Le groupe adverbial - introduction
HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      INDEX


TITRE
Le groupe adverbial - introduction (60)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
Le groupe adverbial - introduction (60)

SOMMAIRE

La définition introuvable

Nous commençons par le « négationnisme » antiadverbial énoncé dans trois citations tirées de Wilmet(2003).

B. Pottier - 1962

« Il semble que l'on ait mis dans les grammaires sous la rubrique " adverbe " tous les mots dont on ne savait que faire. La liste n'en est jamais close, et on n'en donne pas de définition intégrante. »

A. Chervel - 1977

« [La catégorie de l'adverbe] devient peu à peu la catégorie poubelle, celle où l'on relègue les invariables que l'on ne sait plus où caser. »

Ch. Molinier - F. Levrier - 2000

« Un adverbe est un mot invariable (...) qui n'est ni une préposition, ni une conjonction, ni une interjection. Les adverbes forment donc une classe résiduelle, limitée par chacune de ces dernières classes et partageant avec elles l'invariabilité. L'appartenance de tel ou tel élément à la classe des adverbes ou à l'une des classes limitrophes peut avoir été fixée par la tradition grammaticale, mais relever largement de l'arbitraire. »


Les types de syntagme adverbial

L'adverbe élémentaire


L'adverbe morphologiquement marqué (ment)


L'adverbe adjectival sans marque morphologique


L'adverbe quasi-prédicatif


L'emploi adverbial des numéraux


Le syntagme prépositionnel


Il y a un très grand nombre de locutions prépositionnelles lexicalisées et capables de se comporter en adverbes, en épithètes et en compléments prédicatifs. Elles peuvent être employées aux degrés comparatif et superlatif. Exemples :

à l'écoute
à la mode
à la page
à loisir
à même de
à son aise
au courant
au fait
chez lui
dans le vent
en avance
en colère
en danger
en faveur
en forme
en peine
en recul
en mesure
en retard
en surface
en verve
en vogue
en vue
hors de prix
mal à l'aise
sans cuite
sans intérêt


Le syntagme adverbial aprépositionnel


Le pronom prépositionnel


Le pronom démonstratif adverbial

Voir la page connexe Pronoms démonstratifs divers.

Le pronom interrogatif adverbial


Le pronom indéterminé


Le pronom d'identité et d'altérité


Le conégateur adverbial


La subordonnée libre fléchie

Voir les pages connexes Les subordonnées libres.

La subordonnée libre infinitive


La subordonnée libre réduite


Le participe présent adverbial


Le gérondif

Voir la page connexe Le participe présent adverbial.

La subordonnée participiale absolue

Voir les pages connexes La subordonnée participiale absolue.

L'adverbe pronominal

Voir les pronoms adverbiaux interrogatifs, exclamatifs, relatifs et démonstratifs aux pages connexes L'interrogation - les pronoms interrogatifs, La proposition exclamative, La relativation - les pronoms relatifs, Pronoms démonstratifs divers.

L'adverbe de lieu à préfixe

Le constituant gauche est un des préfixes au-, ci-, là-, par, en. Le constituant droit est un des mots après, contre, delà, derrière, dessous, dessus, devant, devers.

Chaque constituant gauche se lie avec un groupe de constituants droits qui lui est propre.

Ce syntagme est exocentrique, puisque

son constituant gauche (le préfixe) n'est pas toujours un adverbe,

son constituant droit n'est pas toujours un adverbe,

son tout est un adverbe.

Circonstances et poids

Le Goffic(1993) prend la pleine mesure de la difficulté de définir les circonstances adverbiales. Nous reproduisons ici un passage magistral sur ce sujet.

« La tradition grammaticale [...] n'a jamais pu aboutir à une liste cohérente et exhaustive de types sémantiques de compléments circonstanciels. La liste, plus ou moins longue, et toujours présentée comme incomplète, peut aller jusqu'à plusieurs dizaines de sortes de compléments circonstanciels : non seulement le temps (avec ses subdivisions), le lieu, la manière, le moyen, l'instrument, l'accompagnement, la cause, le but, mais aussi la " privation " [...], la " relativité " [...], l'" échange " [...]; on n'est pour autant pas assuré de pouvoir rendre compte de valeurs complexes, mixtes (par exemple temps + cause), ou peu spécifiables, sans parler de relations logiques ou de modalités énonciatives. Quant à la liste type habituelle des dites " subordonnées circonstancielles " [...], elle se raccorde mal à celle des compléments circonstanciels simples. »

Les circonstances les plus importantes (degré, lieu, temps, manière) sont faciles à cerner, mais, au delà de ces catégories privilégiées, se trouvent dispersés un nombre immense de groupuscules indéfinissables. La classification poussée selon la circonstance est tâche impossible, mais nous pouvons trouver réconfort dans le fait qu'elle est aussi inutile. Le vrai enjeu de la classification des adverbes est le poids (adverbes légers et lourds) qui, à son tour, règle la place de l'adverbe. On verra que la circonstance et le poids (donc la place) de l'adverbe sont corrélés dans une certaine mesure (par exemple, la plupart des adverbes de degré sont légers), mais cette corrélation n'est pas généralisable. Nous ne nous intéressons aux circonstances que dans la mesure où il y a corrélation entre elles et le poids (donc avec la place).

Problèmes d'ambigüité

Nous allons parler de trois types d'ambigüité dans le group adverbial :

l'ambigüité de circonstance (lieu / temps, mesure / manière, etc.)

l'ambigüité interpropositionnelle (principale / subordonnée)

l'ambigüité intrapropositionnelle (sujet / objet direct, etc.)

RETOUR EN HAUT DE PAGE