Le complément prédicatif - la quasi-prédication
HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      INDEX


TITRE
Le complément prédicatif - la quasi-prédication (123)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
Le complément prédicatif - la quasi-prédication (123)

SOMMAIRE

La quasi-prédication - exemples liminaires

il lisait la lettre consterné
il s'est marié jeune
ils l'ont adopté jeune
il l'a photographié nu

La quasi-prédication - définition


Nous reproduisons ici l'excellente définition de l'« attribut accessoire » donnée dans Le Goffic(1993). L'attribution accessoire correspond à ce que nous appelons la quasi-prédication.

« Dans Paul est parti joyeusement, l'adverbe de manière circonstant porte sur le verbe (dans sa relation au sujet) ; partir joyeusement caractérise proprement le départ : il y a " départ joyeux " au sens de " départ accompagné de manifestations joyeuses ". Ces manifestations n'impliquent le sujet qu'en tant que participant obligatoire du procès, c'est-à-dire d'une façon tout extérieure. (cf. Paul est parti joyeusement pour faire bonne figure, alors qu'il avait la mort dans l'âme)

Dans Paul est parti joyeux, l'adjectif attribut accessoire se rapporte au nom Paul en tant que sujet (dans sa relation au verbe) ; il y a départ joyeux au sens de départ d'un sujet joyeux ; la joie est celle qu'éprouve le " sujet-qui-part " et non celle qui accompagne extérieurement le départ. (cf. Paul est parti joyeux, mais sans vouloir le laisser paraître). On peut à la limite partir joyeusement sans être joyeux et partir joyeux sans partir joyeusement.»

Le quasi-prédicat est un adverbe

L'adjectif quasi-prédicatif peut être coordonné avec une expression adverbiale :

c'est seuls, sans collaborateurs, qu'ils se réuniront
sa mère vieillissait dans l'aisance et entourée de considération
veux-tu voyager seule ou avec une amie ?
penser en groupe ou séparés
pour vivre ensemble, vivons cachés

Domaines avoisinants

L'adjectif adverbal

Pour l'étude des adjectifs adverbaux non accordés, voir la page connexe L'adjectif comme complément - l'adjectif employé adverbialement - rubrique Adjectifs employés prédicativement. Le critère de non-accord de l'adjectif adverbal est essentiel : dans servir la soupe chaud on a bien affaire à un adjectif adverbal, tandis que dans boire sa bière très froide, le mot froide est quasi-prédicat.

Adverbes accordés


Le participe présent

Le participe présent est souvent employé quasi-prédicativement. Il a de nombreux emplois autres que l'emploi quasi-prédicatif : les voir à la page connexe Le participe présent - introduction. La proposition j'ai trouvé ma sœur lisant dans le jardin est un exemple à la fois de la quasi-prédication et de la subordonnée participiale présentative.

Quasi-prédication et réduction

On évitera de confondre la quasi-prédication et la réduction prédicative. Pour une comparaison détaillée de ces deux phénomènes, voir la page connexe Les subordonnées réduites - la réduction prédicative - rubrique Réduction prédicative et quasi-prédication - comparaison. Résumons les différences. On vient de voir que le quasi-prédicat (il est parti joyeux) est à la fois épithète du sujet et adverbe d'un verbe non prédicatif. En revanche, dans la proposition incapable de donner la réponse correcte, il fut éliminé, le mot incapable est le prédicat normal d'un verbe copulatif sous-entendu : comme il était incapable de donner la réponse correcte incapable de donner la réponse correcte.

Relativation prédicative étendue


on l'a découvert qui dormait dans un coin de la pièce

Tomber

Le verbe tomber présente un spectre grammatical intéressant et permet de dégager la différence entre la quasi-prédication et deux autres domaines avoisinants.

Dans il est tombé raide mort / évanoui et dans il est tombé, mort de fatigue, le verbe tomber admet des quasi-prédicats. Cette paire d'exemples illustre aussi la différence entre le quasi-prédicat restrictif et le quasi-prédicat descriptif.

Dans il est tombé malade / amoureux, tomber est un verbe prédicatif. Le verbe tomber régit un complément prédicatif adjectival. Il est un synonyme éloigné de devenir.

Dans la neige tombait épaisse, épaisse est quasi-prédicatif. Dans cogner dru, dru est un adverbe sans marque morphologique. Donc dans la neige tombait dru, où dru ne s'accorde pas, le statut de dru est indécidable : il est à la fois quasi-prédicatif (comme dans la neige tombait épaisse) et adverbial (comme dans cogner dru).

La quasi-prédication - classification

Corrélation avec sujet, objet direct, objet indirect, cas prépositionnel

C'est avec le sujet ou l'objet direct que le quasi-prédicat est le plus souvent corrélé. On verra de nombreux exemples de ces deux types.

j'ai été adopté nouveau-né (sujet)
ils m'ont adopté nouveau-né (objet direct)

Le quasi-prédicat du troisième type, à savoir le quasi-prédicat corrélé avec l'objet indirect, est rare et se rencontre surtout dans la langue littéraire.

cette idée m'est venue gamin

Le quasi-prédicat du quatrième type, à savoir le quasi-prédicat corrélé avec l'argument de préposition, est extrêmement rare et se rencontre surtout dans la langue littéraire.

une anecdote de lui enfant
ses petites peurs enfouies enfant lui remontaient comme un tsunami

Dans le dernier exemple dans lui est sous-entendu.

Il y a peut-être même un cinquième type. Dans l'exemple qui suit, le quasi-prédicat couché est corrélé avec un agent passif sous-entendu.

souvent les plus grands livres sont écrits couché
souvent les plus grandes idées viennent assis aux chiottes

Adjectif, nom, syntagme prépositionnel, numéral cardinal

Le quasi-prédicat est presque toujours un adjectif ou un participe.

L'emploi quasi-prédicatif des noms est plus rare, mais possible : elle est morte Mme Dupont.

La fonction de quasi-prédicat peut aussi être remplie par un syntagme prépositionnel exprimant un état. Avec et sans sont les prépositions les plus courantes, mais les prépositions spatiales sont, elles aussi, capables d'exprimer un état quasi-prédicatif.

avec et sans

il a acheté la maison avec le chien de garde et le domestique
il a croisé sa belle-mère avec un gigolo
il a vendu la maison avec le mobilier, la tondeuse, la bonne et tout
il fut arrêté avec un couteau sanglant
il fut placé en garde à vue en état d'ivresse
la voiture a été retrouvée sans plaque d'immatriculation
le journaliste a photographié le président avec ses lionceaux
le total s'entend avec la TVA
on a retrouvé le sac sans l'argent

Prépositions spatiales

je l'aime dans sa petite robe rouge
je l'imagine dans le rôle du ventriloque schizophrène
on l'a retrouvé à bout de forces
on l'a retrouvé en train de dormir
tu me l'as rendu en très mauvais état

Les numéraux cardinaux et approximatifs peuvent se comporter en quasi-prédicats.

le compartiment est trop exigu pour qu'on y puisse respirer trois (Huysmans)
on était partis quatre-vingts et je suis arrivé tout seul (Duhamel)
on se réunissait, une dizaine environ, au salon

Sources de la quasi-prédication

En général, le verbe et le quasi-prédicat lui-même (l'adjectif, le nom) ne font pas le même poids dans la quasi-prédication. C'est tantôt au verbe, tantôt au quasi-prédicat lui-même que revient le rôle dominant. Souvent la source de la quasi-prédication est indécidable.

Tout verbe exprimant une activité humaine peut être suivi d'un adjectif exprimant un état psychologique non permanent du sujet : il est parti joyeux. Donc les adjectifs psychologiques sont des attracteurs de quasi-prédication. Certains adjectifs sélecteurs (seul, premier) et les participes exprimant des états ont le même pouvoir.

Les verbes d'existence (naître, vivre, mourir) et les verbes de déplacement (partir, arriver, voyager) sont eux aussi des attracteurs de quasi-prédication.

Les catégories sémantiques des verbes quasi-prédicatifs sont moins nettes que celles des verbes prédicatifs proprement dits.

Quasi-prédication descriptive et quasi-prédication restrictive

L'adjectif quasi-prédicatif peut être descriptif ou restrictif. S'il est descriptif, il est précédé d'une légère pause.

Comparer il est tombé mort de fatigue et il est tombé, mort de fatigue.

Exemples

Exemples - quasi-prédication intransitive

adopté enfant
aigrir vierge
aller chiffonnier dans la banlieue
aller externe à Louis-le-Grand
aller moisir petit comptable dans les bureaux de quelque filiale
arriver premier
arriver sain et sauf
attendre le train, patient et silencieux
aussi ne la trouvait-on jolie qu'assise (Sabatier)
brûlé vif
c'est atteint de névralgies violentes que j'ai usé de ce remède, dont j'ai un peu abusé depuis (Maupassant)
ça a commencé normal
conduire concentré, calme
connaître la gloire adolescent
couler claire et limpide
deux inconnus ont été trouvés noyés dans le lac
devant lui, à gauche, se tenait debout, très droite mais la tête basse, une très jeune fille, presque une enfant (Gracq)
dormir satisfait
échapper vivant
écorché vif
écouter impassible la lecture du verdict
être mieux couché qu'assis
elle se mit à rougir, moitié riante, moitié fâchée (Flaubert)
en 1895 Gide revient d'Afrique du Nord guéri, brûlant de vivre, libéré des interdits physiques et moraux révélé à lui-même par les ardentes surprises des oasis
enterré vif
entrer vêtue en blanc
faire ses études pensionnaire des dames du Sacré-Cœur
finir enseveli
finir la course très éprouvé
garder la place qu'on a occupé vivant
il a beaucoup voyagé étant jeune
il a fini clochard
il a fini général
il a perdu ses parents très jeune
il arrive porteur d'une nouvelle alarmante
il assistait impuissant à la longue agonie de sa femme
il craint que ses enfants ne le laissent vivant (Musset)
il descend, abattu comme un voleur, de l'échafaud où il était monté serein (Hugo)
il écrit tout le temps, enfermé dans son bureau
il était mort étouffé
il est encore plus petit levé qu'assis (Mauriac)
il est parti content
il est rentré ivre à la maison
il est revenu de son stage complètement transformé
il est sorti furieux de son bureau
il est tombe raide mort
il est tombé évanoui
il est tombé mort de fatigue
il marchait seul, rêveur, captif des vagues sombres (Hugo)
il ne faut pas rêver tout éveillé
il paraît encore plus grand mort que vivant
il se levait tard, parce qu'il était infiniment mieux couché que debout (Miomandre)
il se trouvait dans son lit, suant sous ses couvertures, et ayant rejeté bien loin son bonnet de cotton (Flaubert)
il vécurent heureux
ils accoururent nombreux
ils allaient graves, stoïques (Hugo)
ils arrivent propres, ile repartent sales
ils jouent gonflé, cambré, musclé, ils jouent costaud, les Écossais (Céline)
ils ont été retirés morts de l'eau
ils sont nés riches, ont vécu heureux et son morts pauvres
jamais les vents n'avaient soufflé plus tièdes (Gide)
je me souviens d'avoir fait ça enfant
je me suis endormie après le déjeuner et je m'éveille si lasse (Colette)
je reviens devant vous, ignorante, priante (Noailles)
la neige tombait épaisse
la neige tombe dense et affreuse (Hugo)
la nuit descend lugubre et sans robe étoilée (Hugo)
la peur éclatait soudaine et féroce
la route s'allonge droite et boueuse
le linge sort propre de la machine
le membre n'existe qu'uni au corps
le pays est sorti très éprouvé de la guerre
le plaisir que j'avais enfant à dessiner des animaux
le premier arrivé, le premier servi
le premier couché, le premier levé
le soleil luit blanc sur les ardoises (Colette)
les cantilènes se répercutaient lentes et tristes
les enfants, attentifs, écoutaient cette histoire
les femmes se taisaient, encore un peu frissonnantes (Mallet-Joris)
les feuilles voltigeaient indécises, futiles
les remparts ne me plaisent qu'à moitié détruits (Flaubert)
lire la lettre consterné
marche joyeux, peuple énergique (hymne de la colonisation belge)
marcher seul, rêveur
mourir Mme Dupont
mourir célibataire
mourir oublié
mourir pauvre
mourir vénéré par son peuple
mourir vieux
naître aveugle
naître philosophe, mourir informaticien
naître riche, vivre heureux, mourir pauvre
nous voyons toujours jeunes les gens que nous avons connus jeunes (Proust)
obéir docile
on est mieux couché qu'assis
on ne naît pas femme, on le devient (Beauvoir)
partir battu d'avance
partir missionnaire au Congo français
partir satisfait
partir soldat
perdre ses parents très jeune
pour vivre heureux, vivons cachés
pousser blanche
rêver tout éveillé
rentrer content
rentrer ivre à la maison
ressortir indemne
rester à la maison bien tranquille
retirés morts de l'eau
retrouvé mort
retrouvée sans plaque d'immatriculation
revenir de son stage complètement transformé
revenir vainqueur ou vaincu
sa crédibilité en sort amoindrie
sa voix s'élevait bizarrement impersonnelle
se marier jeune
se promener nu à travers la ville
se quitter bons amis
se réveiller parfaitement dispos
sortir furieux de son bureau
sortir gagnant des élections
sortir grandi
sortir guéri
sortir indemne
sortir propre de la machine
sortir seul dans le vague espoir de rentrer deux
sortir très éprouvé de la guerre
sortir vaincu
taciturne, il contemplait ses enfants
tous les hommes sont nés égaux
travailler cordonnier
travailler jeune
trouvés noyés dans le lac
un écho nous suit, inquiétant, qui double le rythme de nos pas (Colette)
un rêve que je fais éveillé (Miomandre)
venez nombreux
vivre célibataire
vivre cloîtré chez lui
vivre droit, sûr, net et pur (Montherlant)
vivre enseveli
vivre heureux, mourir vieux
y entrer sous-préfet et en sortir préfet

Le singulier dans ils jouent gonflé, cambré, musclé, ils jouent costaud, les Écossais (Céline) fait dextrement ressortir le caractère adverbial de la quasi-prédication. Il nous semble que c'est une invention de Céline non codifiée dans les grammaires majeures.

Exemples - quasi-prédication transitive

acheter ses voitures neuves
acquérir ses concubines vierges
adopter jeune
avoir un peu d'argent déposé à la caisse d'épargne
boire sa bière très froide
boire son café chaud
brûler vif
choisir les tomates bien mûres
conserver l'eau chaude
couper le veston trop court
couper les cheveux courts
cueillir les fruits mûrs
elle l'a épousé déjà sidéen
elle le regardait, maigre et voûté
embaucher frais émoulu de
enterrer vivant
il abandonna son amante enceinte et sans ressources
il me renvoyait mes lettres corrigées(Beauvoir)
il s'est fâché tout rouge
ils m'ont adopté enfant
j'ai connu ta sœur toute petite
j'ai mis cette chemise propre ce matin
j'aimerais mieux cet homme sincère
je bois le Campari pur
je l'ai trouvé prêt à partir
je les réussis surtout meunière
je mange les épinards crus
je t'adore ange et je t'aime femme (Hugo)
l'amour, il ne l'avait rencontré que vénal
la police le veut vivant
la raconter tout chaude
la servir toute chaude
laisser guéri
manger son pain sec
nous nous sommes connus adolescents
nous voyons toujours jeunes les gens que nous avons connus jeunes (Proust)
on entendait seulement, agressif, strident, le grincement d'une chaise traînée sur le carreau (Sarraute)
on le trouva mort, étranglé avec sa propre cravate
perdre ses parents très jeunes
photographier nu
porte la jupe très courte
prenez-le mort ou vif
quitter rassuré
recevoir premier
relâcher à moitié mort
rendre l'enfant malade sans l'avoir rendu malade
rendre le livre déchiré
rendre le livre en très mauvais état
retrouver à bout de forces
retrouver en train de dormir
retrouver son corps affreusement mutilé
savourez-moi fraîche (slogan publicitaire)
trouver la boîte vide
trouver sa sœur en train de pleurer
tu as acheté ta veste trop grande
une chemise que j'ai mise propre ce matin

La quasi-prédication - phénomènes mineurs

L'emploi quasi-prédicatif de seul


Quasi-prédication et mise en relief

Quasi-prédication intransitive

c'est adolescent qu'il connut la gloire
c'est bien soulagés que nous avons appris
c'est jeunes que les mathématiciens et les gigolos sont le plus productifs
ce n'est pas poussé par des forces obscures que
il n'y a que seul qu'on pêche bien
quand il rentre au bercail deux ans plus tard, c'est lesté d'un découvert

Quasi-prédication transitive

c'est chaud que Pierre boit le café
c'est déjà sidéen qu'elle l'a connu
c'est avec ses deux tigres qu'il a photographié le président

Quasi-prédication et ne...que...

ils n'avancent que contraints

Cumul des quasi-prédicats

Dans la proposition il est parti soldat jeune, le verbe partir est suivi de deux quasi-prédicats.

Deux quasi-prédicats comme pôles de comparaison

il est encore plus petit élevé qu'assis (Mauriac)
plus grand mort que vivant
préférer voyager debout en première classe qu'assis en seconde (Cesbron)

Le quasi-prédicat n'est pas pronominalisable

il est rentré ivre à la maison
*il l'est rentré à la maison

il est sorti furieux de son bureau
*il l'est sorti de son bureau

Le quasi-prédicat n'est pas rhématisable par antéposition

*tranquille dort Pierre
*très ému est sorti Pierre

À la rigueur, cette antéposition pourrait être appliquée pour obtenir un effet ludiquement guindé.

Ambigüité sujet / objet direct

je l'ai trouvé prêt à partir
nous voyons toujours jeunes les gens que nous avons connus jeunes (Proust)
Pierre a quitté Paul content

Ambigüité objet direct / quasi-prédicat

cueillir les fruits mûrs

RETOUR EN HAUT DE PAGE