HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      

RECHERCHE PAR MOTS-CLÉS      RECHERCHE PAR MOTS DISPERSÉS      RECHERCHE PAR MOTS CONSÉCUTIFS


TITRE
L'adjectif comme complément - la nominalisation (54)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
L'adjectif comme complément - la nominalisation (54)

SOMMAIRE
Introduction - le nominalisateur virtuel
La pronominalisation partielle
Degré comparatif pronominalisé - « neutre »
Degré comparatif pronominalisé - accordé
[il n'y a de * adjectif * que]
L'adjectif comme nom abstrait - avec l'article indéfini
L'adjectif comme nom abstrait - avec l'article défini
L'adjectif comme nom abstrait - avec l'article partitif
Le comparatif avec les verbes de besoin et de recherche
L'adjectif lexicalisé comme nom
Le participe passé avec son complément régi
Le pronom nominal qualifié
Morphologie déadjectivale
Domaines apparentés

Introduction - le nominalisateur virtuel

En principe, nous classons les syntagmes selon leur noyau. On est donc en droit de s'attendre à ce que l'étude d'un objet grammatical en tant que complément ne comporte que des renvois à des syntagmes.

Dans cet escalier est d'un raide, l'adjectif raide exprime l'idée abstraite de la raideur sans assistance morphologique. Le mot raide est donc engendré par un syntagme qui comprend un nominalisateur virtuel et un adjectif. Le noyau de ce syntagme est le nominalisateur.

Cependant, l'idée de classer comme nominal un syntagme dont le seul constituant « audible » est un adjectif est saugrenue, même si théoriquement valable. Nous préférons intégrer l'étude de l'adjectif autonome dans l'étude du groupe adjectival, quitte à faire une entorse au principe du classement par noyau.

On évitera de confondre la nominalisation de l'adjectif (cette page) avec l'adjectivation du nom, que nous examinons à la page connexe Les types lexicaux de l'adjectif.

La pronominalisation partielle

Voir la page connexe Le groupe nominal - la pronominalisation partielle.

Degré comparatif pronominalisé - « neutre »

attaquer plus fort que soi
avoir mieux à faire
avoir plus urgent à faire
il advint plus inouï encore
il fit mieux
il mérite mieux que de servir les intérêts de sa belle-mère
il n'y a pas plus bruyant que ces petites filles
il n'y a pas plus douillet que les hommes
il n'y a pas plus grand que cette salle
il n'y a pas plus honteux
il n'y a pas plus puritain que certains de leurs libre-penseurs (Gide)
il se heurte à plus habile que lui
il y a mieux
il y a pire
il y a plus accablant
il y a plus déconcertant
il y a plus douloureux encore
il y a plus inquiétant
il y a plus intéressant
il y a plus
j'ai déjà entendu pire
j'ai vu plus remarquable encore
mieux renseigné que lui sur ce problème il ne fallait pas chercher
on fait difficilement plus flamboyant
on ne fait pas plus simple
on trouve toujours plus malin que soi
plus futé que lui, c'est impossible
plus simple on ne peut
vivre avec beaucoup plus jeune que soi
vous verrez mieux que cela
vous pouvez certainement pondre mieux que cette foutaise

L'adjectif se rapporte à des personnes ou à des choses, mais il est toujours au singulier masculin. L'adjectif n'est accompagné d'aucun article. Les verbes y avoir et avoir sont dominants, mais pas exclusifs. On trouve faire, voir, entendre, imaginer ou encore trouver dans ce syntagme.

Les comparatifs peuvent être suivis du connecteur que et d'un « deuxième pôle » nominal. vous pouvez certainement pondre mieux que cette foutaise. Cela n'a rien de remarquable. Mais on trouve mieux : le deuxième pôle nominal peut être un infinitif, pourvu que le verbe soit faire : vous auriez certainement pu faire mieux que pondre cette foutaise. Le deuxième pôle infinitif (pondre) est régi directement par mieux que et indirectement par faire. L'arborescence représentant cette double rection aurait des branches enchevêtrées.

Degré comparatif pronominalisé - accordé

cette condition ferait reculer de plus braves
de plus inventifs que nous auraient réussi

L'adjectif est accordé. L'article est indéfini.

[il n'y a de * adjectif * que]

il n'y a d'important que la santé
il n'y a d'important que la vérité (Stendhal)
il n'y a d'intéressant que les illustrations dans ce livre
il n'y a d'universel que ce qui est suffisamment grossier pour l'être (Valéry)
il n'y a de bon que l'introduction
il n'y a de certain que
il n'y a de divin que la pitié (Bloy)
il n'y a de grand que le silence
il n'y a de parfait que
il n'y a de purs que l'ange et que la bête (Valéry)
il n'y a de vrai que la richesse (Musset)
il n'y avait plus d'éclairé sur la place que la lucarne de Binet (Flaubert)

Pour l'analyse de cette construction, voir la page connexe La négation verbale - ne...que... - rubrique Il n'y a de * adjectif * que.

L'adjectif comme nom abstrait - avec l'article indéfini

Toujours dans un syntagme génitif de qualité.

c'est d'un bête
c'est d'un malhonnête
c'est d'un triste
cet escalier est d'un raide
d'un absurde
d'un austère
d'un burlesque
d'un moelleux
d'un pittoresque
d'un sérieux
d'un timide
il est d'un élégant
il est d'un gracieux
la mise en scène est d'un lourd
le dernier numéro était d'un creux
sa méthode est d'un simple
son dogmatisme est d'un vieux
son sourire est d'un doux
son style est d'un sec
un teint d'un pâle

L'adjectif comme nom abstrait - avec l'article défini

Le nom sous-entendu est aspect, chose, fait, problème, phénomène, solution.

Ce type de nominalisation exige l'inversion d'identification prédicative. Voir la page connexe L'inversion d'identification prédicative.

l'agréable de la chose est que
l'étrange est que
l'important est que
le fâcheux est que
le mieux serait que/de
le terrible était que
le vrai est que

L'adjectif comme nom abstrait - avec l'article partitif

c'est de l'ineffable
c'est du beau
c'est du joli
c'est du provisoire
c'est du solide
du jamais lu
du jamais vu
du sombre, du lamentable, j'en ai vu dans mon existence
du vite fait
elle n'achète que du beau
est-il encore possible d'ajouter du nouveau, de l'intelligent à tout ce qui a été expliqué, raconté et commenté à ce sujet ?
il y a du louche dans cette affaire
il y a du vrai là-dedans
la panne d'électricité a eu du bon
nous y mettons du nôtre
y mettre du sien

Le comparatif avec les verbes de besoin et de recherche

L'adjectif n'est accompagné d'aucun article.

il me faut plus grand
j'ai trouvé plus moderne
je cherche plus solide
je m'attendais à plus vieux
je n'ai jamais rencontré moins curieux que Pierre
revenons à plus récent
se tourner vers plus sérieux

L'adjectif lexicalisé comme nom

Il y a un nombre important de catégories d'adjectifs lexicalisés comme noms. Leur étude dépasse le cadre de notre travail. Nous nous bornons à attirer l'attention sur quelques types importants.

Nationalités, religions, groupes ethniques, gentilés

le beur
le black
le Français
le juif
l'Épiscopontain
le Stéphanois
le Séquano-Dionysien

Catégories humaines diverses

la folle
le colonisé
le libertin
le malade
le naïf
le sage
les anciens
les fidèles
les marginaux
les méchants
les pauvres
les riches
un anxieux
un calme
un désespéré
un grognon
un impertinent
un ingénu
un lâche
un laid
un maigre
un maladroit
un scrupuleux
un sentimental
un tatillon
un timide
un vieux
une belle
une blonde
une dure
une grande
une précieuse

Pleinement lexicalisé, avec ou sans changement de sens

absents
affidé
appelé
blanc (linge)
blonde (cigarette, bière)
brouillon
brûlé
calmant
cantonales
capital
centième
civil
coloniale
communale
compact
constante
coupable
découvert
demeuré
disparu
différé
documentaire
dynamique
éclaté
fautif
faux
fine
fondue
fossile
général
gènérale
idéal
impayé
imperméable
impondérables
intéressé
intitulé
invendu
législatives
maternelle
meilleur (être dans son meilleur)
mobile
nationale
normale
nucléaire
ordinaire
paresseux
permanente
portable
précieuse
présents
présidentielle
première
primitif
profond
promis
promise
quotidien
rapide
raté
rendu
ressenti
ronde
secondaire
tout-cuit
tranquillisant
uniforme
usuel (livre)
variable

Génies

le nucléaire
le numérique
le froid

Goûts

le sucré
le salé
l'épicé

Odeurs

le brûlé
le moisi
le ranci
le renfermé
le roussi

Langues

Couleurs

un bleu foncé
un rouge criard

Styles, genres

le classique
le romantique
le moderne

Idées abstraites - locutions spécifiques

à la limite du déraisonnable
au-delà du dicible
c'est du dernier comique
couché sur la dure
des hauts et des bas
en dire long
en voilà une bonne
flou artistique
garder son sérieux
jusqu'à l'insupportable
le meilleur côtoie le médiocre
l'absurde
l'agréable
l'aléatoire
l'ancien
l'arbitraire du signe linguistique (de Saussure)
l'imprévu
l'inattendu
l'ordinaire
l'utile et l'agréable
la carte du tendre
le beau
le bizarre
le cru et le cuit (Lévi-Strauss)
le fantastique
le faux
le fort et le faible
le grandiose
le meilleur de lui-même
le mieux est l'ennemi du bon
le moderne
le naturel
le nécessaire
le plus intime de la vie
le politiquement correct
le possible
le ridicule
le sérieux
le sensationnel
le superflu
le tragique
le vrai
les tenants et les aboutissants
rendre la pareille
son content
un vieux de la vieille

L'adjectif nominalisé dans certaines locutions

bas (le bas)
beau (le temps est au beau)
belles (j'en ai entendu de belles, dire de belles sur le compte de)
cher (donner cher de, pour pas trop cher)
clair (le plus clair du, les clairs et les ombres, clair de lune)
complet (afficher complet)
content (son content)
creux (avoir un creux, le creux de la main)
égal (sans égal, à l'égal de)
faux (accuser à faux)
fort (avoir fort à faire)
fort (il y a fort à parier)
frais (prendre le frais)
gros (le plus gros du, il y a gros à parier)
haut (le haut)
loin (il n'y a pas loin)
long (en dire long)
long (en savoir long)
maigre (faire maigre)
meilleur (prendre le meilleur sur)
menu (par le menu)
naturel (être d'un bon naturel)
nécessaire (faire le nécessaire)
net (le net, mettre au net)
plat (faire un plat, faire du plat)
plein (faire le plein)
possible (faire son possible)
propre (mettre au propre)
propre (posséder en propre)
propre (sentir le propre)
ras (au ras de l'eau)
réciproque (rendre la réciproque)
sérieux (garder son sérieux, prendre au sérieux, avec sérieux)
soûl (tout son soûl)
vif (au vif, entrer dans le vif du sujet, sur le vif)

Pour les exemples des syntagmes [préposition * adjectif] et [préposition * article * adjectif], voir la page connexe Le syntagme prépositionnel - les types d'argument - rubrique Arguments adjectivaux.

Ellipses

la (brigade) mondaine
la (course) transsaharienne
la (route) transcanadienne
le (train) transsibérien
le (Théâtre) Français
un (spaghetti à la sauce) bolognaise

Voir aussi les participes présents et les participes passés nominalisés.

Le participe passé avec son complément régi

il a l'air du condamné à la promenade dominicale (Pagnol)
les condamnés à mort
les laissés pour compte
les menacés d'expulsion
les mis en examen
les morts de faim
les morts pour la France
les repris de justice
un écorché vif

À première vue, la nominalisation du participe passé n'a rien de remarquable : le participe passé a un côté adjectival, donc il se nominalise comme tout adjectif. À y regarder de plus près, on se rend compte que le participe passé présente une particularité : son complément régi ne contrarie pas sa nominalisation. C'est un fait qui donne à réfléchir. Dans les menacés d'expulsion, ce n'est pas l'adjectif (menacé) qui est nominalisé, mais le syntagme [participe-passé * complément-régi]. La sortie de ce syntagme endocentrique hérite de la nature adjectivale de l'entrée noyau. Or cette transmission est tout sauf inconditionnelle. Par exemple, le participé passé ne se nominalise pas si son complément n'est pas régi : *les menacés depuis des années. C'est la forte cohésion entre le participe passé et son complément régi qui légitime la nominalisation.

Le pronom nominal qualifié

Le pronom nominal qualifié peut être considéré comme un adjectif nominalisé. Voir la page connexe Le pronom nominal qualifié.

quelque chose d'intéressant
rien d'intéressant
quoi que ce soit d'intéressant

Quelque chose de peut être omis dans la langue relâchée :

puisque je n'ai pas ce qui me plaît, autant prendre différent
c'est trop grand pour lui - de toute façon, il voulait grand

Morphologie déadjectivale

Voir quelques remarques à la page connexe L'adjectif comme complément - vue d'ensemble - rubrique La morphologie déadjectivale.

Domaines apparentés

Voir l'examen du syntagme prépositionnel à argument adjectival à la page connexe Le syntagme prépositionnel - les types d'argument - rubrique Arguments adjectivaux. Exemple : en gros.

Voir l'examen de l'adjectif employé adverbialement à la page connexe L'adjectif comme complément - l'adjectif employé adverbialement - rubrique L'adjectif qualifiant un verbe (l'adjectif adverbal). Exemple : gagner gros.

Pour les locutions verbales du type faire froid, avoir froid, voir la page connexe La locution verbale.

RETOUR EN HAUT DE PAGE