Les séries numérales limitées

Les séries numérales limitées sont des curiosités lexicales plutôt que des phénomènes grammaticaux.

Les multiples

La série des multiples comprend

simple
double
triple
quadruple
quintuple
sextuple
septuple
octuple
nonuple
décuple
centuple

Les adverbes numéraux limités

$ En principe, la série primo, secundo, etc. peut être prolongée sans limite.

$ Deuzio et troisio sont des formes badines.

$ En principe, la série bis, ter, etc. peut être prolongée sans limite. Cette série s'applique surtout aux complexes d'immeubles et aux intercalations dans les textes officiels.

Les cycles du calendrier

$ L'anomalie bi

Tantôt le préfixe bi / bis multiplie la fréquence (biquotidien, bihebdomadaire, bimensuel veulent dire deux fois par...), tantôt il la divise (bisannuel et bimestriel signifient tous les deux...). Il importe donc de bien distinguer bimensuel et bimestriel.

Un bimestre est une durée de deux mois.

Le mot bisannuel est vraiment pervers, étant donné que bis veut dire deux fois en latin.

$ L'anomalie tri

Le préfixe tri / tris divise la fréquence dans trisannuel et dans trimestriel et il la multiplie dans trimensuel. Il importe donc de bien distinguer trimensuel et trimestriel.

Un trimestre est une durée de trois mois.

$ Semestre

Le préfixe se divise la fréquence. Semestriel veut dire qui se produit tous les six mois.

La série de musique de chambre

duo
trio
quatuor
quintette
sextuor
septuor
octuor

La série gémellaire

Les groupes d'au moins trois enfants nés d'un même accouchement sont désignés par des mots qu'on forme en ajoutant é/ée aux noms des multiples : triple triplé.

(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)