L'impératif - les emplois non subordinatifs des temps
HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      INDEX


TITRE
L'impératif - les emplois non subordinatifs des temps (111)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
L'impératif - les emplois non subordinatifs des temps (111)

SOMMAIRE

Les particularités de l'impératif

Si le verbe de la proposition est à l'impératif, le sujet peut se présenter sous trois formes :

Aucun sujet explicite

viens ici

Nom ou pronom personnel en apostrophe

Pierre, viens ici
toi, là, viens ici
viens ici Pierre

Pronom personnel avec certains adverbes de perspective

filons, nous aussi
toi aussi, aie confiance en moi

L'impératif n'a que trois personnes formelles : la deuxième personne du singulier, la première personne du pluriel, la deuxième personne du pluriel. Pour les trois autres personnes, des syntagmes injonctifs supplétifs sont formés à partir du subjonctif. Voir plus loin.

L'impératif a un seul temps simple, le présent. Les formes composée et surcomposée correspondant au présent se fabriquent comme dans les autres modes.


Fonction primaire dans la principale


Fonction subordinative


Pour l'examen du rôle de l'impératif dans la subordonnée concessive, voir la page connexe La concession totale - constructions fléchies - rubrique La concession totale - constructions fléchies sans conjonction.

Pour l'injonction dans la subordonnée, voir la rubrique Fonction primaire dans la subordonnée.

Fonction primaire dans la subordonnée

La fonction primaire de l'impératif est l'injonction. La proposition injonctive est pratiquement toujours une proposition indépendante ou une proposition principale. Nous disons aussi que l'injonction est une fonction non subordinative de l'impératif. (L'impératif a des fonctions subordinatives spécifiques dans la concession et dans la prémisse.) Il n'est cependant pas impossible, ni interdit, de se servir de l'impératif injonctif dans une subordonnée. Toutefois, l'emploi de l'injonction dans les subordonnées est limité à la langue littéraire et à la langue juridique et commerciale.

*voici le médicament que prends
*voici un fauteuil dans lequel assieds-toi
en règlement, nous vous remettons ci-joint un chéque barré à votre ordre dont veuillez nous accuser reception pour la bonne règle
sois sage ! - c'est toi qui sois sage !
j'ai été fidèle à la reine dont Dieu ait l'âme
et c'est pourquoi sois sur tes gardes !

Injonction et interrogation

L'injonction et l'interrogation s'excluent mutuellement en français. Il serait impossible de dire *partons ! ? pour nous partons ? ou ne vaudrait-il pas mieux que nous partions ?. Le cumul de l'injonction et de l'interrogation n'est ni logiquement impossible ni universellement inexistant.

Les trois personnes

deuxième personne du singulier : pars

deuxième personne du pluriel : partez

première personne du pluriel : partons


Exemples de la première personne du pluriel

marchons, marchons
laissons descendre, s'il vous plaît
ne rions pas tant et dépêchons-nous

Les deux temps

Présent : pars

L'impératif présent concerne le présent et le futur.

Passé : sois parti

L'impératif passé tient du passé composé et du futur antérieur : il hérite de la forme du passé composé et de la valeur logique du futur antérieur. Il concerne un fait qui devra être accompli avant tel moment du futur :

aie terminé ce travail quand je reviendrai
ayez fini à cinq heures
ayez fini avant midi
ayez rédigé cette note avant dix-huit heures
ayez rédigé votre rapport dans huit jours
ayez rédigé votre rapport quand je rentrerai
ayez révisé ce chapitre pour la semaine prochaine
ayez révisé les freins avant que je ne sorte la voiture
je reviens dans dix minutes - d'ici là, ayez-les mangés, vos épinards
sois couché à mon retour
sois parti demain
soyez parti avant la nuit
soyez rentré quand nous arriverons
soyez rentrés avant minuit

Le futur suppléé par le présent


quand je ne serai plus, n'essaie pas de me juger (Le Clézio)
refermez bien la porte quand je serai parti
la prochaine fois, quand il pleuvra, atterrissez donc plus près de la sortie
dès qu'il se présentera, introduisez-le ici

L'impératif passif

L'emploi de l'impératif passif est limité à certaines formules de politesse et d'illocution :

soyez remercié
soyez béni
soyez persuadé
soyez rassuré

Le passé de l'impératif passif est purement théorique : ayez été remercié (=soyez remercié dans le futur avant tel moment).

La place des pronoms personnels conjoints


Renforcement - adverbes

L'impératif peut être renforcé par des adverbes comme donc, un peu.

Renforcement - datif convivial


Négation avec n'allez pas


Sujet - pronominal conjoint

L'emploi du sujet pronominal conjoint avec l'impératif est archaïque ou archaïsant : tu sois le bienvenu.

Quasi-sujet - mot en apostrophe

L'impératif peut être précédé (plus rarement suivi) d'un mot en apostrophe :

Seigneur !
Muse !
Français !
toi, va-t'en ! eux, qu'ils viennent !

Sujet - pronominal disjoint

fais-le toi-même

Nous pouvons aussi analyser toi-même comme élément corrélé avec un sujet virtuel.

Impératif et cause

La proposition

c'est pourquoi bois ça

a deux interprétations:

pour cette raison je veux que tu boive ça
et
je veux que pour cette raison tu boive ça

Autrement dit, l'adverbe qualifie soit la forme fléchie bois soit la forme abstraite boire. Dans la première interprétation, l'adverbe est métadiscursif.

Autre exemple : c'est pourquoi sois sur tes gardes

Impératif disjonctif

faites-le ou ne le faites pas, en tout cas décidez-vous

Répétition affective de l'impératif

L'impératif répétitif est un tour de la langue populaire et de la langue littéraire. Il exprime une action vigoureuse ou continue, mais il est complètement vidé de fonction injonctive.

ah ! ma vieille, elle peut se vanter qu'on en a récité des chapelets pour elle. Pendant huit jours, matin et soir, et que je te prie, et que je te prie (Troyat)
elle vous a mis une pioche et un fusil entre les mains, et creuse bonhomme, et marche bonhomme, et crève bonhomme (Dorgelès)
et que je te corne les pages...et que je pose ma tasse de café sur la couverture...et que je te laisse un peu partout l'empreinte de mon pouce (Pennac)
et que je te vidange, et que je te change les pneus, et que je te repeins les portières (Chandernagor)
les huit premiers jours, astique que j'astique, la maison du bon Dieu s'était mise à reluire comme un parloir de couvent (Bernanos)
on se coupait un gros morceau de pâte avec son couteau, on se mettait ça dans le ventre, et puis bûche, bûche et bûche encore (Hémon)
un soir, tout le monde couché, on a grimpé sur les toits, et que je te miaule, de quoi réveiller tout le quartier (Bernanos)

Impossibilité d'appuyer le sujet

Le sujet de l'impératif est sous-entendu et ne peut pas être explicité. Les constructions telles que l'un de nous doit partir - *alors pars toi ! sont impossibles.

L'impératif comme mot-phrase

L'impératif de certains verbes s'est regrammaticalisé en mot-phrase :

allez
allons
tenez
tiens
voyons

RETOUR EN HAUT DE PAGE