Les articles - définition
HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      INDEX


TITRE
Les articles - définition (11)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
Les articles - définition (11)

SOMMAIRE

Le problème fondamental de l'article

L'article, ça n'existe pas ; il n'y a que des articles. La notion de l'article, qui remonte à l'Antiquité, est artificielle. Il y a quatre articles, qui ne s'inscrivent pas dans un vrai système, puisqu'ils ne partagent ni symétries ni oppositions ni hiérarchie. Chacun des articles a plusieurs fonctions qui leurs sont propres. La matrice forme / fonction des articles est chaotique.

Les quatre types d'article

l'article défini (le, la, les)

l'article indéfini (un, une, des)

l'article partitif (du, de la)

l'article prélévatif (de), appelé fragmentatif par Kupferman(2004).

L'article unifié - le pour et le contre

L'article n'est pas définissable comme un tout, comme une catégorie grammaticale logiquement unifiée et indépendante. Nous allons passer en revue les arguments pour et contre l'unification de ces quatre compléments du nom.

En faveur du concept d'article unifié

Trois des quatre types d'article s'excluent mutuellement dans le groupe nominal. L'article prélévatif est compatible avec l'article défini, mais difficile à distinguer de l'article partitif.

L'emploi primaire de l'article défini (à savoir la définitude) et l'emploi primaire de l'article indéfini (à savoir l'indéfinitude) sont en opposition. L'article partitif pourrait être considéré comme un article indéfini non dénombrable.

Le singulier de l'article indéfini et l'article partitif (qui n'existe qu'au singulier) peuvent être considérés comme le pôle dénombrable et le pôle non dénombrable du même type d'article.

Le pluriel de l'article indéfini, l'article partitif (qui n'existe qu'au singulier) et l'article prélévatif ont une base formelle et historique : la regrammaticalisation de la préposition de.

L'article partitif et l'article prélévatif sont souvent difficiles à distinguer :

j'ai bu du vin
j'ai bu du vin que Pierre a apporté

Il est vrai que l'article pris comme un tout abrite trois traits nominaux, à savoir la définitude / indéfinitude, la dénombrabilité et la fragmentation (articles partitif et prélévatif), mais ces trois traits sont liés inextricablement.

Le superarticle indéfini-partitif

Il y a de bonnes raisons de considérer l'article indéfini et l'article partitif comme deux branches concrètes d'un seul article abstrait. Autrement dit, on peut fusionner ces deux types en un seul type plus inclusif et plus complexe. Dans cette hypothèse, l'article défini contraste avec l'article indéfini-partitif qui, à son tour, a trois formes : le singulier dénombrable (un), le singulier non dénombrable (du) et le pluriel (des). Nous passons en revue les arguments qui étayent cette hypothèse.

Le pluriel de l'article indéfini ne ressemble pas à son propre singulier, mais au singulier de l'article partitif.

Les articles indéfinis puisent dans un ensemble, les articles partitifs puisent dans une masse ou un liquide.

Les deux articles se rejoignent dans la regrammaticalisation du mot de et de ses formes contractées. Voir plus loin l'examen de la regrammaticalisation.

La distinction entre le caractère dénombrable et le caractère non dénombrable est difficile à maintenir lorsqu'il s'agit de certains légumes et de certaines charcuteries de petite dimension qui se produisent rarement en unités isolées. Il est difficile de ne pas accorder le statut partitif à

des champignons
des épinards
des frites
des haricots
des lentilles
des nouilles
des petits pois
des rillettes

Certains noms abstraits qui dépassent à peine le seuil de la dénombrabilité posent un problème analogue : des soucis / du souci, des doutes / du doute.

Si un nom abstrait est accompagné d'un adjectif, son article change en article indéfini.

il a de l'éloquence
il a une grande éloquence,

on lisait sur son visage de la tendresse
on lisait sur son visage une immense tendresse,

il manifestait pour elle de la passion
il manifestait pour elle une grande passion,

j'ai eu de la chance
j'ai eu une chance incroyable

L'article partitif, comme l'article indéfini, a une interprétation existentielle : il nous faut du pétrole et il nous faut un puits de pétrole.


Les quatre types d'articles sont profondément ancrés dans le latin et dans l'histoire des langues latines.

Contre le concept d'article unifié

Chacun des quatre types d'article est une ressource grammaticale contingente. Chaque type est utile, mais aucun n'est nécessaire. Il n'est pas évident pourquoi ils existent ni pourquoi ils sont les seuls à exister. Les quatre types d'article ne sont pas engendrés par un schéma logique ou psychologique sous-jacent. Aucun maître critère ne sous-tend la structure quadripartite de l'article. Ils ne constituent pas un système d'une clarité convaincante.

L'article n'est pas obligatoire dans le groupe nominal. Aucune des fonctions de l'article, même véhiculées par d'autres catégories grammaticales, n'est obligatoire dans le groupe nominal.

L'article pris comme un tout abrite trois traits nominaux, à savoir la définitude / indéfinitude, la dénombrabilité et la fragmentation (articles partitif et prélévatif), mais la distribution de ces traits parmi les quatre articles est irrégulière.

L'article défini et l'article indéfini sont hautement multifonctionnels. Leurs emplois primaires (définitude / indéfinitude) sont en opposition, mais leurs emplois secondaires sont centrifuges, non corrélables.

Les articles sont trop proches des pronoms et des délimiteurs pour qu'ils méritent d'être classés comme une catégorie grammaticale indépendante. L'article défini n'est qu'une espèce de pronom démonstratif. L'article indéfini diffère à peine des délimiteurs tels que certain, quelques, divers, plusieurs.

L'article nul


RETOUR EN HAUT DE PAGE