HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      

RECHERCHE PAR MOTS-CLÉS      RECHERCHE PAR MOTS DISPERSÉS      RECHERCHE PAR MOTS CONSÉCUTIFS


TITRE
Les temps simples de l'indicatif - le passé simple (101)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
Les temps simples de l'indicatif - le passé simple (101)

SOMMAIRE
Événement isolé sans effet sur le présent
Durée isolée sans effet sur le présent
Série de faits répétés, isolés, sans effet sur le présent
Narration
L'imparfait comme arrière-plan du passé simple
Passé simple gnomique (vérité intemporelle)
Le passé simple remplaçant le plus-que-parfait
Le passé simple ingressif
S'il en fut, s'il y en eut
Grandiloquence affectée
Limitations du passé simple, comparaison avec le passé composé
Le passé simple après la conjonction si
Statut du passé simple

Événement isolé sans effet sur le présent

« Le passé simple (ou passé défini) exprime un fait bien délimité à un moment du passé, sans considération du contact que ce fait, en lui-même ou par ses conséquences, peut avoir avec le présent. » (Grevisse)

Le passé simple ne suggère ni l'idée de continuité ni l'idée de la simultanéité par rapport à un fait passé. Le passé simple peut exprimer le début, la fin ou un moment isolé d'un état physique ou psychologique. Le passé simple exprime une distance psychologique, un détachement historique.

à partir de ce moment, il fut un autre homme (Hugo)
dès qu'il fut dans son lit, il s'endormit
elle le connut pour la première fois en 1954
en entrant dans la salle, Pierre eut peur
il parvint au sommet à midi
il rentra après dix heures de travail
le lendemain elle sut que son fiancé l'avait désertée
lorsqu'il fut au sommet, l'alpiniste s'écria de joie
nous conclûmes un autre pacte (Beauvoir)
nous devînmes intimes par le corps et par l'esprit (Céline)
nous nous adressâmes la parole quelques jours plus tard, un dimanche matin, en des circonstances dont j'ai bien gardé la mémoire (Lacretelle)
vous qui gagnâtes la guerre à force de l'avoir voulu (de Gaulle)

Durée isolée sans effet sur le présent

Le passé simple peut exprimer une action prolongée, pourvu qu'elle s'inscrive dans un intervalle bien délimité et qu'elle soit sans effet sur le présent. Morphologiquement, un verbe ne saurait être à la fois à l'imparfait (pour exprimer une action prolongée) et au passé simple (pour exprimer le détachement du présent) ; il faut choisir l'un ou l'autre. Cette alternative est analogue à celle qui se présente lorsqu'il faut choisir ou bien le passé composé (pour marquer l'antériorité) ou bien l'imparfait (pour marquer l'habitude). Proust choisit le passé composé dans longtemps, je me suis couché de bonne heure. Mais revenons à notre passé simple.

elle travailla jusqu'à minuit
il attendit pendant deux heures
il contempla longuement le buste de son père
il marcha longtemps trente jours, il marcha trente nuits (Hugo)
il régna pendant 50 ans
je demeurai enseveli dans la rêverie
l'ère tertiaire dura cinquante millions d'années
pendant l'époque glaciaire, la géomorphologie de la planète se transforma complètement
pendant une heure le chien hurla
tout le jour il erra le long de la ravine (Hugo)
Voltaire vécut 84 ans

Série de faits répétés, isolés, sans effet sur le présent

Le passé simple peut concerner un fait qui s'est répété, pourvu que cette série d'événements soit bien délimitée et sans effet sur le présent. La série de faits répétés est vue du présent et comme discontinue. (L'imparfait présente une série de faits comme vue du passé et comme continue.) Le verbe est ordinairement accompagné d'une précision comme bien des fois, souvent, chaque fois.

cent fois, dans mes rêves, je vous vis prendre le voile, je vous entendis me dire adieu, et je ne pleurai point (Veuillot)
il visita Paris souvent pendant les années cinquante
je fis toujours des réserves sur la comparaison, tout en reconnaissant la similitude de certains phénomènes (R. Aron)
la guerre offrit toujours aux méditations des hommes un thème magnifique et incessamment renouvelé (Maeterlinck)
pour gagner sa vie, il écrivit dans les journaux

Narration

Une série de verbes au passé simple indique une succession de faits, donc une narration. Une série de verbes à l'imparfait, au contraire, indique une simultanéité, donc une description.

il gagna la porte, rentra dans l'oratoire, ouvrit la fenêtre, saisit son bâton, enjamba l'appui du rez-de-chaussée, mit l'argenterie dans son sac, jeta le panier, sauta par-dessus du mur comme un tigre, et s'enfuit (Hugo)
Il voyagea. Il connut la mélancolie des paquebots, les froids réveils sous la tente, l'étourdissement des paysages et des ruines, l'amertume des sympathies interrompues. Il revint. Il fréquenta le monde et il eut d'autres amours encore. (Flaubert)

L'imparfait comme arrière-plan du passé simple

Le passé simple et l'imparfait coexistent souvent dans la même phrase. L'événement à l'imparfait sert d'arrière-plan à l'événement au passé simple.

à l'instant où Pierre commençait son dîner, Paul entra
elle dormait quand il entra
elle fit un café - il avait un goût amer - elle le jeta
il avait vingt ans quand il se suicida
il comprit qu'il ne pouvait rien dire

Passé simple gnomique (vérité intemporelle)

Le passé simple accompagné d'un adverbe d'aspect (toujours, souvent, jamais) peut exprimer une vérité intemporelle. Cet emploi du passé simple appartient à la langue littéraire. Normalement, on se servirait du passé composé pour exprimer les vérités intemporelles.

jamais gourmand ne mangea bon hareng
jamais jument ne fut plus difficile (Merle)
la guerre offrit toujours aux méditations des hommes un thème magnifique et incessamment renouvelé (Maeterlinck)
une dîner réchauffé ne valut jamais rien
verte comme jamais plante ne fut verte (Gascar)

Le passé simple remplaçant le plus-que-parfait

Cette bizarrerie appartient à la langue littéraire. Les exemples offerts par Togeby(1985) sont de Mauriac.

plus tard il s'avoua que dix pages de Nietzsche mal comprises le décidèrent (Mauriac)
il découvrit soudain que la religien fut surtout un refuge (Mauriac)
on rappelait que durant l'agonie de sa femme il se coucha au plus haut étage de la maison (Mauriac)

Le passé simple ingressif

Les verbes qui expriment un état s'appellent imperfectifs : vivre, dormir, aimer. Les verbes qui expriment un changement d'état s'appellent perfectifs : entrer, fermer, déclarer. L'imparfait convient surtout aux verbes imperfectif ; le passé simple se trouve le plus souvent avec les verbes perfectifs. Mais il y a des anomalies. Le passé simple exprimant l'aspect ingressif en est une. En mettant un verbe imperfectif au passé simple on exprime l'émergence d'un état.

à ce moment il sut qu'il allait mourir dans quelques mois
après avoir écouté Parsifal trois fois d'affilée, les écailles me tombèrent des yeux et je revis
bientôt je n'entendis plus rien (Camus)
elle essayait de lui expliquer la théorie de le grammaire universelle et tout d'un coup il l'aima
elle laissa tomber sa valise et resta au milieu de la route (Sartre)
il se tut
j'avais froid, bientôt j'eus faim (Duhamel)
mon cœur fut touché et je crus (Claudel)
on entendait dans la cuisine des tintements de casseroles que couvrit bientôt la chanson du moulin à café (Bazin)
Tout allait bien. Puis tout alla mal. (Orieux)
tout d'un coup il eut froid
très vite elle régna sur le lycée (Maurois)
voyant le chien, elle eut peur

S'il en fut, s'il y en eut

Swann qui est [...] un garçon d'esprit s'il en fut (Proust)
aventure grotesque et complot d'opéra si jamais il y en eut (Sorel)
j'ai connu votre père, un digne homme s'il en fut (Vigny)

Grandiloquence affectée

ce fut beau !

Limitations du passé simple, comparaison avec le passé composé

Le passé simple ne s'emploie pas avec les conjonctions temporelles dès que et sitôt que / aussitôt que, ni dans la prémisse introduite par si. Cette limitation du passé simple tient simplement au caractère clos, absolu du passé qu'il exprime. En revanche, le passé composé est bien compatible avec ces environnements. Voir la page connexe Les temps composés de l'indicatif - le passé composé - rubrique Comparaison avec le passé simple.

Le passé simple après la conjonction si

Voir la page connexe Les emplois de si - les sens non hypothétiques - rubrique Les emplois de si - avec le passé simple.

Statut du passé simple

Le passé simple a presque totalement disparu de la langue parlée. Il est limité à certaines formules comme il fut un temps, s'il en fut.

Le recul du passé simple est moins marqué dans le Midi et en Normandie.

Dans la langue écrite, le passé simple est en plein usage, tant dans la littérature que dans les journaux. C'est ce qu'apprend Malik à sa grande surprise dans le fil « Un prophète » de Audiared.

RETOUR EN HAUT DE PAGE