PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      

RECHERCHE PAR MOTS-CLÉS      RECHERCHE PAR MOTS DISPERSÉS      RECHERCHE PAR MOTS CONSÉCUTIFS


TITRE
La morphologie de l'adjectif (51)

ASCENDANCE
Manuel de la grammaire française (0)
Les syntagmes de base (4)
Le groupe adjectival (50)

PAGES SŒURS
La morphologie de l'adjectif (51)

SOMMAIRE
Introduction
Le principe fondamental de la classification des adjectifs
Morphologie nomino-adjectivale
Le rôle « dominant » du masculin
Le rôle de la liaison
Le sexe et le genre
Noms employés adjectivalement et adjectifs d'origine nominale
Morphologie et accord
Le genre de l'adjectif
Le nombre de l'adjectif
Autres traits morphologiques de l'adjectif

Introduction

§ Le principe fondamental de la classification des adjectifs

L'orthographe ne fait pas l'objet de cette grammaire. À l'encontre de la démarche traditionnelle, nous catégorisons les différences entre le masculin et le féminin selon le seul critère de la forme orale.

§ Morphologie nomino-adjectivale

Les anomalies du genre et du nombre suivent certaines tendances qui sont les mêmes pour le nom et pour l'adjectif. Les adjectifs jaloux / jalouse et national / nationaux présentent les mêmes difficultés que les noms époux / épouse et mal / maux. Le bas niveau de la morphologie nomino-adjectivale est une et indivisible. Il est un exemple de la polymorphie grammaticale.

§ Le rôle « dominant » du masculin

On voit souvent affirmé dans les grammaires scolaires traditionnelles que la forme masculine est en quelque sorte la forme « dominante » de l'adjectif et que la forme féminine est en quelque sorte « dérivée » de la forme masculine par l'ajout d'un e muet et par quelques petites manipulations phonologiques. Le féminin serait né du masculin comme Ève d'une côte d'Adam.

En réalité, ni le masculin ni le féminin n'est historiquement dominant. Les deux formes françaises sont le plus souvent dérivées de deux formes d'origine différentes, indépendamment l'une de l'autre. Toute tentative de dériver l'une des deux formes françaises de l'autre est vouée à l'échec. Le féminin sèche n'est pas plus dérivable du masculin sec que le masculin sec ne l'est du féminin sèche. Le masculin sec provient du latin « siccus » et le féminin sèche provient du latin « sicca ». Nous n'entrerons pas dans les détails des processus phonologiques.

Il faut ajouter, cependant, deux facteurs en défense du rôle dominant de la forme masculine.

La forme masculine est, en effet, dominante du point de vue de l'accord, mais pas du point de vue morphologique. Le masculin représente tous les membres d'un groupe mixte. Le masculin est la forme indifférenciée, « non marquée » de l'adjectif.

L'ajout d'un e muet est devenu un tic orthographique au fil des siècles. Certains adjectifs qui n'avaient qu'une seule forme dans la langue d'origine ont acquis une voyelle affaiblie ou un e muet par analogie en français.

§ Le rôle de la liaison

La consonne finale amuïe de l'adjectif est sujette à certaines règles de liaison. En théorie, l'étude de la morphologie adjectivale n'est pas complète sans l'étude de la liaison. Or, les phénomènes de liaison ne se limitent pas aux adjectifs. Nous rassemblons tous les aspects de la liaison sur une seule page, la page connexe Les variations phonétiques polymorphes.

§ Le sexe et le genre

Certaines grammaires et certains dictionnaires confondent sexe et genre. Les adjectifs qui se trouvent pratiquement toujours associés à des êtres animés d'un seul sexe sont privés du genre opposé dans ces ouvrages. Il n'y a aucune raison de considérer comme défectifs brehaigne, circoncis, enceint, hongre, pondeur, etc.

§ Noms employés adjectivalement et adjectifs d'origine nominale

La frontière entre les noms employés adjectivalement et les adjectifs d'origine nominale est poreuse. Voir la page connexe Le groupe nominal - compléments - le complément nominal direct. Si nous disons que bidon est un nom parfois employé adjectivalement, la question de son féminin ne se pose pas ; en revanche, si nous disons que bidon est un adjectif d'origine nominale, il faut le classer parmi les adjectifs invariables.

§ Morphologie et accord

Certaines grammaires font l'amalgame entre le traitement de la morphologie et celui de l'accord. Pourtant, la division du travail entre ces deux demaines est assez claire. La morphologie se préoccupe des types de différenciation formelle entre les genres ; les questions d'accord portent sur les contextes grammaticaux qui gouvernent l'emploi des genres.

Pour l'emploi ou le non-emploi du féminin dans certains mots composés et dans certaines locutions (mort-née, une demi-pomme, trois heures et demie, la mi-saison, minuit, passé la cinquantaine, plein la poche, égal à égal, en cinq sec), on se reportera à la page connexe L'accord.

Le genre de l'adjectif

Sous cette rubrique majeure, nous passons en revue les types de différenciation entre le masculin et le féminin selon leurs formes orales.

Non-différenciation de la forme orale du genre

$ Adjectifs ayant une seule forme se terminant par un e muet

aise
barbare
brave
bredouille
chouette
drôle
fertile
jaune
lisse
morose
obligatoire
primaire
rouge
vague

$ Adjectifs ayant une seule forme ne se terminant pas par un e muet

albinos
angora
baba
bantou
bath
bengali
cacher
capot
chic
cracra
crado
échec
eskimo
express
flagada
gaga
gay
gnangnan
groggy
impromptu
incarnat
incognito
intestat
kaki
kitsch
mastoc
mat
maya
nacarat
olé-olé
paf
pat
pic
pop
porno
princeps
raplapla
relax
repic
riquiqui
rococo
rosat
sexy
snob
standard
sympa
tabou
toctoc
yiddish
zen
zinzolin
zoulou

$ Adjectifs à deux formes écrites

aigu / aigüe
amer / amère
ardu / ardue
bleu / bleue
caduc / caduque
cher / chère
civil / civile
cocu / cocue
contigu / contigüe
correct / correcte
dru / drue
dur / dure
éternel / éternelle
fat / fate
feu / feue (l'anomalie de feu n'est pas morphologique)
fier / fière
formel / formelle
gai / gaie
général / générale
grec / grecque
infect / infecte
majeur / majeure
mat / mate
métis / métisse
meilleur / meilleure
noir / noire
nu / nue
nul / nulle
pair / paire
pareil / pareille
public / publique
puéril / puérile
scout / scoute
sélect / sélecte
superflu / superflue
vrai / vraie

$ Noms employés adjectivalement

Tous les noms invariables employés adjectivalement pourraient être considérés comme des adjectifs à une seule forme (bidon, pompier, gâteau, chou, etc.)

La consonne finale (ou la syllabe finale) du féminin subit un changement devant le e muet ; celle du masculin ne change pas

sec / sèche
neuf / neuve
juif / juive
bref / brève

La consonne finale du féminin ne subit aucun changement devant le e muet ; celle du masculin s'amuït

rond / ronde
haut / haute
vert / verte
fort / forte
long / longue
fat / fate
mat / mate
heureux / heureuse
français / française
gaulois / gauloise
pantois / pantoise
mauvais / mauvaise
épais / épaisse
gras / grasse
bas / basse
gros / grosse
las / lasse
jaloux / jalouse
doux / douce
présent / présente
enceint / enceinte
rapiat / rapiate
favori / favorite
biparti / bipartite (ou bipartie)
triparti / tripartite (ou tripartie)
érudit / érudite

Tous les participes passés se terminant en s ou t s'alignent sur ce modèle.

La consonne finale du féminin ne subit aucun changement devant le e muet ; celle du masculin se nasalise

bénin / bénigne
malin / maligne

La consonne finale (ou la syllabe finale) du féminin subit un changement devant le e muet ; celle du masculin s'amuït

blanc / blanche
franc / franche
frais / fraîche
fausse / fausse
roux / rousse
gentil / gentille
chat / chatte
sot / sotte
propret / proprette
muet / muette
sujet / sujette
exprès / expresse (ne pas confondre avec express)
léger / légère (changement de timbre)
premier / première (changement de timbre)

Une lettre expresse (Corneille) n'est pas forcément une lettre express.

Agents déverbaux autochtones en eur

menteur / menteuse
vendeur / vendeuse

Agents déverbaux provenant du latin ou d'une langue romane

novateur / novatrice
dominateur / dominatrice

Adjectifs ayant deux formes masculines

Les adjectifs suivants ont deux formes masculines et une forme féminine : beau/bel/belle, nouveau/nouvel/nouvelle, vieux/vieil/vieille, fou/fol/folle, mou/mol/molle. On obtient leur féminin en ajoutant le à la deuxième forme masculine. Ces deuxièmes formes sont des formes anciennes que l'on conserve encore devant une voyelle ou un h non aspiré : bel ami, nouvel an, vieil ami, fol amour.

La syllabe finale el du masculin subit un changement qui est bloqué devant le e muet du féminin.

tourangeau / tourangelle
manceau / mancelle

Le n final du masculin se nasalise, celui du féminin se redouble devant le e muet.

bon / bonne
mignon / mignonne
paysan / paysanne
parisien / parisienne
martien / martienne
vaurien / vaurienne
nippon / nipponne (aussi nippone)

Le n final du masculin se nasalise, celui du féminin ne change pas devant le e muet.

une
brune
opportune
aucune
féminin
orphelin
sain
vain
plein
roman

Les mots en et provenant d'un participe passé latin forment leur féminin en ète.

complète
incomplète
concrète
désuète
secrète
discrète
indiscrète
replète
inquiète

Exceptions : sujet

Le masculin se termine par une voyelle ; le féminin s'obtient par l'ajout d'une consonne

rigolo / rigolote
esquimau / esquimaude
andalou / andalouse
bêta / bêtasse

Les adjectifs en al

La plupart des adjectifs en al présentent la particularité suivante. Leur singulier latin « alis » et leur pluriel latin « ales » sont partagés par le masculin et le féminin. On pourrait s'attendre à ce qu'en français aussi ils aient un seul singulier et un seul pluriel pour les deux genres. Au premier coup d'œil, il n'est pas évident pourquoi ces adjectifs forment leur pluriel masculin en aux. La graphie du féminin singulier donne une indication. Une voyelle affaiblie mais audible s'est infiltrée dans le féminin du singulier. Le masculin et le féminin du singulier et du pluriel se sont différenciés avant le changement du l en u devant le s du pluriel. C'est la voyelle affaiblie qui bloque le changement de l en u dans le féminin du pluriel.

Grand a un féminin archaïque préservé dans certains mots composés.

L'adjectif latin « grandis » avait une seule forme pour le masculin et le féminin. Cet état s'est préservé jusque dans certains mots composés et certaines locutions du français moderne. Le féminin archaïque grand s'emploie avec les mots féminins suivants :

chose
croix
faim
foi
hâte
honte
lune
maman
mère
messe
nef
peine
peur
pitié
place
porte
route
rue
soif
tante

se faire fort

Fort est masculin et féminin dans la locution se faire fort. La forme latine de fort appartient à la même déclinaison que la forme latine de grand.

Féminins en esse

La désinence esse s'applique à une trentaine de noms animés, mais seulement à deux adjectifs : maîtresse et traîtresse.

Le féminin latin s'emploie facultativement

varus / vara
valgus / valga
minimum / minima
maximum / maxima

Seul le masculin existe

benêt
déchaux
preux
avant-coureur
rousseau
hébreu
vainqueur

Seul le féminin existe

crasse
incise
muscade
pote
pie

Adjectifs lexicalement liés à un seul nom

bleu turquin
bois pelard
bouche bée
cheval rubican
cheval zain
dépouilles opimes
dent œillère
dive bouteille
eau régale
feu grégeois
Fourches caudines
hareng saur
humeurs peccantes
lettre missive
marais salant
mer océane
moelle épinière
murs gouttereaux
notes tironiennes
œuf couvi
œuvre pie
partie aliquote
pie grièche
pierre philosophale
plantes céréales
porte cochère
rose trémière
yeux vairons

Adjectifs composés

$ Adjectifs composés de souche

sourd-muet / sourde-muette
aigre-doux / aigre-douce
clair-obscur / claire-obscure

$ Adjectifs composés empruntés

Dans les adjectifs tels que social-démocrate ou national-socialiste, la première partie (social, national) n'est pas un adjectif français, mais une forme tronquée et empruntée telle quelle à l'allemand. L'emploi du e muet est courant, mais incorrect.

Anomalies inclassables

émetteur / émettrice
foufou / fofolle

Le nombre de l'adjectif

§ En règle générale, les adjectifs forment le pluriel du masculin en ajoutant un s au singulier du masculin et le pluriel du féminin an ajoutant un s au singulier du féminin. Cette règle souffre quelques exceptions.

§ Questions d'orthographe

Les adjectifs terminés par s ou x ne changent pas au pluriel.

Les adjectifs invariables ne se terminant pas par un e muet ne changent pas au pluriel.

Les adjectifs beau, nouveau, hébreu, jumeau, esquimau forment le pluriel en x.

§ Les adjectifs en al / ale se divisent en quatre groupes.

Presque tous les adjectifs en al / ale forment le pluriel en aux / ales.

Certains adjectifs en al / ale forment leur pluriel toujours en als / ales : fatal, final, foutral, fractal, naval

Le pluriel de certains adjectifs en al / ale hésite entre als / ales et aux / ales : austral, bancal, boréal, causal, choral, facial, glacial, idéal, initial, jovial, marial, matinal, nasal, natal, naval, pascal, tombal, tonal tribal, trivial

Mais : néonataux, prénataux, atonaux, bitonaux, polytonaux

Banal a un pluriel en aux qui ne s'utilise que dans certains contextes historiques (fours banaux, moulins banaux). Dans son sens banal, banal fait son pluriel avec als.

Autres traits morphologiques de l'adjectif

Pour l'étude du comparatif, voir la page connexe Le comparatif.

Pour l'étude du superlatif, voir la page connexe Le superlatif.

Pour l'étude de l'adverbe adjectival en ment, voir la page connexe L'adjectif comme complément - l'adverbe morphologiquement marqué.

Pour l'étude des emplois adverbiaux de l'adjectif, voir la page connexe L'adjectif comme complément - l'adjectif employé adverbialement.

(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)(+)