Le système de conjugaison - la forme conjointe
HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      INDEX


TITRE
Le système de conjugaison - la forme conjointe (81)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
Le système de conjugaison - la forme conjointe (81)

SOMMAIRE

La forme conjointe du verbe - introduction

La sixième dimension

En théorie, le verbe a deux conjugaisons parallèles : les formes normales et les formes conjointes. Les formes conjointes sont celles que le verbe prend quand il est suivi d'un mot conjoint dans l'interrogation ou dans l'impératif : offré-je, offres-en, offre-t-il. Donc on devrait dire que la conjugaison a six dimensions : l'option normal / conjoint, la voix, le mode, le temps, le nombre et la personne.

Approche pratique

En pratique, la conjugaison conjointe se réduit à un petit nombre de règles isolées. Pour simplifier les tableaux morphologiques, nous regroupons toutes les règles de la conjugaison conjointe sur cette page.

Règle générale

Toutes les formes conjointes qui ne sont pas explicitées dans les règles ci-dessous sont identiques aux formes normales correspondantes.

Interrogation et impératif


La forme conjointe du verbe, ça n'existe pas

Plus exactement, la problématique de l'autonomie de aime-t-il, va-t-il, vainc-t-il, aima-t-il, aimera-t-il, puisse-t-il, manges-en, vas-y et d'autres fussé-je n'existe pas. Cette problématique se réduit à néant aussitôt que nous éliminons de notre champ de recherche tout ce qui n'est qu'histoire ou orthographe. Ce n'est que par respect de la tradition, et pour ne pas désespérer les scripteurs orthographiquement bien-pensants, que nous consacrons une page à cette problématique théoriquement inexistante. Dans une grammaire synchronique-orale inconditionnelle pure et dure, tous les phénomènes que nous traitons sur cette page doivent être relégués sous l'étiquette de liaison. Voir la page connexe Les variations phonétiques polymorphes - rubrique La liaison. C'est là que nous développons le concept de biformité. La liaison et la conjugaison conjointe sont deux types presque identiques de biformité. Dans cette perspective, il n'y aurait rien de choquant à écrire il allat ou puisset-il. La distinction orthographique universellement respectée entre entre le t de allait-il et celui de alla-t-il peut bien avoir de bonnes raisons relevant de la grammaire diachronique, mais ces raisons ne sont pas recevables dans une grammaire purement synchronique de la langue orale. Nous développons le test de l'analphabète à la page consacrée à la biformité et à la liaison.

La forme conjointe du verbe - je

Présent de l'indicatif

Classe aimer

aimé-je

Sous-classes à radical variable - semer, peler, acheter, appeler, jeter

C'est à la forme atone que è est joint

semé-je
pelé-je
acheté-je
appelé-je
jeté-je

Sous-classes à radical variable - préférer

C'est à la forme atone que è est joint

préféré-je

Sous-classes à radical variable - employer, essuyer

C'est à la forme avec yod que è est joint

employé-je
essuyé-je

Envoie-je et envoyé-je sont l'un et l'autre bizarres.

Classe finir

La forme conjointe est identique à la forme normale.

Verbes minoritaires

Si la forme normale se termine en e muet, la forme conjointe prend è

accueillé-je
assaillé-je
couvré-je
cueillé-je
envoyé-je
offré-je
ouvré-je
recueillé-je
saillé-je
souffré-je
tressaillé-je

En principe, si la forme normale se termine en s ou en x, la forme conjointe est identique à la forme normale. En pratique, l'inversion n'est possible que pour un petit nombre de verbes. Cependant, si l'inversion est possible avec un verbe, il est possible avec sa famille.

La forme conjointe est courante

dis-je
dois-je
fais-je
puis-je
suis-je
vais-je
veux-je
vois-je

La forme conjointe est rare

connais-je
entends-je
lis-je
mets-je
prends-je
sens-je
tiens-je
viens-je

La forme conjointe est extrêmement rare

cours-je
pars-je
mens-je
sors-je
veux-tu une tasse de thé ? - m'enquiers-je (écrit la concierge de Muriel Barbery)

Puis-je est courant, mais *peux-je est agrammatical.

Les formes

*connaissé-je
*cousé-je
*écrivé-je
*metté-je
*voulé-je

sont des barbarismes (qu'on rencontre sous la plume des meilleurs auteurs).

Passé simple de l'indicatif

La forme conjointe est toujours identique à la forme normale.

Présent du subjonctif

En principe, le e muet de la forme normale se change en è dans la forme conjointe, mais il y a très peu de verbes qui admettent cette inversion :

puissé-je

Imparfait du subjonctif

En principe, la terminaison sse de la forme normale se change en ssé dans la forme conjointe, mais il y a très peu de verbes qui admettent cette inversion :

eussé-je
fussé-je
dussé-je

La forme conjointe du verbe - il, elle, on

Les grammaires disent que le [t] s'intercale dans aime-t-il et se prononce dans finit-il. Il y a un raisonnmement diachronique assez compliqué pour justifier cette distinction othographique. Nous n'allons pas la répéter ici puisqu'elle est sans intérêt dans une grammaire synchronique. Il serait plus logique d'écrire il aimet et aimet-il comme on écrit il finit et finit-il,

Présent de l'indicatif

Classe aimer et toutes ses sous-classes

Un t est intercalé entre la forme normale et le pronom : aime-t-il. Quant aux verbes à radical variable, c'est le radical accentué qui est employé : sème-t-il.

Classe finir

Le t final de la forme normale est prononcé : finit-il.

Verbes minoritaires dont la troisième personne se termine en t

Le t final de la forme normale se prononce

connaît-il
dit-il
doit-il
dort-il
est-il
peut-il
plaît-il
veut-il

Verbes minoritaires dont la troisième personne se termine en d

Le d final est prononcé non voisé (t).

entend-il
prend-il

Verbes minoritaires dont la troisième personne se termine en e

Un t est intercalé entre la forme normale et le pronom

accueille-t-il
assaille-t-il
couvre-t-il
cueille-t-il
envoie-t-il
offre-t-il
ouvre-t-il
recueille-t-il
saille-t-il
souffre-t-il
tressaille-t-il

Verbes minoritaires dont la troisième personne se termine en a

Un t est intercalé entre la forme normale et le pronom :

a-t-il
va-t-il

Vaincre, convaincre

Un t est intercalé entre la forme normale et le pronom

vainc-t-il
convainc-t-il

Passé simple de l'indicatif

La forme normale se termine en a

Un t est intercalé entre la forme normale et le pronom

aima-t-il
envoya-t-il
alla-t-il

La forme normale se termine en t

Le t final est prononcé

finit-il
eut-il
fut-il
prit-il

Futur simple

Un t est intercalé entre la forme normale et le pronom

aimera-t-il
finira-t-il
aura-t-il
sera-t-il

Présent du subjonctif

La forme normale se termine en t

Le t final est prononcé

soit-il
ait-il

La forme normale se termine en e

Un t est intercalé entre la forme normale et le pronom

puisse-t-il

La forme conjointe du verbe - en, y

On peut joindre en et y à l'impératif. À la deuxième personne du singulier la forme conjointe diffère de la forme normale.

La forme normale se termine en e

C'est le cas de la classe aimer et de ses sous-classes et des verbes minoritaires accueillir, assaillir, couvrir cueillir, envoyer, offrir, ouvrir, recueillir, saillir, souffrir, tressaillir, On ajoute un s, prononcé [z], à la forme normale.

manges-en
plantes-en
achètes-en
penses-y
offres-en
cueilles-en
aies-en soin

La forme normale se termine en s ou en x

Un [z] est prononcé.

noircis-en
produis-en
cours-y
crois-y

Aller

vas-y

Divers

Il faut se garder de confondre un adverbe conjoint qui suit un impératif avec un adverbe conjoint qui précède un infinitif : ose en dire du bien (non pas *oses-en dire du bien), va y mettre de l'ordre (non pas *vas-y mettre de l'ordre). C'est plus qu'une règle arbitraire d'orthographe ; c'est une question de structure grammaticale. Il va sans dire que en qualifie l'infinitif, plutôt que l'impératif, dans va en savoir des nouvelles.

Il convient également de faire remarquer la différence entre le t intercalé de l'impératif et le pronom te élidé : aime-t-il et va-t'en.

Phénomène de l'usage populaire : Marlbrough s'en va-t-en-guerre,


La forme conjointe du verbe - ce

En principe, on peut joindre ce à la troisième personne du singulier et à la troisième personne du pluriel de certains temps simples des verbes être et avoir.

Temps simples du verbe être

étaient-ce
était-ce
est-ce
fût-ce
fut-ce
sera-ce
seraient-ce
serait-ce
seront-ce
soient-ce
soit-ce
sont-ce
*furent-ce
*fussent-ce

Temps composés du verbe être

a-ce été
aient-ce été
ait-ce été
aura-ce été
auraient-ce été
aurait-ce été
auront-ce été
avaient-ce été
avait-ce été
eût-ce été
eut-ce été
ont-ce été
*eurent-ce été
*eussent-ce été

Autres verbes

L'inversion de ce avec les verbes pouvoir, vouloir, paraître, sembler, aller, venir est archaïque : d'où vient-ce ?, que va-ce devenir ?.

Remarque

Graphie (très) fautive en voie de se répandre : raconte-il, nécessite-il.

RETOUR EN HAUT DE PAGE