HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      

RECHERCHE PAR MOTS-CLÉS      RECHERCHE PAR MOTS DISPERSÉS      RECHERCHE PAR MOTS CONSÉCUTIFS


TITRE
Le groupe adverbial - l'adverbe comme complément (63)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
Le groupe adverbial - l'adverbe comme complément (63)

SOMMAIRE
Noyau = verbe
L'adverbe comme sujet
L'adverbe comme objet direct
L'adverbe comme complément prédicatif
L'adverbe comme argument du syntagme prépositionnel
L'adverbe régi
Noyau = (adjectif, adverbe)
Noyau = nom
Ambigüité
La nominalisation de l'adverbe

Noyau = verbe

L'adverbe comme sujet

Sujet simple

Certains adverbes de lieu et de temps peuvent servir de sujet :

demain sera un autre jour
le plus tôt serait le mieux
le plus vite sera le mieux
c'est demain qui m'arrange le mieux

Avec détachement

La trace est ce / ça.

à la maison, c'est plus intime qu'au restaurant
ça fait du bien quand ça s'arrête
comme vous faites, c'est mieux
ici, c'est chez moi
ici, c'est mieux
quand je bouge le bras, ça me fait mal

L'adverbe comme objet direct

Certains adverbes de lieu et de temps peuvent servir d'objet direct :

nous avons passé hier à la plage
je préfère demain
je préfère là-bas
il cherche plus près du lieu de travail
je voudrais comme Pierre

je me souviens de pendant / avant / après le guerre

L'adjectif a un comportement semblable. Voir la page connexe L'adjectif comme complément - la nominalisation - rubrique Le comparatif avec les verbes de besoin et de recherche.

L'adverbe comme complément prédicatif

Certains adverbes de lieu et de temps peuvent servir de complément prédicatif :

le livre est sur la table
son anniversaire est demain

L'adverbe comme argument du syntagme prépositionnel

Les adverbes de lieu et de temps peuvent occuper la position d'argument dans le syntagme prépositionnel :

à demain
à partir de demain
depuis hier
jusqu'ici
jusque là-bas
les gens d'autrefois
les gens d'ici
les jeunes d'aujourd'hui
pour demain

L'adverbe régi

Un complément prépositionnel régi ne peut pas être considéré comme adverbial. Dans Pierre compte sur Paul, sur Paul n'est pas un adverbe, mais un complément régi. Sur n'exprime pas une circonstance. Sur est un « cas » arbitraire exigé par le verbe compter. L'inverse n'est pas vrai. Un adverbe peut être régi.

Le cas le plus important de l'adverbe régi est l'adverbe de lieu ou de temps régi par les verbes locatifs. Le verbe être locatif régit sur la table dans le livre est sur la table. Il régit également ici dans le temple se trouvait ici et loin dans ce n'est pas très loin. De façon analogue, demain est régi dans mon anniversaire est demain.

Il y a aussi des verbes non locatifs qui régissent des adverbes.

bien se porter
ça tombe mal
comment allez-vous ?
faire autrement
faire mieux
fais comme je t'ai dit
il présente bien
il s'est comporté honnêtement
il s'y est mal pris
ils sont disposés favorablement à son égard
je vois mal que vous puissiez le faire tout seul
la rentrée scolaire s'est effectuée calmement
les affaires marchent mal
mal recevoir des remarques
se conduire comme un idiot
se trouver mal
sonner bizarrement
sonner étrangement
sonner lugubrement
tout s'est bien passé

Il y a plusieurs preuves que la rection des adverbes est une rection à part entière.

La rection des adverbes est souvent obligatoire.

*il s'est comporté
*tout s'est passé
*la rentrée scolaire s'est effectuée
*ça sonne

La présence d'un adverbe peut avoir pour effet de bloquer un complément obligatoire du verbe.

il répondit négativement (mais *il répondit négativement que)
dans ce restaurant on mange correctement (mais *dans ce restaurant on mange correctement du homard)

Noyau = (adjectif, adverbe)

Pour l'examen des adverbes de degré, voir la page connexe Le groupe adverbial - les adverbes de degré.

En principe, l'adjectif et l'adverbe admettent tous les types d'adverbes circonstanciels.

agréablement léger
dangereusement malade
farouchement violent
la lune déjà haute
sémantiquement bizarre, mais syntaxiquement correct
un individu tristement célèbre
un bâtiment encore solide
un homme jamais satisfait
un homme toujours mécontent
une rue plutôt sale

Dans un individu tristement célèbre, ce n'est pas que l'individu en question soit attristé par sa propre célébrité, mais c'est le fait de sa celébrité que d'autres trouvent triste. Donc tristement se comporte ici en adverbe phrastique.

Les adjectifs déverbaux potentiels (renouvelables, devinable, calculable) admettent les adverbes de degré et de manière, tels que facilement ou largement.

Noyau = nom

Syntagme [nom * adverbe]

Le nom exprime une action

la condamnation du criminel à l'unanimité
la rédaction d'un texte à plusieurs
le bombardement, hier, de la plupart des grandes villes
le passage ici de l'ouragan
le sommeil ensemble
mon séjour là-bas

Le nom n'exprime pas une action

la femme au foyer
un homme debout
une place debout
la lettre ci-dessous
un air ailleurs


Mots composés

roue avant
banquette avant
marche arrière
vitre arrière

Locutions figées

temps jadis

Caprices de la langue journalistique ou d'un style recherché

l'aujourd'hui général
le désormais ex-patron du Fonds monétaire international
le désormais ministre
le jusqu'ici écrivain devenu cinéaste
les désormais vingt-sept
toute une déjà tradition
un déjà classique
ce très proche du président
ce presque quinquagénaire

Presque a aussi des emplois adnominaux codifiés dans le lexique : presqu'île, presque totalité, etc.

Bien

Bien est lexicalisé comme adjectif : une fille bien.

Syntagme [adverbe-de-degré * nom]

Presque s'attache aux noms sans difficulté.

presque absence
presque certitude
presque immobilité
presque obscurité
presque réalisation
presque totalité
presque unanimité

Quasi s'attache aux noms sans difficulté.

quasi-certitude
quasi-collision
quasi-contrat
quasi-indifférence
quasi-monopole
quasi-obscurité
quasi-totalité
quasi-unanimité

Les noms faisant fonction d'adjectif peuvent être précédés d'un adverbe de degré. Ces quasi-adjectifs qualifiés par des adverbes de degré assument toutes les fonctions adjectivales.

bien poète
bien tyran
plus chef
plus homme
si ange
si curé
si papa
tellement belle-mère
tellement théâtre
très amis
très gosse
très grande dame
très homme d'affaires

il n'y a rien de moins jeune fille
la plus science des sciences
plus écrivain que prêtre

Locutions verbales composées d'un verbe léger (faire, avoir, prendre, être, etc.) et d'un nom sans article

avoir très faim
avoir terriblement honte
faire très gaffe

Voir l'étude détaillée de la locution verbale à la page connexe La locution verbale.

Les adverbes de perspective

Les adverbes de perspective (aussi, même, juste, seulement) peuvent avoir un nom comme cible.

Ambigüité

Dans certaines propositions, le calcul du noyau n'est possible qu'à l'aide d'indices extragrammaticaux.

Si l'adverbe est le rhème de la proposition et qu'il occupe la position finale, il peut en principe avoir pour noyau le verbe et tous ses compléments.

on le savait malade depuis longtemps
rapportez les livres empruntés avant le premier avril
il a menacé de tuer son propriétaire par téléphone

La nominalisation de l'adverbe

Dans le modèle syntagmatique que nous adoptons, la nominalisation de l'adverbe peut être formalisée comme

[nom :: nominalisateur-virtuel * adverbe]

C'est un syntagme exocentrique, dont le quasi-noyau est le nominalisateur virtuel et le complément est l'adverbe.

La nominalisation des adverbes de lieu et de temps est un phénomène naturel et généralisé :

les gens d'ici
je préférerais demain
je me souviens de samedi dernier

le dedans
le dehors
le derrière
le dessous
le dessus
le devant

Avec d'autres catégories d'adverbes, la nominalisation est non productive.

Loin

avoir loin à aller
il y a loin de la coupe aux lèvres
d'ici à l'accuser de vol il n'y a pas loin
il n'y a pas loin du contentement à la suffisance (Beauvoir)

RETOUR EN HAUT DE PAGE