Verbes multistructurels - avoir
HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      INDEX


TITRE
Verbes multistructurels - avoir (134)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
Verbes multistructurels - avoir (134)

SOMMAIRE

Avoir - possession au sens propre et au sens figuré

L'emploi de base du verbe avoir, la possession, a un nombre pratiquement infini d'extensions. Nous nous bornons à en donner un aperçu sommaire.

On peut « avoir »

des caractéristiques physiques (forme, couleur, dimensions)

des caractéristiques psychologiques (courage, talent)

des états physiques (maladies)

des états psychologiques (peur, haine, chagrin)

des réactions physiques momentanées (geste d'énervement, sourire malin, grimace de douleur, regard haineux, remarque malheureuse)

des vêtements (elle avait une robe bleue à son mariage)

ses effets personnels avec soi (je n'ai pas mon permis de conduire)

des éléments constituants, des composantes, des membres

des invités

des activités, des occupations (je n'ai rien ce soir, j'ai français à dix heures)

des idées et des sentiments sur, pour et contre certaines cibles

Avoir - prise de possession et capture

il a eu sa bécane
il n'a pas eu son train
il a eu ce vase pour cent euros
il a eu la ministre au téléphone
ils ont eu le chef de la bande
la somme qu'il a eue
il a cent ans - quand les a-t-il eus ?

Avoir - les satisfactions

Le triomphe

l'équipe hongroise les a eus

La duperie

se faire avoir
se laisser avoir

La possession sexuelle

il l'a eu dans la sacristie

Le verbe avoir est passivable dans ces trois sens et non passivable dans tous les autres.

Avoir - existence

L'idée de l'existence, normalement exprimée par il y a, peut aussi être rendue par avez.

Existence localisée

vous avez un parc au bout de la rue
vous avez ici une autre salle de bain

Existence pure (non localisée)

vous avez des gens qui gobent tout ce qui est écrit sur le canard

Existence localisée - lieu transformé en sujet

On peut exprimer l'existence localisée en transformant le lieu en sujet :

il y a quelque chose de méchant dans son regard
son regard a quelque chose de méchant.

Avoir - avec le datif possessif


Avoir - avec l'objet indirect conjoint

tâchez de m'avoir une réponse
pouvez-vous m'avoir ce livre ?
pouvez-vous m'avoir un des traducteurs ?
essayez de m'avoir le ministre au téléphone

voulez-vous bien vous charger de me les avoir ?
il nous flattait de nous avoir du charbon à bon compte


Avoir - locutions verbales


avoir l'air
avoir faim
avoir tendance
avoir droit

Avoir - verbe auxiliaire


Avoir - caractéristiques inhérentes et transitoires

il a les yeux bleus
il a ses yeux tout rouges
il a ses yeux de rouges


Avoir - possession pronominale (avoir quelque chose de)


Avoir - le vécu subjectif

Le vécu subjectif - introduction

Les trois types de la construction du vécu subjectif sont

-le passif périphrastique - parties du corps
-le passif périphrastique - possessions non corporelles
-les faits de l'environnement comme éléments du vécu subjectif

L'examen des trois types est suivi de remarques.

Le passif périphrastique de l'action subie par une partie du corps humain

La proposition *sa mâchoire a été fracassée par une balle n'est possible que s'il s'agit d'une prothèse amovible. Les parties du corps, prises dans leur fonction normale, ne peuvent pas être qualifiées par des pronoms possessifs ou par des compléments de possesseur à de. Les possesseurs, représentés dans les versions agrammaticales des exemples ci-dessous par un pronom possessif ou par un complément à de, sont obligatoirement transformés en sujets.

*sa mâchoire a été fracassée par une balle
il a eu sa mâchoire fracassée par une balle

*son cœur a été brisé par un amour déçu
il a eu son cœur brisé par un amour déçu

*la tête du condamné à mort sera tranchée
le condamné à mort aura la tête tranchée

il a eu les yeux crevés
il avait eu les jambes emportées par un obus
il eut les cheveux et la moustache coupés

Le passif périphrastique de l'action subie par une possession non corporelle.

Le mécanisme est le même que dans le cas des parties du corps, mais les versions avec pronom possessif ne sont pas agrammaticales.

mon portable a été volé
j'ai eu mon portable volé

son pare-choc avant a été cabossé
il a eu le pare-choc avant cabossé

la vendange de notre village a été gâtée par la pluie
notre village a eu la vendange gâtée par la pluie

son vase chinois a été fracassé par une balle
il a eu son vase chinois fracassé par une balle

Si cette construction est presque toujours adversative, elle peut aussi exprimer un fait avantageux : combien ont leur nom connu du public ?. Dans la proposition veuillez me confier les lettres que vous désirez avoir tapées, le verbe avoir devient un véritable verbe factitif.

Les faits de l'environnement comme éléments du vécu subjectif

Cette construction permet de présenter un fait concernant l'environnement comme un fait vécu subjectivement, comme un fait subi. Le fait n'est exprimé ni par le passif, ni par le passif périphrastique.

leur fille part au Québec
ils ont leur fille qui part au Québec

mes rhumatismes me font souffrir
j'ai mes rhumatismes qui me font souffrir

son mari est malade
elle a son mari qui est malade

elle a son col qui s'est ouvert
elle avait sa voisine absente ce jour-là
il a la couverture déchirée
il a sa cuisine crasseuse
il a son père qui ne va pas bien
j'ai ma mère de malade
j'ai mon fils Etienne et ma fille qui connaissent bien l'écriture (H. Bazin)
j'ai mon frère qui m'attend
j'ai mon gosse qui va me faire rater le train
j'ai mon père que je n'ai pas vu depuis cinq ans
moi, j'ai mon grand frère qui a toutes les décorations du monde (Lavedan)
nous avons nos clients furieux
où t'as ta femme ?

Les versions non transformées de ces exemples ne sont pas agrammaticales, mais les versions transformées sont plus heureuses, puisqu'elles expriment plus clairement la perspective subjective du locuteur.

Le vécu subjectif doit être transitoire et adversatif : elle a sa fille malade est grammatical ; *elle a sa fille belle ne l'est pas.

Remarques

Avoir, faire, voir - quasi-synonymes

Les trois verbes avoir, faire et voir fournissent des mécanismes passifs périphrastiques quasi-synonymes. Exemples des deux autres verbes : il s'est fait engueuler et elle s'est vu voler ses bijoux. La synonymie peut être complète : il s'est vu refuser sa permission = il a eu sa permission refusée. Les passifs périphrastiques sont le plus souvent adversatifs.

Avoir, verbe prédicatif


fracassée par une balle
brisé par un amour déçu
volé
cabossé
gâtée par la pluie
tranchée
qui part au Québec
qui me font souffrir
qui est malade
crasseuse

ne sont pas des épithètes, mais des compléments prédicatifs.

Le syntagme [nom * de * épithète]

Pour le rapport entre elle a sa fille malade et elle a sa fille de malade, voir la page connexe Les emplois affectifs de de devant l'adjectif.

Croisement du passif périphrastique avec la mise en relief par de

Remplaçons son collier bêtement par rien dans elle a eu son collier volé. On croit obtenir ??elle n'a rien eu volé. La solution correcte est elle n'a rien eu de volé. Voir l'examen de ce phénomène à la page connexe Les emplois affectifs de de devant l'adjectif.

Avoir - devoir, nécessité (avoir à)


j'ai à travailler
j'ai à finir mon travail
j'ai un travail à finir

Avoir - verbe prédicatif (avoir pour, avoir comme)


nous avons pour objectif de dresser un inventaire des emplois de « avoir »

Avoir - verbe prédicatif locatif transitif


il avait la police aux trousses = [la police était à ses trousses]

Avoir - le quasi-passé-composé


Ce que nous appelons « le quasi-passé-composé » rappelle la construction du latin vulgaire où le vrai passé composé prend sa source.

Comparer

elle a déjà la moitié de son devoir de fait et
elle a déjà fait la moitié de son devoir.

Le passé est vivant. Voir un phénomène analogue à la page connexe Le complément prédicatif - les types sémantiques de la prédication - rubrique L'emploi prédicatif locatif du verbe avoir.

Autres exemples

il avait sa résolution prise

Avoir - indication de l'âge

elle a trente ans


Avoir - indication des dimensions physiques

avoir trois mètres de haut
avoir trois mètres de long
avoir trois mètres de large


Avoir - de quoi


Avoir - avoir...pour * infinitif

j'ai mon fils pour m'aider


Avoir - n'avoir que * infinitif


je n'ai que répondre
je n'ai que faire de toute cette paperasse
l'érudition dont nous n'avons que faire
je n'ai que faire de vos conseils
je n'ai que faire de gens comme lui

Avoir - qu'est-ce que tu as ?

qu'est-ce que tu as ? - j'ai que mon ordi ne veut pas démarrer
qu'est-ce que tu as à crier comma ça ? - j'ai que tu m'énerves
qu'est-ce qu'il a à conduire comme ça ? - il a qu'il est soûl
qu'est-ce que tu as à rester comme cela, bouche bée ? (Proust)


Dans la réponse, avoir peut avoir une subordonnée régie comme objet direct.

Avoir - avoir pour soi, avoir contre soi

cette rue n'a rien pour elle, sinon d'être vivante (Margueritte)
il n'a rien pour lui que d'être beau
il a pour lui d'avoir fait des aveux complets

Avoir - avoir à soi

Avoir en possession exclusive, en usage exclusif

Avoir - locutions diverses

avoir beaucoup de (ressembler)
avoir belle
avoir dur
avoir facile
en avoir à
en avoir après
en avoir contre
en avoir pour dix minutes
en avoir (être courageux)
n'avoir de cesse
ne plus en avoir que pour dix minutes

Avoir - fonctions spontanées du corps

avoir un mouvement
avoir un murmure
avoir un rire

Il y a - existentiel ou impersonnel ?

Nous disons que il s'est produit une catastrophe est la transformée existentielle de une catastrophe s'est produite. Il serait absurde de refuser le même statut existentiel à il y a un problème, d'autant plus que il y a un problème et il s'est produit une catastrophe ont la même structure à sujet postiche antéposé et à sujet réel postposé. Or, il y a un problème ne saurait se réclamer de l'antécédent un problème y a. Nous en concluons que la construction il y a est à la souche de la famille des constructions existentielles, sans être un membre de cette famille. Son il n'est pas un il existentiel, mais un il impersonnel au sens étroit, semblable à ceux de il pleut, il fait beau, il est minuit. Les propositions

il menace d'y avoir une augmentation à la rentrée
il promet d'y avoir une grève
il risque d'y avoir beaucoup de protestataires


Il y a - sujet existentiel


Existence pure (non localisée)

Article indéfini, pronoms indéfinis, numéraux cardinaux

il y a un problème
il y a eu trois blessés
il y aura des conflits
il y a une dame qui veut vous voir
il y a quelque chose qui m'inquiète
il y avait une fois

L'existence de certaines abstractions s'exprime sans article.

il y a matière à discussion
il y a matière à espérer
il risque d'y avoir conflit
n'y aura-t-il pas tentation de

il y a = (il se passe, il se produit)

des émeutes
des conflits
un accident
une inondation
quelque chose de grave

Construction avec en

il y en a encore
il n'y en a plus

Existence localisée

il y a un chien à la porte
il y a un gâteau dans le frigo
il y a de l'eau partout

Il y a - sujet défini

Il y a peut être construit avec un sujet défini. Dans ce cas, il y a ne fait pas penser à une existence émergente, mais à une existence déjà établie.

à l'époque, il n'y avait pas l'électricité sur l'île
attention, il y a le problème de la compatibilité
il n y avait que moi
il n'y a pas le livre que vous cherchez
il n'y avait plus à son bonheur ces limites imposées par le réel (Némirovsky)
il y a aussi la tante Ernestine qu'il faut inviter
il y a la peur d'un revirement
il y a la tentation de
il y a le feu chez eux
il y a les pour et les contre
il y a parfois la crainte que
il y a toutes les raisons de penser que

Une hypothèse de sauvetage a cependant été avancée selon laquelle cette construction recèle une existence émergente sous-jacente. Autrement dit, la définitude formelle cacherait une indéfinitude sémantique. On n'a qu'à fabriquer la bonne paraphrase... Attention, il y a le problème de la compatibilité est paraphrasable comme attention, il y a encore un problème à considérer, à savoir celui de la compatibilité. Dans certains cas, l'indéfinitude perce toute seule, même sans paraphrase astucieuse : il y a toutes les raisons de penser n'est qu'une hyperbole, qui veut dire il y a de nombreuses raisons de penser. De même, ce peut signifier un certain, ce qui légitime l'inversion existentielle avec un pronom démonstratif : il émanait de lui cette gentillesse non feinte qui....

Voir plus loin la rubrique majeure consacrée à la construction présentative relativée. Les propositions présentatives (il y a le lait qui bout, il y a ta voiture qui part toute seule) concernent des personnes ou des choses déjà connues.

En présence de la négation explicite ou implicite, le superlatif le moindre peut être interprété comme une très petite quantité. Donc dans les exemples qui suivent, le sujet de il y a n'est défini qu'en apparence.

il n'y a pas la moindre pression sur eux
il n'y a pas le moindre doute
s'il y a la moindre chance que

Il faut ajouter que le problème du conflit existentialité / définitude se pose également avec d'autres verbes existentiels :

il est arrivé, je crois, ce qui arrive toujours avec moi
il lui manque sa muse
il m'a pris l'idée de

Il y a - la montée de il

En principe, le sujet postiche il se déplace vers la gauche de la plupart des verbes supports.

il est censé y avoir une sortie de secours
il risque d'y avoir beaucoup de protestataires
il semble y avoir un problème de procédure
il tend à y avoir autant de parlers distincts qu'il y a d'agglomérations (Meillet)

Il y a - la possession exprimée par l'existence


la complexité du verbe « avoir » n'a aucune limite
il n'y a aucune limite à la complexité du verbe « avoir »

ce problème a de l'urgence
il y a urgence à ce problème

Le sujet réel de il y a peut être un pronom nominal qualifié. Nous examinons les pronoms nominaux qualifiés à la page connexe Le pronom nominal qualifié.

il n'y a rien de honteux à cela

Il y a - association abstraite

il n'y a pas de honte à préférer le bonheur
il n'y a pas grande surprise à
je ne vois pas d'inconvénient à ce que
l'importance qu'il y a à
l'intérêt qu'il y a à
le plaisir qu'il y a à

Il y a - de quoi


Il y a - expression de la distance

Il y a permet d'exprimer la distance :

combien y a-t-il d'ici à la mer ?
il y a cinq kilomètres entre les deux villes
il y a dix kilomètres d'ici à Paris

Il y a - expression de la durée


Il y a - préposition


La proposition il y a trois ans qu'elle est morte est paraphrasable comme trois ans se sont écoulés depuis qu'elle est morte. C'est un exemple de la subordination temporelle inversée : elle est morte est la principale logique, il y a trois ans est la subordonnée logique et il y a est un verbe qui correspond plus ou moins à s'écouler. En principe, ce verbe se conjugue librement et peut même se combiner avec des verbes supports : il allait y avoir trois ans qu'elle est morte.

Tel n'est pas le cas dans les exemples qui suivent, où il y a a déjà franchi le seuil de la regrammaticalisation. Dans les exemples qui suivent, il n'est plus possible d'analyser il y a comme étant le verbe d'une subordonnée temporelle inversée.

c'était il y a trois ans
c'est il y a trois ans qu'il est parti
jusqu'à il y a trois ans
mon rêve d'il y a trois ans

Il convient de faire observer que la préposition il y a peut servir d'argument d'une autre préposition. L'analyse de d'il y a trois ans est la même que celle de de derrière le paravent.

Les constructions voilà dix ans et ça fait dix ans s'alignent sur le même modèle de subordination que il y a, mais elles ne se regrammaticalisent pas pleinement en prépositions : *de ça fait trois ans est agrammatical.

Il y a - construction présentative relativée


il y a le lait qui bout
il y a le facteur qui passe
il y a Paul qui s'en va
y a ta voiture qui part toute seule
y a Paul qui va épouser Juliette
y a Pierre qui s'est cassé la jambe

On notera que le sujet réel est défini dans tous ces exemples. Ces sujets désignent des personnes ou de choses déjà connues. Ce ne sont donc pas des sujets existentiels.

Il y a - il n'y a pas que / il n'y a guère que

Guère n'a pas la même force de conégation que pas. Il n'y a pas que = il n'y a pas seulement ; il n'y a guère que = il y a seulement.

Il y a - il n'y a que / il n'y a pas que avec pour ou à


il n'y a (pas) que X pour faire
il n'y a (pas) que X à faire

Il y a - avec ne...que...


c'est seulement dans les contes de fées que
ce n'est que dans les contes de fées que
il n'y a que dans les contes de fées que

Il y a - il n'y a pas jusqu'à


Il y a - avec [nom * de * épithète]


il n'y a que lui de libre
il y avait plusieurs élèves d'absents hier
il y a eu deux verres de cassés

Il y a - il y en a qui

il y en a qui disent que
il y en a qui feraient mieux de se taire
il y en a qui ne mûriront que dans quelques semaines

Il y a - il y en a pour * infinitif

il y en a pour dire que
il est des politiques pour avancer que
il n'y a personne pour

[pour * faire] peut être remplacé par [qui fait]. L'action ou l'état exprimé par la subordonnée est rare ou inattendu.


Il y a - il y a que

Il y a peut avoir une subordonnée régie pour sujet existentiel :

qu'est-ce qu'il y a ? - il y a que nous avons faim
tu ne viens pas ? - il y a que je suis fatigué

Il y a que peut être remplacé par c'est que dans ces contextes.

Il y a - devoir, nécessité (il y a à, il n'y a qu'à)


Version soutenue : il n'est qu'à

Il y a - rhématisation de la totalité d'une proposition - type 1

leur fille part au Québec
il y a leur fille qui part au Québec

mes rhumatismes me font souffrir
il y a mes rhumatismes qui me font souffrir

mon frère est malade
il y a mon frère qui est malade

mon portable a été volé
il y a mon portable qui a été volé

son pare-choc avant a été cabossé
il y a son pare-choc avant qui a été cabossé

la vendange de notre village a été gâtée par la pluie
il y a la vendange de notre village qui a été gâtée par la pluie

son vase chinois a été fracassé par une balle
il y a son vase chinois qui a été fracassé par une balle

Le sujet réel est défini, donc il n'est pas un vrai sujet existentiel.

Il y a - rhématisation de la totalité d'une proposition - type 2

il y a que je vais partir dans quelques jours
il y avait qu'il n'avait pas mangé ni dormi pendant deux jours

Ce tour appartient à la langue parlée et à la langue populaire.

Il y a - thématisation

il y a Pierre, il m'a dit que


Il y a - le participe présent y ayant

Le pronom postiche il est omis devant le participe présent. Ce phénomène n'est pas limité à l'inversion existentielle. Il est également omis devant le participe présent des verbes prédicatifs dans l'inversion de la subordonnée sujet (étant bon que, semblant bon que).

n'y ayant pas assez d'argent
n'y ayant pas d'exemple de
n'y ayant pas de sujet interdit
y ayant longtemps que je n'avais rencontré un artiste aussi savant

Il y a - y avoir dans la subordonnée factitive


pourquoi Dieu a-t-Il laissé y avoir des guerres ?
cela a fait y avoir beaucoup de monde

Il y a - la corrélation des sujets

La corrélation du sujet sous-entendu de l'infinitif est possible si la superordonnée et la subordonnée contiennent, l'une et l'autre, y avoir.

il pourrait y avoir du pain sans y avoir du vin

La corrélation du sujet sous-entendu de l'infinitif est possible si la superordonnée contient un verbe existentiel autre que y avoir et la subordonnée contient y avoir.

il peut arriver des sinistres sans y avoir de morts

La corrélation du sujet sous-entendu de l'infinitif n'est pas possible si la superordonnée contient y avoir et la subordonnée contient un verbe existentiel autre que y avoir.

*il peut y avoir des morts sans arriver de sinistre

Il y a - il n'y a pas besoin de

La construction il n'est besoin de est plus soignée. La construction *il y a besoin est exclue.

il n'y a pas besoin d'insister

Il y a - quasi-auxiliaire du passif

sur la porte, il y avait écrit « chien méchant ».


Il y a - il y a pour - belgicisme familier

il y a pour perdre la tête

Il y a - tout ce qu'il y a de plus

c'est tout ce qu'il y a de plus bête


Il y a - il y a gros à parier

Il y a - il y a loin

il y a loin de la coupe aux lèvres

Il y a - comme il n'y a pas

un cerveau, c'est tyran comme y a pas (Céline)

Il y a - il y a X et X

il y a oubli et oubli
il y a oublier et oublier

Il y a - il n'y en a que pour X

il n'y en a que pour X = X est le chouchou de ses parents / du prof

Il y a - [si * nom * il y a]

Dans les subordonnées introduites par si, puisque et quelques autres conjonctions, le verbe il y a peut suivre son sujet réel. Cette construction appartient à la langue écrite.

le plan, si plan il y eut, n'était certes pas très moral
puisque immoralité il y a
puisque procès il y a
si danger il y avait
si désaccord il y a
si drame il y eut, il fut plus intérieur
si gaffe il y a
si lien il y a
si solution il y a
son seul mérite, si mérite il y a

RETOUR EN HAUT DE PAGE