PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      

RECHERCHE PAR MOTS-CLÉS      RECHERCHE PAR MOTS DISPERSÉS      RECHERCHE PAR MOTS CONSÉCUTIFS


TITRE
Le pro-verbe (131)

ASCENDANCE
Manuel de la grammaire française (0)
Les syntagmes de base (4)
Le groupe verbal (76)

PAGES SŒURS
Le pro-verbe (131)

SOMMAIRE
Définition
Le pro-verbe dans la comparaison
Objets directs identiques ou verbes intransitifs
Objets directs différents
Complément principal du pro-verbe marqué par une préposition
Le redondant - le faire
Le pro-verbe dans les autres contextes grammaticaux
En faire autant
Les verbes non représentables par le pro-verbe
Les emplois phrastiques et imprécis de faire
Faire dans la mise en relief
Faire dans la construction ne ... que ...
Faire comme trace dans le détachement
Faire avec sinon et si ce n'est
Qu'avons-nous à faire ?

Définition

Exemple liminaire

Peter parle mieux le français que Pierre ne fait l'allemand

La définition du pro-verbe par Grevisse §745 : « Faire est ce que les grammairiens appellent un verbum vicarium, c'est-à-dire qu'il s'emploie pour éviter la répétition d'un verbe qui précède (ou parfois qui suit). On dit aussi que c'est un pro-verbe parce qu'il joue par rapport aux verbes le même rôle que joue le pronom par rapport aux noms ou à d'autres éléments [...] Faire joue ce rôle, soit seul..., soit avec un pronom ou un autre suppléant [...] Il a souvent un autre temps, un autre mode, une autre personne que le verbe suppléé. »

Nous ajoutons à cette définition que le pro-verbe doit avoir un antécédent verbal précis, aisément restituable. Le pro-verbe représente la copie de l'antécédent à la morphologie près.

Le pro-verbe est aussi appelé verbe suppléant, verbe substitutif et verbum vicarium.

Le pro-verbe dans la comparaison

L'habitat typique du pro-verbe est la comparaison.

§ Objets directs identiques ou verbes intransitifs

elles se ressemblent beaucoup plus que ne font d'ordinaire deux cousines
je résolus de ne pas plus m'occuper de lui qu'il ne faisait de moi (Boylesve)
Elena et moi aurions bien voulu jouer (...) au papa et à la maman comme tous les enfants font (Cendrars)
elle l'appelle sans fin, avec douceur, comme elle ferait d'une bête
il a souffert plus que je n'avais fait
il distribua des friandises comme il eût fait à ses enfants
il étudiait le droit, comme avait déjà fait son père
il emploie ce mot dans le même sens que font les classiques
il leur sourit comme il eût fait à des femmes
il parle comme fait un journaliste à la télévision
il sort plus que je ne faisais à son âge
ils détestent les Russes plus que ne font les Polonais
ils ne traitaient pas leurs parents comme ils font aujourd'hui
un peu avant midi, nous sommes entrés dans la salle, rapidement comme nous faisons toujours (Martin du Gard)

§ Objets directs différents

après m'avoir engraissé comme on fait les oies (Mérimée)
il lisait l'histoire du Parti bolchevik comme il avait fait le Nouveau Testament
il saisit le gosse comme il eût fait un chiot
ils parlent mieux le français que nous ne faisons l'allemand
je l'aimais comme j'aurais fait mon propre fils
je saluai mon vieux maître comme j'eusse fait Shakespeare (Duhamel)
Pierre a traduit le Dit de Genji avec plus de compétence que Paul n'a fait les Analectes
rejeter la culture comme un cheval entier fait un harnais gênant (Gide)
si vous y allez, les balles vous tueront, comme elles ont fait eux (Genevoix)

Si l'objet direct est un pronom personnel, c'est obligatoirement de la forme disjointe qu'on se sert : si tu te mêles de ses affaires, elle te détestera comme elle fait moi (et non pas *si tu te mêles de ses affaires, elle te détestera comme elle me fait).

§ Complément principal du pro-verbe marqué par une préposition

Si le complément principal du pro-verbe est différent du complément correspondant de la principale, il est souvent marqué par une des prépositions de, à, avec, pour. Par exemple, Marie aime plus Pierre qu'elle ne fait Paul Marie aime plus Pierre qu'elle ne fait de Paul.

comme il eût fait d'une lettre d'amour
comme on fait à un enfant
comme le temps fait aux vieilles dames
comme il aurait fait pour les autres enfants
comme ils font pour un crucifix
comme un pâtissier fait avec le chocolat
il nous accueille comme un père fait de son enfant
je le prends enfin sur mes genoux et l'examine comme on ferait d'un petit animal(Duhamel)
M. et Mme Fontanelle considéraient leur fille comme il eussent fait d'un fils sortant du bagne (Maupassant)

A traite B comme B traite C
A traite B comme B fait C
A traite B comme B fait à C
A traite B comme B fait de C
A traite B comme B fait avec C
A traite B comme B fait pour C

§ Le redondant - le faire

Si le pro-verbe n'est suivi d'aucun complément ou s'il est suivi d'une préposition (voir la rubrique précédente), faire peut être précédé de le. C'est emploi redondant de le est courant. Par exemple, Marie aime plus Pierre qu'elle ne le fait de Paul est plus courant que Marie aime plus Pierre qu'elle ne fait de Paul.

elle embrasse le chiot comme on le fait d'un enfant
si vous me parlez à nouveau comme vous venez de le faire

Le pro-verbe dans les autres contextes grammaticaux

il n'apprenait pas aux filles certains mots qu'il faisait aux garçons
le commerce ne rapportait plus le peu qu'il faisait autrefois
les plus grandes de nos crises économiques, quand elles ne s'enracinent pas dans la spéculation, le font dans les champs pétrolifères (C. Barbier)

En faire autant

le chat déguerpit et le chien en fit autant

Les verbes non représentables par le pro-verbe

Dans la langue commune contemporaine, les antécédents du pro-verbe sont surtout des verbes exprimant une activité, plutôt qu'un état ou une caractéristique. Les verbes prédicatifs, les verbes métrologiques, les verbes olfactifs et les verbes au passif ne sont pas représentés par faire dans la langue commune contemporaine. On trouve cependant de tels emplois dans la langue littéraire.

Les emplois phrastiques et imprécis de faire

Dans est-ce que tu as posté la lettre ? - je le ferai demain, l'objet direct de faire n'est pas la lettre, mais toute l'activité sur laquelle porte la question. L'objet direct de faire est donc phrastique, imprécis. Faire n'est pas un pro-verbe représentant poster. De même, dans as-tu payé la note? - non, c'est lui qui l'a fait, le verbe faire ne représente pas payer, mais payer la note, donc faire n'est pas un pro-verbe.

De même, faire n'est pas pro-verbe dans les nombreuses locutions où il ne représente pas un antécédent précis :

ce faire
puis-je téléphoner? - faites, je vous en prie
n'en faites rien
je n'en ferai rien
faire comme
ce qu'il fit
si j'avais à le faire

Faire dans la mise en relief

ce que Pierre fait en ce moment, c'est écrire une lettre à ses parents
ce n'est pas pleurer que fait ce bébé, c'est hurler

Voir l'emploi de faire dans la mise en relief à la page connexe La mise en relief par introducteurs - rubrique La mise en relief du verbe lui-même.

Faire dans la construction ne ... que ...

Pierre ne fait qu'écrire des lettres à ses parents
ce bébé ne fait que crier toute la nuit

Voir l'emploi de faire avec ne ... que ... aux pages connexes La négation verbale - ne ... que ... - rubrique La place de la cible.

Faire comme trace dans le détachement

écrire une lettre à ses parents, il le fait tous les jours

Voir la page connexe Détachement et thématisation - rubrique L'élément détaché - les catégories grammaticales.

Faire avec sinon et si ce n'est

que fait-on sinon discourir
que voulez-vous qu'ils fassent, si ce n'est prendre des coups

Qu'avons-nous à faire ?

Dans Qu'avons-nous à faire ? - À danser (Giraudoux), la grammaticalité de à devant danser est discutable, puisque danser est un complément de faire et non pas de avoir. D'ailleurs, l'emploi de à devant danser dans c'est danser que nous avons à faire serait franchement incorrect.

(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)