HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      

RECHERCHE PAR MOTS-CLÉS      RECHERCHE PAR MOTS DISPERSÉS      RECHERCHE PAR MOTS CONSÉCUTIFS


TITRE
Le groupe adverbial - les adverbes de degré (66)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
Le groupe adverbial - les adverbes de degré (66)

SOMMAIRE
Les adverbes de degré de base
Cibles - l'adjectif, l'adverbe et le nom
Cibles - le participe passé
Cibles - le degré du degré
Cibles - le verbe et les locutions verbales

L'interrogation concernant le degré de l'adjectif
L'adverbe de degré et le syntagme prépositionnel

À peine - adverbe de degré
Assez - adverbe de degré
Aussi - adverbe de degré
Autant - adverbe de degré
Autrement - adverbe de degré
Beaucoup - adverbe de degré
Bien - adverbe de degré
Combien - adverbe de degré
Comme - adverbe de degré
Davantage - adverbe de degré
Fort - adverbe de degré
Grand - adverbe de degré
Moins - adverbe de degré
Peu, un peu - adverbe de degré
Plus - adverbe de degré
Presque - adverbe de degré
Que - adverbe de degré
Si - adverbe de degré
Tant - adverbe de degré
Tellement - adverbe de degré
Tout - adverbe de degré
Très - adverbe de degré
Trop - adverbe de degré

Adverbes de degré divers

Les adverbes de degré de base

Le groupe d'adverbes que nous appelons « adverbes de degré de base » comprend

très
beaucoup
bien
fort
si
tant
tellement
tant
autant

Ce sont tous des mots multifonctionnels et qui s'attachent à leurs cibles d'une façon sélective et complexe. Sous les quatre rubriques majeures qui suivent, nous allons examiner les rapports qui existent entre les adverbes de degré de base et entre leurs quatre cibles principales :

-l'adjectif, l'adverbe et le nom
-le participe passé
-les degrés de l'adjectif
-le verbe et les locutions verbales

Cibles - l'adjectif, l'adverbe et le nom

Sous cette rubrique majeure, nous parlons de l'adjectif proprement dit. de l'adverbe et du nom. La double personnalité verbale et adjectivale du participe passé fait l'objet de la rubrique majeure suivante.

Seuls les adjectifs et adverbes qui comportent des degrés admettent un adverbe de degré. On pourrait dire que ce fait ne relève pas de la grammaire, mais du simple bon sens. Il n'en est pas moins vrai que ce fait doit être codifié dans le lexique et la grammaire numériques.

Les adjectifs - très et beaucoup

Seul très s'attache à l'adjectif. Beaucoup est possible dans l'isolement, mais pas dans l'ellipse. On a

dangereux, il l'est beaucoup (isolement)
il est susceptible, il l'est même beaucoup (isolement)
est-ce dangereux ? - très (ellipse)
est-ce dangereux ? - *beaucoup (ellipse)

On pourrait objecter que dans la constructipn que nous appelons isolement beaucoup qualifie le verbe être et non pas l'adjectif.

Les adjectifs - tellement, si, tant

Dans la principale d'une subordonnée consécutive et dans la proposition exclamative on emploie presque toujours tellement ou si.

elle est tellement brillante que
elle est si brillante !

Dans l'isolement, seul tellement est possible :

c'est si commode ! - pas tellement
c'est si commode ! - pas *tant

Tellement est préférable avec les expressions prépositionnelles.

je serais tellement à mon avantage

La seule fonction de tant est de permettre de détacher l'adverbe de degré de sa cible dans l'inversion consécutive,

on ne les comptait plus, tant était grand leur nombre
je suis resté muet, tant était géniale sa réponse

On verra tout à l'heure le rôle de si / tant dans la négation de l'égalité.

Les adjectifs - aussi et autant

C'est aussi qui s'emploie presque toujours dans la comparaison de deux pôles égaux.

il est aussi têtu que son frère
c'est aussi triste que désagréable
une fille aussi fine que vous, admirer quelqu'un d'aussi frivole, d'aussi faible, d'aussi paresseux (Merle)

La seule fonction de autant est de permettre de détacher l'adverbe de degré de sa cible.

il est têtu, presque autant que son frère
il est têtu, mais pas autant que son frère
c'est triste autant que désagréable

Lorsque on nie l'égalité de deux pôles, on remplace le plus souvent la paire aussi / autant par la paire si / tant. L'interrogation entraîne le même changement.

Pierre n'est pas aussi/si bête que Paul
Pierre est-il aussi/si bête que Paul ?
Pierre est bête, mais pas tant que Paul
il n'est pas aussi/si lâche que tu le crois
il n'est pas tant hostile qu'irréductible

Si s'impose avec que ça : pas si bête que ça, si bête que ça ?.

Le changement aussi si n'est pas applicable lorsque la négation ne porte pas directement sur l'adjectif, c'est-à-dire lorsque l'adjectif n'est nié qu'en apparence. Nous tirons les exemples de Togeby(1985).

tout le monde n'a pas un aussi joli organe que madame Swann (Proust)
jamais je n'ai eu un visage aussi pur que ces années-là (Mauriac)
il ne faut jamais attendre quelqu'un aussi longtemps
il ne doit pas être aussi lâche que tu le crois
surtout que le Français, il n'y a pas un peuple au monde qui soit aussi débrouillard que lui (Aymé)

En règle générale, les adverbes admettent très, bien et tellement et n'admettent pas beaucoup : travailler très méticuleusement, arriver très en avance. Il y a des exceptions cependant. Avant et après n'admettent que bien ; trop admet beaucoup et bien, mais n'admet pas très. Tellement est à éviter avec les adverbes en ment : *tellement lentement.

Les noms employés adjectivalement et comportant des degrés admettent des adverbes de degré : nous sommes tellement amis. Très est correct ; beaucoup est incorrect. Tellement est préférable à si. L'emploi de aussi, tant et autant avec les noms employés adjectivalement est identique à leur emploi avec les adjectifs.

Cibles - le participe passé

Très et beaucoup - en position d'épithète

En position d'épithète, le participe passé garde son caractère adjectival. Il admet les adverbes de degré très, plus, moins (mais pas beaucoup). même s'il est suivi d'un agent passif ou d'autres compléments régis ou libres,

de plus en plus employé
l'un des plus souvent cités
la chaîne la plus regardée
la langue la plus parlée
le document le plus téléchargé de ce site
le journal le plus lu
le plus cité
le plus visé par
le thé est la boisson la plus bue après l'eau
les prénoms les plus donnés aux nouveaux-nés
les salariés étaint trois fois plus syndiqués
très troublé
très aimé
très approuvé
très attaqué
très attendu
très attiré
très cherché
très critiqué
très désiré
très discuté par les uns, très admiré par les autres
très estimé
très impressionné
très liés
très menacé
très porté cet hiver
très surpris
très vilipendé
un monument très photographié
un problème très étudié
une affaire très suivie

À souligner que ces participes passés ne sont pas des adjectifs autonomes regrammaticalisés.

Très et beaucoup - en position de complément prédicatif

Très est préférable si le participe passé joue un rôle plutôt adjectival ; beaucoup s'emploie si la proposition a un caractère fortement passif, c'est-à-dire si le participe passé est plus verbal qu'adjectival.

j'étais très aidé dans mes recherches

Très et beaucoup - avec l'auxiliaire avoir

Beaucoup et bien sont corrects, très est incorrect, que le verbe soit employé transitivement ou intransitivement.

cela nous a beaucoup intéressés
les choses ont beaucoup changé
nous avons bien ri

Tellement, si, tant

Dans la principale d'une subordonnée consécutive et dans la proposition exclamative on emploie presque toujours tellement ou si.

il était tellement impressionné que
j'étais si impressionné !

Tant ne s'emploie que dans une construction fortement passive, c'est-à-dire lorsque le participe passé est plus verbal qu'adjectival.

Aussi et autant

Aussi et autant s'emploient dans la comparaison de deux pôles égaux : aussi si l'adverbe est antéposé et le participe passé est fortement adjectival, autant si l'adverbe est postposé ou le participe passé est fortement verbal.

il est aussi estimé que personne
la fête n'est pas aussi animée qu'on l'avait espéré

il est haï du pape tout autant qu'il le hait (R. Peyrefitte)
la langue française n'a jamais été autant parlée en Afrique que depuis l'indépendance
le duce, frappé de sa beauté autant que de sa singularité, apprit qui elle était (R. Peyrefitte)

Cibles - le degré du degré

Le degré du degré - très, beaucoup, bien, autrement

Très exclu.

Beaucoup est presque toujours possible.

beaucoup plus fort
beaucoup moins fort
beaucoup plus
beaucoup mieux
beaucoup moindre

Bien est préférable avec les comparatifs simples, mais possible avec n'importe quel comparatif.

bien meilleur
bien moindre
bien pire
bien plus joli
bien plus savant
c'est bien pire que mauvais, c'est quelconque (Green)
de bien meilleure heure
il a bien davantage besoin de

Le complément de différence de plus et de moins s'exprime par de beaucoup antéposé ou postposé ou par beaucoup antéposé.

il est plus savant de beaucoup
il est de beaucoup plus savant que Pierre

Autrement est possible avec tous les compararifs.

Superlatifs

Le superlatif n'admet pas d'adverbe de degré, mais il est souvent accompagné d'un complément de différence.

de beaucoup le plus intéressant
de beaucoup le plus petit
de loin le plus important
de loin le plus sûr

Adjectifs issus de comparatifs

Inférieur, supérieur etc. sont issus de comparatifs latins, mais ne sont pas des comparatifs pour autant. Ils admettent les adverbes de degré très et bien et le complément de différence de beaucoup, mais ils n'admettent pas l'adverbe de degré beaucoup.

Le degré du degré - tellement, si, tant

Seul tellement est possible : tellement meilleur, tellement plus riche, tellement le plus fort.

Le degré du degré - aussi, autant

L'égalité de deux inégalités est hors de portée de la grammaire.

Cibles - le verbe et les locutions verbales

Verbes

Les adverbes de degré adjectivaux très, si et aussi sont exclus. Seuls leurs homologues verbaux beaucoup, tant et autant s'attachent au verbe. La distribution de beaucoup, bien, fort et leurs quasi-synonymes est une question lexicale ou stylistique, plutôt que grammaticale.

Conséquence, exclamation

il parle tant que
il se démenait tellement que
tant la tête lui faisait mal
tellement la tête lui faisait mal

Comparaison

On affirme l'égalité par autant, on la nie par tant ou par autant.

il boit autant qu'il fume
un homme autant qu'une femme peut aisément rester chaste (Bazin)

je crois que cet homme ne redoute rien autant / tant que les mauvaises nouvelles
ce n'est pas tant les mots qui nous manquent que le courage (Mauriac)

Locutions verbales

Voir l'étude détaillée de la locution verbale à la page connexe La locution verbale. La plupart des locutions verbales comportent un verbe léger (avoir, faire, donner, prendre etc.) et un nom lourd. En règle générale, c'est au nom lourd que s'attache l'adverbe de degré. La distribution des adverbes de degré dans les locutions verbales est une question lexicale. Les adverbes de degré les plus fréquents sont très et tellement (j'ai très faim, j'ai tellement faim), mais on rencontre aussi bien, fort, grand, si, tant, aussi, autant. Beaucoup est exclu.

Le changement aussi si en cas de négation et d'interrogation s'applique au nom lourd de la locution verbale de la même manière que celle dont on vient de voir qu'il s'applique à l'adjectif.

il a aussi peur que toi
il n'a pas si / aussi peur que toi
a-t-il si/aussi peur que toi ?

L'adverbe de degré et le syntagme prépositionnel

Les adverbes de degré peuvent se joindre aux syntagmes prépositionnels. Il y a deux cas à distinguer :

Les syntagmes prépositionnels qui n'incluent pas d'adjectif sont précédés de l'adverbe de degré.

si en retard
si à tort
trop en colère
trop sans cérémonie
très en retard
tout à fait sans gêne
prendre si au sérieux

Si le syntagme prépositionnel comprend un adjectif, l'adverbe de degré s'attache à ce dernier.

d'assez bonne heure (*assez de bonne heure)
de si bonne heure (*si de bonne heure)
de trop bonne heure (*trop de bonne heure)

L'interrogation concernant le degré de l'adjectif

Le pronom interrogatif adverbial concernant la circonstance degré est combien. Voir la page connexe Le pronom interrogatif - combien. Étrangement, cet adverbe de degré interrogatif ne peut pas avoir de cible adjectivale ou adverbiale. La langue courante n'est dotée d'aucun mécanisme universel qui permette de se renseigner sur le degré d'un adjectif ou d'un adverbe.

On rencontre ?combien longtemps, ?combien souvent, ?combien intelligent, ?combien grand, ?combien cher, ?combien vite dans la langue littéraire, mais cette construction n'appartient pas à la langue courante. Les deux formes *elle est combien intelligente ? et *combien est-elle intelligente ? sont agrammaticales.

Peu, plus et moins peuvent être qualifiés par combien.

Combien exclamatif peut avoir des adjectifs et des adverbes pour cibles :

L'emploi de ô est facultatif.

une vision combien fugace
c'est cher, mais combien efficace
c'est plus long à faire, mais combien meilleur
dans son mince mais combien dense dernier ouvrage (Simon)
il a gagné ô combien brillamment
il eût été ô combien préférable de ne rien dire
le combien célèbre chanteur
un travail intéressant, mais ô combien difficile
une rarissime et ô combien tactique confidence

L'emploi de combien n'est pas limité dans la subordonnée interrogative : je sais combien elle est intelligente, je sais combien elle roulait vite.

Il n'y a aucune astuce syntaxique qui permette de se renseigner sur le degré d'un adjectif ou d'un adverbe d'une manière uniforme.

Une des solutions consiste à trouver un nom ou un verbe équivalent : elle est intelligente quel est son QI ?, elle roulait vite à quelle vitesse roulait-elle ?.

On peut utiliser comment avec certains adjectifs : elle est grande comment, cette statuette (Anouilh).

À peine - adverbe de degré

Voir l'examen de la multifonctionnalité de à peine à la page connexe À peine - mot multifonctionnel.

Cible = adjectif, adverbe

il est à peine aimable
celui-ci est à peine plus cher que les autres
il est à peine en état de marcher 5 kilomètres
un ordre à peine murmuré
à peine distinctement
une vierge à peine nubile

Cible = nom

c'était à peine une déception

Cible = délimiteur

il a à peine assez d'argent

Cible = numéral cardinal

il est à peine six heures du matin
ça vaut à peine cent euros

Cible = verbe

il parle à peine
ça suffit à peine
le jour se levait à peine
l'orage finissait à peine
le drap couvre à peine le lit
je le connaissais à peine
ses mains dépassaient à peine les manches

Cible = locution verbale

je fis à peine attention
j'ai à peine froid

Assez - adverbe de degré

Voir la page connexe Assez.

Aussi - adverbe de degré

Voir la page connexe Aussi - mot multifonctionnel

Autant - adverbe de degré

Voir la page connexe Autant.

Autrement - adverbe de degré

Voir la page connexe Les autres pronoms d'identité et d'altérité.

Beaucoup - adverbe de degré

Voir la page connexe Beaucoup.

Bien - adverbe de degré

Voir la page connexe Bien - mot multifonctionnel.

Combien - adverbe de degré

Voir la page connexe Le pronom interrogatif - combien.

Comme - adverbe de degré

Sens

L'adverbe de degré comme signifie en quelque sorte, pour ainsi dire, dans une certaine mesure, à peu près, on dirait.

Cibles

L'adverbe de degré comme peut qualifier les cibles les plus variées :

les noms

les adjectifs (épithètes et compléments prédicatifs)

les adverbes et les syntagmes adverbiaux (syntagmes prépositionnels, subordonnées infinitives et fléchies)

les verbes (participes passés et infinitifs)

Exemples

Noms

chaque note est comme un mot qui la blesse au plus profond de l'âme
il se fit dans le ciel comme un grand silence
il se fit à sa porte comme un bruit de galop
il y a comme un défaut
il y a comme un problème
il y a comme une malédiction qui pèse sur moi
ils ont comme un air de famille
j'ai comme un mauvais pressentiment
j'ai comme une impression
j'ai eu comme un évanouissement
j'eus comme un sursaut gigantesque
j'eus comme une idée que
je sens comme une vocation
je sens comme un bourdonnement dans ma tête
le reste de la vie est comme rien
on entendait comme un grondement lointain
votre voix me fait comme du bien et du mal à la fois (Verlaine)

Adjectifs et expressions adjectivales

comme dessinés par un enfant
comme pris dans l'étau
elle a une façon comme confidentielle de parler du climat de Calcutta (Duras)
il était comme fasciné par ces oiseaux
il était comme fou
il était comme hypnotisé
il est comme possédé
il semblait comme gêné
j'étais comme engourdi
j'étais comme envoûté
j'étais comme paralysé
j'étais comme perdu dans la foule
le bruit comme d'une soie qu'on déchire
une odeur fade et comme fanée

Adverbes et expressions adverbiales

comme à regret
comme allant au-devant d'une question de ma mère
comme par hasard
comme par miracle
comme perdu dans ses délibérations
comme pour bien marquer leur refus
comme pour expliquer sa question
comme pour la récompenser
comme pour tout entendre
comme se parlant à lui-même
elle fit un geste comme pour se protéger
elle fit un pas comme pour le frapper
il a fait ça comme en jouant

Verbes composés

il a comme disparu
il a comme hésité
il est comme mort
je l'ai comme adoptée
cette espèce de hargne basse qui fait comme crisser tels de ses papiers intimes (Butor)

Davantage - adverbe de degré

Voir la page connexe Les comparatifs simples - davantage.

Fort - adverbe de degré

Avec les adjectifs

Fort est synonyme de très : à la mode, aimable, bon, déçu, émouvant, étrange, long, mécontent.

Avec les adverbes

Fort est synonyme de très : bien, discrètement, honnêtement, logiquement, vite,

Avec les participes pasés

Fort est synonyme de très : demandé, recherché, simplifié.

Avec les formes simples du verbe

Fort se comporte en adverbe de manière et s'entend au sens propre avec les verbes tels que frapper. Ce n'est qu'avec les verbes psychologiques qu'il se comporte en adverbe de degré : aimer, douter, plaire, soupçonner.

Syntagmes divers

de fort bonne heure, c'est fort dommage, tenir fort à cœur

Grand - adverbe de degré

Dans certaines locutions verbales, on obtient le haut degré en introduisant grand invariable avant le nom. Dans la plupart des cas, très produit le même effet. Cet emploi de grand appartient à la langue écrite.

avoir grand besoin
avoir grand faim
avoir grand hâte
avoir grand honte
avoir grand peur
c'est grand pitié
il fait grand soleil
prêter grande attention

Moins - adverbe de degré

Voir la page connexe Plus, moins - mots multifonctionnels.

Peu, un peu - adverbe de degré

Voir la page connexe Peu.

Plus - adverbe de degré

Voir la page connexe Plus, moins - mots multifonctionnels.

Presque - adverbe de degré

Presque s'attache aisément à tous les types de cibles.

Verbe

Après les formes simples ou incorporé dans les formes composées.

il pleurait presque

j'ai presque terminé
j'ai presque oublié

Adjectif - épithète

une chemise presque propre
une solution presque correcte

Adjectif - prédicat

c'est presque sûr
l'accident était presque fatal

Adverbe (voir les syntagmes prépositionnels plus loin).

presque toujours
presque fatalement

Nom

presque absence
presque certitude
presque obscurité
presque réalisation
presque totalité
presque unanimité

Nom - prédicat

c'est presque de la folie

Nom - complément à de

une espèce d'inquiétude, presque d'angoisse
Rachel jouait un rôle presque de simple figurante (Proust)
il jouait le rôle presque d'un complice

Conégateur

presque pas
presque plus
presque rien
presque jamais

Coordination par ou

ruiné ou presque
dictateur ou presque
personne ou presque
rien ou presque

Presque et les syntagmes prépositionnels

Presque est un adverbe de degré. Il peut donc s'attacher aux syntagmes prépositionnels, qui ont une nature adverbiale. Presque se met devant le syntagme prépositionnel.

presque au sommet
presque au même niveau
presque sans ressource
presque en colère
presque dans l'indifférence

Certains cas du syntagme [presque * préposition * nom] présentent des particularités.

Syntagme 1 : [préposition * pronom-ou-conégateur-exhaustif * nom]

Si l'argument du syntagme prépositionnel inclut un pronom exhaustif ou un conégateur exhaustif, il se pose la question de l'ordre des mots. Les mots qui provoquent ce dilemme sont tout, chaque, chacun, aucun, nul. La langue courante préfère mettre presque à l'intérieur de l'expression prépositionnelle, mais dans la langue littéraire presque précède souvent la préposition.

dans presque tous les chapitres (?presque dans tous les chapitres)
sous presque tous les rapports (?presque sous tous les rapports)
presque à chaque phrase (Green)
abandonné presque de tous (Daniel-Rops)
sans presque aucun moment de fatigue (Gide)
sans presque de poitrine

Dans le dernier exemple, l'origine de de est énigmatique. Il n'y a pas de de dans presque sans poitrine, Notre hypothèse est que sans presque de poitrine emprunte son de à ?avec presque pas de poitrine

Syntagme 2 : [sans * infinitif]

Le comportement de presque par rapport au syntagme [sans * infinitif] est analogue à son comportement par rapport au syntagme [préposition * pronom-ou-conégateur-exhaustif * nom]. On rencontre les deux analyses syntagmatiques et les deux ordres des mots. Presque peut précéder la préposition (presque sans s'incliner, presque sans laisser de traces) ou la suivre (sans presque s'incliner, sans presque laisser de traces).

Syntagme 3 : [sans * nom]

Nous retrouvons encore les deux procédés mais, en plus, l'enchâssement de presque entraîne l'emploi de l'article de devant le nom : presque sans effort et sans presque d'efforts. La nature de ce de est difficile à analyser. Il pourrait s'agir d'un article indéfini réduit à de sous l'effet de la négation implicite. Autre exemple : elle était longue et mince, sans presque de poitrine, ni de hanches (Simenon).

Dans le cas de syntagme 1, la langue courante préfère la pénétration de presque dans le syntagme prépositionnel. Dans les deuxième et troisième cas, la pénétration de presque dans le syntagme prépositionnel est peu naturelle.

Que - adverbe de degré

Voir la page connexe Que - mot multifonctionnel.

Si - adverbe de degré

Voir la page connexe Si.

Tant - adverbe de degré

Voir la page connexe Tant.

Tellement - adverbe de degré

Voir la page connexe Tellement.

Tout - adverbe de degré

Voir la page connexe La famille tout.

Très - adverbe de degré

Très est un adverbe de degré. Le seul type de cible formelle auquel très ne s'attache pas est la forme simple du verbe.

Cible = adjectif irréductible

très difficile
très intelligent
très nécessaire

Cible = syntagme prépositionnel employé comme adjectif

très à la mode
très à la page
très à son aise
très au courant
très au fait
très chez lui
très dans le vent
très en avance
très en colère
très en forme
très en peine
très en retard
très en surface
très en verve
très en vue

Cible = participe passé adjectival employé comme épithète ou comme prédicat

très admiré
très aimé
très automatisé
très avancé
très connu
très disputé
très ému
très liés
très lu
très prisé
très répandu
très réussi
très recommandé
très reproduit
très suivi

Cible = nom

Voir les locutions verbales du type avoir faim à la page connexe La locution verbale.

Cible = nom employé comme adjectif

elle est très femme
il est encore très enfant
il est très ami du directeur
il est très gosse
je suis très ami avec lui
très dommage
très vieux jeu

Cible = adverbe non adjectival

très bien
très peu
très tôt
très loin

Cible = adverbe adjectival

très gentiment
très franchement
très scientifiquement

Cible = adverbe prépositionnel

très en avant

Cible = délimiteur

très peu de

Forme composée du verbe

L'adverbe de degré très ne peut pas avoir pour cible la forme simple du verbe, mais dans la langue familière il peut s'attacher au participe passé de la forme composée, surtout si ce participe est aussi employé adjectivalement.

?ça m'a très peiné
?il s'est très ralenti
?je l'ai très aimé
?je me suis très enrhumé
?nous nous sommes très engueulés
?un tableau que j'ai très admiré

Cible sous-entendue

Ellipse

La langue parlée familière connaît l'emploi elliptique de très : es-tu fatigué ? - très.

Détachement

Dans *gentil, Pierre l'est très, la cible est détachée à gauche et très est coincée sans cible en queue de proposition. Cette construction ne diffère pas tellement de la précédente (à savoir, de l'ellipse), mais elle est beaucoup moins acceptable.

Notons que aussi a le même comportement que très : *chic, Pierre l'est aussi que Paul est moche. Très et aussi sont des adverbes de degré légers. La cible de peu, assez, extrêmement et d'autres adverbes de degré lourds se détache sans problème : charmante, Marie l'est extrêmement.

Trop - adverbe de degré

Voir la page connexe Trop.

Adverbes de degré divers

Le bas degré

faiblement
légèrement
médiocrement
modérément
passablement

Le degré moyen

moyennement
pas mal

Le haut degré

Chaque époque, chaque milieu, chaque région a ses adverbes exprimant le haut degré.

absolument
bien
carrément
complètement
diablement
divinement
drôlement
entièrement
excessivement
extrêmement
fort
grandement
infiniment
joliment
rudement
salement
terriblement
totalement
tout à fait
tout
très
vachement

Certains préfixes lexicaux servent à exprimer le haut degré :

archi
extra
hyper
super
sur
ultra

Locutions

on ne peut plus

Voir la page connexe Verbes multistructurels - pouvoir - rubrique On ne peut plus - adverbe de degré.

tout ce qu'il y a de plus

je me suis ouvert à vous tout ce qu'il y a de plus officiellement (Romains)
ce n'est peut-être pas une façon de procéder tout ce qu'il y a dans les règles (Romains)

Voir l'étude du pronom nominal qualifié à la page connexe Le pronom nominal qualifié.

comme tout

Voir la page connexe Comme - mot multifonctionnel - rubrique Comme tout.

des mieux, des plus

Voir la page connexe Le superlatif - rubrique Le superlatif absolu.

RETOUR EN HAUT DE PAGE