PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      

RECHERCHE PAR MOTS-CLÉS      RECHERCHE PAR MOTS DISPERSÉS      RECHERCHE PAR MOTS CONSÉCUTIFS


TITRE
L'infinitif - les emplois non subordinatifs des temps (113)

ASCENDANCE
Manuel de la grammaire française (0)
Les syntagmes de base (4)
Le groupe verbal (76)
Les compléments du verbe (92)
Compléments du verbe - les emplois des formes du verbe (93)
Les emplois non subordinatifs des modes et des temps (95)

PAGES SŒURS
L'infinitif - les emplois non subordinatifs des temps (113)

SOMMAIRE
Introduction
L'infinitif interrogatif
L'infinitif de narration
L'infinitif dans l'incise
L'infinitif injonctif
L'infinitif exclamatif sans sujet explicite
L'infinitif exclamatif avec sujet explicite
Dire que, penser que
L'infinitif lexicalisé
L'infinitif nominalisé mais non lexicalisé

Introduction

§ Nous ne nous intéressons ici qu'aux emplois non subordinatifs de l'infinitif.

§ Pour l'examen des temps de l'infinitif, voir la page connexe Les subordonnées complémentales - l'emploi de l'infinitif.

§ Voir le catalogue général des emplois de l'infinitif à la page connexe L'infinitif - catalogue général.

L'infinitif interrogatif

Voir la page connexe L'interrogation - le verbe à l'infinitif et au gérondif.

L'infinitif de narration

§ Exemples

à ces mots, vague de rire, et le public de battre des mains, de taper des pieds (Benjamin)
ainsi dit le Renard, et flatteurs d'applaudir (La Fontaine)
avec des ruses courtoises, elle mit la dame à la porte et Louis, aussitôt, de bondir (Duhamel)
et aussitôt de venir un prêtre
et cette fois, Pierre de s'inquiéter
et d'ajouter que
et de conclure que
et le rapport de lister les erreurs
et les dames de s'écrier, et moi d'appeler à tout rompre, et gens d'accourir, et chiens d'aboyer (Balzac)
et les enfants de rire
et lui alors de s'exclamer : pourquoi ?
et lui de se récrier
et moi de répondre
et quand ce fut fini, tout le monde d'admirer et d'applaudir (France)
et tous de protester
et tout le monde de rire
il exposa ses projets et tous d'applaudir
le caissier ferma le guichet au nez de Pierre, et Pierre de s'écrier : « Zut »
Pierre dit à Paul...et Paul de répondre...
s'il s'en plaignait à elle, elle de se plaindre à son tour (Montherlant)

§ Règles diverses

L'infinitif de narration appartient surtout à la langue littéraire, mais on le rencontre aussi dans la langue écrite contemporaine.

L'infinitif de narration exprime une réaction directe et rapide à un fait antérieur.

L'infinitif de narration est toujours introduit par de.

Si le fait antérieur est enchâssé dans une principale ou dans une proposition indépendante, l'infinitif de narration se rattache au fait antérieur par une conjonction de coordination ou par un adverbe temporel (et, mais, à son tour, alors, aussitôt, derechef, enfin, là-dessus, sur-le-champ).

En revanche, si le fait antérieur est enchâssé dans uns subordonnée temporelle ou conditionnelle antéposée (si, quand, chaque fois que), l'infinitif de narration joue le rôle de principale et n'exige aucun autre élément introducteur.

L'infinitif de narration a un sujet nommé ou un sujet sous-entendu.

Le sujet de l'infinitif de narration est presque toujours humain.

Le sujet peut être inversé, mais les règles de l'inversion n'ont rien à voir avec l'emploi de l'infinitif de narration. Les propositions et aussitôt de venir un prêtre et et aussitôt vint un prêtre sont aussi correctes l'une que l'autre.

L'infinitif dans l'incise

§ L'infinitif de l'incise n'est, au fond, qu'un cas particulier de l'infinitif de narration. L'inversion du sujet est obligatoire dans l'incise.

de renchérir Pierre
de s'exclamer Paul

§ Pour l'étude de l'incise, voir la page connexe Les subordonnées complémentales - les incises.

L'infinitif injonctif

Pancartes, itinéraires à suivre, recette de cuisine, ordonnances médicales, ordres, énoncés de problème.

agiter avant usage
appuyer sur le bouton pour demander l'arrêt
battre les œufs en neige
bien faire et laisser dire
envoyer curriculum vitæ avec photo nue
extraire la racine carrée des nombres suivants
faire revenir à feu doux
laisser mijoter à feu doux
lubrifier avant d'introduire
mettre vingt grammes de beurre dans la poêle
ne pas brûler les voitures les jours impairs
ne pas caresser les lionceaux
ne pas déféquer sur la pelouse
ne pas dépasser la dose prescrite
ne pas fumer
ne pas gaver la concierge
ne pas se pencher au dehors
pour les cancans, s'adresser à la concierge
prendre un comprimé après chaque repas
ralentir
saler et poivrer à volonté
se reporter à la page 9999
servir très frais
tourner à gauche après le panneau
verser le contenu dans un bol
voir Naples et mourir

Le sujet explicite est rare et probablement limité à certains registres (petites annonces) : pas sérieux s'abstenir, âmes délicates s'abstenir.

Pour exprimer la défense, faire précéder l'infinitif de ne pas ou de défense de.

L'infinitif exclamatif sans sujet explicite

L'infinitif émotif exprime la joie, le désir, le contentement, l'indignation, le refus, la surprise, la réprobation, le reproche, le regret, le jugement.

Le sujet sous-entendu est le locuteur ou un pronom indéterminé (on).

ah, ne pas savoir si l'on s'aime (Gide)
avoir cru que je voulais mettre la main sur vous (Montherlant)
avoir élevé un fils jusqu'à vingt-deux ans et le perdre comme ça, tout d'un coup (Pagnol)
Devenir ! (Martin du Gard)
dormir
être heureux
fuir
me faire ça à moi
n'avoir même pas dit où il habitait
nous traiter ainsi !
parler à sa mère sur le ton que tu as pris (Carco)
plutôt mourir
pouvoir se coucher enfin
quoi ! boire un Pouilly Fuissé avec un hamburger refroidi !
quoi ! envoyer mon fils chez les pédophiles créationnistes !
se venger, se venger
une nuit pareille, et avoir trente ans (Chardonne)
vivre

L'exclamation infinitive sans sujet explicite a une version interrogative en écho : je vous dérange ? - me déranger ? quelle idée (Audiberti). Le sujet sous-entendu dépend du contexte. L'exclamation exprime le doute, la négation polie.

L'infinitif exclamatif avec sujet explicite

L'exclamation exprime la réprobation ou le doute.

la France voter pour un espèce de Hongrois
lui ne pas accepter dans ces conditions (Benoit)
moi épouser un goy
moi faire don de ma semence à une gouine
moi programmer en Cobol
moi renoncer à ce rêve. jamais
moi trahir un ami
moi croire une histoire pareille
moi lire des ouvrages de grammaire
non, je ne reviens pas, un homme comme vous s'avilir, s'abaisser jusqu'à faire des pamphlets (Veuillot)
ô tourment ! Doña Sol souffrir, et moi le voir (Hugo)
oser, le Français moyen, avouer, faire entendre directement qu'il n'aime pas les juifs ? ... c'est se faire classer immédiatement parmi les plus infréquentables fieffés cancreux tardigènes (Céline)
Pierre faire une chose pareille, c'est impossible
Pierre réussir à son examen, cela m'étonnerait
quand je pense que je me lève à sept heures, le travail ici, le travail là-bas, jamais une minute, et toi, dormir, manger et cavaler le soir avec des salopes (Aymé)
un Arabe épouser une Française, cela ne s'est jamais fait et ne se fera pas (Revue des deux mondes, Janvier 1925)
un Krafft épouser une fille qui ne fût pas musicienne, cela ne s'est pas vu depuis plus de cent ans (Rolland)
un homme comme vous, un homme d'élite, vivre seul avec une grossière servante (France)
un père se cacher pour voir ses filles (Balzac)
une fille aussi fine que vous, admirer quelqu'un d'aussi frivole, d'aussi faible, d'aussi paresseux (Merle)

L'exclamation infinitive avec sujet explicite a une version interrogative. Il y a une différence pragmatique entre lui, t'aimer ! et lui, t'aimer ?, mais les deux formes expriment, grosso modo, le même doute.

Dire que, penser que

Ces formules expriment la surprise, l'indignation, le regret :

Et est facultatif.

dire qu'hier encore il était parmi nous
dire qu'il habitait la petite chambre à côté (A. Daudet)
dire que demain à la même heure je serai chez moi
dire que nous nous sommes donné tant de mal
et dire qu'elle est morte si jeune
et dire qu'il aurait pu se tuer
penser que nous avons habité vingt ans ensemble dans cette maison

L'infinitif lexicalisé

§ Infinitifs modernes lexicalisés :

aller - aller et retour
aller - le pis aller
avoir - tout son avoir
baiser - le baiser
baisser - le baisser de rideau
boire - le boire et le manger
coucher - le coucher du soleil
croire - le croire (Alain)
croiser - au croiser d'un enterrement
débarquer - au débarquer
débotter - au débotter (ou au débotté)
déjeuner - le déjeuner
devenir - un monde en perpétuel devenir
devoir - faire son devoir
dîner - le dîner
dire - au dire des témoins
dire - selon le dire de
dormir - le dormir
être - l'être et le néant
être - l'insoutenable légèreté de l'être
être - le bien-être
être - un être cher
faire - faire-part
faire - faire-valoir
goûter - le goûter
lâcher - le lâcher d'un ballon
laisser - le laisser-aller
lever - le lever du soleil
manger - le boire et le manger
paraître - le paraître
parler - le parler d'une région
parler - un parler vulgaire
pouvoir - le pouvoir
prononcer - au seul prononcer du doux nom de Juliette (Aymé)
repentir - le repentir
revoir - au revoir
revoir - depuis notre dernier revoir (Gide)
rire - le rire
savoir - le savoir-faire
savoir - le savoir-vivre
savoir - un savoir étendu
sortir - au sortir de l'école
souper - le souper
sourire - le sourire
souvenir - le souvenir
tinter - au tinter de l'ave
tomber - au tomber du jour
toucher - le toucher
venir - jusqu'au venir de
vivre - des vivres en suffisance
vivre - le vivre et le couvert
vouloir - le bon vouloir

Néologismes journalistiques

bien-dire
bien-écrire
bien-manger
le vivre ensemble

§ Infinitifs archaïques lexicalisés comme noms modernes

chasse à courre
loisir
manoir
plaisir

L'infinitif nominalisé mais non lexicalisé

L'infinitif peut être nominalisé sans être lexicalisé comme nom :

il ne faut pas confondre rationaliser et uniformiser

Le verbe confondre ne régit pas l'infinitif. Les deux infinitifs doivent être lus comme noms déverbaux (rationalisation, uniformisation) ou comme mots entre guillemets métadiscursifs. Voir aussi nos remarques sur l'infinitif à faible verbalité à la page connexe Les subordonnées adverbiales inclassables - rubrique Les infinitifs à faible verbalité.

(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)