HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      

RECHERCHE PAR MOTS-CLÉS      RECHERCHE PAR MOTS DISPERSÉS      RECHERCHE PAR MOTS CONSÉCUTIFS


TITRE
Verbes multistructurels - valoir (155)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
Verbes multistructurels - valoir (155)

SOMMAIRE
Introduction
Le spectre grammatical et les types de complément prédicatif
Les cinq constructions majeures
Paris vaut bien une messe (Henri IV)
ce diplôme vaut passeport pour le monde
sa condamnation lui a valu cinq ans de prison
ce film vaut surtout par l'originalité de sa technique de caméra
j'ai fait valoir mon droit à la retraite
Les types de complément prédicatif à vol d'oiseau
Exemples
Complément prédicatif corrélé avec le sujet - nom sans article
Complément prédicatif corrélé avec le sujet - autres catégories
la peine
mieux
noms autres que la peine
somme numérique
pronoms interrogatifs
pronoms relatifs
pronoms personnels conjoints
pronom réfléchi
pronom réciproque
subordonnée infinitive
subordonnée fléchie
rien, grand-chose, cher, tripette etc.
autre
tant
autant
numéral cardinal
Complément prédicatif et objet indirect
Aucun complément - voix active
Aucun complément - voix factitive
Phénomènes divers
Sujet propositionnel
Sujet impersonnel
L'accord du participe passé
L'emploi de l'introducteur d'infinitif de
Temps et modes

Introduction

Le verbe valoir est un verbe « à faible transitivité ». Nous expliquons ce concept aux pages connexes Compléments aprépositionnels - catégories de verbes, Compléments aprépositionnels - la transitivité. La question de savoir si cher dans cela ne vaut pas cher est objet direct ou complément prédicatif n'est pas résoluble infailliblement. Nous penchons pour le statut de complément prédicatif dans toutes les constructions de valoir. (La possibilité n'est pas à exclure non plus que valoir régirait tantôt l'objet direct tantôt le complément prédicatif.)

Le verbe valoir n'est pas passivable. Le fait que valoir admet une subordonnée relative introduite par que n'est pas un argument en faveur de sa transitivité, puisque le pronom relatif que peut très bien représenter un complément prédicatif (l'idiot que je suis).

Le verbe valoir se construit de cinq façons, que nous étudions en détail sous la rubrique majeure suivante. Exemples des cinq constructions :

-Paris vaut bien une messe (Henri IV)
-ce diplôme vaut passeport pour le monde
-sa condamnation lui a valu cinq ans de prison
-ce film vaut surtout par l'originalité de sa techniqe de caméra
-j'ai fait valoir mon droit à la retraite

Le sens de valoir dépend de sa construction.

Trois des cinq constructions comportent un complément prédicatif. Les types de complément prédicatif se recrutent parmi une vingtaine de catégories grammaticales.

Deux types de complément prédicatif (la peine et mieux) se construisent de six façons pour la peine et de deux façons pour mieux.

À retenir donc : l'étude de valoir se divise en cinq constructions majeures ; certaines de ces construction majeures se subdivisent en une vingtaine de types de complément prédicatif ; deux types de complément prédicatif se sub-subdivisent en six constructions pour la peine et en deux constructions pour mieux. On verra tout cela dans la troisiême rubrique majeure (spectre grammatical et types de complément prédicatif) et dans la quatrième rubrique majeure (exemples).

La quatrième rubrique majeure présente des exemples de toutes les constructions majeures, de tous les types de complément prédicatif et de toutes les constructions mineures de la peine et de mieux.

Dans la cinquième rubrique majeure (sujets divers) nous traitons

du sujet própositionnel

du sujet impersonnel

de l'accord de participe passé et

de l'emploi de l'introducteur d'infinitifi de.

Le spectre grammatical et les types de complément prédicatif

Les cinq constructions majeures

Paris vaut bien une messe (Henri IV)

Dans cette construction majeure, il y a un seul complément, le complément prédicatif corrélé avec le sujet. Toutes les catégories grammaticales, sauf le nom sans article, peuvent occuper cette position. C'est la construction majeure dominante.

Le verbe valoir véhicule son sens de base. Il serait futile de l'analyser car tout ce à quoi l'esprit humain est capable d'attacher un jugement de valeur peut servir de complément prédicatif de valoir.

ce diplôme vaut passeport pour le monde

Dans cette construction majeure, il y a un seul complé1ment, le complément prédicatif corrélé avec le sujet. Sa catégorie grammaticale : nom sans article.

La paraphrase de l'exemple ci-dessus est ce diplôme est un véritable passeport pour le monde.

sa condamnation lui a valu cinq ans de prison

Deux compléments : complément prédicatif et objet indirect

L'objet indirect est une personne.

Le sens de valoir est lui causer / lui faire obtenir / lui procurer / lui faire subir.

L'effet du complément prédicatif peut être ressenti par l'objet indirect comme gain ou perte, comme agréable ou désagréable. Le verbe en lui-même est, pour ainsi dire, neutre.

ce film vaut surtout par l'originalité de sa technique de caméra

Aucun complément. Voix active.

Le verbe valoir a la valeur avoir de la valeur / se distinguer / être valable. Le verbe est forcément suivi d'une expression adverbiale, telle que surtout par... dans l'exemple.

j'ai fait valoir mon droit à la retraite

Acun complément. Voix factitive.

faire valoir a de nombreuses significations :

signaler, souligner, faire ressortir, mettre en évidence

faire apprécier, montrer l'importance

exploiter, faire fructifier, rendre productif

se vaire valoir a les valeurs se montrer à son avantage, se faire mousser, faire de l'étalage.

Lorsque faire valoir a le sens signaler, il peut être suivi d'un objet indirect.

Les types de complément prédicatif à vol d'oiseau

la peine et mieux

Les deux compléments prédicatifs les plus importants sont la peine et mieux. Voir les exemples plus loin.

Compléments prédicatifs autres que la peine et mieux

nom - Paris vaut une messe (Henri IV)

somme numérique - leur appartement vaut trois millions d'euros

beaucoup

grand-chose - ça ne vaut pas grand-chose

peu

rien

plus, moins

trop

cher

combien - ça vaut combien ?

que interrogatif - que valent ses promesses ?

qu'est-ce que - qu'est-ce que ça vsut ?

tant - tant vaut l'homme, tant vaut la terre

autant - autant vaut refuser

se réfléchi - ça se vaut

se réciproque - les deux se valent

que, ce que, tout ce que (pronoms relatifs)

un autre - une théorie grammaticale en vaut une autre

numéral cardinal - un homme averti en vaut deux

subordonnée infinitive - ce livre vaut d'être lu

subordonnée fléchie - ce livre vaut qu'on le lise

le - est-ce que ça vaut le prix ? - ça le vaut largement

les - est-ce que les fils de Pierre valent ceux de Paul ? - ils les valent

Exemples

L'agencement des exemples correspond à la hiérarchie susmentionnée de constructions majeures, types de complément prédicatif et constructions mineures.

Complément prédicatif corrélé avec le sujet - nom sans article

ce document vaut pièce à conviction
ce slogan vaut credo national
la moindre remarque de Chomsky vaut révélation divine
son diplôme vaut passeport pour le monde

L'emploi se comme est possible

ce joyau vaut comme symbole

Complément prédicatif corrélé avec le sujet - autres catégories

la peine

Valoir la peine se construit de six façons.

Valoir le coup est synonyme de valoir la peine dans la langue familière.

Construction absolue

ça vaut la peine
ça ne vaut pas la peine

Construction infinitive active

la Suisse a si peu de communistes qu'il ne vaut pas la peine de les mentionner (Siegfried)
cette histoire ne vaut pas la peine d'en parler
cette ville ne vaut pas la peine de la visiter

Construction infinitive passive

La construction infinitive passive est illogique mais consacrée par l'usage. On la trouve sous les meilleures plumes, Le sujet de valoir n'éprouve aucune peine à subir l'action exprimée par l'infinitif. Par exemple, dans le cas de ce livre vaut la peine d'être lu, le livre n'éprouve aucune peine à être lu. La construction correcte est la construciion fléchie ce livre vaut la peine qu'on le lise ou la construction infinitive ce livre vaut la peine de le lire.

ce livre vaut la peine d'être lu
au temps où la vie valait encore la peine d'être vécue (Triolet)
ce phénomène vaut la peine d'être noté
cette vèrité ne vaut pas la peine d'être dite
la nature vaut la peine d'être protégée
ce risque vaut la peine d'être couru

Dans la langue relâchée, peine est parfois omis : cette vérité ne vaut pas d'être dite, ce risque vaut d'être couru.

Construction fléchie

au temps où la vie valait encore la peine qu'on la vécût
ce livre vaut la peine qu'on le lise
ce phénomène vaut la peine qu'on le note
ce village ne vaut la peine qu'on s'y arrête
cette histoire vaut pas la peine qu'on en parle
cette vèrité ne vaut pas la peine qu'on la dise
cette ville ne vaut pas la peine que nous la visitions
la nature vaut la peine qu'on la protège

Construction avec être

il est la peine peut remplacer il vaut la peine dans la langue relâchée.

Construction impersonnelle / propositionnelle

La construction fléchie
ces médisances ne valent pas la peine qu'on les mentionne et
la construction infinitive active
ces médisances ne valent pas la peine de les mentionner
peuvent être transformées en une construction qui est analysable soit comme propositionnelle, soit comme impersonnelle.
il ne vaut pas la peine de mentionner ces médisances

Cette construction est propositionnelle si de mentionner ces médisances est pris comme sujet réel et impersonnel si de mentionner ces médisances est pris comme le sujet d'apposition prédicative de la peine. Dans le premier cas, il est sujet postiche ; dans le deuxième cas il est sujet impersonnel. Voir la définition d'apposition prédicative à la page connexe La subordonnée sujet d'apposition prédicative.

mieux

Qu'un second pôle de comparaison soit présent ou absent, mieux se construit de trois façons :

sujet réel antéposé

sujet réel postposé sans sujet postiche antéposé

sujet réel postposé avec sujet postiche antéposé

mieux avec un second pôle de comparaison

Pour une étude détaillée de la subordonnée comparative, voir la page connexe Le système comparatif.

beaucoup d'amis vaut mieux que beaucoup d'argent
bonne renommée vaut mieux que ceinture dorée
être maître de son cœur vaut mieux que deminer le monde (Saulnier)
il vaut mieux être déçu que d'espérer dans le vague (Vian)
il vaut mieux encadrer qu'ignorer le problème
il vaut mieux prévenir que guérir
il vaut mieux que sa réputation
il vaut mieux que tu te retires sans histoires que si j'étais forcé de te donner un coup de pied dans le derrière
il vaut mieux rêver sa vie que la vivre (Proust)
il vaut mieux tuer le diable non pas que le diable vous tue (vieilli)
il vaut mieux tuer le diable que si le diable vous tue
ils ne valent pas mieux l'un que l'autre
mieux vaut être banni qu'ignoré
mieux vaut l'avoir comme ami que comme ennemi
mieux vaut mourir debout que vivre à genoux
mieux vaut mourir que de se déshonorer
mieux vaut plier que rompre
mieux vaut prévenir que guérir
mieux vaut prendre le risque de déplaire dans l'intelligence que de réussir dans la sottise
mieux vaut qu'il sorte et qu'il regrette de n'être pas resté que de rester et qu'il regrette de n'être pas sorti (Rolland)
mieux vaut s'en aller qu'être chassé
mieux vaut tard que jamais
mieux vaut tenir la lumière sous le boisseau que de s'en servir pour s'exposer soi et les siens à la curiosité des badauds (Theuriet)
mieux vaut tenir que courir
mieux vaut trop de travail que pas assez
pas de spectacle vaut mieux qu'un mauvais spectacle
peu de récompenses vaut mieux que pas de récompense du tout
quelques schémas vaut mieux qu'un long discours
un peu vaut mieux que rien

mieux sans second pôle de comparaison

beaucoup de cierges valait mieux (Flaubert)
beaucoup de précautions vaut mieux
ça vaut mieux d'attendre un peu
il vaudrait mieux ne pas lui en parler
il vaut mieux attendre un peu
il vaut mieux être tout l'un ou tout l'autre (H. Bazin)
il vaut mieux le laisser dans son coin
il vaut mieux pas
il vaut mieux que vous refusiez
il vaut mieux refuser
mieux vaut n'y plus penser
mieux vaut ne pas en parler
mieux vaut pas qu'il crève
mourir pour mourir, ne vaut-il pas mieux mourir agréablement ? (Gervais)
un vrai feignant que cet Antoine, et son Antoinesse ne vaut pas mieux (Proust)
vaut mieux pas qu'il vienne

noms autres que la peine

ça ne vaut pas un pet de lapin
ça vaut de l'or
ça vaut une fortune
ce médicament ne vaut pas le précédent
ce restaurant vaut bien le détour
il ne vaut pas la corde pour le pendre
il vaut à lui seul tout un bataillon
il vaut son pesant d'or
la campagne vaut bien la mer
la sœur vaut bien la frère
le jeu ne vaut pas la chandelle
mille intentions ne valent pas un geste
n'importe quel job vaut mieux que pas de job du tout
Paris vaut une messe (Henri IV)
Pierre vaut un million de dollars (américanisme, dites plutôt pèse)
rien ne vaut la montagne pour les poumons
rien ne vaut la soie
rien ne vaut un bon bain chaud
ton travail vaut bien le sien
un ouvrier expérimenté vaut trois débutants

somme numérique

ça vaut à peine cent euros
ça vaut dans les mille euros

pronoms interrogatifs

ça vaut combien ?
combien vaut ce tableau ?
qu'est-ce que ça vaut ?
qu'est-ce que valent les promesses?
que me vaut l'honneur de votre visite ?
que valent ses promesses ?
que vaut ce film ?
que vaut cet auteur ?
que vaut son conseil ?
que vaut-il en tant que gestionnaire ?

Dans que vaut-il mieux faire ?, le pronom interrogatif que est objet direct de faire et non pas complémant prédicatif de vaut.

pronoms relatifs

c'est cent euros que ça vaut
ça vaut ce que ça vaut
et moi qui me félicitais de ne pas gâcher ma vie, pour ce qu'elle vaut, la vie (France)
il a conscience de ce qu'il vaut
la disgrâce que lui vaut son rôle dans les massacres
je me demande ce que ça vaut
je sais ce qu'il vaut, pour en avoir goûté (Courteline)
je sais ce que je vaux
les ennuis que nous a valus cette affaire
les insomnies que m'ont values ses fugues
les peuples valent ce que valent leurs élites
pour ce que ça vaut
pour ce que ça vous sert
prendre un chose pour ce qu'elle vaut
tous les ennuis que ça m'a valus
vaille que vaille

pronoms personnels conjoints

ce livre les vaut bien, les cent euros
le détour, le restaurant le vaut bien

pronom réfléchi

la canaille de tous le pays se vaut
ça se vaut

pronom réciproque

les deux se valent
ces deux méthodes se valent
nous nous valons

subordonnée infinitive

cela valait-il de tant s'agiter ?
la question vaut d'être posée
cette œuvre vaut d'être lue
cet incident vaut d'en faire la remarque

subordonnée fléchie

ce livre vaut qu'on le lise
cela ne vaut pas qu'on en parle
cela vaut qu'on le dise
cette pièce vaut qu'on la monte

On n'est pas le seul sujet possible de la subordonnée. Par exemple, on pourrait aussi dire ce livre vaut que nous le lisions.

rien, grand-chose, cher, tripette etc.

ça ne vaut pas grand-chose
ça ne vaut pas tripette
ça ne vaut rien
ça vaut deux fois rien
ce climat ne vaut rien pour les rhumatismes
cela ne vaut chipette
cela ne vaut tripette
il ne vaut rien comme cuisinier
le brouillard ne vaut rien pour ses bronches
leur fils ne vaut pas cher

autre

cette méthode en vaut une autre
une explication qui en vaut une autre
un service en vaut un autre

tant

tant vaut l'homme, tant vaut la terre
tant valait l'instituteur primaire, tant vaudrait l'enseignement (Zola)

autant

autant vaut refuser
autant vaut admettre que
autant vaut-il
autant vaut se taire
autant vaut admettre que
autant vaut dire
il vaut autant
ou autant vaut = presque
sa voiture vaut autant

numéral cardinal

un homme averti en vaut deux

Complément prédicatif et objet indirect

ce comportement lui a valu d'être viré
ce livre lui a valu des louanges / des reproches
ce qui lui a valu d'aller en prison
ce qui lui a value d'être élu
cela lui a valu d'être accusé d'imprudence
cela ne lui a rien valu
cinq ans d'exil que lui a valus sa condamnation
la disgrâce que lui vaut son rôle dans les massacres
la chaleur ne me vaut rien
le voyage ne m'a rien valu
les ennuis que nous a valu cette affaire
les honneur que lui a valus sa bravoure
les insomnies que m'ont values ses fugues
qu'est-ce qui nous vaut l'honneur de cette visite ?
que me vaut l'honneur de ta visite ?
tout ce que lui a valu la baignade, c'est un bon rhum
un bon rhum, c'est tout ce que cela lui a valu de sortir sous la pluie

Aucun complément - voix active

ça ne me dit rien qui vaille
ça ne vaut que dans certains cas
ce film vaut surtout par l'originalité de ses dialogues
il n'y a rien qui vaille dans cette œuvre
il vaut surtout par son dernier roman
la règle vaut pour tous les cas / pour tout le monde
le raisonnement ne vaut pas
paiement à valoir sur votre prochaine facture
rien qui vaille
tout coup vaille = à tout hasard
une chause ne vaut que par l'importance qu'on lui donne
une proposition ne vaut qu'en tant qu'elle est comprise

Aucun complément - voix factitive

faire valoir ses droits
faire valoir ses relations
faire valoir la force affective du son style
faire valoir les circonstances atténuantes
mon père avait un aussi constant souci de se faire valoir que ma mère de s'effacer (Gide)

Phénomènes divers

Sujet propositionnel

Il y a trois types.

Proposition antéposée sans sujet postiche il

être maître de son cœur vaut mieux que deminer le monde (Saulnier)

sujet postiche il en tête, proposition postposée

il vaut de vérifier les calculs (sans la peine)
il vaudrait mieux ne pas lui en parler
il vaut mieux attendre un peu
il vaut mieux être déçu que d'espérer dans le vague (Vian)
il vaut mieux être tout l'un ou tout l'autre (H. Bazin)
il vaut mieux encadrer qu'ignorer le problème
il vaut mieux le laisser dans son coin
il vaut mieux pas qu'il vienne
il vaut mieux prévenir que guérir
il vaut mieux que tu te retires sans histoires que si j'étais forcé de te donner un coup de pied dans le derrière
il vaut mieux que vous refusiez
il vaut mieux que vous refusiez
il vaut mieux rêver sa vie que la vivre (Proust)
il vaut mieux refuser
il vaut mieux refuser
il vaut mieux tuer le diable que si le diable vous tue

proposition postposé, sans sujet postiche il

autant vaut refuser
autant vaut admettre que
autant vaut se taire
autant vaut admettre que
autant vaut dire
mieux vaut être banni qu'ignoré
mieux vaut l'avoir comme ami que comme ennemi
mieux vaut mourir debout que vivre à genoux
mieux vaut mourir que de se déshonorer
mieux vaut n'y plus penser
mieux vaut ne pas en parler
mieux vaut pas qu'il crève
mieux vaut plier que rompre
mieux vaut prévenir que guérir
mieux vaut prendre le risque de déplaire dans l'intelligence que de réussir dans la sottise
mieux vaut qu'il sorte et qu'il regrette de n'être pas resté que de rester et qu'il regrette de n'être pas sorti (Rolland)
mieux vaut s'en aller qu'être chassé
mieux vaut tenir la lumière sous le boisseau que de s'en servir pour s'exposer soi et les siens à la curiosité des badauds (Theuriet)
mieux vaut tenir que courir
mourir pour mourir, ne vaut-il pas mieux mourir agréablement ? (Gervais)

Sujet impersonnel

il ne vaut pas la peine d'en parler
il vaut la peine de vérifier les données
il ne vaut pas la peine de les mentionner

La préposition de dans ces exemples témoigne d'un rapport d'apposition prédicative entre la peine et la subordonnée infinitive qui le suit. Donc il ne saurait s'agir d'un sujet propositionnel postposé. Il s'ensuit que la seule fonction attribuable à il est sujat de valoir Voir la définition d'apposition prédicative à la page connexe La subordonnée sujet d'apposition prédicative.

L'accord du participe passé

Selon la règle « officielle », qui est en voie de déchéance, le participe passé valu s'accorde avec le nom qu'il régit. Exemple : les insomnies que m'ont values ses fugues, Nous suivons cette règle, sans la recommander.

L'emploi de l'introducteur d'infinitif de

Pour l'étude détaillée des introducteurs d'infinitif, voir la page connexe La subordination - l'emploi des modes - l'infinitif.

L'infinitif qui suit la peine est introduit par de.

Dans le cas de mieux vaut ou il vaut mieux, le premier pôle de comparaison se construit sans de.

Le second pôle de comparaison peut être construit avec ou sans de. Si la distance entre le premier et le second pôle est faible, la construction du second pôle sans de est préférable. Si la distance est grande, l'emploi de de est courant.

Temps et modes

En théorie, tous les temps et modes sont permis. Répétons ici que la voix passive est exclue.

RETOUR EN HAUT DE PAGE