Le complément prédicatif - aspects syntaxiques divers
HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      INDEX


TITRE
Le complément prédicatif - aspects syntaxiques divers (124)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
Le complément prédicatif - aspects syntaxiques divers (124)

SOMMAIRE

La place du complément prédicatif

Ordre normal

L'ordre normal est [verbe * objet direct * complément prédicatif]

il gardait son optimisme intact
il jugea la mesure nécessaire
il rendait sa femme heureuse
il trouva la porte fermée
il trouvait le temps long
il trouve ce vin bon

Le complément prédicatif peut suivre le verbe directement

L'objet direct précède le verbe

Si l'objet direct précède le verbe, le complément prédicatif suit le verbe directement.

je la crois malade
la femme que je croyais malade
la crois-tu malade
qui crois-tu malade
des obsèques que tout le monde espérait nationales

Objet direct propositionnel

Si l'objet direct est une subordonnée fléchie ou infinitive, on le place en second obligatoirement.

avoir pour objectif de
croire inutile de
il croyait plus sage de se taire
je vois écrit dans les journaux que
on avait cru bon d'avertir le public
on trouve souvent affirmé que
rendre impossible de
trouver avantageux de
trouver légitime que

L'ordre normal est possible, mais trais rare. Dans ce cas, l'infinitif ne prend pas d'introducteur : trouver manger seul ennuyeux.

Objet direct long

Si l'objet direct est beaucoup plus long que le complément prédicatif, on peut placer le complément prédicatif en premier.

elle rendit impuissants les maléfices du magicien
il avait gardé intacte la chambre de sa compagne (Maupassant)
il trouvait rude la vie de collège (Flaubert)

Désambigüisation

On peut postposer l'objet direct pour éviter l'ambigüité.

j'ai trouvé ce chapeau séduisant
j'ai trouvé séduisant ce chapeau

Le complément prédicatif précède le verbe

Le cas prédicatif du pronom personnel conjoint

malin, il l'est

Le cas prédicatif du pronom interrogatif

que deviendrais-je
quelles gens êtes-vous

Le cas prédicatif du pronom relatif

le malade qu'il était
imbécile que je suis

C'est

l'État, c'est moi

Extraposition rhématisatrice

L'extraposition rhématisatrice du complément prédicatif appartient à la langue populaire et à la langue littéraire. Elle produit un effet d'intensité, de rhématisation renforcée. On observera la technique de répétition dans plusieurs exemples : Carmen sera toujours libre...calli elle est née, calli elle mourra (Mérimée)

béni vous êtes
Carmen sera toujours libre...calli elle est née, calli elle mourra (Mérimée)
cinq, six ils pouvaient être
communiste je suis, communiste je resterai
dingues, malades dans leurs têtes ils sont devenus (Giroud)
dupe vous avez été, dupe vous êtes et dupe vous serez
gras et jaune il était, cet homme (Céline)
le petit Musyne on l'appelait dans ce milieu (Céline)
méprisable il me jugea
pas tranquille du tout j'étais (Céline)
pécheresse je suis
Pierre il s'appelait
primates nous fûmes, primates nous restons
qui plus est
ravissante vous êtes, ma chérie
saucisson vous devez être, saucisson vous serez (Colette)
un visage un peu pâle c'était


Extraposition rhématisatrice devant soit

béni soit le nom de Dieu
béni soit le nom du Très-Haut
honni soit qui mal y pense
loué soit saint Boniface
maudit soit cet importun d'agent immobilier qui me téléphone à une heure pareille

Le complément prédicatif précède le verbe dans quelques locutions figées :

ce qui bon vous semble
comme si de rien n'était (?)
force est de constater
quand bon vous semble
qui mieux est
qui pis est
qui plus est

Tel précède le verbe prédicatif dans la langue soignée.

L'antéposition de tel entraîne l'inversion du sujet, sauf si le verbe a un complément non conjoint.

être ou ne pas être, telle est la qustion
patiente, résignée, telle les grands mystiques veulent l'âme chrétienne (Barrès)
tel était le problème
tel est l'état d'anarchie où nous vivons que personne ne craint plus les lois de la justice
tel est le siècle
tel est son prestige
telle était la fatigue de son long voyage qu'il s'endormit
telle est l'évidence
telle est sa mission
tels les imaginait Pierre

Le complément prédicatif précède le verbe dans l'inversion d'identification prédicative

la capitale de la France est Paris


Le complément prédicatif précède le verbe dans l'inversion subordinative générique

cela montre combien les efforts des sauveteurs étaient futiles
cela montre combien futiles étaient les efforts des sauveteurs

Voir l'étude détaillée de l'inversion subordinative générique à la page connexe L'inversion subordinative générique.

Le complément prédicatif peut précéder le verbe dans la comparaison proportionnelle

plus grande est la faute, plus joyeux sera le pardon (Domenach)

Le complément prédicatif précède le verbe dans d'autres types d'inversion


grande fut ma surprise
combien étouffée et lointaine était devenue sa voix (Mauriac)
particulièrement significatifs sont les résultats suivants
une chose est de faire des projets, une autre est de les exécuter

Le non-accord du complément prédicatif avec l'objet direct

L'accord de l'adjectif complément prédicatif et de l'objet direct

Il y a une tendance à laisser invariable l'adjectif prédicatif qui précède l'objet direct :

rendre imminent l'attaque
j'ai trouvé charmant cette idée
en gardant présent à l'esprit cette théorie
un irréalisme qui rend hasardeux toute tentative de rapprochement


Porter haut la tête

Se faire fort, se porter fort

Fort est le plus souvent invariable en nombre et en genre dans ces locutions, mais les quatre combinaisons d'accord en nombre et de l'accord en genre sont attestées.

Plaider coupable

Plaider coupable est un anglicisme. Souvent on laisse coupable invariable lorsqu'il y a plusieurs accusés.

L'accord du nom complément prédicatif et de l'objet direct

En règle générale, on accorde le nom prédicatif avec l'objet direct dans la mesure où cet accord est morphologiquement possible et sémantiquement nécessaire.

Pierre appelle Marie sa protectrice
il les (ses cousines) considérait comme ses alliées
on appelle les yeux le miroir de l'âme (les deux yeux sont pensés comme un seul organe binaire)
nous considérons Pierre comme la première victime (victime est toujours féminin)

Le masculin de certaines noms variables en genre est ambigu. Par exemple, le président de la république peut exprimer une abstraction constitutionnelle ou désigner une personne concrète. Comme abstraction, le masculin président équivaut à président ou présidente ; pour désigner la personne qui occupe cette fonction, ont se sert du masculin ou du féminin selon le cas. Dans certains contextes, il est difficile de dire s'il s'agit de la facette abstraite ou concrète. Autrefois, une femme peut-elle être élue président de la république ?, aurait été la solution préférée ; aujourd'hui, le masculin ne serait pas grammaticalement répréhensible, mais le féminin est seul possible en pratique.

L'accord du complément prédicatif et de l'objet direct impersonnel sous-entendu

ça rend fou(s)
cette fontaine rend plus belle(s)
la vitamine B rend plus intelligent(s)
l'affaire ne laisse pas indifférent(s)
ce climat rend frileux

Lorsque l'objet direct impersonnel est omis, on peut le considérer comme singulier ou comme pluriel et comme masculin ou comme féminin, selon le contexte. Si la proposition exprime une vérité générale, le singulier est préférable. Si la proposition concerne un groupe spécifique, le pluriel est plus approprié.

On représente toujours le cas sujet. Dans les exemples qu'on vient de voir, on pourrait se servir de tu, nous et vous pour expliciter l'objet direct.

L'accord du complément prédicatif et du sujet impersonnel sous-entendu

il faut rester modeste
pour réussir, il faut être ambitieuses
pour vivre heureux, vivons cachés

Faut a un sujet postiche antéposé (il) et un sujet réel postposé. Le sujet réel postposé est une subordonnée infinitive. Le sujet de cet infinitif est corrélé avec le complément objet indirect omis de falloir. Ce complément objet indirect omis peut être singulier ou pluriel, masculin ou féminin.

L'accord du complément prédicatif et du sujet non impersonnel

Le sujet d'une subordonnée infinitive non impersonnelle ne pose pas de problème : elle croyait être enceinte.

Locutions

Prendre à témoin

Témoin est le plus souvent invariable dans cette locution. Cette tradition s'explique par le fait que témoin a ici son sens premier, qui est témoignage (« testimonium »).

Prendre à partie

Partie est toujours invariable.

Se porter garant

Garant est toujours invariable.

Aspects divers de l'accord


Les formes du verbe prédicatif

Le comportement prédicatif d'un verbe est sans rapport avec sa forme. Toutes les formes du verbe, y compris l'infinitif, régissent le même type de complément prédicatif.

elle croyait être enceinte
pour vivre heureux, vivons cachés
pour réussir, il faut être ambitieux

La coordination

Pour un effet ludique, il est possible de coordonner deux compléments prédicatifs de types grammaticaux différents : Pierre est riche mais loin de sa famille.

Ce comme complément prédicatif


Pronominalisation et le cas prédicatif


Le complément prédicatif et les relatives


Mise en relief du complément prédicatif

Voir la rubrique Les types de rhème de la page connexe La mise en relief par introducteurs pour l'examen de la mise en relief du complément prédicatif.

la rose est une belle fleur
c'est une belle fleur qu'est la rose
c'est une belle fleur que la rose

Jugement émotif avec extraction du complément prédicatif

L'analyse de la construction du type triste sort que de mourir jeune est similaire à celle de la mise en relief du complément prédicatif, qu'on vient de voir.

mourir jeune est un triste sort
triste sort qu'est de mourir jeune
triste sort que de mourir jeune

Mourir jeune est le sujet ; triste sort est le complément prédicatif ; que a pour antécédent le complément prédicatif ; est est omis dans la version définitive.

Le dilemme cas objet direct / cas prédicatif


La construction « double existentiel »

Dans il les faut belles et grandes, le verbe falloir a deux compléments, les et belles et grandes. Les est au cas sujet existentiel, belles et grandes est au cas prédicatif.

il les faut belles et grandes
pour avoir une Appassionata plus vite, il l'aurait fallu jouée par Schnabel
il nous la faut coupable (Balzac)

La construction du type on la juge compétente est analogue à une construction du latin qu'on appelle le « double accusatif ». La construction du type elle est jugée compétente est analogue à une construction du latin qu'on appelle le « double nominatif ». Il est donc légitime d'appeler la construction du type il me le faut plus performant la construction « double existentiel ».

Cumul de compléments prédicatifs

il a été nommé directeur jeune

Dans cet exemple, le verbe nommer a deux compléments prédicatifs : directeur est le complément régi de nommer, jeune est un quasi-prédicat.

L'omission de l'objet direct - objet direct impersonnel

Certains verbes prédicatifs transitifs peuvent avoir un objet direct impersonnel sous-entendu. Cet objet direct inaudible peut être rendu audible : ça rend fou ça vous rend fou. Les pronoms personnels te, vous et nous sont les formes objets directs supplétives de on. On peut faire accorder le complément prédicatif avec l'objet direct sous-entendu.

ça rend fous
cela laisse rêveur
cette fontaine rend plus belles
la vitamine B rend intelligent
l'affaire ne laisse pas indifférent

Complément prédicatif elliptique


Notons les deux versions on dirait un fou et on dirait d'un fou. La version avec de est rare. Voir l'étude du de prédicatif à la page connexe Le complément prédicatif - les types grammaticaux de la prédication.

on croirait un fantôme
on dirait de la soie
on dirait un fou
on dirait Pierre
on jurerait Pierre

on jurerait d'un fou
on jurerait d'un fantôme
on jurerait d'un bruit de pas

L'état source d'une conversion

Certains verbes de conversion permettent de marquer l'état source par de. L'état source précède obligatoirement l'état cible.

faire d'une esclave une reine
devenir d'inamical amical
il a fait de Pierre son meilleur copain
de rouge qu'il était il est devenu écarlate
sa consommation est passé d'hébdomadaire à quotidien

La relativation prédicative étendue


Avoir beau et compagnie

Le verbe avoir entre dans deux constructions prédicatives transitives : dans l'une l'objet direct évalué par l'adjectif prédicatif est un infinitif, dans l'autre l'objet direct évalué par l'adjectif prédicatif est le pronom le, qui représente la vie, la tâche, les temps, les conditions. Dans le cas de l'avoir belle de, les deux objets directs sont présents simultanément.

Objet direct = infinitif

avoir beau avec un infinitif sans introducteur

Le sens premier de avoir beau est avoir toute facilité.

a beau mentir qui vient de loin
il a beau se taire de l'écot qui rien ne paie

avoir plus court de

Signifie avoir plus de commodité à, il serait plus simple de

l'avoir belle de avec un infinitif

avoir accoutumé de avec un infinitif

Autres adjectifs

On trouve d'autres adjectifs dans certaines régions. Avec ces adjectifs, l'infinitif est introduit par de ou par à : bon, mauvais, meilleur, facile, difficile, dur, aisé

Objet direct = le

Cette construction appartient à la langue familière et à certains dialectes.

Les adjectifs sont les mêmes que ceux qui permettent d'évaluer les objets directs infinitifs :

beau
bon
mauvais
meilleur
facile
difficile
dur
aisé

L'adjectif est parfois au féminin.

les enfants sans parents l'ont dur / dure
tu l'as eu dur / dure
ils ne l'ont pas belle dans la cavalerie
vous ne l'aurez jamais plus beau / belle

Verbes multistructurels riches en emplois prédicatifs

Les verbes

croire
dire
faire
rester
savoir
sembler
sentir
voir
vouloir


Voici, voilà

les voici enfin libres
nous voilà rassurés


Nu

L'adjectif nu s'affiche dans de nombreuses constructions prédicatives et quasi-prédicatives.

se mettre nu
être à nu
mettre à nu
se montrer nu
poser nu
photographier nu

RETOUR EN HAUT DE PAGE